Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

13 novembre - 17 novembre : A la juste colère des gilets jaunes Lire 13 novembre - L’ange Bruegel et la chute du cardinal Granvelle Lire 13 novembre - M. Blanquer, le budget Education 2019 vous condamne à l’impuissance Lire
AccueilActualité

Nouvelle chance pour la paix au Moyen-Orient

JPEG - 165.4 ko
Kerry et Lavrov lors d’une conférence de presse.

L’annonce par Vladimir Poutine, le 22 février, d’un plan russo-américain de cessation des hostilités sur tout le territoire syrien, a redonné un espoir à la paix. Pour y parvenir, il faut maintenant se battre pour un plan de paix par le développement économique

En Syrie, compte-tenu des immenses difficultés encore à surmonter, comme l’a reconnu le Président russe quelques heures avant l’application de ce projet, le 27 février à minuit, des efforts herculéens devront encore être faits pour aboutir à une paix durable.

Quelles que soient les divergences qu’on peut avoir avec Vladimir Poutine sur d’autres fronts (et il y en a), ce rayon d’espoir est le résultat de l’audace du Président russe, de sa détermination à contrer la volonté impériale de quelques faucons et néoconservateurs anglo-américains et français, prêts à bafouer le droit international pour poursuivre leur œuvre de destruction au Moyen-Orient, et de son talent de stratège. En annonçant son plan à la Russie, le 22 février, Poutine a mis le point sur les i :

L’histoire connaît malheureusement de nombreux exemples d’actions unilatérales : Somalie, Irak, Libye, Yémen, (…) Les accords russo-américains, leur mise en œuvre commune avec tous les pays du Groupe international de soutien à la Syrie (GISS, voir chronologie), ont toutes les chances de devenir un exemple de prise d’action responsable de la communauté internationale, fondée sur le droit international et les principes de l’ONU.

Le cessez-le-feu qui vient d’entrer en vigueur n’aurait pas vu le jour sans la décision russe d’intervenir militairement en Syrie en septembre 2015. Pensons à la situation d’alors. Le soutien apporté à Daech par les Anglo-américains et leurs alliés moyen-orientaux, la Turquie notamment, leur appui et celui des Français à des rebelles prétendument modérés contre Assad, étaient en train de créer les conditions d’une défaite de l’armée de la République arabe syrienne, pourtant la seule force militaire au sol pouvant mettre fin à l’engeance djihadiste !

L’intervention militaire russe a permis de montrer que « le Roi (la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis contre Daech) était nu » : son but n’était pas d’éliminer Daech, mais seulement d’instrumentaliser ce groupe djihadiste pour chasser du pouvoir Bachar el-Assad. Si la Russie n’était pas intervenue, la Syrie serait aujourd’hui en bonne voie pour rejoindre la Libye dans les rangs des Etats « faillis », ayant implosé sous la pression des groupes djihadistes soutenus par l’Occident.

Depuis, que de chemin parcouru ! Grâce à l’appui des avions russes et au renforcement de l’Armée syrienne par la Russie, les forces de Bachar el-Assad et de ses alliés kurdes syriens du PYD sont désormais en position de reprendre le contrôle des 820 km de frontière avec la Turquie. La frontière libanaise étant sécurisée par les milices du Hezbollah, alliées de Damas, celle avec la Jordanie ayant été fermée par le Roi de Jordanie lui-même, la frontière turque est la dernière par laquelle passent les ravitaillements pour Daech, le Front al-Nosra et autres groupes djihadistes soutenus par la Turquie et l’Arabie saoudite. A noter aussi que suite à un accord tacite entre Américains et Russes sur le terrain en Syrie, depuis la relance du dialogue entre ces deux pays en octobre 2015, ils fournissent de façon conjointe assistance et formation aux milices kurdes du PYD.

C’est le déploiement militaire russe qui, depuis octobre dernier, a créé pas à pas les conditions du retour de la diplomatie et de l’ONU dans ce qui était devenu, de l’aveu même de John Kerry, « l’enfer syrien » (voir chronologie).

La diplomatie économique de la Chine

Parmi les contributions notables à ce processus diplomatique, mentionnons aussi celle de la Chine, de plus en plus active dans ce dossier moyen-oriental. Au cours de son récent voyage en Egypte, en Arabie saoudite et en Iran, le président Xi Jinping a montré comment sa stratégie de Nouvelle route de la soie, fondée sur d’importants contrats de coopération économique « gagnant/gagnant », pouvait être le meilleur ambassadeur pour la paix. Ainsi, en Syrie, la Chine s’est déjà engagée à apporter 30 milliards de dollars pour reconstruire le pays après la guerre.

Et selon John Kerry, Pékin aurait joué un rôle important lors de la réunion du GISS, en marge de la conférence sur la sécurité à Munich, les 12 et13 février. Lors de cette réunion, « nous avons été rejoints par une douzaine d’homologues du reste du monde », a déclaré John Kerry lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue chinois en visite officielle aux Etats-Unis, le 25 février.

Mais, c’est le ministre des Affaires étrangères Wang qui est venu de plus loin et a volé le plus longtemps pour participer à cette réunion, contribuant de façon importante à la réussite de nos efforts en vue d’obtenir un accord, ce qui a conduit la Russie et les Etats-Unis à trouver un accord sur la cessation des hostilités et une méthode pour acheminer l’assistance humanitaire.

Le bout du tunnel ?

Pourtant, les obstacles sont tels qu’un pronostic à long terme reste difficile à établir. Il y a d’abord les grands perdants de l’accord russo-américain, qui tenteront d’utiliser la moindre occasion pour saboter une trêve d’autant plus difficile à maintenir que le cessez-le-feu n’implique que le camp de Bachar el-Assad et les forces de l’opposition « non-djihadiste » au régime syrien. La guerre contre Daech et le Front al-Nosra continuera de plus belle.

Les grands perdants sont la Turquie, qui avait cru pouvoir rebâtir son Empire ottoman en annexant des parties de la Syrie vaincue, et l’Arabie saoudite, qui se sent flouée par l’accord entre les Etats-Unis et son ennemi juré, l’Iran chiite. La Turquie ne cache pas son hostilité à l’accord russo-américain. Le 24 novembre dernier, elle n’avait pas hésité à abattre froidement près de ses frontières un avion Su-24 russe et l’un de ses pilotes, qui menaient des opérations contre les djihadistes anti-Assad qu’elle soutient. Dans cette affaire, elle a aussitôt cherché à s’abriter derrière l’OTAN, prétendant que la Russie avait violé son espace aérien.

Depuis le début de l’année, prétextant qu’ils sont les alliés de son ennemi intérieur, le PKK, elle pilonne régulièrement les positions des kurdes laïcs du PYD, pourtant l’une des composantes essentielles de la lutte contre Daech, et que Russes et Américains conseillent conjointement. Le 13 février, alors qu’à Munich le GISS annonçait un accord imminent de cessation des hostilités en Syrie, le ministre des Affaires étrangères turc, Mevlut Cavusoglu, brandissait même la menace d’une intervention turque et saoudienne au sol en Syrie, annonçant que l’Arabie saoudite allait déployer des avions de chasse sur la base militaire stratégique d’Inçirlik, dans le sud de la Turquie.

Le problème n’est pas uniquement que la Turquie et de l’Arabie saoudite fassent cavalier seul. C’est aussi l’instrumentalisation de ces deux pays en rupture de ban, par les faucons et autres néoconservateurs occidentaux qui jouent toujours la carte du pire dans cette région.

