www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité

Baden-Baden, Copenhague, Francfort : l’Institut Schiller appelle l’Europe à rejoindre la dynamique des BRICS

964 visites
JPEG - 212.1 ko
Helga Zepp-LaRouche, fondatrice et présidente de l’Institut Schiller.
Crédit : Institut Schiller

En moins d’une semaine, la fondatrice et présidente de l’Institut Schiller (notre partenaire au niveau international), s’est adressée à trois séminaires de haut niveau en Europe.

Présentant l’alternative à une crise financière qui menace de provoquer l’effondrement du système financier transatlantique, elle a dénoncé les politiques belliqueuses des principales puissances occidentales, qui portent en elles le germe d’une nouvelle guerre mondiale.

Les 24 et 25 avril, Madame LaRouche est intervenue au IVe forum économique et culturel « Dialogue Est-Ouest » à Baden-Baden, en Allemagne, organisation rassemblant les milieux de la coopération germano-russe.

Le 26 avril, elle a pris la parole dans une grande réunion organisée par l’Institut Confucius des relations économiques de Copenhague, avant de participer à un séminaire organisé le 28 avril à Francfort par l’Executive Intelligence Review, magazine fondé par son époux, l’économiste américain Lyndon LaRouche.

« L’alternative est la perspective proposée par les BRICS » (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), a-t-elle insisté au cours de ces réunions où des hauts représentants des BRICS et de leurs alliés ont aussi pris la parole.

A Copenhague, c’est M. Liu Biwei, ambassadeur de Chine au Danemark, qui a prononcé le discours d’ouverture. Le Pr Liu Chunrong, de l’Ecole des relations internationales et des affaires publiques de l’Université de Fudan, a ensuite présenté la politique de la Nouvelle route de la soie que la Chine appelle « Une ceinture, une route ».

A Francfort, Mme LaRouche a été rejointe par le Pr Shi Ze, de l’Institut chinois des relations internationales, l’ancien ambassadeur grec Leonidas Chrysanthopoulos, le directeur de l’Agence malaise de développement, S. Sundara Raja, et le consul général d’Ethiopie à Francfort.

Au Forum germano-russe

Devant les cercles de la coopération germano-russe à Baden-Baden, Mme LaRouche a incité les Européens à saisir l’opportunité de ce nouveau monde qui émerge autour des BRICS pour trouver une sortie productive à la crise. Beaucoup d’Américains partagent cette vision des choses, a-t-elle observé, tout en s’opposant à la géopolitique destructrice de l’administration Obama.

Au cours de la réunion, un message du ministre russe des Affaires étrangères russes, Sergueï Lavrov, a été lu. Alla G. Grasnova, présidente de l’Université des finances du gouvernement russe, a conclu ses remarques par un puissant appel au souvenir en ce 70e anniversaire de la victoire contre le nazisme, remerciant Mme Zepp-LaRouche pour ses propos très clairs, en tant qu’Allemande, sur les menaces qui pèsent aujourd’hui sur le monde, ainsi que pour son approche optimiste.

JPEG - 46.5 ko
Le professeur Shi Ze, lors du séminaire de l’Institut Schiller à Baden-Baden.
Crédit : Institut Schiller

Cette année, le forum économique et culturel « Est-Ouest » a élargi son centre d’intérêt du seul dialogue germano-russe à la perspective des BRICS. Le Pr Shi Ze, qui était intervenu à la conférence internationale de l’Institut Schiller à Francfort en 2014, a exposé la politique « gagnant-gagnant » de Nouvelle route de la soie adoptée par la Chine et son approche inclusive. Il aborda également la coopération énergétique entre la Chine et la Russie. Ses discours, prononcés dans un russe impeccable, ont été particulièrement bien reçus.

Les interventions de hauts responsables russes des ministères des Affaires étrangères et des Finances, ainsi que de représentants de la Douma, durant ces deux jours de conférences, ont permis aux participants allemands de se faire une idée beaucoup plus claire de la gravité de la situation en Ukraine et de ses répercussions plus vastes. Espérons qu’ils seront en mesure d’agir pour empêcher que le pire n’arrive…

JPEG - 63.4 ko
Klaus Mangold, consul honoraire de Russie à Stuttgart et ancien président du Comité des relations économiques est-européennes de l’industrie allemande.
Crédit : www.gov.ro

D’éminents représentants de la coopération économique germano-russe prirent à leur tour la parole, tel Klaus Mangold, consul honoraire de Russie à Stuttgart et ancien président du Comité des relations économiques est-européennes de l’industrie allemande. Dénonçant les sanctions et la fermeture de tous les canaux de discussion entre l’Europe et la Russie depuis le début de la crise ukrainienne, il a plaidé pour que le dialogue officiel entre l’Union européenne et l’Union économique eurasiatique soit engagé au plus vite, malgré l’opposition des États baltes et de la Pologne.

Intervenants allemands et russes ont tous décrit l’impact catastrophique des sanctions imposées à la Russie, les exportations allemandes ayant chuté de 35 % depuis leur mise en place.

Les intervenants russes ont exprimé le souhait que le processus des BRICS aboutisse à de nouvelles institutions financières, permettant à leur pays de développer ses infrastructures et ses petites et moyennes entreprises sur le modèle du Mittelstand allemand. Mais malgré une réelle volonté de stabiliser et d’étendre les relations avec l’Allemagne et d’autres pays européens, les orateurs sont bien conscients que les sanctions ne laissent à la Russie d’autre choix que de se tourner vers l’Eurasie.

Après deux jours de présentations, ponctués d’un concert donné par des musiciens russes de premier plan et des chœurs d’enfants, et beaucoup d’échanges, la conférence s’est conclue par une dernière table ronde sur « les investissements du futur » dans la culture, la médecine et l’éducation. Helga Zepp-LaRouche y a donné un discours inspirant, tourné vers l’avenir de l’espèce humaine dans le contexte du changement de paradigme en cours.

Répondant aux craintes exprimées par certains en Russie de voir la Chine devenir trop influente, étant donné son développement économique saisissant, Mme LaRouche a mis en valeur les contributions russes au concept du Pont terrestre eurasiatique, autre nom de la Nouvelle route de la soie promue par la Chine.

Le rôle de Lyndon LaRouche

En projetant une série de photos, elle a fait le tour des nombreuses conférences auxquelles elle et son mari Lyndon LaRouche avaient été invités à intervenir en Russie durant les dernières décennies, contribuant ainsi aux apports russes au projet du Pont terrestre eurasiatique, notamment au tunnel sous le détroit de Béring.

PNG - 409.8 ko

Elle montra la carte du « Pont terrestre eurasiatique » publiée par l’Institut Schiller en 1991, conçu comme une stratégie de paix pour le XXIe siècle, avec la construction de corridors d’infrastructures reliant l’Europe à l’Asie. Ceci n’a, hélas, jamais pu se réaliser, car Margaret Thatcher et George Bush, qui voulaient utiliser la thérapie de choc pour faire de la Russie un exportateur de matières premières, ont tout fait pour l’empêcher.

« Mais Lyndon LaRouche et moi-même avons continué à défendre ces idées en Russie », a-t-elle souligné, citant ces quelques exemples : en 1995, dans un forum avec l’ancien Premier ministre soviétique Valentin Pavlov et les économistes Gennadi Osipov et Leonid Abalkin ; en 1997, lorsque l’académicien Alexander Miasnikov présenta un rapport sur le « Pont terrestre eurasiatique », alors que des économistes russes discutaient déjà de ce concept ; en 2001, lors d’une conférence en l’honneur de Pobisk Kouznetzov, basée sur les idées du bio-géochimiste Vladimir Vernadski pour guider l’ordre futur de l’Eurasie ; avec l’académicien Alexander Granberg, qui a mis au point le projet du tunnel sous le détroit de Béring, projet dont il s’était entretenu avec Lyndon LaRouche à Moscou même ; enfin, en soutenant le projet Umka, une ville en Arctique fonctionnant « sous cloche » pour résister au climat extrême de la Sibérie, pouvant aussi servir de modèle à des colonies sur la Lune et Mars.

Citant le Vice-premier ministre Dimitri Rogozine, pour qui les BRICS sont tous des pays aimant explorer l’espace, elle souligna que là était la voie permettant de résoudre les immenses défis que nous rencontrons sur Terre, tels que la sécheresse en Californie, entre autres. Elle encouragea tous les dirigeants mondiaux à mettre en valeur la créativité humaine, seule source permettant de transformer l’univers pour l’amener à un niveau supérieur, ce qui est, après tout, la destinée de l’humanité.

Plus que jamais, l’Europe doit renoncer au bellicisme géopolitique et s’engager avec les BRICS dans une politique de paix par le développement mutuel : signez l’appel de l’Institut Schiller

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet