Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Berlin : Helga Zepp-LaRouche organise la contre-offensive pour le développement

La rédaction

Helga Zepp-LaRouche, présidente internationale de l’Institut Schiller et épouse de l’économiste américain Lyndon LaRouche, a sonné l’heure de la contre-offensive face au pessimisme vert qui menace d’emporter des millions de vies. Samedi dernier à Berlin, 120 personnes – parmi lesquelles des représentants d’ambassades, de PME-PMI allemandes et de la presse internationale – ont participé à la conférence de l’Institut Schiller pour « Un programme sur cent ans de développement de l’économie mondiale ».

JPEG - 50.8 ko
Karsten Werner, modérateur, Helga Zepp-LaRouche et le Dr Sergeï Cherkasov

Aux côtés de Mme Zepp-LaRouche, sont intervenus Sergeï Cherkasov, du Musée géologique d’Etat Vernadski rattaché à l’Académie des sciences russe, l’ingénieur américain de renommée internationale Hal Cooper, ainsi que Veit Ringel, ancien responsable au Centre de recherche nucléaire est-allemand. Par delà le mythe des ressources finies et de la fraude du développement durable, la conférence a appelé au lancement immédiat de grands projets de corridors de développement internationaux, seuls à même de créer les conditions où chaque être humain puisse envisager un avenir prospère.

Dans son discours d’ouverture, Helga Zepp-LaRouche souligna qu’il y a quarante ans en arrière, l’on pensait vraiment que la famine et les épidémies seraient rapidement vaincues, car il y avait un engagement certain à vouloir développer pour tous le meilleur de la science et de la technologie. Elle a dénoncé la propagande de l’oligarchie financière qui s’exerce depuis la création du Club de Rome en 1968 et de toute sa nuée d’organisations malthusiennes pour imposer aux populations la dangereuse croyance d’un monde surpeuplé aux ressources limitées, justifiant le non-développement du Tiers-monde. Maintenant que cette mondialisation financière menace également les pays occidentaux d’un retour au Moyen-âge, a-t-elle expliquée, le seul remède est de remplacer l’idéologie verte par une perspective de développement mondial autour de grands projets comme l’Alliance nord-américaine pour l’énergie et l’eau (NAWAPA), le tunnel sous le détroit de Béring, le Pont terrestre eurasiatique et le projet Transaqua en Afrique.

JPEG - 17.2 ko
Hal Cooper

Hal Cooper, ingénieur en chef de la société Cooper Consulting, pionnière dans les projets de corridors de transport entre l’Amérique et l’Asie, a stupéfié la salle en expliquant que le projet du détroit de Béring datait de 1845 et qu’il serait présenté par la Russie lors du sommet du G20 en Corée du Sud. « Ce projet créera 1,2 million d’emplois qualifiés dans cette région qui deviendra le centre de commerce le plus important du monde ». Ce projet relancera la construction des corridors de développement dans toute l’Eurasie : en Chine, en Iran, en Turquie, en Asie du Sud-ouest et jusqu’en Europe, a-t-il dit. « Cette nouvelle plateforme de développement engendrera une amélioration économique pour tous ».

Sergeï Cherkasov, dont l’Institut Vernadski [*] travaille au développement des ressources géologiques russes, a démontré comment le développement de l’ensemble du territoire russe et de la Sibérie en particulier, grâce au Pont terrestre eurasiatique, mettrait fin aux revendications écolos d’un monde de ressources limitées. D’abord, il a souligné que l’homme ne creuse actuellement que jusqu’à 4000 m de profondeur, ce qui nous laisse encore de la marge. Puis il a pris l’exemple du cuivre : « Si nous épuisons le minerai contenant 1,5% de cuivre, l’on peut développer la technologie pour exploiter le minerai n’en contenant que 0,5%. Puis l’on pourra aussi développer l’extraction du cuivre depuis l’eau de mer ou l’air. Tout dépend de la technologie utilisée. »

Il est ensuite revenu sur l’histoire du développement du territoire russe. Le projet de chemin de fer transsibérien réalisé entre 1890 et 1916 était vu à l’époque comme impossible humainement, techniquement et financièrement. Mais l’esprit pionnier et la vision tenace des ingénieurs et ouvriers a permis d’accomplir un miracle. Pour lui, le développement des liaisons ferroviaires entre la Sibérie centrale et le détroit de Béring permettra l’industrialisation et le développement de villes nouvelles. Il projeta ensuite une carte montrant que certains gisements d’argent, de nickel et d’or était encore plus vastes que la surface de l’Allemagne !

Portia Tarumbwa-Strid, vice-présidente de l’Institut Schiller en Allemagne et originaire du Zimbabwe, a créé une vive polémique en contreposant le projet Transaqua pour revitaliser le Lac Tchad et reverdir le désert, au projet néo-colonialiste vert poussé par la Commission européenne et certaines firmes allemandes – Desertec. Elle présenta la vision de l’ingénieur italien Marcello Vichi, concepteur du Transaqua en 1982, expliquant que seul le manque de volonté politique face aux institutions internationales avait empêché la réalisation de ce projet et fait déjà des millions de victimes.

JPEG - 17 ko
Veit Ringel

Le physicien nucléaire Veit Ringel fit un plaidoyer pour les réacteurs nucléaire de IVe génération « à lit de boulets », une technologie qui vit le jour en Allemagne avant d’être abandonnée. En tant que spécialiste des applications médicales des radio-isotopes (qui sont des déchets de centrales nucléaires), il a polémiqué sur la paranoïa induite et injustifiée envers les déchets radioactifs, expliquant que tout est une question de dose et que la plupart des radiations sont absolument inoffensives. Là encore, tout dépend de la technologie dont on décide de se doter pour faire des déchets radioactifs des ressources utilisables. Il fut d’autant plus applaudi que l’Allemagne est la première cible de la propagande verte dirigée depuis le centre financier de la City de Londres et qui s’appuie sur la peur de l’atome.

Pour conclure, Helga Zepp-LaRouche a lancé un appel passionné à tous ceux désireux de ne pas succomber à l’esprit du temps : « Nous devons créer un mouvement mondial pour le développement, constitué de personnes qui fassent de la perspective de développement du monde une joie, qui aient pour impératif immédiat le combat contre la famine et le sous-développement. Nous devons rassembler de plus en plus de gens autour de grands projets comme le NAWAPA, que les gens se sentent fiers de participer à cette grande aventure. Nous devons montrer notre détermination à l’accomplir. »


[*Aussi connu sous le nom d’Institut Vernadsky, ce Musée géologique d’Etat peut être considéré comme le centre d’étude géologique le plus avancé au monde. Nommé en mémoire du biogéochimiste russe Vladimir Vernadski, il a une approche épistémologique supérieure qui échappe aux concepts réductionnistes et matérialiste de la vie sur Terre : le Musée a pour mission de « développer la doctrine de Vernadski sur l’unité entre matières vivantes et non-vivantes, la relation entre la Terre et le Cosmos, la transformation de la biosphère en noosphère (la sphère de l’esprit humain) et la responsabilité humaine pour l’environnement terrestre. »

Voir les 5 commentaires

  • petite souris • 29/09/2010 - 23:48

    De nombreux bravi à Helga !

    Bien sûr la médiatisation de cette conférence ...

    Alors, à nous de faire connaître ces projets, en envoyant cet article à ceux que nous connaissons, en en parlant au travail (cela fera peut-être changer les râleurs...), et aussi dans la rue.

    DONC Nawapons,Transaquons, Transibérions (brrr ! brrr !!, Beringons, aimons les boulets mais en lit ainsi que la Z machine ... et le tout en zoukant ! of course histoire de mettre de l’ambiance ............

    Répondre à ce message

  • plusieurs • 28/09/2010 - 16:12

    Pour information au sujet de la production d’ énergie nucléaire de fusion par la Z machine :

    - la température de 2 milliards de degrés a été atteinte en 2004-2005
    - la fusion bore et hydrogène devient donc une réalité
    - pas de déchets, pas de pollution (de l’ hélium c’ est tout)
    - pas d’ explosion possible (ça fonctionne pas comme une chaudière qui peut péter mais comme un moteur à explosion qui ne peut que cramer)
    - la température de 5-6 milliards a été atteinte avec la ZR (américaine)
    - elle dépasserait les 10 milliards avec le dispositif LTD (américanorusse)
    - il n’ y a pas de limite en température et cela permettra la neutralisation des déchets existant à court terme (la température croît comme le carré du courant électrique : 10 fois plus de jus donc 100 fois plus chaud)
    - le dispositif LTD permet de provoquer des allumages toutes les 10 secondes et rend l’ étude de la Z machine en centrale nucléaire civile opérationnelle (projet américain en chantier)
    - la transformation directe de la chaleur en électricité est réalisée par une dynamo MHD avec un rendement >60% (fini la bouilloire à grand-père)

    La centrale Z machine est déjà à l’ étude mais n’ existe pas encore, il est donc nécessaire de poireauter une dizaine d’ année le temps de sa mise au point inéluctable mais, il faut en parler car, la densité de flux d’ énergie électrique à gogo, ça c’ est l’ avenir !

    • Pierre • 28/09/2010 - 17:40

      Je connaissais certaines de ces informations. Pouvez vous nous communiquer où vous avez trouvé ces données ?

      Je crois qu’il y a un petit soucis avec ce phénomène (si j’ai bien compris) : on ne sait pas expliquer ce dégagement de chaleur avec nos connaissances actuelles. La compréhension de ce phénomène serai sûrement très utile au développement de son utilisation industrielle.

    • ? • 28/09/2010 - 20:59

      J’ai + ou - compris que l’UE était aussi bien dans le projet ITER (magnétique) que HYPER(inértiel), mais... à une toute autre échelle puisque ITER est 1 grand projet de 5 milliards et HYPER plusieurs petits labos de dizaine de millions.

      Vu la fronde que subit ou va subir ITER, je voudrais être sûre que personne ne limite la fusion au magnétique comme dans les milieux retrograde et apparement ce n’est heureusement pas le cas.

      Vive les lasers HYPER joules !

    Répondre à ce message

  • Crépel • 28/09/2010 - 19:04

    Merci à Lyndon et à sa femme Helga-Zepp-Larouche ainsi évidemment qu’à Jacques Cheminade,
    Ces personnes nous montrent réellement la voix à suivre et le fait qu’un certain nombre de scientifiques et industriels de haut vol s’intéressent et participent à l’élaboration de ce type de grands projets ne peut que nous réjouir et nous enthousiasmer !
    Plus les compétences se mettront au service de ce type de projets,plus la crédibilité et la légitimité de ce mouvement international s’en trouvera renforcé.....
    Absolument génial !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard