Solidarité & progrès est un parti politique qui milite pour la paix par le développement économique mondial, contre le féodalisme financier et les idéologies du sol, du sang et de la race. Les informations que nous diffusons visent à vous faire joindre notre combat en le faisant devenir aussi le vôtre.

La campagne
présidentielle
Cheminade 2017
Flash : 2 décembre - La République se rappelle qu’elle a besoin de savants ! Lire Flash : 2 décembre - Sur le renoncement de François Hollande Lire Flash : 2 décembre - François Fillon veut six fois moins de communes et zéro départements Lire
Accueil Actualité

Traité trans-pacifique ou « préférence impériale » ?

La rédaction
visites
913
JPEG - 37.3 ko

L’ordre international du XXIe siècle sera-t-il fondé sur les notions de droit issues de la IIe guerre mondiale, ou sera-t-il celui de la « préférence impériale » britannique du XIXe siècle ? Ce sont les questions qui empoisonnent les relations entre les États-Unis et la Chine aujourd’hui.

Lors d’une session spéciale du Bureau Politique du Parti Communiste, le 13 octobre, le Président chinois Xi Jinping a, une fois de plus, plaidé pour une réforme du système monétaire international visant à donner aux pays émergeants la place qu’ils méritent.

Des pays en développement comme la Chine sont à l’origine des changements révolutionnaires dans l’ordre du monde, a dit en substance Xi Jinping, et il est désormais nécessaire que la Banque mondiale et le FMI, par exemple, entreprennent des réformes qui reflètent les besoins et les intérêts des marchés émergents.

La question n’est pas juste « une affaire de compétition pour le contrôle de l’économie mondiale », a-t-il expliqué, mais « de définir les rôles et les fonctions que chaque nation aura dans l’arrangement systémique à long terme de l’ordre international ».

Pour Xi Jinping, ce nouveau système doit être fondé sur « l’ordre international et la Charte des Nations Unies, issues de la victoire de la IIe Guerre mondiale », et dont les « objectifs et principes ne sont pas datés » comme certains le prétendent.

Surtout, Xi Jinping a donné un coup de griffe à ceux qui veulent utiliser le protectionnisme dans les échanges et les investissements, comme arme de guerre contre certains pays, attaque à peine voilée contre le Traité Trans-pacifique (TTP) imposé récemment par Obama mais qui doit encore être ratifié par le Congrès.

Un expert du ministère du Commerce chinois, Mei Xinyu, a été plus incisif dans ses attaques contre ce traité, le comparant à la politique de préférence impériale de l’Empire Britannique entre 1930 et 1940. « Le Président américain Barack Obama pouvant devenir l’un des présidents américains dont l’héritage politique est le moins important, rien d’étonnant à ce qu’il soit désespérément à la recherche de quelques succès politiques ». « On peut se demander, cependant, si le TPP n’est pas une nouvelle forme de ‘préférence impériale’, comme celle qu’avait établit le Royaume Uni, même si elle a fini par échouer. »

La préférence impériale était un système de tarifs douaniers et d’accords de libre échange signés entre les domaines et les colonies de l’Empire britannique autour de 1900. Ce système exigeait la signature des accords d’échange exclusifs entre les partenaires ainsi qu’une balance de commerce toujours favorable au Royaume-Uni. L’objectif de ces traités était de garantir l’hégémonie de l’Empire Britannique. Une version renforcée de ce type d’accords est revenue à l’usage dans les années 1920-30.

Lorsqu’en août 1941, à Argentia dans le Newfoundland, le Président des États-Unis, Franklin Roosevelt disait au Premier ministre britannique, Winston Churchill, qu’il faudrait mettre fin à la « préférence impériale » après la guerre, un Churchill furieux répliqua : « Monsieur le Président ... je crois que vous êtes en train d’essayer de vous débarrasser de l’Empire Britannique. Toutes les idées auxquelles vous songez sur la structure du pouvoir du monde après la guerre, le confirment ». Ce système est réapparu sous la forme de la préférence du Commonwealth.

Mei Xinya conclut : « Que ce soit dans les négociations sur le TPP, ou sur la nécessité d’atteindre un accord sur le TTIP (Transatlantic Trade and Inversement Partnership) avec l’Europe, toutes les initiatives des États-Unis ont pour but de maintenir leur hégémonie sur le processus qui établit les règles des échanges internationaux, tout en excluant la Chine.

Contactez-nous !