X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Afghanistan : les délires du général McChrystal

La rédaction

Par Christine Bierre

Le 30 septembre. Alors que quatre Français viennent encore de perdre accidentellement la vie en Afghanistan, portant à 35 [*] le nombre de compatriotes tombés dans cette guerre, une interview accordée au Figaro du 29 septembre, par le Général Stanley McChrystal, commandant en chef américain en Afghanistan et donc responsable de l’effort mené dans ce pays par la Force internationale d’assistance et de sécurité, sous l’égide de l’OTAN, fait apparaître les responsables de cette guerre pour ce qu’ils sont : non seulement des incompétents, mais aussi de dangereux rêveurs.

Devenu un nouvel adepte de la contre-insurrection, façon David Galula et Maréchal Lyautey, le Général McChrystal semble s’être trompé à la fois sur le pays où il commande la guerre et sur la stratégie à suivre. Les guerres de contre-insurrection qui ont connu un certain succès furent menées dans la période coloniale, par un occupant installé de façon permanente dans un pays, ayant des moyens économiques, logistiques et militaires sans commune mesure avec ceux des insurgés, mais surtout, pouvant bénéficier d’un allié local relativement organisé capable de tenir le pays dans un contexte où les colonisés n’avaient pas donc rassemblé leurs forces contre l’occupant.

Ce pays n’est pas l’Afghanistan. L’effort de la coalition sur place, quelques 110 000 hommes à ce stade, dont 70 000 Américains, est beaucoup trop faible, en hommes et en moyens, pour couvrir un pays de 652000 km2, composé de surcroit de zones montagneuses offrant aux résistants de caches imprenables. De plus, le pouvoir en place, celui de Hamid Karzai, outre le fait d’être corrompu jusqu’à la moelle, ne contrôle pas du tout ce pays où les Talibans gagnent du terrain de façon spectaculaire depuis quelques années. Hamid Karzai ne rempli donc pas les conditions de l’allié « stable » sur lequel une stratégie d’occupation à long terme, pré-condition à une victoire éventuelle, peut être bâtie (selon ces doctrines militaires qui ne sont pas les nôtres).

Enfin, le général McChrystal se fait beaucoup, beaucoup d’illusions sur l’Armée nationale afghane (ANA), bâtie de toutes pièces par les Occidentaux depuis 2002. Si sur le papier, elle atteint un effectif de plus de 40000 hommes, personne ne mettrait sa main au feu — encore moins toute une armée ! – qu’elle soit capable de jouer le rôle de « partenaire intégré » que McChrystal veut lui assigner aux côtés des forces occidentales. Avec un taux de désertion avoisinant les 30% et un absentéisme inexpliqué qui peut amputer les bataillons d’un quart ou d’un tiers de leurs effectifs les mauvais jours, il est clair que toute tentative d’assigner un rôle capital à cette armée dont Obama souhaite en plus augmenter les effectifs jusqu’à atteindre 260000 hommes, McChrystal en voulant 400000, est de la folie furieuse.

Autre preuve que cette armée n’est pas du tout fiable, le rapport de la Government Accountability Office des Etats-Unis, paru en 2009, qui se demande où sont passées plus du tiers des armes légères fournies par les Etats-Unis à l’ANA entre 2004 et 2008 (87000 sur 242000 !). Il est bien connu que beaucoup de nouvelles recrues viennent attirés par la paie des premiers jours d’entrainement, et n’ont aucun scrupule à rejoindre ensuite les rangs des armées talibanes ou d’autres seigneurs de la guerre où la paie est bien plus importante.

C’est face à cette situation meurtrière, que l’on peut apprécier la folie des propos du Général McChrystal dans Le Figaro. Peut-on gagner cette guerre ? « Oui, nous le pouvons », dit le Général ajoutant « l’Etat afghan et l’armée afghane sont les forces qui, en fin de compte, emporteront la décision » !

Sur la question de savoir pourquoi son « afghanisation » de la guerre – c’est-à-dire le fait de former une armée afghane pour qu’elle soit au cœur de l’effort avec les occidentaux – lui permettra de gagner là où les Soviétiques qui avaient aussi « afghanisé » leur intervention, ont échoué, McChrystal répond étrangement que « l’Armée rouge était considérée comme une force d’occupation, cherchant à transformer brutalement la société afghane. (…) Les Soviétiques étant vus comme un corps étranger, ils ont cimenté contre eux toutes les tribus afghanes. Je ne crois pas que la population afghane nous perçoive comme elle considérait les Soviétiques. Nous, c’est différent : nous devons faire en sorte que les forces de sécurité afghanes deviennent responsables de cette guerre. C’est à elles de la gagner ou de la perdre ; notre responsabilité est de leur donner les meilleures chances de gagner. »

A plusieurs reprises le Général apparaît comme un doux-dingue préconisant que les soldats occidentaux avancent sur le terrain, démunis de gilets protecteurs et de blindés, dans une tentative de gagner la confiance d’une population lasse des « erreurs » de tirs qui l’on pris trop souvent pour cible. « Notre premier devoir, c’est l’humilité. La situation afghane est excessivement complexe : nous avons tous encore beaucoup à apprendre. Nos officiers doivent progresser dans la connaissance des langues et des mœurs de ce pays. Nous devons nous rapprocher de la population en nous débarrassant de tous ces blindages et autres gilets pare-éclats. Nos hommes doivent mieux connaître l’histoire et la culture afghanes, afin de mieux agir de concert avec leurs camarades afghans. »

Dans cette interview, McChrystal souligne tout ce que sa conception doit aux doctrines de contre-insurrection du lieutenant-colonel David Galula et au Maréchal Lyautey et propose, dans ce contexte, un véritable « partenariat intégré » entre les forces occidentales et l’ANA. « Une bonne opération, c’est quand deux sections de légionnaires partent au combat avec deux sections de l’ANA. Les légionnaires vont apporter leur professionnalisme, leur technologie, leur expérience, leur allant et les Afghans leur connaissance de la société et des guerres qui se sont déroulées dans ce pays. Il se créera alors une synergie. Ensemble, ils seront plus forts. Le dernier volet de ma stratégie, c’est de définir des priorités. On ne peut pas prétendre contrôler la totalité du territoire en même temps. Tous les districts ne requièrent pas le même degré de sécurité, au même moment. On doit sélectionner les régions les plus densément peuplées, leur apporter la sécurité, afin que le développement et la gouvernance aient de réelles chances. Nous ne pouvons plus nous permettre de conquérir un territoire par une opération éclair et puis nous en aller. Car les talibans arriveraient juste après pour punir les habitants ayant travaillé avec nous. Lorsque nous attaquons, nous devons rester, jusqu’à ce que les forces afghanes et la gouvernance soient assez fortes pour faire échec aux insurgés. »

Puis, « je suis un grand admirateur de l’armée française, dont j’ai étudié le travail contre-insurrectionnel en Indochine et en Algérie. (…) Les officiers français et moi partageons exactement les mêmes idées quant aux tactiques de contre-insurrection. On repère un groupe de dix insurgés loin dans la montagne : si on arrive à en tuer deux, on risque de se retrouver avec un groupe de vingt, car six cousins de chacun des tués auront décidé de prendre les armes pour les venger. La bonne stratégie consiste à isoler les insurgés de la population, et l’insurrection s’éteindra d’elle-même. »

Articles :

Christine Bierre : Pas un Français de plus ne doit tomber en Afghanistan !

Lyndon LaRouche : Les Britanniques veulent nous précipiter dans un conflit terrestre


[*Le Canard Enchaîné du 30 septembre rapporte que « l’Armée française n’a pas tout dit sur la mort accidentelle de deux des quatre militaires disparus, le 27 septembre, dans des conditions identiques. Cet adjudant et ce brigadier du 13ème RDP sont, en fait, membres des forces spéciales (Le COS) et accompagnaient, ce jour là, 250 soldats français et afghans. On n’aime pas trop, à Paris, reconnaître que des forces spéciales participent à certaines opérations, et pas seulement à la formation des militaires locaux ».

Voir le commentaire

  • arcane • 30/09/2009 - 15:00

    La guerre, quels sont les véritables motifs des guerres ?.
    Motifs humanitaires que l’on brandit aux peuples occidentaux pour se justifier ?

    Motifs d’intérets privés peu avouables ?

    les populations concernées sont prisent en otage et sacrifiées sur l’hotel des égos inconscients et démesurés.

    Les populations locales ressentent et voient les mensonges et les faux prétextes et ne comprenent pas ou est réellement l’issue de leur bien etre.

    Les occidentaux veulent se faire passer pour des anges bleus pacificateurs, quelle illusion totale.

    Personne ne dit la vérité et les reelles motivations.
    Tant que les peuples ne seront pas conscient par eux meme, ils seront le jouet et les victimes d’etres prédateurs et manipulateurs désirants leurs propres intérets égoistes.

    Que ce soit ici en occident ou ailleur,nous sommes dans la meme inconscience dans l’illusion d’un pouvoir exterieur auquel il faut se soumettre pour notre sécurité.

    Ces personnes qui s’acharnent à vouloir nous protéger, le font comme les macros ou la mafia, ils nous protegent contre des violences qu’eux meme comettent en échange de notre soumission totale.

    Les guerres nourrissent les peurs universelles . Meme nous ici, en paix apparente, la guerre est à nos porte et pour l’olligarchie, c’est un signal inconscient pour nous maintenir docile. Car cela signifie que l’armée est en leur pouvoir, aujourd’hui contre des "étrangerS" mais demain si nous avions l’idee de nous revolter ?????

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard