Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Automobile : soixante jours pour sauver l’outil industriel

La rédaction

17 avril 2009 (LPAC) — En annonçant son plan pour l’industrie automobile, le 30 mars, Barack Obama a fait savoir que General Motors recevrait encore des liquidités pendant soixante jours de plus, mais que Chrysler n’était plus viable et devait continuer à explorer l’option d’une fusion avec Fiat. Cette décision a des implications évidentes en Europe, notamment pour les constructeurs appartenant à GM, en premier lieu Opel, mais aussi Vauxhall en Grande-Bretagne et Saab en Suède.

En Allemagne, notre parti frère, le Mouvement des droits civiques Solidarité (Büso) a aussitôt lancé une mobilisation nationale, contactant élus locaux, comités d’entreprise et responsables syndicaux pour proposer une autre solution. Dans un appel diffusé massivement, le Büso dénonce l’« élite » de soixante-huitards qui ne comprend visiblement rien à l’économie réelle.


La question essentielle n’est pas d’acheter ou non une voiture (à supposer que l’on puisse encore s’en payer une à l’avenir), mais de sauver l’outil industriel du secteur automobile.

La destruction de ces capacités priverait non seulement des centaines de milliers de travailleurs et leurs familles de leurs moyens d’existence, mais se traduirait aussi par la perte d’un potentiel technologique précieux, indispensable à la reconstruction de l’économie mondiale.

Ainsi,l’industrie automobile peut être reconvertis à d’autres usages, notamment pour la fabrication de tracteurs, moissonneuses, semeuses, etc., ou encore de pièces et d’éléments pour les nouvelles technologies de transport, comme le Cargocap pour livrer les marchandises en région urbaine ou le Transrapid (train à lévitation magnétique), et de composants de centrales nucléaires.

Les besoins dans le monde, particulièrement en Afrique, pour de tels équipements sont immenses. Mais il manque la volonté politique de créer un nouveau système de crédit mondial, dans le cadre duquel les Etats puissent émettre du crédit productif et conclure, entre eux, des accords commerciaux garantis sur le long terme, entre 25 à 50 ans.

En Europe, le secteur de l’automobile emploie actuellement 4,5 millions de personnes, dont la moitié dans la production, un quart chez les sous-traitants et le reste dans les services liés à l’automobile (concessionnaires, garagistes, etc.) En Allemagne, 30000 personnes travaillent directement pour Opel et 70000 indirectement, compte-tenu des sous-traitants. Tous les emplois dans ce secteur sont menacés, comme le montre la chute drastique de la production et des ventes à l’échelle mondiale. Et toutes les « primes à la casse » que l’on voudra n’y changeront rien.

Toutes les propositions de participation de l’Etat laissent de côté le problème principal : comment créer de nouveaux marchés à long terme. Car il est évident que la solution n’est pas de continuer à produire de plus en plus de voitures, aussi « propres » soient-elles.

Dans ces conditions, si l’on envoie une équipe de négociateurs à Washington, comme Opel doit le faire, composée de banquiers, d’« experts économiques » et de responsables comme le secrétaire d’Etat aux Finances, Jörg Asmussen, qui introduisit en grande partie la titrisation en Allemagne, le désastre est garanti. Et si, de plus, un représentant de la banque Lazard est de la partie, comme l’écrivait le 3 avril le Süddeutsche Zeitung, on aura directement affaire aux cercles financiers de Felix Rohatyn, qui ont joué un rôle de premier plan dans la débâcle de GM et de Delphi aux Etats-Unis, tout en sabotant le plan de reconversion proposé par Lyndon LaRouche.

Ce même Felix Rohatyn, de mèche avec le représentant de Lazard en Allemagne, John Kornblum, ont fait pression sur les villes et communes allemandes, à travers le Sommet transatlantique des maires, pour qu’elles s’ouvrent à la mondialisation, la dérégulation et la privatisation. On en voit les conséquences aujourd’hui (aux frais du contribuable) avec la faillite d’AIG, car les communes ont bradé leur infrastructure à des investisseurs américains, sous forme d’accords dits de leasing transfrontalier. Lazard a également encouragé les attaques contre les caisses d’épargne et les banques régionales.

La voie à suivre est un choix entièrement politique. Pour s’assurer que les bonnes décisions soient prises, la population doit se mobiliser pour l’exiger. En 1989, après la chute du mur de Berlin, le Büso avait proposé un projet de « triangle productif Paris-Berlin-Vienne » devant servir de locomotive à la reconstruction et la modernisation des capacités industrielles vétustes en Europe de l’Est, puis dans les anciens pays de l’Union soviétique. C’est dans ce triangle que se trouvait la plus forte concentration de travailleurs qualifiés, infrastructures, approvisionnement énergétique et, avant tout, une capacité de machines-outils inégalée au monde.

C’est en raison d’une décision politique, promue par Margaret Thatcher, que la thérapie de choc du FMI, assortie de dérégulation et de privatisation, fut imposée après 1989 aux pays de l’Est, avec des effets catastrophiques. Des investisseurs internationaux se sont imposés auprès de la Treuhand, l’organisme chargé de la privatisation en Allemagne de l’Est, ils ont dépouillé les industries avec le soutien de l’Etat et ouvert la voie à la destruction future du secteur productif en Allemagne, en Europe et en Russie, avec les conséquences que nous connaissons.

Faute de défendre les capacités productives restantes dans le secteur de l’automobile, l’Allemagne et l’Europe sont condamnées. Cela signifierait la disparition des technologies productives, des machines-outils et du savoir-faire absolument indispensables pour développer l’économie mondiale après la banqueroute organisée du système bancaire, car c’est là que le progrès scientifique et technologique est intégré dans la production de biens vitaux. Dans ces conditions, le potentiel de densité démographique relative du monde pourrait chuter très vite à la moitié du niveau démographique actuel.

Nous appelons le gouvernement allemand, et tous les gouvernements européens, à prendre les mesures suivantes :

  1. Cesser de renflouer les banques en faillite et les spéculateurs,
  2. Mettre en redressement judiciaire les banques en faillite, conformément aux mesures législatives en vigueur dans les pays respectifs, tout en garantissant l’épargne des gens et les prestations économiques vitales (salaires, retraites, lignes de crédit aux entrepreneurs),
  3. Ouvrir immédiatement des enquêtes pour corruption et pour déterminer les responsabilités dans la crise actuelle, en excluant la participation de tout coupable,
  4. Ouvrir de nouveaux marchés pour le secteur automobile au moyen de crédits publics accordés à des projets d’infrastructure internationaux,
  5. Reconvertir, dans le cadre de ces projets, une bonne partie du secteur automobile pour produire d’autres véhicules et éléments de systèmes de transport et de centrales nucléaires,
  6. Etablir un nouveau système de crédit entre nations souveraines (Bretton Woods II) dans le respect des principes de l’économie physique, comme le fit Franklin Roosevelt en Amérique avec son New Deal et comme le préconise Lyndon LaRouche aujourd’hui.

Pour creuser le sujet : focus

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard