X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Copenhague : qui chauffe l’esprit de nos dirigeants ?

La rédaction

par Christine Bierre

Le rôle de Jean Tirole

La fraude du réchauffement climatique va-t-elle faire « pschitt » au prochain sommet de Copenhague ? Nous avons bon espoir que l’échec annoncé de ce sommet contribuera à mettre fin à ce nouveau millénarisme qui a saisi la planète depuis 1990, quand Margaret Thatcher a lancé cette énième croisade britannique pour imposer au monde entier des politiques d’austérité malthusienne.

Censé mettre sur pied un nouveau traité international de lutte contre le réchauffement climatique à partir de 2012, date à laquelle le protocole de Kyoto, adopté en 1997, viendra à son terme, le sommet de Copenhague s’était fixé plusieurs buts : 1) établir de nouveaux objectifs quantifiables de réduction des émissions de CO2 pour l’après 2012 ; 2) définir un accord global de réductions d’émissions pour toute la planète et pas uniquement pour les pays industrialisés, comme ce fut le cas jusqu’ici ; 3) se doter, enfin, des instruments qui permettraient d’y arriver. A titre d’exemple, l’Union européenne qui est en pointe sur le sujet, voudrait convaincre les pays industrialisés de s’engager à réduire leurs émissions de 25 % à 40 % d’ici 2020 et de 80 % à 95 % pour 2050.

Gros problème pour les oligarques, ces stratégies visant à réduire et à remplacer la consommation d’énergies fossiles – pétrole, charbon et gaz – par des énergies renouvelables ou non productrices de CO2, exigent des investissements massifs. 10 415 milliards de dollars d’ici à 2030, selon l’Agence internationale de l’énergie, soit près de 1/5 du PIB mondial !

Où trouver cet argent en pleine crise systémique, surtout qu’il s’agit de technologies non rentables, fortement subventionnées par les Etats ? Qui sont les principaux pollueurs, sans lesquels aucun accord mondial n’est possible ? En tête du palmarès 2007, on trouve la Chine, les Etats-Unis et l’Europe avec respectivement 21 %, 20 % et 14 % des émissions de CO2, suivis de l’Inde, avec 4 %, et de la Russie, avec 6 %. Les Etats-Unis coulent actuellement sous la dépression la plus grande qu’ils aient jamais connue et l’Europe ne tardera pas à les rattraper. La Chine survit mieux pour l’instant grâce à son plan massif de relance de la consommation intérieure, lancé au début de la crise, et l’Inde est moins frappée car son économie est moins dépendante des exportations. Mais aucune des deux n’échappera à l’effondrement du système dollar, pas moins que la Russie, qui subit la crise de plein fouet.

Le sommet de Copenhague devait être celui où les pays avancés, y compris les Etats-Unis, allaient s’engager dans des objectifs beaucoup plus ambitieux. Mais la tentative du Président Obama de faire voter un projet de loi dit de « Cap and Trade » – c’est-à-dire de création de droits à polluer avec des bourses où ils peuvent être échangés tels des titres financiers ordinaires – a provoqué autant de remous que son projet de réforme sur la santé et pourrait ne jamais voir le jour. Obama serait donc bien incapable d’engager son pays dans un quelconque accord à Copenhague.

Aussi, les pays avancés devaient se mettre d’accord pour apporter une aide financière aux pays en voie de développement, incapables de financer eux-mêmes ce type de dépenses, sous la forme d’un pourcentage prélevé chaque année sur les budgets des pays avancés, ou éventuellement d’une taxe Tobin sur les produits spéculatifs. Au dernier sommet climat, l’Union européenne a fixé à 100 milliards d’euros par an d’ici 2020 l’aide dont les pays en voie de développement auraient besoin pour atteindre ces objectifs. Mais la crise étant passée par là, aucun des pays avancés n’est en mesure de mettre la main à la poche et l’Europe ne s’est pas engagée elle-même sur le montant de sa participation à cette somme.

Daniel Cohn-Bendit et Jean Tirole à la rescousse

Nos autorités auraient pu profiter de toutes ces difficultés pour revoir leur copie et éviter à la planète leurs folles politiques ! C’était sans compter avec Nicolas Sarkozy, qui a embringué le président brésilien Lula da Silva, le plus grand producteur de biocarburants au monde, dans un appel conjoint en faveur d’une « Alliance pour le changement », où ils demandent à toutes les nations de se soumettre aux objectifs définis par le Groupement intergouvernemental des experts en climat (GIEC), gendarme de cette croisade. C’était aussi sans compter avec Daniel Cohn-Bendit, qui abonde une fois de plus dans le sens du chef de l’Etat. Avec le malthusien Yves Cochet, il vient de lancer un effort d’arrière-garde pour rassembler une coalition arc-en ciel avec le Modem, les Verts et même l’UMP, afin de sauver Copenhague !

Mais un article de Jean Tirole, l’économiste comportementaliste qui dirige l’Institut Toulouse sciences économiques, paru dans Le Monde du 3 novembre dernier, a fait sortir du bois l’une des chevilles ouvrières les plus importantes de la fraude du réchauffement climatique en France.
Dans cet article intitulé « Négociations climatiques : Copenhague ou l’heure de vérité », Jean Tirole, très introduit et très écouté dans les allées du pouvoir, va beaucoup plus loin dans la folie que ses confrères. Le texte lui-même est tiré d’un rapport sur le sujet présenté le 22 septembre dernier au Conseil d’analyse économique du Premier ministre et au Conseil économique pour le développement durable, de Jean-Louis Borloo.

Que propose Tirole ? D’abord, une approche globale pour « résoudre » le problème. Fini le temps des approches sectorielles, tenant compte de situations particulières. Il propose ensuite 1) d’établir un objectif de réduction globale des émissions à l’objectif 2050 se conformant aux indications du GIEC ; 2) de créer un système mondial de droits à polluer négociables sur des bourses de carbone avec un prix unique pour les droits à polluer ; et 3) de faire du FMI le gendarme de ce système, avec pouvoir d’imposer des sanctions.

Le système des droits à polluer est un système absurde, ayant pour objectif de pénaliser les pollueurs et d’encourager les bons élèves. Chaque année, en fonction de ses émissions de carbone, chaque entreprise recevrait un nombre déterminé de droits à polluer, au prix actuel de 15 euros chacun. Ayant dépassé ses possibilités, l’entrepreneur pollueur devra acheter d’autres droits à polluer aux entreprises vertueuses qui auront réduit, grâce à des investissements, leurs émissions. Le premier est ainsi pénalisé et encouragé à faire mieux ; le second est au contraire rétribué. Entretemps, ces droits à polluer deviennent des titres négociables dans des « bourses de carbone », des marchés à terme de plein droit où l’on peut spéculer. Notons qu’en 2007, le trading dans le marché créé par l’Union européenne à cet effet, l’UE ETS, avait atteint la jolie somme de 59 milliards de dollars. Et Tirole propose que d’autres marchés de ce type soient constitués, notamment aux Etats-Unis et en Europe.

Rien d’étonnant, venant de ce personnage. Auditionné en plein krach par la commission des Finances de l’Assemblée nationale, ce proche d’Olivier Blanchard, l’économiste en chef du FMI, et de l’équipe très Wall Street des conseillers économiques d’Obama, Tirole avait conseillé aux députés d’« oublier » toute régulation des hedge funds, ajoutant qu’il « n’était absolument pas question » de mettre fin à la titrisation et aux produits dérivés. Il s’agit pourtant là de l’essentiel des produits spéculatifs qui ont provoqué cette crise ! On le voit bien, tous les chemins du réchauffement climatique et de la croissance verte mènent à la finance.

Face à ces nouveaux Nostradamus, à ces joueurs de flûte d’Hamelin, prêts à noyer les foules dans leurs superstitions pour quelques gains financiers, sauvons la planète des escrocs du réchauffement climatique !

Voir les 3 commentaires

  • bisson • 06/12/2009 - 17:05

    Bonjour,

    Michel Rocard aussi attirait mon attention sur le caractère spéculatif du marché des quotas de CO2. Vous serez rassurés, je pense, en prenant connaissance des dispositions préconisées dans le rapport Charpin (taper : "rapport charpin quotas" sur google)

    cdlt

    Répondre à ce message

  • petite souris • 19/11/2009 - 19:31

    L’esprit de nos dirigeants chauffe !

    C’est bien ! Appliquons leur personnellement ce qu’ils préconisent .............

    Répondre à ce message

  • Michèle • 15/11/2009 - 19:24

    Il faut arreter ces fous furieux, ils vont detruirent les populations. De plus, c’est une enorme arnaque, nous partons vers une ere glaciere.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard