www.solidariteetprogres.org | BP27 92114 Clichy cedex | 01 76 69 14 50

Accueil >Actualité >Guerre

Vitrenko : arrêtons les purges et les assassinats politiques en Ukraine !

La rédaction
1266 visites
JPEG - 121.3 ko
Natalia Vitrenko, économiste et dirigeante du Parti progressiste socialiste de l’Ukraine (PSPU).
Crédit : S&P

Suicides étranges et meurtres en série. Avec le soutien bienveillant de Victoria Nuland, la sous-secrétaire d’État américaine aux Affaires eurasiatiques, le régime de Kiev, après avoir adopté des lois permettant la réhabilitation d’anciens collaborateurs avec le régime d’Hitler, se lance dans des purges sans précédent contre toute opposition au régime.

C’est dans ce contexte que nous publions ici l’appel lancé le 16 avril 2015 par le Dr Natalia Vitrenko et Vladimir Marchenko, deux anciens députés du Parti socialiste progressiste d’Ukraine (PSPU), au Président ukrainien Porochenko.

Appel de Vitrenko et Marchenko à Petro Poroshenko :

Garantissez le droit à la vie ou démissionnez !

La démocratie et les valeurs européennes que nous promettait l’Euromaidan ont été oublié et piétinées. L’essence même de ceux qui règnent aujourd’hui sur l’Ukraine est le Nazisme, l’élimination physique des dissidents, la répression, l’intimidation des journalistes ainsi que la destruction sociale et économique de notre pays.

Nous disposons d’assez d’expérience politique, en tant qu’anciens parlementaires, pour évaluer le régime actuel. C’est avec regret que nous faisons le constat actuel, mais les faits nous amènent à défendre la justice.

JPEG - 452.5 ko

Pour cela nous vous demandons : cessez d’appuyer le néonazisme, aussi bien en tant que politique qu’en tant qu’idéologie. Cessez d’ériger en héros des collaborateurs d’Hitler, c’est-à-dire de l’Organisation des nationalistes ukrainiens et l’Armée insurrectionnelle ukrainienne (OUN-UPA), en tant que parti et en tant que combattants pour « L’indépendance d’Ukraine ».

Depuis plus d’un an, les grands médias, y compris votre Canal 5, ont caractérisé toute vision contraire à votre régime comme des vues séparatistes portant atteinte à l’intégrité territoriale de l’Ukraine et comme des menaces à la sécurité nationale.

Toute figure publique, scientifique, enseignant, journaliste, auteur ou simple citoyen ukrainien, qui s’engage à plaider pour l’intégrité de l’Ukraine mais propose de fonder la protection du territoire sur la base d’autres principes politiques que vous, la majorité parlementaire et le gouvernement, est immédiatement estampillée comme ennemie du peuple, d’ « ukrainophobe » et d’agent de Poutine. Des listes de « collaborateurs de séparatistes et de terroristes » sont dressées et circulent sur Internet.

Le service de sécurité ukrainien (SBU) et le ministère de l’Intérieur (MVD) répandent des mensonges à propos de gens qui ne leur conviennent pas, lancent des poursuites judiciaires à leur encontre, les jettent en prison et les poussent au suicide.

Parmi ces cas, de façon indiscutable : V. Semenyuk-Samsonenko, M. Chechetov, S. Melnik, A. Peklushenko, A. Bondarchuk, S. Dolgov, A. Mayevsky, D. Denisov et d’autres.

Le régime à également lancé la machine de propagande et de persécution contre Natalia Vitrenko et P. Symonenko.

Depuis quelques jours, l’Ukraine a été frappée par le meurtre d’opposants politiques au régime : le député Oleg Kalashnikov et le journaliste-écrivain Oles Buzyna. Ces meurtres ont été brutaux, provocateurs et sans ambiguïté, commis pour des raisons politiques.

Nous croyons que les horreurs que subit le peuple ukrainien sont liées aux activités des partis néonazis et au soutien que leur accorde le régime, c’est-à-dire les médias et les services de sécurité.

Les lois adoptées le 9 avril 2015 en Ukraine « Sur la commémoration perpétuelle de la victoire sur le Nazisme pendant la deuxième guerre mondiale (39-45) » ; « Sur la condamnation des régimes totalitaires communiste et national-socialiste (Nazi) en Ukraine et l’interdiction de leurs symboles » ; ainsi que « Sur le statut légal et les honneurs en mémoire des combattants pour l’indépendance ukrainienne au XXe siècle », ont qualifié de criminels les régimes de l’URSS et la République socialiste d’Ukraine (SSR) tout en glorifiant des collaborateurs d’Hitler de l’OUN-UPA. Ces derniers sont présentés comme des participants légitimes du mouvement de la libération de l’Ukraine, glorifiant par là même les méthodes qu’ils avaient employées pour combattre leurs adversaires politiques.

Ces méthodes de lutte, qui ont fait deux millions de victimes civiles innocentes, notamment des femmes, des enfants et des vieillards, ont été examinées par le Tribunal international de Nuremberg sur les crimes de guerre. Le monde entier a frémi lorsque la vérité fut révélée. Les atrocités commises par des membres de l’OUN-UPA ont été mises en lumière lors des milliers de procès organisés à la fin de la grande guerre patriotique. Ces crimes ont été jugés si monstrueux que même en 1991, lors de procédures de révision dans certain cas, toute réhabilitation de leurs auteurs fut jugée inappropriée.

Vous avez déjà reçu de notre part des lettres ouvertes vous demandant de ne pas signer les lois mentionnées ci-dessus, puisqu’en ce faisant vous allez diviser l’Ukraine et déclencher un mécanisme conduisant à l’élimination physique de millions d’Ukrainiens par des gangs pro-nazis armés jusqu’aux dents. Comme leurs prédécesseurs, ils justifieront leurs horreurs au nom du combat pour une Ukraine indépendante. Et ils considéreront le meurtre de l’écrivain et journaliste Oles Buzyna comme un « acte de grandeur », tout comme le meurtre de l’écrivain anti-fasciste Iaroslav Halan à Lviv, le 24 octobre 1949.

Petro Alexeyevich (Porochenko) ! Consultez notre Constitution et la Convention européenne des droits de l’homme et des libertés fondamentales, et informez-vous de vos obligations vis-à-vis des citoyens ukrainiens, la plus importante étant celle qui vous oblige à leur garantir le droit à la vie, à la sécurité et à l’inviolabilité de leur personne.

Le SBU et les agences du ministère de l’Intérieur, qui vous sont subordonnés, se doivent de respecter ces obligations, au lieu de mener la répression politique.

Nous vous demandons, personnellement, de remplir vos obligations constitutionnelles, sinon, de quitter la scène politique !

  • 2525€
  • 5050€
  • 100100€
  • 250250€
  • 500500€
  • 10001000€
  • 20002000€
 
Page spéciale
Guerre mondiale, il est minuit moins cinq

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus
Le choix de la rédaction
Autres articles
Plus d'articles

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Notez que votre message n'apparaîtra qu'après avoir été validé par notre équipe.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Vous pouvez utiliser les boutons pour enjoliver votre texte. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires

« Le parti a pour objet de combattre, en France et dans le monde, pour la paix par le développement économique et l'égalité des chances et contre l'usure financière et les idéologies du sol, du sang et de la race. Il défend pour chacun et entre les peuples le progrès matériel, intellectuel et moral. A cet effet, il participe à la vie politique de notre pays, notamment lors des échéances électorales. Il peut apporter son soutien politique et financier à des partis et associations dont l'objet concorde avec celui-ci. »

Extraits des statuts - Article 2 - Objet