Difficile d’évaluer le pouvoir de John Kerry au sein de l’administration. Le Wall Street Journal du 24 février rapporte une opposition très forte à l’accord en cours, du directeur de la CIA, John Brennan, et du ministre de la Défense, Ashton Carter, qui auraient pourtant fini par s’y rallier. Et s’il est clair que les Etats-Unis sont contraints de travailler avec la Russie pour se dégager du bourbier qu’ils ont créé en Syrie, le quadruplement du budget américain de la défense destiné à renforcer les opérations en Europe « contre l’agression russe », et les déclarations le 25 février du général Breedlove, commandant en chef de l’OTAN, pour qui « la Russie représente une menace existentielle à long terme pour les Etats-Unis », sont loin d’exprimer une volonté américaine de détente globale.

Soutenons donc cet accord de paix. C’est à la Chine aussi, désormais, de jouer un rôle déterminant pour cimenter la paix, en contribuant par le développement économique à créer un vouloir-vivre en commun dans la région.

Chronologie

  • 30 sept. 2015. Intervention militaire russe en Syrie, à la demande de Bachar al-Assad.
  • 1er oct. Rencontre Kerry-Lavrov à Moscou pour discuter des « moyens d’un règlement de crise ».
  • 23 oct. Pourparlers à Vienne entre chefs de la diplomatie américaine, russe, turque et saoudienne.
  • 30 oct. Dix-sept pays (de la région et occidentaux) et organisations (ONU, UE) rejoignent les pourparlers. Formation du groupe international de soutien à la Syrie (GISS).
  • 14 nov. Le GISS adopte des objectifs précis : 1) soutien à un cessez-le-feu et calendrier de six mois pour rédiger une nouvelle constitution ; 2) élections libres dans dix-huit mois ; 3) négociations entre le régime et l’opposition, sous l’égide de l’ONU : objectif le 1er janvier.
  • 18 déc. Adoption par le Conseil de sécurité de l’ONU de la résolution 2254 qui « avalise » les objectifs de la déclaration du 14 novembre, définis comme « l’application intégrale du communiqué de Genève du 30 juin 2012 » pour assurer une transition politique « conduite et prise en main par les Syriens ». « C’est au peuple syrien qu’il appartient de décider de l’avenir de la Syrie », souligne le Conseil de sécurité.
  • 12-14 fév. Réunion du GISS en marge de la conférence sur la Sécurité à Munich.
  • 14 fév. Annonce par Kerry-Lavrov d’un objectif très ambitieux : une semaine pour aboutir à un cessez-le-feu, avec livraison en parallèle d’une aide humanitaire à la population syrienne.
  • 22 fév. Annonce par Poutine, après discussion avec Obama, de l’ouverture d’une cessation d’hostilités, le 27 février : accord de non agression entre le régime et les rebelles ayant souscrit à l’accord (Daech et al-Nosra en sont exclus) et pour livrer l’aide humanitaire.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Face au système translatlantique, les BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – ont décidé de poser les bases d’un autre monde : politique de développement économique mutuel, nouveau système monétaire international pour nourrir la croissance, économies physiques tirées par la recherche scientifique.

En savoir plus

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Vent debout contre la loi El Khomri !

3 mars 2016
Nouvelle Solidarité N°5/2016
Vent debout contre la loi El Khomri !

Helga Zepp-LaRouche participe au Dialogue de Raisina à New Delhi

4 mars 2016
Actualité
Helga Zepp-LaRouche participe au Dialogue de Raisina à New Delhi

L’offre chinoise d’une coopération gagnant/gagnant au monde arabe

27 janvier 2016
Actualité
L’offre chinoise d’une coopération gagnant/gagnant au monde arabe

OTAN, Turquie, Russie, Syrie : face à Washington, Hollande choisit la servitude volontaire

22 janvier 2016
Orientation stratégique
OTAN, Turquie, Russie, Syrie : face à Washington, Hollande choisit la servitude volontaire

Y a-t-il deux politiques étrangères américaines ?

2 mars 2016
Actualité
Y a-t-il deux politiques étrangères américaines ?

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard