www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Communiqué de S&P sur la situation au Burkina Faso

La rédaction
939 visites
PNG - 14.8 ko

Solidarité & Progrès tient à dénoncer les opposants au processus démocratique qui s’est engagé au pays des hommes intègres depuis le début de l’année 2014.

La volonté de Blaise Compaoré de se faire réélire après déjà 27 ans de règne avait conduit le peuple burkinabé au sursaut. Les événements du 30 et 31 Octobre 2014 ont donc mis fin à cette dictature militaire qui avait maintenu le peuple dans le dénuement le plus total.

La réaction des Burkinabés fût tardive mais efficace et non violente. Cette révolution a permis d’organiser un gouvernement de transition, impliquant une grande partie des acteurs de la société civile et même des anciens proches de Blaise Compaoré dans une logique de réconciliation.

Des élections étaient même prévues pour le 11 Octobre prochain. Mais la menace de dissolution du Régime de Sécurité Présidentielle (RSP), ainsi que inéligibilité de personnalités ayant tenté de maintenir au pouvoir le régime de Blaise Compaoré, a accéléré les événements qui viennent de porter le général Gilbert Diendéré à la tête du nouveau conseil national de transition.

Il s’agit ainsi bien d’un nouveau coup d’Etat militaire qui vient de se produire au Burkina Faso. La France et la communauté internationale doivent non seulement le dénoncer mais surtout demander un retour à la situation d’avant le 16 Septembre, à savoir le retour du gouvernement de transition et le maintien des prochaines élections sous contrôle du peuple burkinabé.

Le mouvement « Le balai citoyen » avec le peuple avait réussi un début de transition démocratique au Burkina Faso, qui devenait un exemple pour l’ensemble des peuples d’Afrique encore aujourd’hui soumis aux dictatures militaires. Sans kalachnikovs et sans bain de sang, le pays avait retrouvé la liberté de choisir son propre destin. Cet espoir est aujourd’hui menacé par le coup d’état en cours. Nous félicitons la dynamique qui a évincé Blaise Compaoré du pouvoir et soutenons aujourd’hui le peuple burkinabé dans son légitime combat pour la liberté.

« La patrie ou la mort, nous vaincrons » Thomas Sankara.

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Notre dossier éducation, en vente ici Au Yémen, on assassine les hommes et leur mémoire. La France complice. terrorisme / 11 septembre, les 28 pages qui démasquent... La mer, avenir de l’homme Présidentielle 2017
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet