X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

EXCLUSIF ! Au nouvel an, la chancelière Merkel s’est trompée de discours !

La rédaction

19 janvier 2011 (Nouvelle Solidarité) — Nos camarades du parti politique allemand Büso viennent de nous apprendre que suite à une erreur de ses collaborateurs, Angela Merkel n’a pas lu le bon discours lors de ses vœux du Nouvel An. Voilà le contenu du texte qu’elle aurait dû lire :

Chers concitoyens,

J’aimerais vous parler tout à fait ouvertement. Lorsque je vous ai adressé mes vœux il y a un an, ici même, je ne soupçonnais pas ce que je peux affirmer aujourd’hui avec certitude : désormais, j’ai compris que la tentative de maintenir à flot un système financier totalement pourri à l’aide d’interminables plans de sauvetage pour les banques a échoué. Pour moi, il est désormais clair que pour respecter le serment que j’ai prêté, en vertu duquel j’ai juré de protéger le peuple allemand contre toutes les menaces, je ne peux plus accepter de soumettre l’Allemagne aux diktats de la Commission européenne, du FMI et de la BCE. Je ne peux plus demander aux citoyens allemands de payer les pots cassés des spéculateurs et d’accepter, en raison de l’endettement grandissant de l’Etat, des coupes claires dans les budgets de la santé, la détérioration des infrastructures et la hausse des prix de la nourriture et de l’énergie.

Pour moi, la goutte qui a fait déborder le vase fut le nouveau mémorandum interne de l’UE, mis à ma disposition, dans lequel des experts de l’entourage du commissaire européen à l’économie et aux finances, Ollie Rehn, proposent une nouvelle « stratégie globale » pour sortir de la crise. Dans le cadre de cette stratégie, le Fonds européen de stabilité financière (FESF) est censé être transformé et doté, si besoin est, d’« argent frais », non seulement pour renflouer d’autres Etats insolvables, mais aussi pour aider des « banques en difficulté ». Est-ce à dire que vos impôts sur le revenu seront alourdis d’une taxe destinée aux banques et aux hedge funds, peut-être directement prélevée par la Deutsche Bank sur votre compte bancaire ?

Non, créer de l’argent pour payer les dettes, nous l’avons déjà fait en Allemagne en 1923, et nous ne le ferons plus.

Il s’est avéré aussi que les banques et fonds de placement ainsi « sauvés » n’ont pas fait bénéficier l’économie réelle de cette situation en lui accordant des crédits, mais ont, au contraire, utilisé l’argent pour spéculer sur les matières premières et les produits alimentaires. Ainsi, le quotidien Les Echos constate que 2010 fut une « bonne » année pour l’échange de produits dérivés sur les matières premières. Les opérations sur les « options » au Chicago Board of Exchange (CBOE) ont atteint, en 2010, 4,4 millions, soit 279 % de plus qu’en 2008 ! Et au Chicago Mercantile Exchange (CME), la plus grande Bourse de matières premières, on a échangé 12,2 millions de contrats, soit une augmentation de 19 % par rapport à 2009. Quant au cartel géant Cargill, il se vante d’une augmentation de 74 % de ses profits au premier semestre 2010 !

Entre-temps, j’ai appris du Rapporteur de l’ONU pour le droit à la nourriture, Olivier de Schutter, que les prix moyens des produits alimentaires atteignent les niveaux de 2008. Mais ce ne sont plus 40 Etats, mais 80, qui sont menacés d’émeutes de la faim provoquées par la pénurie de produits alimentaires ou par leurs prix exorbitants. On assiste déjà à des protestations dans toute l’Afrique du Nord ; en Tunisie, le Président a été chassé du pouvoir et la situation s’aggrave en Egypte et en Jordanie. Où s’arrêtera l’engrenage ?

Eh bien, ici ! Lorsqu’on voit la civilisation entière se diriger vers le mur (ce qui est évident pour quiconque réfléchit), on se dit que le moment est venu de tirer la sonnette d’alarme et de changer de politique. Nous ne vivons pas dans le « diamat » ou le « histomat », où des processus dits objectifs déterminent l’histoire, nous ne vivons pas non plus dans un monde où le comportement prescrit transforme le juste en injuste ; nous sommes des êtres humains dotés de libre arbitre. Par conséquent, reconnaître une erreur et la corriger est, pour nous, davantage un signe de caractère que de faiblesse, surtout lorsque le destin d’une nation pour des générations à venir est en jeu.

C’est pourquoi, en ma capacité de chancelière, je redéfinis les fondements de la politique allemande, conformément à l’article 65 de la Constitution, et je décide, au nom du droit international et conformément au traité de Lisbonne, de sortir des traités de l’UE et de la zone euro. Rétablir la souveraineté sur notre monnaie, le nouveau mark, est une pré-condition importante au financement d’une politique dirigiste de croissance industrielle dans la tradition de la Kreditanstalt für Wiederaufbau (Banque de reconstruction) après 1945. C’est seulement ainsi que nous pourrons assurer le plein emploi productif, c’est-à-dire un minimum de 30 % d’emplois dans le secteur industriel, contre 19 % actuellement, car les emplois dans le secteur des services n’ont pas de valeur ajoutée.

Cela ne veut nullement dire que l’Allemagne est hostile à l’Europe ou devient chauviniste – bien au contraire. J’inviterai immédiatement les autres gouvernements européens à nous aider à mettre en place un système monétaire et de crédit raisonnable, grâce à la régulation. Le site du ministre allemand des Finances affiche la liste de la plupart des lois en vertu desquelles le système bancaire allemand a été dérégulé pour répondre aux règles de la mondialisation. Comme cela prendrait beaucoup trop longtemps pour abroger toutes ces lois, il est plus efficace d’adopter simplement un système de banques séparées dans la tradition du Glass-Steagall de Franklin Roosevelt et de passer d’un système monétariste à un système de crédit.

Pour le développement du monde

En témoignage de l’amitié entre les nations souveraines d’Europe, je proposerai aux autres gouvernements une mission conjointe : développer l’Afrique ! Toutes les nations européennes pourraient œuvrer, suivant certaine division du travail, à améliorer l’infrastructure, l’industrie et l’agriculture, de façon à libérer non seulement ce continent, qui nous est voisin, de sa détresse actuelle, mais aussi à nous sortir de notre crise grâce à l’essor de l’activité économique.

Depuis longtemps, il existe des projets de développement pour l’Afrique, par exemple celui du topographe français Francois Elie-Roudaire, qui proposait dès la fin du XIXe siècle de remplir d’eau de mer les chotts en Algérie. Le plan Roudaire-Paumier propose aujourd’hui, en amenant de l’eau douce, d’en faire une vaste région agricole et industrielle. La quantité d’eau ainsi apportée améliorerait le climat local et pourrait faire de l’Afrique du nord un grenier à blé. Le projet Transaqua, qui dévierait de l’eau du fleuve Congo pour revitaliser le lac Tchad afin d’irriguer et verdir une grande partie du Sahel, est l’un des projets que nous pourrions réaliser sans délai, de même que la construction de systèmes routiers et ferroviaires en Afrique.

En nous donnant une telle mission commune en Europe, à la hauteur de notre devoir moral, nous contribuerons à la croissance économique de toutes les nations participantes. Au Maghreb, mais aussi en Grèce, au Portugal ou en Irlande, les jeunes gens qui descendent dans les rues verront alors se dessiner un avenir prospère qu’ils pourront contribuer à créer.

Au lieu de laisser se pratiquer la spéculation sur des produits alimentaires en contraction, privant ainsi des millions de gens de leurs moyens de subsistance, je ferai en sorte que, dans le cadre du nouveau système de crédit, les agriculteurs, non seulement en Allemagne mais, je l’espère, partout, obtiennent un prix de parité. Pour cela, il faut mettre fin à la production perverse de bio-carburants, car d’ici 2050, il faudra doubler la production mondiale de nourriture. Notre objectif est d’éliminer la faim et la pauvreté dans le monde.

Pour cela, nous devons investir à long terme dans la sécurité énergétique et en termes de matières premières. Le meilleur moyen de l’assurer réside dans la mise en place du grand projet de Pont terrestre eurasiatique et dans la coopération pour développer l’Arctique. Les pays européens, de même que la Russie, la Chine, l’Inde, la Corée, le Japon et d’autres, doivent investir dans les sources énergétiques à forte densité de flux énergétique. Je suis certaine que lorsque je leur proposerai la coopération allemande dans ces domaines, ils réagiront positivement, car les compétences de nos petites et moyennes industries sont recherchées dans le monde entier. Ainsi, les inventions des scientifiques et des chercheurs allemands contribueront à un ordre de paix dans le monde.

Pour la réalisation concrète des grandes missions de l’humanité, chers concitoyens, j’aimerais vous enthousiasmer. Ensemble, nous pourrons tirer les leçons des erreurs d’une mondialisation basée sur la cupidité, pour renouer avec l’idéal de Friedrich Schiller et de Guillaume de Humboldt, à savoir que le but de l’éducation doit être de forger en chacun une âme noble et une force de caractère. Donnons à nos jeunes gens toutes les chances de développer leurs capacités créatrices innées et de devenir des génies !

Comme devise pour l’année fatidique 2011, j’aimerais vous proposer cette citation tirée d’une des Lettres sur l’éducation esthétiques de l’homme de Schiller : « Vis avec ton siècle, mais sans être sa créature. Dispense à tes contemporains non les choses qu’ils vantent, mais celles dont ils ont besoin. »

Si nous vivons selon ce principe, nous trouverons la force intérieure pour le changement moral et culturel qui est si nécessaire aujourd’hui.

Voir les 7 commentaires

  • petite souris • 19/01/2011 - 17:54

    La chancelière Merkel s’est trompé de discours !
    Bon ! Dommage car il est très bien !

    Cela peut s’expliquer par une mauvaise manipulation dans les dossiers de sa secrétaire...Mais dans ce cas, elle aurait pu rectifier.

    Si elle ne l’a pas fait, la question qu’il faut se poser est POURQUOI ?
    Qui l’a fait changer d’avis ?
    Quelles pressions a-t-elle subie ?{}

    • Procquez Christianchristian • 22/01/2011 - 14:20

      à toutes celles et ceux qui se posent les vrais questions de nos civilisations décadentes face à l’incompétence de nos gouvernements aux services des oligarchies internationales.Si ce message de Merkel se trouve en relation avec sa vraie introspection,ses vrais objectifs présents et futurs,qu’elle ose faire le travail qu’il lui reste à faire pour réveiller ses Amis des divers Gouvernements planétaires et de porter les lumières du futur sur sur l’ensemble des Citoyens du monde et des mouvements internationaux qui développent ces programmes depuis des années y compris en Allemagne.Bien à vous tous

    • Le PROC • 22/01/2011 - 23:15

      Christian Président !...

    Répondre à ce message

  • g.bruno • 19/01/2011 - 18:26

    Allons petite souris, vous êtes fort crédule !

    • UN chouka • 19/01/2011 - 20:39

      Trop drole :-D

    • petite souris • 20/01/2011 - 11:35

      .........on peut rêver.........
      on va rentrer dans l’année du chat le 3 février alors !!!!!!
      va falloir que je reste dans mon trou derrière la plinthe rien qu’à observer... il sera là à guetter !!!

    Répondre à ce message

  • Ferdinand Cantwell • 19/01/2011 - 11:23

    Je repense aux images de 1989... mais en plus beau, beaucoup plus beau.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard