X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Deutsche Welle : « Glass-Steagall est sur la table aux Etats-Unis et en Allemagne »

11 aout 2012 (Nouvelle Solidarité) — Alors qu’en France le lobby de la banque universelle impose un black-out quasi-général sur le sujet, la Deutsche Welle (l’équivalent de Radio France international (RFI) pour nos voisins d’outre-Rhin), qui diffuse des émissions radio en vingt-neuf langues et des programmes de télévision en quatre langues, vient de consacrer l’article suivant à l’impérative nécessité de couper les banques en deux comme le martèlent depuis longue date Lyndon LaRouche aux Etats-Unis et Jacques Cheminade en France.

« Scinder les banques en deux
permettra-t-il de surmonter la crise financière ? »

Andreas Becker, Deutsche Welle, 10 août 2012

Une idée vieille de 80 ans est sur la table aux États-Unis et en Allemagne : celle de séparer les activités risquées de banque d’affaire de celles de la banque ordinaire. Les opinions divergent pour définir la sévérité d’une telle séparation et si cela sera efficace ou non.

En octobre 1929, le crash de la bourse de New York précipita l’économie américaine vers l’abîme. A peine quelques années plus tard, le gouvernement américain adopta des réformes qui changèrent d’une façon drastique le secteur financier. La loi bancaire de 1933 (Banking Act), également connue comme le Glass-Steagall Act, imposa la séparation des activités bancaires. Il était désormais interdit aux banques commerciales, en charge de la gestion des dépôts et des crédits aux clients, de s’impliquer dans les marchés d’actions, les marchés obligataires ainsi que dans tout placement à haut risque.

"Dès 1920, le sénateur Carter Glass, un des auteurs de la loi, était convaincu que trop d’argent fut injecté dans des investissements spéculatifs", précise Hans-Joachim Voth, spécialiste de l’histoire de l’économie à l’Université Pompeu Fabre de Barcelone. "Avec le grand krach et la dépression qui s’en suivait, Glass voyait se présenter l’occasion pour imposer une séparation stricte entre banques commerciales et banques d’affaires".

Réforme bancaire : ferveur à l’époque, crainte aujourd’hui

La loi Glass-Steagall n’était pas la seule réforme du secteur bancaire étasunien. La Securities and Exchange Commission (SEC, équivalent de l’Autorité des marchés financiers en France) a été créée un an plus tard, en 1934. Aujourd’hui, elle reste en charge de la régulation des titres de l’Etat américain. La Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC), l’autorité fédérale qui se porte garante des dépôts des banques agréées, a elle aussi été créée au même moment.

Par contraste, — presque quatre ans après la chute de Lehman Brothers — les politiques ont entrepris peu de réformes fondamentales dont ils peuvent dire qu’elles protégeront les générations futures. "C’est à la limite du criminel qu’on n’ait pas appris la leçon de la crise [qui démarra en] 2007 et qu’on n’ait pas réussi à améliorer les mécanismes de régulation", affirme Voth. "Je pense aussi que cela reflète un échec de l’intellect".

"Le secteur bancaire, les produits financiers complexes et leur interdépendance avec l’économie en général – tout ceci semble si complexe aux politiciens qu’ils ont peur de fauter", dit Voth avant de poursuivre :"Ils écoutent les experts du monde financier et ensuite laissent tout dans le même état qu’auparavant". Jusqu’ici les réformes se sont limitées à des petits changements en ce qui concerne les fonds propres. "Avec cela, on n’empêchera d’aucune façon la prochaine crise".

Et surtout, les nouvelle règles, dites de Bâle III, ne sont même pas en application. Aux États-Unis, la tentative d’interdire aux banques de spéculer avec leurs fonds propres a été remise à plus tard. L’Angleterre prévoit une série de réformes, mais aucune loi n’est en vue avant l’été 2015.

L’attractivité de l’ancien système

Il n’est donc guère étonnant que certains souhaitent retourner à la principale réforme du passé, la séparation entre banques commerciales et banques d’affaires de 1933. Elle fut abrogée en 1999 sous Bill Clinton. La décision correspondait à une époque où “dérégulation” était le mot magique.

Même avant 1999, la séparation des activités bancaires avait été progressivement affaiblie. Ainsi, en 1998, on a autorisé le géant financier Citigroup, lui-même le résultat d’une fusion, d’acheter la banque d’affaires Salomon Brothers.

Ironie de l’histoire, Sandy Weill, le patron de Citigroup jusqu’à l’éclatement de la crise et un des grands bénéficiaires de la dérégulation, demande actuellement qu’on rétablisse la séparation entre banques commerciales et banques d’affaires. Le New York Times, qui a combattu pendant des années la loi Glass-Steagall, a opéré un volte-face. "Ayant constaté les résultats de la dérégulation complète, nous pensons aujourd’hui que nous avons eu tort de la soutenir" affirme le journal dans un éditorial.

En Allemagne, le dirigeant social-démocrate Sigmar Gabriel et Nikolaus von Bomhard, PDG de la société de réassurance Munich Re, se sont prononcés en faveur d’une séparation bancaire. Ils ont affirmé qu’il ne devrait pas y avoir des banques si importantes pour un pays qu’elles nécessiteraient un sauvetage avec l’argent des contribuables : "Si quelque chose est de nature systémique, alors il y a quelque chose qui ne va pas avec le système", affirme Bomhard.

La taille n’est pas tout

“Je ne suis pas fan d’une politique sans nuance disant qu’il faut scinder les banques en deux et les garder séparées” dit pour sa part Georg Fahrenschon, président de l’Association allemande des banques d’épargne.

Il défend les banques universelles qui font tout : gestion des comptes, prêts, titrisation et vente de devises étrangères. "Ces trois dernières années, on a vu a quel point c’était important d’avoir des banques régionales capables d’aider les entreprises de taille moyenne à gérer les risques de change".

L’historien de l’économie Voth reconnaît qu’il ne croit pas qu’un système de banques séparées aurait empêché la crise financière. Tout en ajoutant qu’une séparation est nécessaire pour réduire les banques à une taille qui ne menace pas l’ensemble de l’économie. Jusqu’au moment de la libéralisation au début des années 1980, le monde s’en sortait très bien et cela sans banques too big to fail [trop grand pour sombrer] et la croissance économique était forte.

Voth souligne que l’argument qui veut que la croissance est impossible sans grands groupes internationaux est un mythe : "Rien de ce qui est important en économie était vraiment pire il y a 20 ou 30 ans. On ne manquerait aucune des fonctions économiques que les banques d’affaires apportent aujourd’hui grâce à leur taille".

A cause de sa taille Deutsche Bank est aussi "un risque dur à supporter pour l’Allemagne", précise Voth. "Je ne sais pas combien de crises nous devons traverser avant d’apprendre à bien réguler les choses," a-t-il conclu.

SIGNEZ SANS TARDER L’APPEL A UN GLASS-STEAGALL GLOBAL

Voir le commentaire

  • petite souris • 12/08/2012 - 14:06

    La presse étrangère en parle ....
    C’est bon signe surtout venant de notre partenaire allemand ....

    Que fera ce François-là ?
    Sa Valérienéemassoneau pauvre petite héritière de banque à 3 millions l’an ...................................
    Rien c’est presque sûr !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard