Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Rainer Sandau : le chemin de la paix passe par la coopération spatiale

La rédaction

Voici la transcription de l’intervention du Dr Rainer Sandau, lors de la conférence internationale de l’Institut Schiller des 25 et 26 juin 2016 à Berlin.

Ancien responsable de l’Agence spatiale allemande (DLR), le Dr Rainer Sandau est professeur adjoint à l’Université Baylor du Texas et directeur des applications satellitaires à l’Académie internationale d’astronautique (IAA).

Retour à toute la conférence et aux autres orateurs.

Vers une nouvelle ère de coopération spatiale

Bon après-midi. Permettez-moi d’abord de remercier Mme Helga Zepp-LaRouche pour m’avoir invité à parler d’un sujet qui me tient à cœur mais qui vous est sans doute peu familier. A la fin de mon intervention, vous aller pouvoir constater par vous-même que ce sujet n’est pas sans rapport avec le thème de cette conférence. J’ai préparé mon exposé de pair avec Jean-Michel Contant, vous le verrez sur une des images. D’abord je veux parler de qui nous sommes et de ce que nous faisons et ensuite, de ce que nous avons changé, pour faire mieux et plus. L’Académie internationale d’astronautique (IAA) a été fondée à Stockholm le 16 août 1960 avec comme président Théodore Von Karman. Il est probablement connu par vous comme un des pionniers de l’espace dirigeant le projet GALCIT à Pasadena (Californie), aujourd’hui le Jet Propulsion Laboratory (JPL). C’est une communauté indépendante internationale d’individus : 1200 experts en activité ; 1700 de 85 pays ; reconnue par l’ONU en 1996 et la qualité de membre résulte d’une forte compétition. Ce n’est pas facile d’être admis en tant que membre.

Les objectifs de l’IAA consistent à promouvoir le développement de l’astronomie à des fins pacifiques ; d’offrir une reconnaissance à des individus ayant contribué à la science ou la technologie spatiale ; de fournir un programme permettant aux membres de contribuer à des efforts internationaux et de promouvoir la coopération internationale dans l’avancement de la science aérospatiale.

Je veux souligner qu’en tant qu’association d’individus, nous pouvons réaliser nos rêves et travailler sur des sujets qui ne sont pas forcément dans l’intérêt des groupements industriels ou des organisations que nous représentons. Nos membres sont réellement libres de travailler en tant qu’individu. La direction est formée par un haut conseil de patronage composé de 11 anciens patrons d’agences spatiales. Six commissions couvrent tous les aspects de l’activité spatiale : science fondamentale, science de l’ingénieur, science de la vie et sciences sociales. Et l’agence offre aux meilleurs experts des autres domaines des occasions pour se rencontrer, se connaître et échanger. Et cela marche réellement.

L’agence possède également des secrétariats dans 30 régions, dont la Syrie. En Syrie, nous avons un secrétaire régional, le Dr Hussein Ibrahim, qui a été l’ancien directeur général de la General Organization of Remote Sensing (GORS, Organisation générale de la télédétection). C’est peu connu mais la Syrie a déjà envoyé un astronaute dans l’espace et disposait d’un bon programme spatial. Évidemment, dans la situation actuelle, cela devient très compliqué. Il reste un excellent ami, mais depuis des années il ne peut plus obtenir de visa pour se rendre en Allemagne. Il est clair qu’il ne fait pas partie des Syriens que Mme Merkel invite à s’installer en Allemagne…

Mme Shaaban nous a parlé de ce site historique intéressant en Syrie. Cela m’a rappelé que lorsque je me suis rendu en Syrie, j’ai pu visiter ce site et j’avais été émerveillé par son histoire et son architecture. J’avais proposé à l’époque, c’est-à-dire il y a une quinzaine d’années, d’utiliser la télédétection et l’informatique pour mettre les données de ce site à disposition de façon interactive aux chercheurs du monde. Évidemment, j’ai quelques bonnes relations avec des gens sur place.

Un petit aperçu de ceux qui sont membres de l’IAA dont notamment le premier homme dans l’espace Youri Gagarine (1934-1968), la première femme dans l’espace Valentina Tereshkova et Alexei Leonov, le premier homme à réaliser une sortie extravéhiculaire dans l’espace. Sur cette photo du premier satellite américain Explorer I, on voit les académiciens William Pickering, James van Allen et Werner von Braun. Le premier homme à poser le pied sur la Lune était Neil Armstrong. Voici Buzz Aldrin, et cela, c’était il y a presque 50 ans ! Vous vous imaginez ! Il y a cinquante ans on s’est posé sur la Lune et cela reste un objectif de rêve. Le record mondial dans l’apesanteur, c’est 18 mois, et il est détenu par Valeri Polyakov. Et, évidemment, avec la Route de la soie, Yang Liwei, est la première taïkonaute chinoise.

Ainsi, l’IAA organise 18 à 20 conférences par an. Sur ces images quelques impressions de celles organisées à Beijing, Bangalore, Moscou, Fukuoka et Berlin. Actuellement on en prépare 42 nouvelles. Voici une palette des imprimés sur des questions relatives à l’espace. Nous sommes une maison d’édition depuis 2012 avec une collection sur les programmes, les missions et les applications technologiques pour les petits satellites mais aussi la télédétection en général et les actes des colloques de l’IAA. On a également publié un dictionnaire de l’espace, libre de droits. Nos deux dernières publications sont en gaélique et en Afrikaans, toujours reliées à l’anglais, le français et l’allemand.

Lors de notre 50e anniversaire, nous avons décidé de faire quelque chose de différent qui s’ajoute à nos activités académiques mais qui communique au grand public l’élan moral de nos activités. On a donc décidé d’organiser un sommet réunissant les grands patrons des agences spatiales mondiales. Quatre sujets furent abordés : les vols habités, l’exploration robotique, le changement climatique et les systèmes « verts », et la gestion des catastrophes naturelles.

En réalité, beaucoup de coopérations sur ces sujets datent depuis longtemps : la station spatiale internationale a été lancée il y a 20 ans par seulement huit pays. A l’époque il n’existait que la moitié des agences spatiales d’aujourd’hui.

La Russie et les États-Unis ne peuvent pas garder l’exclusivité sur l’accès à l’espace. Peu de coopérations avec les agences spatiales de pays émergents ont été nouées. Il en faut plus.

Le grand sujet du sommet était donc comment équilibrer ces nouvelles aspirations et comment coordonner cela avec les programmes, les budgets et les intérêts nationaux et les besoins ? Ils sont très différent entre grand pays et pays émergents. Comment coopérer avec un grand nombre de partenaires. Comment susciter la confiance et obtenir la transparence ? Comment partager les meilleures pratiques ? E comment garantir qu’on se serve de l’espace d’une façon responsable et dans des conditions de sécurité optimale ?

L’IAA est donc un catalyseur. Nous n’avons pas de pouvoir exécutif mais nous pouvons réunir les gens et les encourager à travailler ensemble. Cependant, nous essayons de travailler sur des projets concrets, des études et des projets pilotes dans les quatre domaines que je viens d’évoquer et ceci afin de préparer la coopération spatiale pour les nouvelles générations. Vous savez, il s’agit d’un changement culturel. La situation à laquelle nous faisons face aujourd’hui est inhérente à notre génération et nous ne pouvons pas nous débarrasser de nos propres ombres. Cependant, nous devons préparer le futur.

Ce sommet des chefs d’agences, qui a eu lieu à Washington en novembre 2010 dans le cadre de notre 50e anniversaire, a été réellement historique. Sur cette photo vous les voyez, assis côte à côte, approuvant l’idée d’une grande coopération. Là, vous pouvez identifier le Vietnamien Pham Anh Tuan serrant la main de Charlie Bolden (patron de la NASA). C’est sans précédent et j’espère que cela reflète ce qui se passera dans l’avenir. L’objectif du sommet était d’obtenir un consensus au plus haut niveau sur la coopération et d’encourager des initiatives de coopération dans les quatre domaines mentionnés et sur laquelle l’IAA a travaillé.

Ici, par exemple, les couvertures de nos études sur le besoin de coopération sur les applications spatiales pour étudier le changement climatique, l’exploration robotique, les vols habités et la gestion des catastrophes naturelles.

Bien sur, il s’agit de thèmes très larges qu’il faut décliner en taches plus réduites. Ainsi, à tous les échelons, les gens peuvent se mettre au travail. Cet ordre des priorités a été fixé en 2011. Ensuite on a réuni des comités directeurs et des groupes de coordination chacun en charge d’un domaine. Depuis lors, en est passé à la phase de réalisation et l’on discute aujourd’hui avec plus de 40 agences spatiales pour que ces projets deviennent une réalité.

Il y a eu quelques réunions de suivi dont celle organisée à Kiev en 2012, à Mysore et à Naples où 14 chefs d’agences ont pu aborder des sujets spécifiques. Chaque agence ne va pas forcément s’engager dans les quatre domaines de référence. Par exemple, les pays en voie de développement ne sont pas très impliqués pour l’instant dans les missions robotiques. Cependant, pour eux, le changement climatique et la gestion des catastrophes naturelles est un sujet. En janvier 2014, la conférence de Washington sur les vols habités et l’exploration robotique a permis de franchir un cap. C’est lors de cette conférence que j’ai eu l’occasion et le plaisir de rencontrer Mme Helga Zepp-LaRouche.

Voilà un aperçu de la situation. Toutes ces rencontres font que les agences finissent par se parler et travailler ensemble, bien que cela prenne un certain temps pour se mettre en place, car chacun a son propre budget, ses propres idées et ses propres priorités. Tout cela doit nécessite d’être accordé et cela prend du temps. Mais c’est en train de se faire.

La deuxième conférence marquante, sur le changement climatique et la gestion des catastrophes naturelles, a eu lieu dans la capitale du Mexiques avec 40 patrons d’agences. Les échanges s’intensifient et se font au niveau opérationnel.

Enfin, pour conclure, l’IAA est un organisme unique capable de catalyser une coopération à une échelle sans précédente : « Ensemble dans l’espace, afin d’enrichir tout le monde sur Terre ». Et l’intention, c’est de convaincre les décideurs d’imaginer la coopération dans le domaine spatial dont les nouvelles générations ont besoin. Pour cela nous devons produire d’autres rapports et faire des propositions concrètes afin que les prochains sommets puissent aboutir à des actions concrètes.

C’est ma conviction que ce sujet s’insère pas mal dans la thématique de cette conférence et j’espère que cela vous a donné un aperçu de ce qui se passe dans ce domaine, le spatial, qui, pour la plupart des gens, reste un sujet exotique. Pourtant, ce n’est pas exotique du tout, car toute notre existence quotidienne est déjà régie par le spatial. Et j’espère que cela vous démontre qu’une coopération pacifique entre nations est possible, une chose à souligner après ce que nous venons d’entendre de Syrie et d’autres pays. Merci.


Retour au programme de la conférence avec les liens aux autres interventions.

Retrouvez toute la conférence sur le site New Paradigm.

Cet article a été repris d'un autre site.

Écrire un commentaire

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Face au système translatlantique, les BRICS – Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud – ont décidé de poser les bases d’un autre monde : politique de développement économique mutuel, nouveau système monétaire international pour nourrir la croissance, économies physiques tirées par la recherche scientifique.

En savoir plus

Conférence de Berlin :
l’Institut Schiller intensifie son offensive pour la paix

8 juillet 2016
Nouvelle Solidarité N°14/2016
Conférence de Berlin : <br>l’Institut Schiller intensifie son offensive pour la paix

Adeline Djeutie : quel rôle pour l’énergie nucléaire dans les pays en voie de développement ?

13 juillet 2016
Actualité
Adeline Djeutie : quel rôle pour l’énergie nucléaire dans les pays en voie de développement ?

Alain Gachet : faire jaillir l’eau du désert grâce aux satellites

12 juillet 2016
Science
Alain Gachet : faire jaillir l’eau du désert grâce aux satellites

Face cachée de la Lune : la Chine lance le défi !

26 mars 2016
Science
Face cachée de la Lune : la Chine lance le défi !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard