X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Allemagne : Quand la City de Londres finance la manif antinucléaire

La rédaction

22 septembre 2010 (Nouvelle Solidarité) – Samedi dernier, entre 50 et 100 000 personnes ont défilé à Berlin contre la volonté du gouvernement allemand de retarder sa sortie du nucléaire. Déjà en déficit énergétique chronique, l’Allemagne verra disparaître son tissu de PME industrielles si elle ferme ses 17 derniers réacteurs nucléaires : le coût de l’électricité explosera et sa quantité disponible se réduira. Angela Merkel a donc décidé de prolonger la durée de vie des centrales allemandes de 8 à 14 ans, ne faisant que repousser le problème. Mais c’est assez pour réveiller la fureur du lobby écolo anti-humain qui sert de troupe d’infanterie à un impérialisme financier qui a toujours combattu l’idée de républiques agricoles et industrielles développées autour de la créativité humaine.

Les réseaux associatifs Campact et Bund, qui ont organisé la manifestation berlinoise de samedi, ont promis au gouvernement un « automne très chaud ». Et qui fournit la chaleur ? Eh bien ce n’est pas le nucléaire, mais la City de Londres, un organisme autrement plus dangereux. En effet, comme de nombreuses organisations écologistes telles que WWF, Greenpeace, les Amis de la Terre ou Réseau Action Climat en France, les actions de Campact et de Bund sont financées par l’European Climate Foundation (ECF). Et lorsque l’on regarde de plus près l’ECF, on se rend compte qu’il s’agit d’un faux-nez des intérêts financiers de la City de Londres distribuant des millions d’euros à la cause malthusienne.

L’ECF a été créée en 2008 par Chris et Jamie Hohn du hedge fund londonien TCI et George Polk, un proche du spéculateur George Soros qui gère son Climate Fund. Dirigé par Chris Hohn, TCI reverse une partie de ses profits gagnés lors d’assauts boursiers brutaux à la fondation CIFF de Jamie Hohn, qui finance à son tour l’ECF (3 millions d’euros rien qu’en 2008). TCI mena pour le compte de la City la purge de la bourse allemande lorsque celle-ci menaçait de racheter le London Stock Exchange. Il fut aussi un des opérateurs du raid contre le producteur d’acier français Arcelor, et participa activement aux règlements de comptes entre ABN Amro, Royal Bank of Scotland et Banco Santander.

Les autres contributeurs sont : le Arcadia Fund basé à Londres, qui gère la fortune de la riche famille suédoise Rausling ; la Oak Foundation d’Alan Parker, un associé de George Soros dans la finance off-shore ; la McCall MacBain Foundation du milliardaire canadien John McCall MacBain, un associé de longue date du tristement célèbre groupe Wendel.

Cet amas visqueux d’oligarques gluants, dont le pouvoir et la fortune reposent sur le pillage de l’économie réelle, met tous ses moyens à disposition pour que l’Allemagne en finisse avec la source d’énergie qui seule permet des niveaux de vie élevés pour plus de personnes. Mais il n’y a pas non plus de quoi s’enthousiasmer à l’idée de prolonger la vie de vieilles centrales dont le concept technologique date des années 1950. Cette impasse reflète la dégénérescence économique qui nous frappe depuis 40 ans. Pour en sortir, nous devons nous réapproprier la science atomique, l’orienter vers la fission de 4e génération puis la fusion, et l’offrir en dédommagement aux deux milliards de gens qui n’ont droit ni à l’électricité, ni au développement, ni à penser l’avenir.

Il est temps de faire un choix politique : la finance ou la vie.


A voir : NAWAPA, le New Deal du XXIe siècle


Voir les 9 commentaires

  • Markus KAUBER • 17/04/2015 - 13:34

    J’espère que 5 ans après vous vous enfin rendez compte des conneries écrit dans l’article ci-dessus ! ??

    Répondre à ce message

  • pegasous • 23/09/2010 - 23:11

    Le NUCLEAIRE ????
    Un atome est constitue de neutrons et de protons en meme nombre.. la Fission nucleaire qui a lieu dans le coeur d’une centrale du meme nom enemet des radiations MORTELLES ( rayons gamma tres fort pouvoir penetrant et hautement mortel et des dechets encore plus Mortels ..
    De plus la centrale fabrique des "isotopes radiocatifs " en particulier du cesium et de l iode radioactif a longue duree de vie ( plusieurs milliers d annees)
    avec tout cela VOUS nous dites que tout est PUR Clean, enfin bien pour l etre humain ??? bizarre facon de concevoir l’avenir de l humanite.. mais avec d infines précautions et la GESTION technique et du personnel FONCTIONNAIREs d etat (pour eviter toute reduction des moyens financiers mis sur la securite ) mais pourquoi pas a court terme
    Il est plus judiceux de faire sortir des banques JP morgan en particulier les dossiers et les brevets de N TESLA sur les energies nouvelles GRATUITES !

    • Bertrand Buisson • 24/09/2010 - 09:53

      Y’a des tas de choses mortelles dans la nature et dans l’univers. Les rayons solaires c’est mortel, et pourtant ca permet la vie.

      La vrai fraude scientifique c’est de considérer que l’homme est plus con qu’un atome et que l’économie sera éternellement sur le contrôle d’une oligarchie.

    • Ferdinand Cantwell • 24/09/2010 - 16:51

      A Taïwan, il y a environ 20 ans, 10 000 personnes ont subi des doses d’irradiation pendant plusieurs années (entre 9 et 200 fois la dose annuelle naturelle et ce pendant une période comprise entre 9 et 20 ans), parce qu’elles habitaient dans des immeubles construits avec du béton dont le ferraillage contenait du cobalt-60, élément radioactif utilisé en médecine comme source de rayonnement. Cette « cohorte » de 10.000 personnes (c’est le terme consacré) a été étudiée et on a constaté chez elle beaucoup moins de décès par cancer que dans une population témoin (30 fois moins). Cet accident a été signalé en 2003 lors du 48è Congrès Annuel de la Health Physics Society à San Diego (USA) par une équipe de 14 chercheurs taiwanais.

      Un autre accident, beaucoup plus récent, survenu à Istanbul fin 1998, illustre également cet effet. Il s’agit, là encore, de ferrailleurs cherchant à récupérer le métal d’un conteneur dans lequel la source de cobalt-60 était toujours présente.

      Assez curieusement, du moins dans notre pays, ces exemples, plutôt positifs pour certains effets des rayonnements sur l’Homme, sont cachés, comme si ils n’étaient pas politiquement ou médiatiquement corrects. L’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) a sorti en 2007 un ouvrage sur les Accidents dus aux rayonnements ionisants : le bilan sur un demi siècle. Ces deux accidents n’y sont pas mentionnés.

    Répondre à ce message

  • pegasous • 24/09/2010 - 11:26

    PROJET EDF ? Vous avez dit projet EDF ? OUI.. au large de l’ile de Brehat... EDF va installer quatre turbines immergees par 30 metres qui produiront de l’electricite (4X500KW= 2000KW).. a terme ce seront 3000MW ( soit l’equivalent de DEUX centrales nucleaires !) sur les 4 sites bretons ( Raz Blanchard , Raz de Sein, Fromeur et la Horaine(ile de brehat)) .. Bien sur .. il n y aura pas de pollution, pas de bruit ( sous 30 metres d eau !) pas de gene esthetique simplement l ’utilisation des courants naturels marins !
    Sources : Ouest France du 24 septembre 2010
    mais je reste convaincu que de tres petites centrales nucleaires ( 50 a 100MW) bien Localisees sont utiles et necessaires actuellement .. on fait ne peut faire qu’avec ce que l’on dispose .. n est ce pas ?

    Répondre à ce message

  • picque • 23/09/2010 - 07:34

    Qu’il est difficile, lors d’une conversation, éclairé par la lecture objective des idées défendu par Solidarité et Progrès, de prononcer simplement le mot : nucléaire...
    Evoquant cette ressource inestimable, je me suis vu, à maintes reprises face à des personnes ne voulant même pas entendre les arguments...
    Grande solitude
    En milieu rural
    ...

    • Bertrand Buisson • 23/09/2010 - 09:50

      En militant, je me suis rendu compte que si la plupart des gens ont un avis sur le nucléaire, quasiment personne ne sait comment fonctionne une centrale et encore moins ce qu’est un atome.

      Pour contourner la cathexis sur le mot "nucléaire" et aller au fond du principe, je préfère parler de "science de l’atome".

      Dit comme cela le vrai défi devient ainsi le dépassement de la connaissance très limité que nous (humanité) avons de notre univers. La science atomique n’est que l’histoire de la maitrise par l’homme des principe de transformation de la matière qui s’opère constamment dans l’univers.

      Les atomes ont droit au changement, et les hommes aussi !

    Répondre à ce message

  • petite souris • 22/09/2010 - 23:35

    La city la city la city ... lassitude !!!!!!

    Répondre à ce message

  • petite souris • 22/09/2010 - 23:34

    Que du beau monde quoi !

    ben moi entre la finance ou la vie ch’préfère la vie ! et les morceaux de fromage... pour pas manger les livres que je dévore ...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard