X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

A quoi joue la direction iranienne ?

La rédaction

2 janvier 2010 (Nouvelle Solidarité) – Lors d’une manifestation progouvernementale, l’ayatollah Ali Khamenei, l’actuel Guide suprême de la révolution islamique, a dénoncé les dirigeants de l’opposition comme des « maharab », un mot persan désignant « ceux qui agissent contre la volonté de Dieu ».

Une source américaine basée en Iran y voit une menace de mort à peine déguisée contre les dirigeants d’une opposition à l’origine des manifestations récentes qui ont rappelé la réalité de son existence.

De nombreux observateurs attribuent le meurtre de Seyed Ali Mousavi, le neveu de l’ancien candidat aux élections présidentielles de 2009, Hussein Mousavi, aux milices bassidjis déployées par le régime pour traquer et abattre les opposants. Le commandant Ahmed Reza de la police iranienne a déclaré que l’assassinat par arme à feu est suspect puisque la police n’était pas équipée d’armes à feu. Pendant les manifestations de juin et de juillet, il semblerait que seuls la milice bassidjis et les agents des Corps des gardiens de la révolution islamique (GRI ou Pasdarans) étaient armés.

Les dirigeants de l’opposition ont fait savoir qu’ils ont eu vent de l’existence de « commandos de la mort » grâce à des informations provenant de l’intérieur des Pasdarans. Certains Pasdarans refusent que le conflit actuel ne dégénère en guerre civile générale et contestent la confiscation du pouvoir par Khamenei et Ahmadinejad sans pour autant vouloir un changement de régime.

« C’est le rôle de l’armée qui sera désormais déterminant », avoue une autre source. « Si l’armée se rallie à l’opposition, les tenants de la ligne dure seront devant un choix difficile. Il n’est pas sûr que le régime est prêt à déclencher une guerre civile sanglante ».

Parmi les experts, le débat fait rage : la faction dure des Pasdarans cherche-t-elle délibérément une confrontation avec Israël afin d’asseoir son propre pouvoir et en créant le prétexte idéal pour museler toute opposition ?

Dans une tribune publié par Le Figaro, François Géré, le directeur de l’Institut français d’analyse stratégique (IFAS) estime pour sa part que dans ce contexte, toute politique de durcissement des sanctions, notamment envisagé par le Conseil de sécurité de l’ONU, « serait contre-productive : elle fournirait un argument aux gardiens de la révolution pour utiliser à leur profit un sentiment national qui s’est détourné d’eux. Aujourd’hui, les plus durs parmi les pasdarans et les chefs des milices bassidjis courent le risque d’un isolement politique. Le recours à la violence et les manquements aux principes de la république islamique ont provoqué l’union des modérés, des réformateurs, des libéraux, de la bourgeoisie et des ouvriers ».

Le professeur Géré, pense qu’il est « impératif de reconsidérer les sanctions (…) Le Conseil de sécurité devrait sans tarder déclarer un moratoire sur les sanctions jusqu’au retour d’une stabilisation pacifique en Iran ».

Pour d’autres observateurs, les Pasdarans cherchent à consolider d’ici 12 à 18 mois leur mainmise totale sur les principaux ministères et l’économie iranienne. S’ils y arrivent, même le guide suprême Khamenei sera mis hors jeu.

Des spécialistes militaires de la région estiment qu’une éventuelle attaque israélienne ne se limitera pas à l’usage de l’armement conventionnel. « Israël ne peut pas endommager efficacement l’Iran sans utiliser l’arme nucléaire », avertit un spécialiste.

Lyndon LaRouche a averti cette semaine qu’Ahmadinejad, en poussant toute la région dans une guerre permanente, se comporte de fait comme un agent britannique, de concert avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, « un autre avoir britannique ».

Toute la dynamique de guerre qui enflamme cette région est « made in London », souligne LaRouche. « La monarchie britannique, y compris la Reine, tous ont pété les plombs après l’échec cuisant du sommet de Copenhague. Dans ces conditions, ils sont capables de déclencher une troisième guerre mondiale ».



Voir les 8 commentaires

  • yannick • 05/01/2010 - 17:27

    plus tot que de regarder londre , larouche ferait mieu de regarder washington et les usa qui sont a l’origine de toutes les guerres depuis longtemps.
    si il n’y avait pas les usa en 39 il n’y aurait pas eu hitler au pouvoir , il faut dire la vérité , ce n’est pas le newdeal qui a sorti les usa de la crise mais la deuxieme guerre mondiale , ford a fournit autant de moteurs aux allemands qu’a l’armée us , exxon l’huile et l’essence dont avait besoin hitler pour envahir l’europe (vous avez deja vu du petrol en allemagne ) votre pays , monsieur larouche est a l’origine de toutes les guerre et dictatures ( amérique latine , moyen orient , afrique )les usa ne vivent que grace aux armes fabriquées et au pétrol volé , le probléme est aussi aux usa , et roosevelt était un imposteur , il préférait hitler le fasciste a staline le comuniste et il faudra attendre de voir l’armée allemande reculer pour voir les usa dans la guerre , car les américains sont venuent par peure que les russes ne délivrent l’europe et non pas pour délivrer l’europe.
    votre pays est mauvais , votre peuple ne pense qu’a lui , a ses 4X4 , ses M16 , ses cowboys stupides , vous avaient massacrez 100.000.000 d’indiens , alors les usa et sa marionnette obama ne valent par mieu que londre.
    l’iran n’est pas une marionnette , on ne diabolise pas les marionettes , et pourquoi pas chavez aux service de l’empire .

    Répondre à ce message

  • aliouane • 03/01/2010 - 00:42

    Allons allons, mais voyons donc Mr Larouche, il ne faudrait pas voir des démons britanniques partout ou il ya des troubles. C’est limite parano … Nedjad un agent britannique !!! Cela manque terriblement de cohérence et peut très bien porter atteinte à la crédibilité de l’organisation.
    Dans la crise iranienne actuelle il ne faut pas y voir plus qu’une crise de modernité. Une étape de développement nécessaire pour refaire completement la structure socio-économique d’un pays comme l’Iran.. Avec son haut taux d’alphabétisation et le niveau de son Université, l’Iran est maintenant mûr pour une grande transformation. c’est une crise qui va mener l’Iran a un stade supérieur, plus évolué, plus stable et portant les germes d’un nouveau dynamisme bien différent de celui régi par la mécanique révolutionnaire. Un system aujourd hui inadapté au jeunes iraniens. Bien sûr cela ne se fera pas sans violence. L’histoire nous a appris que cela est impossible. Les britanniques et les israéliens sont (comme tout le monde) surpris par ces troubles justement parce qu’ils savent tres bien qu’ils ne sont pas à l’origine de cette instabilité. il faut comprendre que c’est une affaire interne mue par des forces internes. ceux qui pensent que c’est les britaniques qui sont derieres, se gourent et cela explique la non-consistance de leurs analyses.

    Répondre à ce message

  • anne-nonyme • 02/01/2010 - 13:21

    Il me semble que vous jouez le jeux des britanniques et que vous êtes fort mal renseignés sur la situation. Le mouvement d’"opposition" est une création de l’occident et qui regroupent des forces anti-démocratique, sectaire et capitalistes. Mousavi est soutenu par Rafsanjani qui ne souhaite qu’une chose, la privatisation du petrole (Rafsanjani est un agent britannique qui a fait fortune du temps du shah). L’OMPI ce groupuscule sectaire terroriste est derrière les violences et attentats qui se sont succédés en Iran.
    Monsieur LaRouche devrait s’entourer de gens un peu plus au fait de la situation sur place s’il ne veux pas risquer de jouer le jeu des britanniques. Concernant Ahmadinejad, il serait temps de relire ses discours et les remettre dans leur contextes pour bien comprendre qu’il ne souhaite pas la guerre. Par ailleurs personne de sérieux ne peut douter de sa réélection par plus d e60% des votes... Même la CIA l’a reconnu.
    Il faut faire très attention à la manipulation des média, et surtout des soit disant expert en géostratégie. Car si je me souvient bien lors des derniers rendez-vous internationaux dans les pays soit disant démocratiques, les forces de l’ordre on usé et abusé de la force sans que les média ne s’en émeuvent (puis je citerais les émeutes en France, los angeles aux USA etc...)

    • georges • 02/01/2010 - 22:34

      tous a fait daccord avec vous surtout que sur la population globale ils sont combien 10 pour cents de la population. on nous baratine en faisant croire que c’est presque tous le peuple qui se leve contre le gouvernement ce qui est archi faux.on retrouve les revolutions de couleurs pour l’iran c’est le vert.pour ma part je trouve que le gouvernement de l’iran a été plus que patient.

    Répondre à ce message

  • Princedenogent. • 02/01/2010 - 17:34

    Cela fait déjà bien longtemps que les britanniques ont pété les plombs, la première fois c’était en 1991 en réaction à la chute du Mur de Berlin, ils ont déclenché avec la complicité de Bush Senior la Guerre du Golfe.

    Ils ont aussi compris que le XXIème siècle verra le déclin et la chute finale de la domination du Commonwealth sur le restant du monde, et ce au profit d’un monde multipolaire sans gouvernance mondiale ; ils craignent aussi l’inévitable Révolution Mondiale qui éclatera entre 2010 et 2012.

    Répondre à ce message

  • Alain55 • 02/01/2010 - 15:35

    Pour ma part j’ai la très nette impression, que l’étrange contestation générée (entre autre) par la CIA en Iran a repris pour déstabiliser le pays, selon la bonne vieille technique du diviser pour régner. Je n’ai aucune confiance dans ce que relatent les médias occidentaux à propos de l’Iran (surtout le Figaro quotidien sioniste...) dont le président a été élu généreusement en dépit de tout. Ahmadinejad est largement plus populaire et respecté, qu’Obama ou Sarkozy dans leur propre patrie.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 02/01/2010 - 14:22

    Toute la dynamique de guerre qui enflamme cette région est « made in London », souligne LaRouche. « La monarchie britannique, y compris la Reine, tous ont pété les plombs après l’échec cuisant du sommet de Copenhague. Dans ces conditions, ils sont capables de déclencher une troisième guerre mondiale ».

    Des spécialistes militaires de la région estiment qu’une éventuelle attaque israélienne ne se limitera pas à l’usage de l’armement conventionnel. « Israël ne peut pas endommager efficacement l’Iran sans utiliser l’arme nucléaire », avertit un spécialiste.

    Tout cela n’est pas très réjouissant ni pour ces peuples très vieux ni pour ces pays ,,et leurs cultures qui risquent de disparaître.

    Mais dans une telle situation si tant est qu’"ils" réussissent que fera la France de Sarkozy ? que feront les pays voisins ?

    C’est parce que je pense qu’ils sont capables du pire qu’il est plus que temps de continuer à organiser la résistance de nos peuples ;, en effet les guerres des 60 dernières années sont des guerres qui durent une ou deux décennies...

    Il est indispensable que les moins de trente ans soient conscients de cela. Ce sont eux qui reconstruiront nos pays.

    C’est le voeu que je forme en ce début de nouvelle année...

    Répondre à ce message

  • matiere invisible • 02/01/2010 - 12:43

    La crise financière actuelle qui est due aux Credit Default Swaps, un modèle mathématique inventée par une jeune cambridgienne devenue banquière de la JP Morgan nommée Blythe Masters.
    L’idée de base était le suivant : comment transférer le risque de défaut sur quelqu’un d’autre que la banque qui prête ?
    Elle a déclaré au Guardian qui l’a interrogée sur les effets destructeurs de son invention sur l’économie mondiale : "je crois que les CDS ont été mal utilisés, exactement comme un pauvre ouvrier a tendance a blâmer ses outils". Comme l’inventeur de l’explosif en somme, Mr Nobel, ou du revolver, Mr Colt... Et maintenant, ce regard pourtant plein de charme travaille sur la même chose, mais sur une base carbone qui doit être transformé en argent... Vous imaginez ? Transformer tout le carbone en dollars ? C’est mieux que l’alchimie... Et là, tout le monde sait qu’une immense arnaque va être faite, exactement comme avec la bulle Internet. Un spécialiste annonce même "que les spéculateurs finiront par contrôler le prix du carbone et que les banques seront tentées d’augmenter le marché en recrutant des investisseurs dans les fonds de pension et autre fonds". Le fait même que celle qui a inventé les CDS soit à la base du marché carbone devrait vous inquiéter. Dans tous les cas, la taxe carbone est une immense arnaque. Lire ce grand papier dans "Naked capitalism".
    Message tiré du site de Jovanovic.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard