Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

CETA : Un expert juridique de l’ONU appelle à la non-ratification et au référendum

La rédaction
JPEG - 51 ko

Le CETA, l’accord de libre échange signé le 31 octobre 2016 par les gouvernements de l’UE et le Canada est un traité « défaillant » exclusivement au service des grandes firmes transnationales. Aucun parlement ne devrait le ratifier avant de l’avoir soumis à un référendum populaire. Voila ce qu’affirme le Pr Alfred de Zayas [1], l’expert des Nations unies pour la promotion d’un ordre international démocratique.

Le 28 octobre, le Pr Alfred de Zayas a déploré les pressions exercées à l’encontre du parlement de la Wallonie en Belgique après que ses élus s’étaient montrés réticent à l’égard du CETA.

Le passage en force et les intimidations sont devenus monnaie courante lorsqu’il s’agit de traités commerciaux qui passent de loin devant les droits de l’homme.

Dans son rapport au Comité des droits de l’homme et à l’Assemblée générale de l’ONU, Mr de Zayas avait déjà pointé du doigt l’incompatibilité du CETA avec l’exercice du droit, de la démocratie et des droits de l’homme, et en avait précisé les raisons devant l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Selon lui, le CETA et le TTIP – le Partenariat Transatlantique sur le Commerce et l’Investissement actuellement en négociation entre l’UE et les USA – donnent un pouvoir indu aux grandes entreprises transnationales au détriment des gouvernements nationaux et des droits de l’homme. Il déplore le fait que le nouveau mécanisme proposé fondé sur des Cours d’arbitrage privé (Investor State Dispute Settlement) risque de geler la régulation publique.

Le danger que soient signés le CETA et le TTIP, et leur éventuelle entrée en vigueur est si grave, que chaque signataire, notamment les parlementaires des États membres de l’Union européenne, devraient dès à présent pouvoir en mesurer les avantages et les inconvénients. Les exigences du monde des affaires mettent en danger les législations sur le travail, la santé et le social et rien ne justifie une adoption à la hussarde ».

« La société civile devrait exiger des référendums sur la ratification du CETA ou de tout autre méga-traité qui a été négocié à huis clos », a-t-il ajouté.

L’expert a souligné que l’UE aurait dû écouter les avertissements des experts et la forte opposition de la société civile au CETA. Ses inquiétudes spécifiques concernent les clauses qui selon lui pourraient gêner les prérogatives régulatrices des États, et le droit qu’on risque d’accorder aux investisseurs privés d’attaquer la législation des États qui mette en cause leurs profits, y compris lorsqu’il s’agit de lois relatives à la protection des droits des travailleurs, la santé publique ou l’environnement.

Les États ne devraient signer l’accord qu’à la seule condition que soient pleinement sauvegardés leurs pouvoirs de réguler et légiférer dans l’intérêt public, et que la fameuse clause de « protection de l’investisseur » soit retirée du CETA.

« Cette clause accorde des privilèges aux investisseurs aux dépens des citoyens » a déclaré Mr de Zayas, notant que le nouveau texte l’amendera peut-être, mais ajoutant que la nouvelle version du mécanisme ISDS, l’Investment Court System (ICS) est, lui aussi, incompatible avec la Convention internationale des droits civiques et politiques (ICCPR), qui exige que les procès soient tenus par des tribunaux transparents, responsables, indépendants et publics.

« Les associations de juges en Allemagne et en Espagne ont déjà dénoncé ce mécanisme de cour d’arbitrage privée dont les verdicts sont à sens unique, et discriminatoires à l’encontre des entreprises locales. De plus, l’ICS n’est pas nécessaire quand tous les États qui l’adoptent font déjà partie de l’ICCPR et disposent donc déjà de tribunaux publics indépendants, transparents et responsables. », a-t-il ajouté.

Le CETA, ainsi que la plupart des accords commerciaux et d’investissements, est fondamentalement défaillant à moins qu’une clause spécifique ne stipule la suprématie de la capacité de légiférer des États qui ne doit pas être sous le chantage permanent de se voir infliger des pénalités. Il doit aussi être clair qu’en cas de conflit entre les accords commerciaux et ceux sur les droits de l’homme, ce sont ces derniers qui doivent prévaloir.

L’expert estime qu’il y a désormais matière pour faire adopter une législation contraignante obligeant les entreprises transnationales à ne pas interférer dans les affaires internes des États, et à leur imposer des sanctions lorsqu’elles polluent l’environnement, ou planquent leurs profits dans les paradis fiscaux.

Le Conseil des Droits de l’Homme a mis en place un groupe de travail inter-gouvernemental concernant les entreprises transnationales. Mr de Zayas qui a participé à ce groupe de travail, recommande vivement l’adoption rapide des Guiding Principles on Business and Human Rights afin de les rendre juridiquement contraignants et applicables.

Il a également déclaré qu’il est temps de mettre fin aux secret entourant l’élaboration du CETA : c’est une aberration de ne pouvoir obtenir plus d’informations sinon des bruits de couloirs, en vérité il s’agit d’une violation des obligations des États à assurer l’accès à l’information.

La constitutionnalité des traités CETA et TTIP devrait être vérifiée auprès de la Cour de Justice de l’Union européenne au Luxembourg, ainsi que leurs incidences sur les droits de l’homme devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Ces deux cours pourraient être saisies pour prendre des mesures provisoires de protection. (…) Les tribunaux nationaux devraient eux aussi vérifier la compatibilité des traités avec les constitutions nationales.

Et de conclure :

La crainte est légitime de voir le CETA réduire les normes environnementales, de la sécurité alimentaire, la santé et la protection du travail. Un traité qui renforce la position des investisseurs, des entreprises transnationales et des monopoles aux dépends de l’intérêt général, entre en conflit avec l’obligation des États de protéger des menaces internes et externes chaque citoyen sous sa juridiction.

Selon Mr de Zayas, l’UE aurait dû accorder une plus grande attention à la mise en garde de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe.

Le Comité des affaires sociales, de la santé et du développement durable du Conseil de l’Europe avait déclaré le 13 octobre que le CETA imposait des restrictions inacceptables aux pouvoirs législatifs des parlements nationaux, et avait appelé à ce que la signature du traité par les gouvernements soit reportée.


[1Alfred-Maurice de Zayas, est depuis 2012 l’expert indépendant des Nations unies pour la promotion d’un ordre international démocratique et équitable. Il est historien, avocat et écrivain américain, J.D. (Harvard), Dr. Phil. en histoire moderne de l’université de Göttingen, qui a grandi à Chicago. Il est membre des barreaux de New York et de Floride, a travaillé notamment dans le cabinet de Cyrus Vance (1970-1974) à New York. Il s’est rendu an Allemagne avec une bourse Fulbright, a enseigné dans la faculté de droit de l’université de Göttingen où il était chef d’une groupe de travail sur le droit humanitaire, ensuite à l’Institut Max Planck à Heidelberg où il était membre du comité de rédaction de l’Encyclopédie de droit international. Il fut haut fonctionnaire des Nations unies pendant 22 ans (1981-2003), secrétaire du Comité des droits de l’Homme, chef du département de requêtes au Bureau du haut-commissaire aux droits de l’homme à Genève.

Voir le commentaire

  • sylvain denomme • 09/11/2016 - 01:45

    Enfin quelqu’un qui a le courage de dire la vérité sur ces ententes qui ne favorise que les multinationales.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Soutenons la résistance de la Grèce face aux puissances de chantage du fascisme financier. Il est temps de bâtir un monde sans la City ni Wall Street.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard