Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

RDC et Afrique du Sud se donnent la main pour réaliser le plus grand projet hydroélectrique de tous les temps

visites
2965
JPEG - 154.2 ko
22 octobre 2014 : ratification, par un vote à l’unanimité du Sénat congolais,
du projet de loi autorisant le Traité relatif au projet hydroélectrique Grand Inga, signé à Kinshasa le 29 octobre 2013 entre la RDC et la République d’Afrique du Sud.
Crédit : http://www.digitalcongo.net/article/103420

Dans son message adressé à la conférence organisée le 17 janvier 2015 par l’Institut Schiller à New York, en l’honneur de Martin Luther King et d’Alexander Hamilton, l’ambassadeur d’Afrique du Sud aux Nations unies, Kingsley Mamabolo, a souligné l’importance de l’accord entre l’Afrique du Sud et la République démocratique du Congo (RDC) pour la construction d’une série de barrages hydroélectriques sur le fleuve Congo.

Signé en octobre 2013 par les présidents Jacob Zuma et Joseph Kabila, cet accord a été entériné le 21 août 2014 par le gouvernement sud africain, et doit être bientôt ratifié par le Parlement. Le Parlement congolais l’a pour sa part ratifié le 22 octobre dernier.

GIF - 154.6 ko
Le barrage de grand Inga sur le fleuve Congo fournira plusieurs pays africains en énergie.
Crédit : geodutienne.blogspot.fr

Une fois toutes les phases complétées, le projet Grand Inga sera le plus grand site de production d’électricité du monde, avec une puissance installée de 44 000 MW (deux fois celle du Barrage des Trois gorges en Chine), soit l’équivalent de 40 centrales nucléaires !

Le secret d’un tel potentiel réside dans le fait que le fleuve Congo a le deuxième plus grand débit du monde après l’Amazone, en Amérique du Sud. Son potentiel hydroélectrique total est de 100 000 MW, plus du tiers de tout le potentiel hydroélectrique du continent africain. Mais la majeure partie est concentrée dans le segment des rapides d’Inga qui présentent, en même temps que leur fort débit, un dénivelé de 96 mètres sur une distance de 16 kilomètres seulement.

La puissance installée totale de la RDC est actuellement de quelque 2500 MW mais en raison du mauvais état des installations, la production effective est inférieure à la moitié de son potentiel. Seul 9 % de la population congolaise a aujourd’hui accès à l’électricité.

Cette électricité provient essentiellement des deux barrages construits sur le fleuve en 1972 et 1982, Inga I et II. D’une puissance installée de 351 MW et 1424 MW respectivement, les deux centrales sont en cours de réhabilitation.

Le grand espoir pour le développement du pays réside toutefois dans la construction des 7 phases successives constituant le projet Grand Inga.

Avec le traité signé le 29 octobre 2014 à Kinshasa, l’Afrique du Sud s’engage à acheter 2500 MW des 4800 MW que produira la première phase, baptisée Inga 3 pour faire suite aux barrages existants. 1500 MW iront aux compagnies minières évoluant dans la province du Katanga, et les 1000 restants seront disponibles pour la population. Bien qu’elle ne soit pas en mesure de financer la construction du projet lui-même (le coût de la première phase est estimé à quelque 12 milliards de dollars), sa décision de s’engager à acheter, par voie de traité, une quantité fixe d’électricité (et de construire à ses frais la ligne de transport à haute tension) a permis d’assurer la viabilité du projet ; et ce alors que de nombreux investisseurs internationaux se sont montrés jusqu’ici réticents, en raison de l’instabilité politique de la RDC au cours des dernières décennies.

La RDC doit choisir dans les prochains mois le consortium qui construira Inga 3, ainsi que les conditions de son financement et de son exploitation, probablement sous forme de concession. Des consortium chinois, coréo-canadien et espagnol sont sur les rangs. Pour l’ensemble des sept phases, la RDC et l’Afrique du Sud détiendront entre 10 et 15 % des actions de la société de développement du site.

Le site AllAfrica.com rapporte que l’ambassadeur d’Afrique du Sud en RDC, Ntshikiwane Mashimbye, a répondu aux inquiétudes sur l’instabilité de la RDC en expliquant que « les conflits ne s’arrêteront jamais jusqu’à ce que nous ayons l’énergie requise et que nous industrialisions le continent ». Quant à la ministre-adjointe pour l’Energie, Thembisile Majola, elle a déclaré que l’Afrique du Sud reste optimiste et poursuit ses efforts, notamment par la présence de ses soldats en RDC, pour éliminer les tensions politiques, car « nous savons que le jour où le géant s’éveillera, tout le continent s’éveillera aussi ». Le ministre responsable de la Planification, de la surveillance et de l’évaluation, Jeff Radebe, a déclaré de son côté que le « projet est susceptible d’assurer le développement rapide des pays du sud du continent africain, de stimuler la croissance économique et faciliter le développement de l’infrastructure » :

Ceci est l’un des projets les plus ambitieux jamais entrepris sur le continent africain, qui restera pour longtemps le symbole de la montée en puissance de l’Afrique et de ses peuples.

Une fois amorcée la première phase du Grand Inga, l’Afrique du Sud parie sur la dynamique de développement pour hausser le niveau de vie du peuple congolais, phase par phase. Ici encore, la logique gagnant-gagnant des BRICS est à l’œuvre.

Contactez-nous !