Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Actualités

Pour 30 anciens directeurs de sites nucléaires, fermer Fessenheim n’est pas rationnel

La rédaction

Nous publions ici dans son intégralité le communiqué publié le 3 octobre par 30 anciens directeurs de centrales nucléaires en réponse à la décision de fermeture du site de Fessenheim.

Fessenheim : Un arrêt injustifié en 2016

Sur la base de leurs connaissances et de leur expérience, trente anciens directeurs de sites nucléaires considèrent que la décision d’arrêt définitif de la centrale nucléaire de Fessenheim en 2016 ne repose sur aucun argument rationnel.

Selon eux, aucun des grands critères à prendre en compte dans ce type de décision ne justifie la mise à l’arrêt définitif de cette centrale :

  1. La sûreté de la centrale est-elle déficiente ? Ce n’est pas l’avis de l’Autorité de sûreté nucléaire qui vient de donner son accord pour la poursuite du fonctionnement pendant 10 ans de Fessenheim 1 au vu des examens et des travaux réalisés pendant la dernière visite décennale et instruit actuellement le dossier de Fessenheim 2. Elle a donné des instructions pour que des travaux soient réalisés dans des délais courts à la suite des examens complémentaires de sûreté post-Fukushima. L’exploitant EDF s’est engagé à les réaliser dans les délais.
  2. Les deux unités de la centrale sont-elles obsolètes technologiquement ? Non : elles font partie d’un parc de production homogène de 58 réacteurs, tous du type à eau sous pression (REP). Elles ont pu bénéficier des améliorations apportées à toutes les unités du parc au fur et à mesure de leur mise en service et de leur exploitation. Fessenheim est au même niveau technique et de sûreté que les autres unités. De plus, il convient de noter que leur centrale de référence construite sous licence Westinghouse aux USA, Beaver Valley 1, qui a démarré un an avant Fessenheim 1, a reçu une autorisation de fonctionnement pour une durée de 60 ans de la part de l‘Autorité de Sûreté des USA.
  3. Ces deux unités sont-elles obsolètes économiquement ? Non, leur exploitation est au contraire très rentable. C’est ce qui ressort du rapport de la Cour des Comptes et du rapport du Centre d’Analyse Stratégique tous deux réalisés sur ce sujet précis en 2012. Ces deux instances, totalement indépendantes de l’exploitant, confirment l’intérêt économique de la centrale de Fessenheim qui dégage un revenu annuel de 400 millions d’euros pour EDF, ce qui contribue à la compétitivité du kWh nucléaire et aux tarifs modérés de l’électricité vendue aux consommateurs français.
  4. Y-a-il une surcapacité de production d’électricité en France et plus généralement sur la plateforme continentale de l’UE ? Non, c’est à la situation inverse qu’il va falloir faire face : aujourd’hui, et plus encore en 2016 avec l’arrêt définitif de nombreuses installations thermiques européennes en raison de leur obsolescence vis-à-vis des nouvelles normes environnementales sur les rejets gazeux. En France, la perte de capacité va être de 87OO MWe à l’horizon 2016 (sans compter les 1800 MWe de Fessenheim) ce qui justifie la poursuite du fonctionnement des installations qui, telles les deux unités de Fessenheim, participent à la production d’une électricité sans émission de gaz à effet de serre.

Par ailleurs, l’argument mis en avant sur la création d’un pôle d’excellence de déconstruction n’est pas recevable. La déconstruction d’une installation nucléaire ne requiert que 10 % environ des effectifs d’exploitation et les profils d’emplois sont complètement différents.

EDF dispose d’une compétence de haut niveau en matière de déconstruction avec un centre d’ingénierie spécifique, le CIDEN à Villeurbanne, qui supervise la déconstruction de 9 centrales représentant toutes les filières. La France, au travers d’EDF et de ses co-traitants, a donc déjà une expertise globale et reconnue sur la déconstruction de toutes les filières nucléaires.

En conclusion, aucun argument rationnel ne justifie l’arrêt prématuré de Fessenheim en 2016, arrêt qui entraînerait la suppression de 2 200 emplois directs et indirects et une perte économique importante pour ce territoire.

Cet arrêt prématuré porterait un grave préjudice à l’un des secteurs industriels dans lequel la France est reconnue au plan mondial.

Nous proposons donc d’attendre la position qui sera prise par l’ASN lors des prochaines visites décennales. De toute façon, l’ASN peut à tout moment exiger l’arrêt momentané ou définitif d’une installation quelle qu’elle soit.

Liste des signataires

Les 30 signataires de ce communiqué sont des anciens Directeurs de sites nucléaires. La plupart d’entre eux ont participé à la construction, à la mise en service, et au fonctionnement du programme électro-nucléaire français lancé au début des années 70. Ces cadres supérieurs ont mis toutes leurs compétences à la disposition du service public de l’électricité, et exercé leur responsabilité d’exploitant nucléaire en manageant les personnels et les complexes industriels dont ils avaient la charge.
Sur la base de leurs connaissances et de leur expérience, ils estiment devoir faire connaître leur point de vue au public.

  • Abraham Jean-Pierre (Ancien Directeur du site du Blayais) ;
  • Andrieux Michel (Ancien Directeur du site du Tricastin) ;
  • Beauchesne Gérard (Ancien Directeur du site de Paluel) ;
  • Bertron Lucien (Ancien Directeur du site de Chooz A, du site du Bugey et du parc EDF) ;
  • Bultel Joel (Ancien Directeur du site de Flamanville et du site du Tricastin) ;
  • Burtheret Jacques (Ancien Directeur du site de Cruas) ;
  • Canaff Yves (Ancien Directeur du site de Golfech) ;
  • Carlier Pierre (Ancien Directeur du site du Bugey et du parc électronucléaire EDF) ;
  • Chevallon Jean-Claude (Ancien Directeur du site de Saint Laurent des eaux) ;
  • Daumas Jacques (Ancien directeur du site de Fessenheim) ;
  • Daurès Pierre (Ancien Directeur du site du Bugey et ancien Directeur Général d’EDF) ;
  • Ferriole Guy (Ancien Directeur du site de Saint Alban) ;
  • Fluchère Jean (Ancien Directeur du site du Bugey) ;
  • Giraud Bernard (Ancien Directeur du site du Tricastin) ;
  • Greppo Jean-François (Ancien Directeur du site de Fessenheim) ;
  • Griffon Fouco Martine (Ancienne Directrice du site du Blayais) ;
  • Halbert Jacques (Ancien Directeur de l’UNIPE) ;
  • Hallé Henri (Ancien Directeur du site de Saint Alban) ;
  • Houpin Bernard (Ancien Directeur du site de Gravelines) ;
  • Lacroix André (Ancien Directeur du site de Creys-Malville) ;
  • Leblond André (Ancien Directeur du site de Fessenheim et du site de Saint Laurent des Eaux) ;
  • Leroy Michel (Ancien Directeur du site de Paluel) ;
  • Magnon Bernard (Ancien Directeur du site de Creys-Malville et du site du Tricastin) ;
  • Maurin Jacques (Ancien Directeur du site de Belleville) ;
  • Morel Max (Ancien Directeur du site de Chooz A et du site de Cruas) ;
  • Peyraud Bernard (Ancien Directeur du site de Nogent sur Seine) ;
  • Schmitt Pierre (Ancien Directeur du site de Creys-Malville) ;
  • Stéphany Patrick (Ancien Directeur du site de Dampierre) ;
  • Vedrinne Jean-François (Ancien Directeur du site de Dampierre et du site du Bugey) ;
  • Virleux Pierre (Ancien Directeur du site de Saint Alban).

Source : communiqué de presse : FESSENHEIM ; Un arrêt injustifié en 2016


Lire aussi :
Déclaration de Jacques Cheminade : Rien ne justifie la fermeture de la centrale de Fessenheim avant au moins dix ans.

Voir les 6 commentaires

  • Gildas Morel • 28/01/2013 - 22:46

    Ce mois ci un journal de vulgarisation bien connu explique dans un encart l’incidence de la fermeture de Fessenheim sur le réseau électrique :
    "La fermeture d’une centrale nucléaire n’est pas anodine pour le réseau électrique. Concernant la disparition de Fessenheim, les études d’impact publiées en novembre dernier par le Réseau de transport d’électricité (RTE) sont même assez inquiétantes : plus encore que la perte de 1800 MW ( soit 1,4% de la production électrique française), le problème vient du rôle essentiel que tiennent ces deux réacteurs dans la maîtrise des flux de courant et de la stabilité de la tension dans la région. Sans Fessenheim, des surcharges fatales risquent de se multiplier sur les lignes... Jusque dans les Alpes. Ce qui nécessiterait de nouvelles lignes, de nouveaux transformateurs, condensateurs ... Autant de mesures qui, selon RTE, doivent être planifiées des aujourd’hui".
    Une nouvelle démonstration que l’idéologie est mauvaise conseillère et qu’une réflexion menée à un plus haut niveau de prise en compte de la réalité et de l’ensemble de ses composantes est essentielle.
    Source : Science et Vie 1145 février 2013 page 95.

    Répondre à ce message

  • Masha • 10/10/2012 - 10:03

    Parmi les signataires figure une ancienne directrice de la communication d’EDF qui fut certes directrice du CNPE du Blayais mais dont le boulot consistait entre autre à diffuser des informations pour le moins "tronquées" pour ne pas dire autre chose ! Pour tous, nous pouvons juste constater qu’ils ont au moins la reconnaissance du ventre. Ils défendront jusqu’au bout une entreprise qui est un état dans l’état. Le nucléaire est considéré ici comme un moyen de production d’électricité comme un autre...A suivre.

    Répondre à ce message

  • ? • 09/10/2012 - 12:06

    Dommage que les personnes qui disent que Fessenheim est une vieille centrale qui fuit de partout parlent et écrivent des choses qu’ils ne connaissent pas ni d’un point de vue technique, environnemental, social ou financier et encore moins dans quel état sont REELLEMENT les installations.
    Il ferait mieux de venir voir . . .
    Une visite ça s’organise !

    Répondre à ce message

  • Elie • 06/10/2012 - 17:25

    La fermeture de cette vieille centrale qui commencait certainement à fuire de partout (sans qu’on le sache, bien sûr) est une excellente chose.
    L’avis de toute toutes ces personnes qui ont fait toute leur carrière dans l’industrie nucléaire est partiale, donc sans intérêt, puisque ce sont des lobbyistes convaincus.
    Dire qu’il n’y a n’y a aucun salut en dehors du nucléaire est un pur mensonge.
    Il y a d’autres voies puisque certains pays, et pas des moindres, ont décidé de l’emprunter....

    Répondre à ce message

  • Elie • 08/10/2012 - 10:24

    Article impartial !!!!!
    Vous devriez demander au PDG de Monsanto ce qu’il pense des OGM.
    Il vous dira que c’est formidable, et vous, vous direz : Vous voyez, c’est formidable les OGM.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 05/10/2012 - 20:35

    Tous ces messieurs étaient des bâtisseurs de la France.
    Aucun nom à la une de la presse pipole
    Aucun attaché à un scandale financier
    Aucun lié à un politique ou un homme de média
    ...... Alors pourquoi not’gouvernement les écouterait-ils ?????????

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard