X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilÀ répartirArticles variés
Articles variés

D’Azincourt au château d’Yquem : Nicolas Sarkozy, candidat de la rupture ?

JPEG - 112 ko
Merci patron !

Nicolas Sarkozy est-il un homme de rupture ? Comme à l’époque où François Mitterrand nous vendait son image d’homme de « changement » en posant devant un coucher de soleil magique éclairant un petit village de la campagne française et respirant l’odeur de la « belle France » du Maréchal, Nicolas Sarkozy n’hésite pas à son tour à cultiver le goût du paradoxe ambigu de « la rupture ».

Depuis novembre, son « Cercle Azincourt », grâce à la méthode de « speed-dating » organisé dans l’arrière-salle d’un café parisien dont le nom est révélé à la dernière minute, recrute à partir de 16 ans des jeunes enthousiastes. Un des sites Internet de Sarkozy en annonce la finalité : « A 18 mois des élections présidentielles, au-delà des querelles de personnes, la France est-elle prête au changement ? Sans doute pas. Quel que soit le candidat élu en 2007, il aura peu de marges pour réformer la France et rompre avec un modèle archaïque, faute de soutiens dans la société civile. » Pour organiser ce soutien, le Cercle Azincourt se propose donc de « populariser l’idée de rupture » afin de « sortir la France de ses peurs » et de « l’ouvrir à la réalité du monde », en regroupant « des diplômés de SciencesPo, de Normale Sup, de l’Ecole de Guerre économique, de l’Ecole supérieure de Journalisme, ...des avocats, des lobbyistes, des financiers, des communicants, des entrepreneurs... »

Pourquoi Azincourt ?

A Azincourt, la fine fleur de la Chevalerie française fut terrassée en 1415 par de courageux archers anglais, pourtant très inférieurs en nombre. « Les Français payaient leur arrogance, leur enfermement dans des armes et des concepts archaïques, la surprotection de leurs armures, lourdes au point de les enliser, face à l’extrême mobilité des flèches anglaises. » Etablissant ce parallèle métaphorique avec aujourd’hui, les adeptes de Sarkozy prétendent « qu’à nouveau les Français s’enlisent sous la surprotection de leur modèle social, anachronique, qui ne leur permet plus de s’adapter à l’environnement. A nouveau leur arrogance les conduit à penser que leur système est le meilleur du monde. Il y a des ratés ? C’est la faute à l’Europe ! C’est la faute au libéralisme ! (sic) Et les Français de rejeter la construction européenne, de faire l’autruche, de refuser de voir le monde. »

Derrière ce sophisme, la réalité se dessine quand on constate que le document de référence de cette mouvance n’est autre que le Rapport Camdessus (octobre 2004) ! Michel Camdessus, qui partage un groupe de prière avec Jacques Delors, est l’ancien président du Fonds monétaire international (FMI), cette institution devenue poigne de fer d’un syndic de créanciers qui força les pays du tiers monde à payer une dette essentiellement illégitime au prix de leur sang et de leurs larmes, est également l’homme « sage » à qui Sarkozy avait commandé un rapport pour analyser « les freins à la croissance en France ».

Une mondialisation financière sans pitié, des délocalisations qui transforment la France en musée, la privatisation irréfléchie des services publics, le détricotage du code de travail permettant d’instaurer une flexibilité totale, le démantèlement de notre système de santé, la baisse des charges fiscales pour les plus aisés, l’instauration d’une méritocratie qui abandonnerait les plus faibles : voilà la « révolution » philosophique que Sarkozy veut nous imposer, une révolution digne des néo-conservateurs d’outre Atlantique. Car, ce faisant, elle rompt avec les engagements issus du Conseil national de la Résistance (CNR), flamme d’inspiration pour la reconstruction de l’après-guerre et à l’origine des « Trente Glorieuses », des années de croissance permettant de réduire les inégalités économiques et sociales.

Sarkozy dit que « La France ne redoute pas le changement, elle l’attend. » Mais qui sont ses amis et protecteurs ? Quel est son modèle de cette réussite qu’il prétend vouloir pour tous ? On le découvre quand Sarkozy s’est rendu au mariage de la fille de son grand ami Bernard Arnault, celui qui, avec Martin Bouygues, fut le témoin de son propre mariage avec Cécilia en 1996.

Quel mariage !

Revenons un instant sur ce mariage, « chic et sobre, à l’image du luxe de son groupe », qui unit Delphine Arnault, fille unique de Bernard Arnault (PDG de Louis Vuitton Moët Hennessy LVMH), à Allessandro Vallarino Gancia, descendant napolitain du groupe italien des vins et spiritueux Gancia, et dont les visages, dignes du musée Grévin, furent immortalisés sur vingt-cinq pages glacées de Paris Match.

La rupture ? L’écrin de la Rolls Phantom de 1937 utilisée pour amener les mariés à la cathédrale, où « altesses royales et barons de la finance faisaient cortège autour de l’empereur du luxe » et où les « premières » de Dior sont venues rectifier fiévreusement quelques plissures malencontreuses dans la robe de la mariée, créée par John Galliano avec 165 mètres d’organza, 180 de tulle et 152 de dentelle...

Drôle de rupture aussi, ce repas pour sept cents convives, où Nicolas Sarkozy retrouve Thierry Breton, ministre de l’Economie et des Finances, Jean-François Copé, ministre délégué au Budget et porte-parole du gouvernement, Renaud Dutreil, ministre des Petites et Moyennes Entreprises, et Renaud Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture.

Véritable sacre pour le père, ce mariage avait surtout l’air d’une réunion incestueuse du conseil d’administration de France S.A., avec la présence de Claude Bébéar (Axa), Jean-René Fourtou (Vivendi Universal), Serge Dassault (armement, Le Figaro), Michel Pébereau (BNP Paribas), le baron Ernest-Antoine Seillière (ancien président du Medef), Henri Lachmann (Schneider Electric), Albert Frère (millionnaire belge entré à LVMH), Edouard de Rothschild (l’hippique parrain de Libération), sans oublier Hubert Védrine (ancien ministre des Affaires étrangères de Mitterrand, récemment entré au conseil d’administration de LVMH).

Un regard sur les vrais tenants de la direction de LVMH indique que les invités ne venaient pas forcément pour faire plaisir aux seuls mariés. Le vice-président de LVMH n’est autre qu’Antoine Bernheim, de la banque Lazard Frères et du « géant vénitien de l’assurance » Generali, véritable faiseur de roi de la plupart des grands chevaliers de la finance française (Edouard Stern, Vincent Bolloré, François Pinault, Jean-Marie Messier, etc.). En ce qui concerne ses options politiques, L’Expansion écrivait en juillet 2004 qu’« à l’exception de personnalités de gauche, comme les socialistes Dominique Strauss-Kahn, Laurent Fabius ou encore Jean-Paul Huchon, le président de la région Ile-de-France, les sympathies d’Antoine Bernheim le portent plutôt vers des figures de la droite. Parmi elles, Raymond Barre [disciple de Kojève, ndla], ancien administrateur de Generali et ami personnel, et l’actuel patron de Bercy, Nicolas Sarkozy. »

Mais le monde de la finance est très petit, car à LVMH on trouve également Nicolas Clive Worms (famille de réputation synarchiste), Jacques Friedman (UAP), Arnaud Lagardère (le producteur de missiles propriétaire du quotidien Le Monde), sans oublier l’inévitable Félix Rohatyn (« Felix the fixer ») de la banque Lazard Frères à New York (avec qui Sarkozy a pu dîner lors de sa visite aux Etats-Unis).

LVMH, Thatcher, Cheney et Blair

Si vous pensez que malgré tout, cette société semble vouloir défendre les couleurs de la France dans le monde, vous vous trompez lourdement de parfum. Rappelons d’abord que 26 % du chiffre d’affaires de LVMH se réalise aux Etats-Unis, contre seulement 21 % en Europe et 15 % en Asie. L’intégration dans l’establishment financier anglo-américain ressort aussi par la présence d’un autre membre influent du conseil d’administration de LVMH : Lord Powell of Bayswater. Ce dernier fut le secrétaire privé de l’ultra-libéral Premier ministre Margaret Thatcher et de John Major pour les affaires internationales et de défense. Lord Powell, ancien directeur du Jardine Matheson Group, siège aussi au conseil de New Bridge Strategies, une société présidée par Joe Allbaugh, ancien chef de cabinet et directeur de campagne du gouverneur George W. Bush au Texas en 2000. Cette société vend du conseil sur l’obtention de contrats juteux en Irak... Lord Powell assista d’ailleurs à une réunion importante du Gotha des néo-conservateurs qui s’est tenue sous les auspices de l’American Enterprise Institute à Beaver Creek (Colorado) en juin 2000, où il s’est exprimé sur la « New Europe » aux côtés de Valéry Giscard d’Estaing. Lord Powell y rencontra Lynne Cheney et son mari, le futur vice-président Dick, un Cheney dont la société Halliburton est aujourd’hui épinglée pour avoir détourné les fonds destinés à la reconstruction de l’Irak. Mieux encore, mais pas très étonnant, le frère de Charles, Jonathan Powell, est l’actuel chef de cabinet de Tony Blair, autre figure fortement appréciée par Nicolas Sarkozy, capable, en temps utile, de reconnaître son intérêt temporaire au-delà des clivages idéologiques mais le situant de manière permanente dans l’univers de la finance. On comprend mieux aussi pourquoi « Sarkozy l’américain » affirmait, lors de sa visite aux Etats-Unis, qu’il avait « honte d’être français » à cause de la position de son pays lors de la guerre contre l’Irak.

Il semble donc pour le moins improbable que Sarkozy mènera une politique de rupture avec cette oligarchie française arrogante et anachronique qui lui a offert sa carrière et compte le porter au pouvoir. Et pourtant, par des choix financiers « archaïques » à courte vue, c’est bien elle qui a endetté et désindustrialisé le pays pour nous conduire au désastre actuel.

La cuvée Sarkozy apparaît donc bel et bien comme le pur produit des châtelains d’Yquem. Sa rupture ne se fera donc que dans la continuité : celle de la défense du people, à ne pas confondre avec celle du peuple.

Vive les archers d’Azincourt, pourvu que leurs flèches ne ratent pas les féodaux du XXIème siècle !

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard