Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 novembre - 28 novembre, Forcalquier (04) - L’association « Médiation 04 » vous invite à une conférence de Jacques Cheminade Lire 20 novembre - Dévitaliser les communes comme une dent que l’on veut arracher Lire 19 novembre - Pourquoi S&P soutient les infirmières et infirmiers Lire
AccueilActualité
Brèves

Comment échapper à un nouveau « krach alimentaire » ?

La rédaction

Par Karel Vereycken

Les 26 et 27 janvier s’est tenue à Madrid une conférence sur la « sécurité alimentaire pour tous ». Sous l’égide de l’ONU, une centaine de pays s’y étaient réunis pour élaborer une nouvelle et hypothétique feuille de route visant à réduire la faim dans le monde.

Quasiment passée sous silence par les grands médias, car les émeutes de la faim ne font plus la une du JT de 20h, la conférence s’est bornée à un projet d’« alliance globale pour l’agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition » qui pourrait formellement être lancé… lors du prochain sommet de la FAO, à l’automne 2009.

Rappelons que déjà en 1996, lors du sommet de la FAO, les grandes puissances s’étaient engagées à réduire de 50% le nombre de personnes sous-alimentées. Hélas, de sommet en sommet, les effets d’annonce se succèdent au rythme de l’augmentation des morts.

En 2008, le nombre de personnes souffrant de faim atteignait 963 millions, en hausse de 40 millions. Cependant, cela a failli être bien pire. En 2008, en effet, la récolte mondiale a battu des records et conduit à une baisse des prix. Hélas, cette amélioration apparente n’était pas le fruit d’investissements dans la production des pays pauvres, mais la conséquence d’une météo clémente et d’une augmentation de production dans les pays riches. Pire encore, la production agro-alimentaire dans les pays pauvres a baissé.

La combinaison de la crise financière et des aléas climatiques ne sont pas là pour rassurer. La sécheresse virulente qui a réduit de moitié la récolte de blé argentin (qui ne sera que de 4 millions de tonnes au lieu des 9 millions habituelles), tandis que les prévisions pour la production de maïs et de soja sont revues à la baisse, laisse présager le pire. Lundi 26 janvier, le jour de l’ouverture du sommet de Madrid, l’Argentine déclarait l’état d’urgence pour le secteur agricole, car le bétail y meurt en masse à cause de la pénurie d’eau.

Plus globalement, dans une tribune publiée par le New York Times, Ban Ki-moon et Zapatero s’alarmaient : les prix des denrées alimentaires ont certes baissé ces derniers mois par rapport aux pics de 2008, mais restent 28% plus élevés qu’en octobre 2006. Si les petits producteurs se sont plaints pendant longtemps des prix trop bas, il est loin d’être prouvé que la hausse des prix ait systématiquement joué en leur faveur.

Aujourd’hui, la FAO et les ONG craignent, à moyen terme, une nouvelle envolée des prix. Dans une étude d’Oxfam International et de l’Institut royal des affaires internationales Chatham House, les experts britanniques diagnostiquent le risque d’un prochain « krach alimentaire » qui aurait « de graves répercussions pour les pays dépendant de l’importation et les populations les plus pauvres ».

Notons aussi que l’évolution de la croissance démographique actuelle tend à gonfler les populations urbaines, c’est-à-dire là où les émeutes de la faim ont contesté la gouvernance, et non pas le monde rural, plus fataliste et résistant aux épreuves.

Côté budget, Jacques Diouf, directeur général de la FAO, a dénoncé avec raison le fait que sur les 22 milliards de dollars promis lors du sommet de juin 2008, seuls 2,3 milliards (un peu plus que 10%) ont été décaissés…

Il serait pourtant malhonnête d’affirmer que rien n’est fait. L’Espagne, le pays hôte dont l’agence de notation Standard Poor’s vient d’abaisser la note sur sa dette par crainte de faillite d’Etat, fut la seule à confirmer son engagement de l’année dernière (1 M€ sur 5 ans). Autre contribution significative, le programme d’intervention de la Banque mondiale, qui a commencé à décaisser 364 millions pour des projets dans 25 pays et 541 millions supplémentaires sont en cours d’affectation dans 10 autres pays. Si l’UE s’est engagée à hauteur d’un milliard, dont un quart a été décaissé, certains craignent que ces fonds ne servent qu’à pallier les problèmes de trésorerie de la Banque mondiale et à honorer les salaires de hauts fonctionnaires occidentaux.

Comme à la fin de l’Empire romain, la seule chose qui s’est accrue, c’est l’assistance alimentaire, qui permet de calmer aussi bien ceux qui ont faim que ceux qui sont confrontés aux émeutes. La France, à l’image d’autres donateurs européens, a exceptionnellement augmenté son aide alimentaire globale de 30 M€ à 52 M€, une hausse de 73%.

Le 28 janvier à Paris, une réunion du Conseil stratégique de l’agriculture et de l’agro-industrie durables (CSAAD), que préside Christian de Boissieu, a tenté de faire un état des lieux. Une note de veille du service prospective et évaluation du ministère de l’Agriculture estimait dès novembre 2008 que « plusieurs signaux montrent qu’on ne peut exclure une nouvelle crise alimentaire dans les prochains mois ». Si les avis varient sur comment y porter remède, nombreux sont ceux qui constatent que l’époque du « tout marché » est terminée. Au moment où, sous pression britannique, la PAC est graduellement démantelée, on se rappelle soudain les avantages de son impulsion initiale. Depuis longtemps, et surtout depuis la grande dépression, on sait que la volatilité exacerbée des prix agricoles défavorise aussi bien le producteur que le consommateur.

Pour Bernard Bachelier, président de la Fondation FARM, la création de marchés régionaux dans les pays en voie de développement, offrant des débouchés aux productions vivrières locales, semble essentielle. L’économiste Philippe Chalmin, pas toujours apôtre du protectionnisme tout en restant très sceptique sur toute tentative de régulation des prix mondiaux, voit dans « la PAC, version 1958 » une source d’inspiration permettant de structurer des marchés nationaux.

A une époque où le retour aux stocks semble s’imposer, Laurence Rodart, professeur à AgroParisTech, s’est amusée à citer le célèbre passage sur les vaches grasses et vaches maigres de la Bible (Génèse, 41). Face au danger de 7 ans de famine, Joseph finit par conseiller au Pharaon de « lever un cinquième des récoltes du pays d’Égypte pendant les sept années d’abondance » et de rassembler « tout le produit de ces bonnes années qui viennent » et de faire « des amas de blé à la disposition de Pharaon, comme provisions dans les villes », car elles « seront pour le pays une réserve pour les sept années de famine qui arriveront au pays d’Egvpte, et le pays ne sera pas consumé par la famine. »

Il faut donc donner raison à Jacques Diouf lorsqu’il souligne le besoin d’investissement dans la production. 450 millions de petites et moyennes exploitations pourraient accroître sans trop de problèmes leur productivité et donc leur production si l’on met à leur disposition des semences de bonne qualité, des intrants (engrais, traitement phytosanitaire, etc.) et un minimum d’irrigation.

Comparés aux centaines de milliards de dollars injectés dans un système monétaire déjà mort, les 25 à 40 milliards qu’il faudrait investir chaque année, qui suffirait pour doubler la production alimentaire mondiale d’ici 2050, paraissent presque une aumône. La commission parlementaire belge chargée d’enquêter sur le sauvetage de la banque Fortis dans ce pays, constate qu’en octobre 2008, la BCE prêtait jusqu’à 47 milliards d’euros par jour à cette institution pour tenter de la sauver ! En d’autres mots : ce que la BCE est capable de mobiliser en un seul jour pour sauver une seule banque suffirait comme investissement annuel pour créer la sécurité alimentaire pour toute la planète !

Un passage du discours d’inauguration de Barack Obama nous permet d’espérer.

Il y affirme : « Aux peuples des nations pauvres, nous nous engageons à vous aider, pour que vos fermes prospèrent et que des eaux propres coulent, pour que les hommes qui ont faim soient nourris et que les esprits affamés soient éduqués. A ceux qui, comme nous, bénéficient d’une relative prospérité, nous disons que nous ne pouvons pas rester indifférents au sort du reste du monde. Pas plus que nous ne pouvons consommer les ressources du monde sans nous préoccuper des conséquences. Le monde a changé et nous devons changer. »

{}
A voir : vidéo : L’agriculture avec les yeux du futur.
A lire : Henry Wallace et la "révolution verte", l’art de nourrir la planète.

Pour creuser le sujet : focus

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Dogshoes • 02/02/2009 - 17:28

    Raoul Follereau demandait déjà en 1944 à FD roosevelt une seule journée de budget militaire pour éradiquer la lèpre partout dans le monde...

    Répondre à ce message

  • michel49 • 01/02/2009 - 10:13

    Même si Obama n’est pas le responsable des "pays pauvres" il ne peut ignorer que les Anglo-saxons depuis deux cents ans ont appliquué la regle resumée par Adam Smith : "tout pour nous, rien pour les autres"

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard