X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Euro : Il y a une limite à la tyrannie !

La rédaction

La crise de l’euro vu de l’Allemagne
Par Helga Zepp-LaRouche

par Helga Zepp-LaRouche
Présidente du Büso, notre parti frère en Allemagne

La grève de masse qui s’étend aux Etats-Unis contre la politique d’un gouvernement Obama au service de Londres et de Wall Street, qu’a-t-elle de commun avec la colère des contribuables allemands contre le diktat de l’UE et le plan de sauvetage prévu de 750 milliards d’euros, et avec l’âpre débat qui se répand en Europe sur l’échec de l’euro ? Le dénominateur commun est une prise de conscience grandissante, la population reconnaissant que la coupe est pleine, que les politiques obéissent aux ordres d’intérêts financiers qui ont dépassé toutes les bornes et que les citoyens peuvent et doivent défendre leurs propres intérêts.

Cette grève de masse qui a éclaté l’été dernier, face à la réforme de la santé imposée par Obama et au renflouement de Wall Street, est entrée dans une nouvelle phase. (...) Aux élections de novembre prochain, les membres sortants du Congrès ont peu de chance de se faire réélire, quel que soit leur parti. L’administration Obama a perdu la confiance des citoyens et le déversement du pétrole dans le golfe du Mexique, jour après jour, fait monter d’autant la colère.

En Europe, comme prévu, la crise frappe désormais l’Espagne et, en raison de l’inceste bancaire avec la Grande-Bretagne, nous assistons à un processus similaire contre les mesures d’austérité, considérées à juste titre par la population comme profondément injustes car touchant avant tout les moins fortunés, tandis que les Ackermann [directeur de la Deutsche Bank] engrangent 25% de bénéfices, et même davantage. En Grèce, Espagne, Italie, Irlande et au Portugal, les syndicats appellent à des actions de grève et les syndicats grecs ont raison de dire que ces mesures d’austérité représentent les plus graves atteintes aux droits de l’homme depuis la dictature des colonels.

Qu’en est-il des partis représentés au Bundestag ? Bien que le Financial Times, dès le 29 avril, le Bild-Zeitung le 30, puis toute une flopée de médias début mai aient fait savoir que l’un des plus gros bénéficiaires du méga-plan de sauvetage serait le milliardaire grec Spiro Latsis, dont la banque EFG détient environ 60 milliards d’euros d’obligations grecques, à la fois d’Etat et privées, le Bundestag et le Bundesrat [deuxième chambre] ont allègrement accepté de charger le fardeau de 150 milliards d’euros sur le dos des contribuables allemands. Pourtant, peu avant la fin de l’année dernière, l’EFG-Eurobank avait transféré son siège de Genève à Luxembourg, allégeant du coup la Suisse de 60 milliards d’euros de dettes bancaires grecques et facilitant l’accès de l’Eurobank aux fonds de renflouement de l’UE, le Luxembourg, paradis fiscal de Juncker, faisant partie de l’Union européenne.

Rappelons les ennuis que le président de la Commission, José Manuel Barroso, a eus en 2005 en raison d’un éventuel conflit d’intérêt pour avoir passé à plusieurs reprises ses vacances sur le yacht de Spiro Latsis. Ce même Barroso a exercé de fortes pressions sur la chancelière lors du dernier sommet de l’UE, pour qu’elle abandonne sa résistance au renflouement. Autre invité présent sur le yacht, le prince Charles d’Angleterre, dont le père, le prince Philip, est cousin du roi Constantin de Grèce, qui vit à Londres depuis la proclamation de la république et qui est le parrain du prince William.

En échange de quelques menus services, Constantin a bénéficié du soutien financier de Latsis, sans doute pas un gros fardeau pour un homme qui, d’après le magazine Forbes, peut se vanter de plus de onze milliards de dollars de fortune personnelle et figure en soixantième position de la liste des hommes les plus riches au monde. Latsis a ses entrées dans le cercle intime d’aristocrates, d’oligarques financiers et de profiteurs ayant ruiné des milliards de gens.

Le Traité de Lisbonne déjà violé

Le scandale vient de ce que tous ces faits avaient été exposés par les médias avant le vote sur la « Loi de l’union monétaire et de la stabilité financière », c’est-à-dire le mécanisme de transfert des responsabilités. Les députés pouvaient donc savoir qu’en fin de compte, ils finançaient avec l’argent public le système bancaire contrôlé depuis Londres.

A peine six mois après son entrée en vigueur, le Traité de Lisbonne ne vaut même plus le papier sur lequel il a été – avec bien du retard – imprimé. La transformation de l’UE en union du transfert de richesses et de l’inflation a tout simplement été adoptée à la va-vite. Et déjà, l’économiste de Citigroup, Willem Buiter, estime que ces 750 milliards sont trop peu, qu’il en faudrait plutôt 2000 milliards. Bienvenue, donc, dans la république de Weimar de 1923 !

Côté français, au contraire, on frôle le délire en se cramponnant à une zone euro en voie d’implosion rapide. Le secrétaire d’Etat français aux Affaires européennes, Pierre Lellouche, s’est même réjoui dans une interview au Financial Times qu’avec l’adoption du plan de sauvetage, les dirigeants européens aient violé la clause de « non renflouement » du Traité de Lisbonne. Ce plan constitue, selon lui, une « transposition » à la zone euro du principe de l’article 5 de l’OTAN sur la défense collective. Quand un membre est attaqué, les autres sont obligés de le défendre.« De facto, dit Lellouche, nous avons modifié le traité de Lisbonne. »

Les juges de la Cour constitutionnelle allemande ne manqueront pas d’apprécier son évaluation. C’est quand même incroyable ! Comme l’écrivait Die Presse de Vienne, un coup d’Etat s’est produit et le Bundestag s’est contenté de le faire passer. Si le Parti de gauche l’a rejeté, ce n’est pas pour des raisons fondamentales, mais uniquement parce que le plan impose trop de sacrifices à la population grecque.

Lorsque le gouvernement allemand a pris une mesure d’auto-défense minimale, en interdisant les ventes à découvert d’obligations d’Etat et de CDS (swaps de défaillance contre crédit), la City of London s’est indignée, y voyant un danger pour sa seule « industrie », les hedge funds. Quant au président Obama, il a expédié en Europe son ministre des Finances Tim Geithner (qui a par ailleurs des démêlées avec la justice américaine), dans le seul but de convaincre le gouvernement allemand de ne pas mettre l’interdiction des ventes à découvert à nu et d’autres mesures de régulation à l’ordre du jour du prochain sommet du G20.

Le retour au mark se prépare

Entre-temps, un vif débat a éclaté dans les médias allemands sur le retour au mark allemand, qui ne poserait pas autant de problèmes que ça. Ainsi, le plus important hebdomadaire d’affaires, le Wirtschaftswoche, écrivait dans son dernier numéro : « Ce qui semblait, il y a quelques semaines encore, une fantaisie téméraire, passe, du moins à long terme, dans le domaine du possible. Plus l’UEM se mute en union des dettes, des transferts de richesse et d’inflation, plus les Allemands remplissent les caisses de ce club, plus la pression interne sur le gouvernement de Berlin devrait augmenter dans le sens d’une sortie de l’euro-club. Ceci provoquerait de gros bouleversements politiques dans l’UE, mais du point de vue technique, une sortie est tout à fait faisable. »

Le Wirschaftswoche lâche alors le secret de polichinelle : en attendant l’impression des nouvelles coupures de marks, on pourrait simplement utiliser les billets d’euros imprimés en Allemagne, qui comportent un X devant le numéro de série. Autrement dit, ce que le Mouvement des droits civiques Solidarité propose depuis longtemps !

La grève de masse aux Etats-Unis, dans plusieurs pays européens et ailleurs dans le monde incarne la principale dynamique de la situation stratégique actuelle. Il ne s’agit pas d’un mot d’ordre lancé dans la nature, mais du processus décrit par Rosa Luxembourg, qui se développe lorsque la population perd confiance en ses représentants, élus ou désignés.

Tous ne comprennent sans doute pas tous les aspects de la crise systémique à laquelle nous sommes confrontés, mais il se passe quelque chose de plus décisif encore, ce que le poète Percy Bysshe Shelley évoquait dans le dernier paragraphe de sa Défense de la poésie : en période de profond bouleversement, les gens développent la capacité de « communiquer et de recevoir les idées intenses et passionnées sur l’homme et la nature ».

Même ceux qui, en temps « normal », se laissent berner par les hommes politiques et les médias, se rendent soudainement compte qu’un seul critère vaut, à savoir si l’ordre existant leur permet de vivre une vie accomplie, dans la dignité humaine. Le sentiment formulé par Friedrich Schiller dans le « serment de Rütli » de Guillaume Tell, se répand alors :

« Non, il y a une limite à la tyrannie. Lorsque l’opprimé ne peut plus trouver justice nulle part, lorsque le fardeau devient insupportable, il élève, le cœur confiant, ses mains vers le ciel et il en fait descendre ses droits éternels qui sont suspendus là-haut, inaliénables et indestructibles comme les étoiles elles-mêmes. »



Voir les 2 commentaires

  • petite souris • 02/06/2010 - 21:53

    Euro : Il y a une limite à la tyrannie !

    Malheureusement non !

    La réalité dépasse toujours la fiction.

    Répondre à ce message

  • Michele • 31/05/2010 - 20:25

    Ce monde n’est qu’une énorme farce, j’ai fait table rase : je nais et je vis maintenant, sans regarder avant ni apres.On m’a donné un prénom, puis une religion (je n’ai rien demandé) on a choisi pour moi. On éduque un animal, pas un humain.Maintenant, je sais qui je suis.Faites en autant !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard