Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
2-3 juillet 2011, conférence de l’Institut Schiller à Rüsselsheim, Allemagne

Dieter Ameling : la décarbonisation est un adieu discret à l’industrie

La rédaction

Retour au programme de la conférence


La vidéo de cette intervention est disponible, en allemand et anglais pour le moment, et prochainement en français : http://schiller-institut.de/seiten/2011/ruesselsheim/20110703-ameling.html


Dieter Ameling, ancien président de l’Association des sidérurgistes allemands et de l’Institut de l’acier

Extraits

D’abord, il faut que je vous familiarise un peu avec la technique de production de l’acier. 70 % de l’acier produit en Allemagne se fait à partir de minerai du Brésil ou d’Australie, en passant par les procédés de haut-fourneau et de convertisseur, qui fabriquent beaucoup de carbone et de CO2. Environ 1800 kg de CO2 sont produits par tonne d’acier brut avec ce moyen de production, du minerai de fer jusqu’à l’acier fini. C’est un apport considérable de CO2, mais c’est beaucoup moins que la moyenne mondiale, qui est de 2200 kg. C’est-à-dire qu’en matière d’efficacité, l’Allemagne est le meilleur élève de la classe. Le reste se fait à partir de la transformation de ferraille, grâce à des fours électriques. Cela représente 32 % de la production totale, ou presque 15 millions de tonnes. Là, l’émission de CO2, y compris celui émis par la production d’électricité, est très faible : 360 kg par tonne d’acier brut. Vous me direz, pourquoi ne produisez-vous pas tout par ce moyen ? Hélas, les quantités sont trop faibles pour approvisionner toute l’industrie automobile ou de construction de machines. Nous avons donc besoin de produire à partir de minerai de fer, procédé gourmand en carbone.

Un haut-fourneau nécessite 414 kg de charbon pour une tonne de fonte. Du point de vue physico-chimique, on ne peut pas faire mieux. C’est comme pour faire fondre une tonne de glace : l’énergie nécessaire au processus est fixe. On ne peut pas descendre en-dessous. Si on le convertit en coke, ce sont 465 kg. Nous sommes actuellement à 490 kg, donc très proches de la valeur idéale. Il n’est donc pas possible, techniquement, d’obtenir une réduction significative des émissions de CO2.

Maintenant, nous sommes censés, y compris les industries nécessitant beaucoup d’énergie, réduire de 80 % les émissions, c’est-à-dire passer de 1,2 milliard de tonnes à 246 millions d’ici 2050. Si j’applique ces données à l’industrie, celle-ci a produit en 1999 271 millions de tonnes de CO2, dont 70 pour l’aciérie. En 2050, avec une réduction de 80 % des émissions de CO2, l’industrie ne devrait pas produire plus de 54 millions de tonnes, ne laissant au secteur de l’aciérie que 14 millions. Constat : l’Allemagne ne pourra plus produire que 10 millions de tonnes d’acier, contre près de 50 aujourd’hui.

Je vous ai parlé d’industries gourmandes en énergie. Quelles sont-elles ? Ce sont celles dont la part des coûts énergétiques dans la valeur ajoutée brute est supérieure à 20 %. Ce graphique représente l’aluminium [+55 %], le fer et l’acier [+35 %], le verre [ca. 25 %], la chimie de base [25 %], les métaux non ferreux [25 %], le papier [30 %], le ciment [près de 50 %]. Toutes ces industries sont fortement touchées par les mesures que j’ai présentées ici. (…) Les succès de l’industrie allemande auraient été inconcevables sans les matériaux les plus modernes. Si nous devons faire venir de l’étranger les matières premières et matériaux nécessaires pour la construction de machines et l’industrie automobile, cela affaiblira l’ensemble de la chaîne de valorisation. Sans fournisseurs de matériaux en amont, la productivité des secteurs de l’automobile et de la construction de machines sera bien moindre et ils perdront de leur compétitivité.

Une lueur d’espoir est venue en novembre dernier d’une étude réalisée par le ministre de l’Economie Brüderle : L’Allemagne, un pays industriel : renforcer ces points forts, éliminer ces points faibles, assurer son avenir. Rappelons que l’Allemagne est un des pays les plus industrialisés. Après la Chine, avec 34 % de la valeur ajoutée brute issue de l’industrie, et la Corée avec 28 %, l’Allemagne arrive en troisième position avec 23 %. La France est seulement à 12 %, l’Angleterre à 12,3 %. On constate que ces derniers pays ont du mal à sortir de la crise, alors que les premiers s’en sont mieux sortis. Toutefois, je précise qu’à ces 23 % pour l’Allemagne, il faut ajouter 10 % de plus pour les « services » relatifs à cette industrie. Il n’y a plus guère d’entreprises aujourd’hui qui aient leur propre service de traitement de données. Ce sont des prestations qui ne sont plus comptées dans le secteur industriel, mais si les industries disparaissent, elles disparaîtront aussi. Les 33 % de création de richesse industrielle, comprenant les services associés, seront drastiquement réduits. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’on s’apercevra de l’importance cruciale de cette création de richesse industrielle pour notre niveau de vie et notre système social. (…)

En termes d’exportation, nous avons été les premiers au monde pendant plusieurs années, avant la Chine. C’est maintenant l’inverse depuis 2008. Les Chinois augmenteront d’ici 2015 leur part de la valeur des exportations à 12,8 %, alors que l’Allemagne descendra à 7,5 %. En dessous de ce niveau, nous ne pourrons plus conserver notre niveau de vie et notre système social.

(…) Handelsblatt l’annonce : « L’adieu à l’industrie a déjà commencé — Thyssen-Krupp, Aurubis, Norsk Hydro, SGL Carbon – de nombreuses industries gourmandes en énergie tournent déjà le dos à l’Allemagne. » C’est vrai, le grand fabricant d’aluminium Norsk Hydro a pratiquement fermé son site à Düsseldorf. Thyssen Krupp a déjà commencé à délocaliser ses usines au Brésil. Une nouvelle usine a été mise en service l’an dernier, d’une capacité de 5 millions de tonnes d’acier, en majeure partie acheminé vers l’Allemagne ; une partie du reste va aux Etats-Unis. Ainsi, l’industrie se détourne de l’Allemagne à cause des politiques adoptées, et cela devrait s’accélérer à l’avenir.

Que pense la population de ce concept énergétique ? Selon un sondage de Forsa, (…) peu lui importe ce que disent les politiques, et le tournant énergétique (sortie du nucléaire et décarbonisation) est vu « davantage comme une folie collective que comme une décision mûrement réfléchie ». La priorité des problèmes est vue autrement par la population, pour laquelle l’éducation et la santé sont tout en haut de la liste. La sortie du nucléaire vient même après la réduction de la bureaucratie, en termes de préoccupations. La population ne s’aperçoit pas vraiment des conséquences, notamment parce que, à mon avis, elles ne sont présentées par les médias.

(…) Ce nouveau concept énergétique va entraîner une désindustrialisation, à cause de coûts énergétiques non compétitifs et de l’insuffisance des certificats de CO2. Le déclin de la valeur ajoutée industrielle réduira la prospérité et affaiblira le système social. L’industrie allemande, hautement performante, doit être renforcée sur tout le cycle, de l’acier à l’automobile, et non affaiblie.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard