X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Euro-obligations : Dernière ruse de la City de Londres pour piller l’Europe

La rédaction

Par Christine Bierre

A la veille du récent sommet de l’Union européenne à Bruxelles, on a vu monter sur scène les acteurs les plus divers à l’échelle européenne pour exiger frénétiquement que la Banque centrale européenne émette des euro-obligations pour « sauver la zone euro » et pour accuser l’Allemagne de tout, y compris de retour au nazisme pour se dresser contre cette nouvelle phase d’intégration européenne.

Rien d’étonnant de trouver parmi eux les représentants des pays plus faibles de l’Union européenne, tels le Portugal, la Grèce, la Belgique, l’Espagne ou l’Italie, ceux qui, en raison de leur endettement massif et des craintes concernant leur solvabilité, doivent emprunter aujourd’hui à des taux bien plus élevés que les pays plus forts. A titre d’exemple, l’Irlande emprunte aujourd’hui sur 10 ans à 8%, alors que l’Allemagne ne paie que 3%. Ces pays, nous dit-on, seraient donc les premiers bénéficiaires des euro-obligations européennes dont le taux d’intérêt serait unique et bien plus bas que celui qu’ils paient à l’heure actuelle.

Cependant, là où il y a fraude monumentale, c’est lorsque Jean-Claude Juncker, chef de l’Eurogroupe et principal défenseur de cette mesure, prétend, la larme à l’œil, qu’il s’agit d’une mesure de solidarité envers les pays les plus faibles. Car, outre leurs propres banques, ce sont surtout les grandes banques britanniques, allemandes et françaises, très exposées dans ces pays, et non les populations, qui seront les premiers bénéficiaires de ces émissions. Ces mesures visent à permettre à la Grèce et à l’Irlande, et aux autres pays qui devront être bientôt « aidés » par l’Union européenne, de continuer à emprunter à des taux plus bas sur les marchés, afin de rembourser leurs dettes aux banques, dans un contexte où les cures d’austérité qu’on leur inflige feront plonger leurs économies, renchérissant encore leurs émissions obligataires.

Les faux nez de la City

En réalité, derrière les cris d’orfraie proférés à travers toute l’Europe par les représentants des pays « faibles », se profile la finance de la City de Londres, qui mène dans le court terme une énième tentative pour assurer sa survie, en obligeant la BCE à faire tourner la planche à billets pour renflouer le système bancaire en faillite, comme ont récemment décidé de le faire la Réserve fédérale, la Banque d’Angleterre et celle du Japon. A plus long terme, les stratèges de la City veulent profiter de la crise pour enterrer ce qui reste de l’ordre de Bretton Woods de 1945, fait de nations souveraines, pour rétablir pleinement l’ordre monétaire de l’Empire britannique du XIXe siècle constitué par différentes zones monétaires, ayant comme centre la City.

Outre les représentants officiels d’une Europe à la traîne de la place financière la plus puissante du monde et de ses filiales à Wall Street, tels Jean-Claude Juncker, José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI, ou encore l’OCDE, qui a apporté son appui à cette mesure via son économiste en chef, Pierre Carlo Padoan, on trouve aussi tous ceux qui ont été à l’origine de cette construction monétaire supranationale européenne.

En France, c’est, sans surprise, Jacques Attali, éminence grise de François Mitterrand au moment où, avec Margaret Thatcher, ils ont obligé l’Allemagne à abandonner le deutsche mark pour adopter l’euro, qui s’excite et plaide dans Le Monde et dans l’Express « pour un nouvel approfondissement de la construction européenne », c’est-à-dire l’intégration budgétaire, et en faveur de « la création de véritables bons du Trésor européens ».

Jacques Delors, autre cheville ouvrière de l’Union économique et monétaire européenne, adoptée lorsqu’il était président de la Commission en 1989, et l’homme qui a fait abroger la loi Glass-Steagall en France dès 1983, a appelé lui aussi, dans un entretien au Monde du 7 décembre, l’UE à aller plus loin dans l’intégration supranationale : « On pourrait imaginer la création d’obligations publiques européennes, au sein des Seize, non pour combler les déficits mais pour financer des dépenses d’avenir. »

En Allemagne, ce sont pratiquement tous les anciens ministres des Finances ayant directement participé à la création de l’Union économique et monétaire, depuis Théo Waigel (1989-1999), Hans Eichel (1999-2005), jusqu’à Peter Steinbruck (2005-2009), qui se sont levés comme un seul homme pour réclamer plus d’intégration et le lancement des euro-obligations.

Mais là où l’on repère, dans toute cette frénésie, la patte de l’Empire britannique, c’est lorsque volent à l’encontre de l’Allemagne, dont l’opposition aux projets de la City n’a été, somme toute, que minime pour le moment, les accusations de nazisme, comme à l’époque où Thatcher, brandissant contre elle l’accusation de « IVe Reich », avait imposé à Helmut Kohl l’adoption de l’euro. Et c’est l’ancien Premier ministre Helmut Schmidt qui s’est chargé de ce chantage, en déclarant au cours d’une interview que deux guerres mondiales menées par l’Allemagne valaient bien un surplus d’intégration ! Autrement dit, ne pas aller plus loin dans l’intégration serait l’équivalent d’un retour au nazisme !

Même son de cloche pour Attali qui, dans son dernier billet de l’Express, déclare : « Pour la quatrième fois depuis 1870, la politique intérieure de l’Allemagne se trouve au cœur d’une grave crise menaçant la stabilité de l’Europe ». « Cette fois, souligne-t-il, le risque est purement économique : si l’Allemagne continue à s’opposer à une intégration budgétaire des pays de la zone euro, l’UE ira au désastre. » Il faut, conclut-il, faire prendre conscience à l’Allemagne qu’il serait suicidaire pour elle de ne pas abonder dans ce sens car elle est totalement dépendante de l’UE. Il faut lui parler, dit-il, « sans tabou. En lui rappelant son passé. Parce qu’il est aussi le nôtre » !

La gauche de la gauche elle aussi à la traîne de la City

Plus étonnant, cependant, est de voir « la gauche de la gauche », ATTAC et le Parti communiste français, se faire les défenseurs de l’euro, de la BCE et des euro-obligations. Alors que la zone euro vole en éclats à cause des politiques de dérégulation financière et de l’hétérogénéité des politiques économiques des Etats membres, voilà que ces deux mouvements se cramponnent à l’Europe supranationale en rêvant debout, comme Alice aux pays des merveilles, de pouvoir transformer du tout au tout des institutions créées par la haute finance pour le pillage financier.

Le 16 décembre, les ATTAC Europe se fendaient d’une déclaration commune qui, bien que demandant des réformes importantes, telles que la séparation entre activités bancaires d’épargne et d’investissement et la remise en cause de la légitimité de la dette des Etats, due aux renflouements et autres politiques du même genre, ne remet pas en cause la supranationalité d’une BCE qu’elle veut « sous contrôle démocratique » et appelle à « émettre des euro-obligations communes ».

Idem pour le PCF, qui, après avoir historiquement été du côté de l’indépendance nationale, vient de prendre sa carte dans l’européisme. Pierre Laurent, le nouveau président du parti, qui préside aussi le Parti de la gauche européenne, vient de lancer une campagne en faveur d’émissions monétaires ex nihilo par la BCE pour le rachat « d’une part importante de dette des Etats » à très bas taux. De l’assouplissement quantitatif en somme, qu’il veut différent de celui de la Fed car, par miracle, « l’argent libéré ainsi irait, via [un fonds du développement social] au financement de l’emploi, la formation, la recherche, les services publics, la défense de l’environnement ».

Notons que toutes ces forces se placent, sans aucune ambiguïté, dans le contexte d’une politique d’une pluralité de zones monétaires dans le monde, inspirée de Keynes, qui avait le cheval de bataille de l’ancienne Commission trilatérale de David Rockefeller. A la plupart, cette politique a été vendue comme pouvant défendre l’Europe, par sa propre monnaie, contre l’hégémonie du dollar. Notre monnaie contre la leur ! Or le problème de fond, celui que nous combattons, est justement le monétarisme. La monnaie en tant que telle n’est rien, comme le dit souvent LaRouche. Deux choses peuvent lui donner de la valeur : la force militaire d’un Empire, dont on connaît les conséquences néfastes, ou la vitalité d’une économique physique et d’une population en pleine croissance grâce au progrès scientifique et technologique. Le combat, aujourd’hui, est de remplacer les monétarismes actuels par un système de crédit productif public, qui oriente les capitaux vers la recherche et les grands projets d’infrastructure créateurs d’emploi et de richesse réelle. Et là, c’est un combat à mort contre l’oligarchie de la City de Londres, de Wall Street et leurs appendices.


L’alternative anti-monétariste : Un franc polytechnique pour l’Europe du futur


Voir le commentaire

  • petite souris • 23/12/2010 - 19:21

    Merci Christine ! Clair et limpide !

    Ou comment diaboliser l’autre au nom de l’existence de l’union européenne pour pouvoir tranquillement nier la réalité c’est à dire la possibilité de survie des populations...

    Quand le génocide sera accompli passivement don,c à quoi leur servira-t-il d’avoir sauver leur système nocif ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard