www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Guerre

Avec Poutine et l’ONU, créons une coalition pour la paix !

841 visites
JPEG - 27 ko

Nos lecteurs étaient prévenus ! Comme nous l’avions anticipé, l’AG de l’ONU, qui vient de se terminer à New York, marquera l’histoire comme un tournant.

L’entretien de Poutine avec Charly Rose sur CBS (version non-censurée sur le site du Kremlin), son intervention devant l’ONU ainsi que sa décision d’intervenir militairement en Syrie, ont pris par surprise le camp occidental.

Cette prise de judo de Poutine a l’énorme avantage de faire tomber chez nous les masques et de faire éclater au grand jour un vaste pan de l’hypocrisie occidentale.

Contre le terrorisme, vraiment ?

JPEG - 24 ko

Poutine a « coincé » Obama en lui proposant publiquement de rejoindre une « large coalition antiterroriste internationale » qui, « à l’instar de la coalition anti-hitlérienne, pourrait unir dans ses rangs les forces les plus diverses, prêtes à combattre de façon radicale ceux qui, comme l’ont fait les nazis, sèment le mal et la haine ».

Ne voulant pas gêner ses mécènes et alliés en Arabie saoudite et au Qatar, Obama, tout comme Hollande, a brutalement rejeté cette offre.

Du coup, il n’existe plus une, mais deux coalitions. D’un côté celle dirigée par la Russie, qui, avec l’appui de l’Irak, de l’Iran et de la Chine, a décidé de réellement combattre le terrorisme en offrant une couverture aérienne à l’armée syrienne engagée dans les combats. Cette coalition, intervenant à la demande du pays agressé, agit ainsi dans la légalité du droit international défini par la Charte des Nations unies.

L’autre coalition, dirigée par les Anglo-américains et leurs sous-fifres français, tout en prétendant faire la guerre au terrorisme, compte en réalité instrumentaliser un phénomène qu’elle a aidé à enfanter pour mieux soumettre les pays qui contestent sa domination politique et financière. Les frappes françaises, effectuées sans mandat de l’ONU et sans demande préalable du gouvernement syrien, sont parfaitement illégales.

La déclaration commune des gouvernements de France, d’Allemagne, du Qatar, d’Arabie saoudite, de Turquie, du Royaume-Uni et des États-Unis d’Amérique, en date du 2 octobre, c’est-à-dire après trois jours de bombardements russes sur les infrastructures de Daech et d’Al-Qaïda en Syrie (rebaptisé Front Al-Nosra et supposé incarner une opposition modérée au régime de Bachar el-Assad), illustre à merveille la démarche radicalement opposée des deux coalitions.

Alors que c’est un secret de polichinelle que les pétromonarchies wahhabites ont alimenté Daech, ils seraient aujourd’hui nos alliés dans la lutte contre le terrorisme ? Alors que les Occidentaux ont misérablement échoué dans la lutte anti-terroriste, voilà qu’on somme la Russie « de mettre immédiatement fin à ses attaques contre l’opposition et la population civile syriennes et de concentrer ses efforts sur le combat contre Daech » !

Pour la Russie et la Chine, la coupe est pleine. Sur quelque 20 000 djihadistes combattant dans les rangs de Daech, pas moins de 2000 sont originaires des ex-républiques de l’URSS. D’autres appartiennent à la minorité ouïgoure, depuis longtemps enrôlée par les Britanniques comme instrument de pression sur la Chine. Poutine a pris soin de préciser qu’il compte vaincre ces terroristes en Syrie avant qu’ils ne viennent enflammer son pays.

Le cadre de l’ONU

L’Assemblée générale de l’ONU fut pour les pays des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) la plateforme idéale leur permettant de défendre leurs intérêts et de rappeler leur attachement à un monde multipolaire.

La charte de l’ONU (chap. I, art. 1) s’affirme d’ailleurs « fondée sur le principe de l’égalité souveraine de tous ses membres », tenus de s’engager à « développer entre les nations des relations amicales fondées sur le respect du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde ».

Alors que la dislocation de l’URSS et la mondialisation financière ont fini par introniser les centres financiers de Wall Street et la City comme les autorités suprêmes d’un ordre mondial unipolaire, aussi bien la Russie que la Chine ont souligné le besoin de renforcer le pouvoir de l’ONU, car « les Nations unies restent la seule organisation internationale conçue pour préserver la paix mondiale ».

En tant que porte-parole d’un monde unipolaire en pleine déliquescence, Obama, reprenant le credo des néoconservateurs de l’ère Bush, n’a su qu’opposer des menaces : « En tant que Président des États-Unis, j’ai conscience des dangers que nous devons affronter ; ils me viennent sur mon bureau chaque matin. Je dirige l’armée la plus puissante que l’histoire a connue jusqu’ici et je n’hésiterai jamais à protéger mon pays et nos alliés, unilatéralement et par la force si nécessaire. »

Il est encore temps pour la France de cesser d’aboyer comme un caniche de l’OTAN, et de s’associer à la dynamique des BRICS, c’est-à-dire à ceux qui veulent réellement combattre le terrorisme et construire le monde de demain.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Pages spéciales
Notre avenir est avec les BRICS

Cette nouvelle dynamique des BRICS est le fruit d’un combat international pour le droit au développement mené par Solidarité et progrès en France et l’Institut Schiller à l’international.

En savoir plus
Guerre mondiale, il est minuit moins cinq

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Le choix de l'auteur
Autres articles
Plus d'articles

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet