X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Conférence de New York : sale temps pour le mensonge du réchauffement planétaire

La rédaction

11 mars 2009 (LPAC) — Du 8 au 10 mars s’est tenue à New York une conférence internationale sur le changement climatique organisée par le Heartland Institute, un think tank d’inspiration libérale basé à Chicago.

Une centaine d’orateurs de haut niveau y a mis en pièces la théorie très officielle du « réchauffement climatique » dont l’homme serait l’unique responsable. Cette thèse, élaborée par le Groupe d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) créé par le Programme des nations unies pour le développement (PNUD) et l’Organisation météorologique mondiale (OMM), fut popularisée par l’ancien vice-président Al Gore et son film Une vérité qui dérange. Les organisateurs ont invité Gore de venir défendre sa thèse et même proposé de lui payer les 200 000 dollars d’honoraires à cet effet. L’intéressé a décliné la proposition.

A New York, il s’agissait de démontrer que le camp des sceptiques s’agrandit de jour en jour et gagne du terrain sur les alarmistes.

Le président de l’Institut Heartland déclara qu’une enquête démontre que sur 530 chercheurs dans ce domaine répartis dans 27 pays, 82% pensent que le réchauffement global est un phénomène dont la réalité est incontestable bien que seulement 56% parmi eux pensent qu’il est provoqué par l’homme tandis que seulement 35% croient que la modélisation permet de prévoir l’évolution du climat. Ensuite, à peine 27% d’entre eux sont convaincus que la connaissance scientifique dont nous disposons aujourd’hui permet d’anticiper ce qui aura lieu d’ici un siècle. Cette enquête confirme l’enquête précédente, celle du Pew Trust en 2006. On est donc bien loin du « consensus » généralement invoqué.

Il signala aussi que parmi le public se trouvent quelques « chahuteurs professionnels », notamment « ceux de la mouvance de LaRouche et d’autres groupes de l’extrême-gauche conspirationniste ». « S’ils vous accostent, soyez gentils avec eux et appelez la sécurité s’ils ne le sont pas avec vous. »

Parmi les orateurs on trouvait bon nombre de scientifiques ayant contribué au film The Great Global Warming Swindle, le film de Martin Durkin, présenté par la chaîne anglaise Channel 4 en juillet 2007, qui fit tant de scandale.

Lord John Monckton, un ancien conseiller scientifique de Margaret Thatcher, affirma dans un style rabélaisien qu’on « devrait parler des partisans de l’alarmisme comme de gens que font pipi au lit ». Monckton présenta James Hansen, le conseiller scientifique d’Al Gore, comme un Docteur Folamour. L’affirmation de Hansen que le niveau des océans allait monter de 426 pieds s’est avérée erronée, disa-t-il. C’est seulement « ceux qui font pipi au lit qui menacent de faire monter le niveau des mers », plaisanta-t-il.

Pour Monckton, il n’y a pas de « crise du climat » et il n’y en aurait jamais. Par conséquent, dit-il, « les dirigeants du monde doivent avoir le courage de ne rien faire ». Pour lui, le mouvement écologiste a passé toutes les bornes du raisonnable. Il est temps de « bannir » ce mouvement, car la politique qu’il prône est responsable de la mort de 40 millions de personnes, essentiellement des enfants, qui sont morts de l’interdiction de l’utilisation du DDT. De plus, la fuite en avant dans les agro-carburants a provoqué en partie les émeutes alimentaires.

Les « forces de l’obscurantisme dans le mouvement écologiste veulent provoquer un nouvel âge des ténèbres qui ramènera l’homme à l’âge de pierre, privé du droit d’utiliser le feu » conclut-il.

Pour creuser le sujet : focus

Voir les 20 commentaires

  • O’Brien • 11/03/2009 - 19:04

    " Il signala aussi que parmi le public se trouvent quelques « chahuteurs professionnels », notamment « ceux de la mouvance de LaRouche et d’autres groupes de l’extrême-gauche conspirationniste ». « S’ils vous accostent, soyez gentils avec eux et appelez la sécurité s’ils ne le sont pas avec vous. » "

    J’aimerais que vous m’expliquiez ce que ce passage signifie. En sommes, j’aimerais savoir quel est l’opinion de Lyndon Larouche sur le réchauffement climatique.

    Pour l’instant je n’irais pas plus loin dans ma remarque et peut-être n’aurais-je pas besoin de faire plus

    • Bertrand Buisson • 12/03/2009 - 00:30

    • O’Brien • 12/03/2009 - 11:43

      Merci pour votre réponse, mais alors je ne comprend pas pourquoi vous êtes brocardés puisque vous êtes sur la même ligne sur les responsabilités du réchauffement climatique. Pour lui, pour eux comme pour vous, si j’ai bien compris, l’homme n’est pas responsable du réchauffement climatique.
      " Une centaine d’orateurs de haut niveau y a mis en pièces la théorie très officielle du « réchauffement climatique » dont l’homme serait l’unique responsable."

      Ne parlant pas l’anglais, je ne sais pas non plus à quoi ils attribuent le réchauffement climatique. Je fais le parie qu’ils l’imputent au soleil !

      Pouvez-vous me le préciser ? Merci d’avance pour votre réponse.

    • Vincent Crousier • 12/03/2009 - 11:44

      Bonjour.
      Je suis journaliste scientifique. A propos du film et du lien mentionnés ci-dessus, j’ai publié un article qui montre entre autres choses que ce film, sensé "rétablir" la vérité sur le réchauffement climatique, a lui-même été bidonné.
      Vous pouvez télécharger l’article sur mon site :
      www.journaliste-enqueteur.com, cliquer sur "enquêtes". Le titre : "Changement climatique : l’envers du consensus".

    • Bertrand Buisson • 12/03/2009 - 14:49

      Je ne sais pas à quoi ils l’attribuent, ni même s’ils en reconnaissent l’existence.

      Si le président de l’Institut Heartland a brocardé LaRouche, c’est parce que cet institut est ultra-libérale, donc activement opposé aux idées que nous défendons ici. Il a d’ailleurs mis LaRouche dans la même boîte que l’extrême-gauche, c’est un signe.

    • O’Brien • 12/03/2009 - 15:57

      suite

      Je ne veux pas vous faire de peine, je ne souhaite pas vous décourager non plus, je suis les propos au jour le jour qui se disent sur ce site, mais je sais aussi entre autre chose que : « l’histoire est d’essence tragique ». Et nous sommes dans le retour de cette histoire, malgré l’effort désespéré d’un Lyndon Larouche ou d’un Jacques Cheminade. Il y a quelqu’un d’autre que j’aurais aimé citer, Alain Soral qui, lui aussi fait de son mieux pour éviter l’inexorable.

      Encore une fois, je vous prie de m’excusez si mes propos vous désespères, mais il me semble qu’on agit mieux si on en sait un peu plus. Cependant, je ne me fais pas d’illusion, le changement climatique sera plus bouleversant que ce que nous pouvons pensez.
      Nous n’attendrons pas 2100 pour le savoir. Les bouleversements politiques et sociaux iront de concert, c’est être dans l’illusion que de penser le contraire. Cela dit le pire serait de ne rien faire. Lyndon Larouche ne se cache pas de connaître le processus, je ne vous cache pas non plus que j’en connais quelque chose aussi.

    • O’Brien • 12/03/2009 - 15:58

      Je ne souhaite pas être polémiste ainsi je ne sais pas comment vous parlez, je ne veux faire de tord à personne et en tous les cas ni à Lyndon Larouche, ni à Jacques Cheminade ni a bien d’autres qui font de leur mieux pour trouver une solution.
      Je ne suis guère optimiste sur la suite des événements qu’ils soient : politiques, économiques, ou sociaux, mais parce-que je laisse une chance à tout le monde je me retiens de tout espèces de commentaires qui viendraient semer le doute où la confusion dans les esprits.

      Cependant, et veuillez me pardonnez pour cette intrusion dans ce que vous semblez pensez, pour ce qui concerne le climat les choses sont pourtant bien connues, et elles n’incitent guère à l’optimisme. Il y a 7 rétroactions, six d’entre elles sont des rétroactions positives et elles provoquent le réchauffement climatique, une seule est une rétroaction négative et favorise le refroidissement de la planète. Sauf que cette dernière rétroaction ne fonctionne plus. Les océans sont les plus grands régulateurs de la température mais leur sort est désormais scellé.

    • mister-mystère • 13/03/2009 - 18:22

      Déjà en rétroaction négative on peut parler des banquises, de la couverture neigeuse, des glaciers, de la couverture nuageuse (effet iris), et également de l’activité solaire. Alors faut arrêter de raconter n’importe quoi. De plus, à ce jour, 50% des océans sont passés en négatif, et celà bien rapidement, j’ai même l’impression que ce n’est pas fini...
      Je ne crois pas au réchauffement anthropique des alarmistes et des diffuseurs de la pensée unique, qui ne fonctionnent qu’avec une politique de la terreur...

    • yannick • 13/03/2009 - 22:30

      en tout cas une chose est sure , leCO2 est mauvais de toutes façons pour l’homme et l’environement alors ne nous cherchons pas d’escuse pour ne pas faire n’importe quoi , cela arrangeré beaucoup de monde si le réchauffement était démenti , il faut tout de meme diminuer le poison qu’est le CO2

    • Bertrand Buisson • 14/03/2009 - 09:25

      Le CO2 un poison ? Et pourquoi pas l’O2 aussi ?

      La Terre a besoin de CO2, la biosphère a besoin de CO2, la vie a besoin de CO2, autant que d’oxygène. En surdose aussi l’oxygène peut t’amener à la mort, alors un peu de respect pour les éléments chimique qui permettent la vie. NO RACISM !

    • Jojobargeot • 20/05/2010 - 10:08

      Bla bla bla bla ! Encore un qui à subit le lavage de cerveau.

      Pense par toi-même, soit sceptique en ce qui concerne les médias, les gouvernements, les écolo-communistes, bref tout ces faux prophètes qui annoncent l’apocalypse.

      Si effectivement le CO2 est LE gaz à effet de serre le plus influent sur le climat comme on cherche à nous le faire croire, si il n’existe que des rétroactions positives et aucunes négatives comme les gourous essayent toujours de nous le faire croire, le moindre des épisodes catastrophiques qui a touché la Terre par le passé, aurait eu pour conséquence la destruction de la vie sur Terre depuis longtemps et nous humains ne serions pas ici pour prononcer de telles sottises, tout simplement.

      Le climat ne se borne pas à quelques équations bidouillées et brassée dans des ordinateurs, qui comme vous le savez ne restituent que ce que l’on à introduit dans leurs logiciels. Donc ces simulations, ne restent que des simulations, rien d’autre qu’un vent d’électrons qui se transforme en tempête médiatique.

    • Jojobargeot • 20/05/2010 - 10:24

      Encore un c.. qui veut affamer les plantes.

      Le CO2 est le gaz de la vie, sans lui rien de vivant sur cette planète, même un gamin de 10ans apprends ça en science de la nature à l’école.

      Il est temps de ressortir tes petits cahier d’écolier et de relire ce que tu as visiblement oublié.

      Achète des actions AREVA, avec tes convictions boiteuses le nucléaire sera relancé en Europe et plus particulièrement en France et là tu toucheras le jackpot, comme Jean Jouzel, vice président du GIEC et ancien du commisarriat à l’énergie atomique et encore du gouvernement, comme J-L Borloo., qui prône l’indépendance énergétique et se targue que la France pourra respecter les accords de Kyoto.

      Tu expliqueras à ton gamin comment des escrocs ont réussi à relancer une énergie polluante pour les 25000 prochaines années grâce à un mensonge auquel tu contribues.

      Tu invoqueras le "principe de précaution" qui ne s’applique pas au nucléaire, normal, on sait que si c’est dans de mauvaises mains ça peut nous péter à la gueule, le principe ne s’applique pas dans ce cas car on le SAIT !

    Répondre à ce message

  • Frederic • 14/03/2009 - 10:20

    Vous semblez vous fourvoyer à propos du changement climatique.
    La conférence du GIEC a fourni des résultats optimistes, et chaque mise à jour des paramètres démontre une catastrophe bien plus rapide que prévue :
    http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2585
    Bien à vous et surtout à nous tous.

    • Bertrand Buisson • 14/03/2009 - 10:41

      Si tu te penches sur les modèles de prévision du climat, tu te rendras compte qu’ils sont volontairement sélectifs, car le climat est un phénomène d’interaction dynamique complexe entre un très grand nombres de phénomène, aussi bien terrestres que astronomiques. C’est aussi pour cela que meteofrance ne peut prévoir de manière fiable que deux ou trois jours à l’avance maxi. Alors sur 50 ans, je rigole...

      Selon ce que l’on veut faire dire au modèles, on en sélectionne les paramètres en conséquence.
      D’ailleurs tout les scientifiques ne reconnaissent pas les travaux du GIEC :
      http://www.petitionproject.org/

      Plutôt qu’une approche statisticienne modélisée, mieux vaux partir des grands principes qui organisent le climat et la vie sur terre, c’est à dire étudier les cycles solaires, les variations dans l’orbite de la Terre et dans son inclinaison, les rayons cosmiques, etc.

    • Frederic • 14/03/2009 - 11:28

      Néanmoins, hormis le combat des méthodes, il n’en reste pas moins que les taux de concentration en CO2 sont sans comparaison avec ceux que le monde des mammifères a connu (carottages). De plus, le méthane a un pouvoir bien plus néfaste que le CO2 et il n’attend que d’être libéré.. surtout de la taïga... Mais il est vrai que le réchauffement ouvre de nouvelles voies maritimes stratégiques.
      Oui il y a d’autres paramètres, cosmiques, solaires, naturel. Mais Niez vous l’activité humaine comme un facteur déterminant des proportions de gaz atmosphériques ? Si oui, c’est à mon avis inconscient.

    • Bertrand Buisson • 14/03/2009 - 12:04

      C’est pas un combat des méthodes, c’est que leurs méthodes de prévision n’ont absolument rien à voir avec le fonctionnement réel de la nature.

      L’homme, en tant que créature vivante, entre dans les cycles de tranformation chimique continue, mais il est loin d’être le seul et tout n’est pas réductible au CO2. Si du point de vue local (pollution des villes par les voitures, Chine dans son ensemble, usines sous équipées qui rejettent sans contrôle, etc) l’homme peut interférer négativement dans ces cycles chimiques, mais d’iun point de vue global, il n’est pour rien dans ce soi-disant réchauffement climatique qui n’est étayé que par la stigmatisation de phénomène météorologique naturels et des prévisions catastrophistes arbitraire.

      D’ailleurs l’homme en tant que créature dotée de la cognition, peut accroître la biomasse et la vie animale sur l’ensemble de la planète et donc modérer les variations climatiques naturels.

    • Frederic • 14/03/2009 - 15:32

      Quelle est la finalité de l’étude du GIEC ? Prévoir si la vie telle qu’aujourd’hui peu conserver son équilibre malgré l’activité humaine.

      Certes l’homme est doué de cognition, mais à titre individuel, alors que la conscience collective est immature. La croissance est matériel, et non créative. Le moteur en sont les agents économiques à la poursuite du profit basé sur une doctrine matérialiste et sur la base d’un monde aux ressources infinies.

      Hors la terre est un organisme vivant équilibré aux ressources finies. La société humaine est de par son activité un phénomène interférant. La cognition sans conscience mène à la rupture des équilibres du système.

      Tout dépend du système dont vous parlez, la vie en général ou la vie humaine ? Cette dernière est menacée par son action cognitive mal orienté et son défaut de conscience collective.
      Votre combat "Bébert" semble servir une finalité autre. C’est une erreur, je le maintiens. La créativité oui, la destruction de l’équilibre non.

    Répondre à ce message

  • parousnik • 12/03/2009 - 13:52

    Pas très clair cet article... En voilà un limpide...
    """Selon de hauts scientifiques japonais, le réchauffement climatique n’a rien à voir avec l’activité humaine"""
    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=12511

    Répondre à ce message

  • jmm1401 • 12/03/2009 - 11:14

    Et pourtant , les chaines de télévisions , en france , continuent imperturbablement à diffuser ce mensonge comme s’il s’agissait d’une vérité établie !
    Voir ARTE.

    Répondre à ce message

  • PICPUS • 11/03/2009 - 21:31

    LE DDT semble être un produit particulièrement dangereux. Peut-on le remplacer par un produit non nocif pour la population ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard