Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire 16 novembre - L’Afrique, la Chine de demain ? Lire 16 novembre - Sacha Lin-Jung : L’amitié France-Chine et les Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilActualité
Brèves

Gorbatchev, le missile des Britanniques contre la Russie

La rédaction

26 décembre 2011 (Nouvelle Solidarité) – Quoi que l’on puisse personnellement en penser, le gouvernement Poutine-Medvedev est le seul à même d’assurer la stabilité de la Russie dans un monde où l’alliance anglo-américaine des réseaux de la City et de Wall Street nous pousse vers un conflit nucléaire. C’est dans le chaos précédant la chute de son système financier que cette alliance tente de déstabiliser ce pays eurasiatique en exploitant le sentiment légitime de liberté auquel aspire une partie du peuple russe. Un des principaux agents dans cette opération est l’ancien leader soviétique Mikhaïl Gorbatchev, très en vue de par chez nous mais honni dans son pays pour avoir présidé à la chute de l’URSS et en avoir remis les clés aux prédateurs financiers anglo-américains.


Gorbatchev, le missile des Britanniques contre la Russie

Par Rachel Douglas, de la rédaction Russie du magazine américain EIR

Pour l’oligarchie transatlantique en quête d’une guerre afin de maintenir sa suprématie dans le monde, la contestation en Russie portant sur les résultats des élections à la Douma, a été du pain béni. Selon The Economist de Londres qui y consacra de nombreux articles, ces événements ne sont peut-être pas « le début d’une révolution, mais ils sont certainement la fin de l’ère de prétendue stabilité de Poutine ». Et le journal qui rêve de refaire les années Gorbatchev/Eltsine d’exiger désormais plus d’ouverture aux investisseurs étrangers…

Outre les nombreuses personnalités associées aux milieux ultralibéraux de l’ère Eltsine, tel son ancien Premier ministre adjoint Boris Nemtsov, entre autres, ainsi que certains éléments de la mouvance nationale-bolchevique comme Limonov ou le blogueur Alexei Navalny, formé lui aussi par des proches de Soros à l’université de Yale, aux Etats-Unis, c’est Mikhaïl Gorbatchev, l’ancien président de l’URSS, qui était en première ligne pour dénoncer dans la presse russe et internationale les « fraudes » commises et appeler à la révolte. Dès le 7 décembre, dans une interview à Interfax , Gorbatchev appelait Medvedev et Poutine à annuler les élections et à en organiser de nouvelles.

Selon des sources à Washington, Gorbatchev était également en contact téléphonique avec le président Obama, l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU, Susan Rice, et l’ancienne secrétaire d’Etat de l’époque de la guerre froide, Madeleine Albright, aujourd’hui présidente du National Democracy Institute (NDI), une branche du National Endowment for Democracy, organisation qui finance et coordonne, avec George Soros, les révolutions de couleurs dans les pays de l’est européen et ailleurs. C’est d’ailleurs ce groupe qui a exigé d’Hillary Clinton, pourtant l’une des seules voix favorables au dialogue pacifique entre la Russie et les Etats-Unis, qu’elle dénonce fortement la « fraude ».

Avant l’élection, de l’argent de l’étranger était venu arroser copieusement l’opposition extraparlementaire. Les fonds ont transité par le NDI d’Albright et l’Agence des Etats-Unis pour le développement international, dont le chef de programme, Sean Carroll, avait collaboré avec Gorbatchev au sein du Club de Madrid, une organisation d’anciens chefs d’Etat dont Gorbatchev est l’une des stars. Voici donc la source des « centaines de millions de dollars » dénoncée par Vladimir Poutine, dans son discours du 8 décembre devant les membres du Front national des peuples.

Gorbatchev, l’homme de Londres

JPEG - 35.2 ko
Gorbatchev à Londres en décembre 1984, trois mois avant de devenir chef de l’URSS. Derrière lui, la Baron Howe, chef du Foreign Office et artisan de la politique ultra-libérale de Thatcher.
Crédit : Fox Photos / Getty Images

Mais pour quiconque connaît l’histoire de la chute de l’URSS, l’activisme déployé par Mikhaïl Gorbatchev en faveur de cette contestation signe cette déstabilisation du label « made in London ». En effet, on sait que Mikhaïl Gorbatchev fut choisi par la dame de fer britannique, Margaret Thatcher, comme le meilleur candidat au poste du Secrétaire général du Parti communiste d’URSS en 1985. C’est au cours d’une série de séminaires organisés en Angleterre dès 1982 avec de jeunes dirigeants soviétiques, portant sur la meilleure transition possible pour un système soviétique au bord de l’effondrement, que Thatcher rencontra Gorbatchev et le choisit comme meilleur dirigeant de l’URSS pour ce moment de crise. La rencontre eut lieu en 1984, alors que Gorbatchev avait été envoyé à Londres à la tête d’une mission parlementaire pour tenter d’ouvrir des négociations sur une sortie de crise. C’est là qu’il trouva les recettes économiques néolibérales de la Perestroïka, qui précipitèrent dans le marasme le plus total une Russie déjà en faillite à cause d’une épuisante course aux armements et de mauvaises conceptions économiques. Le soutien de Thatcher à Gorbatchev n’a jamais faibli par la suite.

Comme LaRouche l’a toujours dénoncé, Gorbatchev était « la chose » de l’oligarchie britannique. Il succéda à Youri Andropov, lui-même issu de ces milieux les plus anglophiles au sein de la nomenklatura soviétique, qui rejetèrent rageusement la proposition de LaRouche en faveur de l’Initiative de défense stratégique (IDS) de 1983, ainsi que la coopération économique et le dialogue pacifique qui s’offraient aux deux blocs autour de ce projet. C’est au nom des intérêts britanniques que Gorbatchev s’opposa en 1983 à LaRouche et à ses propositions.

Après la chute de l’URSS, Gorbatchev fut coopté par les milieux les plus hauts placés de l’establishment transatlantique, défendant son agenda pour la mondialisation financière et rejoignant aussi sa croisade écologiste au sein de l’organisation qu’il avait créée : la Croix verte internationale.

Retour en Russie

Haï par le commun des mortels en Russie où, comme son ancien collaborateur Andreï Gratchev l’a confirmé dernièrement au cours d’une conférence de presse à Paris, sa réputation indélébile est celle du « fossoyeur de l’URSS » , Gorbatchev a tout de même tenté un retour en Russie en 2007. Ses tentatives de s’installer dans une Russie stabilisée par les efforts de Poutine furent un échec, de même que son parti social-démocrate, créé en 2000. Récemment, il a fondé une ONG, l’Union des sociaux démocrates. Fin 2008, au plus fort de la crise, il lançait le groupe Rygoletto, dont l’un des codirigeants était le propriétaire de Novaya Gazetta , l’homme d’affaires Alexandre Lebedev, un proche de la City de Londres où il fréquente Nat Rothschild, fils de l’affairiste Sir James Rothschild. En 2009, Rygoletto a présenté un plan anti-crise prévoyant notamment que d’importantes compagnies privées russes, endettées auprès des créanciers de la City de Londres, soient prêtes à céder leur capital à ces créanciers en paiement de leurs dettes ! Pour Gorbatchev, c’était le préalable pour que les capitaux étrangers continuent à assurer les besoins de l’économie russe.

Depuis septembre 2010, Gorbatchev a fondé, avec Lebedev et Boris Nemtsov, le Dialogue civil. Plusieurs de ses dirigeants ont joué un rôle clé dans le déclenchement des protestations récentes en Russie. En février de cette année, il accusa Russie unie d’être une « mauvaise imitation » de l’ancien Parti communiste soviétique et lança cette mise en garde : « Si les choses continuent comme elles vont, la probabilité d’un scénario à l’égyptienne va s’accroître. Mais il pourrait finir bien plus mal. »

La meilleure réponse à ces ingérences fut celle du Professeur Igor Panarin, de l’Académie diplomatique du ministère russe des affaires étrangères. En juin 2010, il accusa Gorbatchev, et Nikita Khrouchtchev avant lui, d’avoir été portés au pouvoir par les renseignements britanniques. Gorbatchev doit être jugé « par un tribunal public » , chargé de déterminer comment ce personnage a pu mener une politique aussi hostile au pays où il est né et où il a grandi.

Dans un entretien à Der Spiegel , Dmitri Rogozin, ambassadeur russe à l’OTAN, a commenté l’intervention de Gorbatchev dans les événements récents : « Il avait bien compris la situation de ses partenaires occidentaux, mais tellement mal celle de son propre pays, que l’Union soviétique a disparu de la carte. En Occident, il est clairement applaudi pour ces raisons, mais en Russie, Gorbatchev ne peut pas sortir dans la rue sans gardes du corps, car il risquerait de se faire taper dessus par des ingénieurs ou des ménagères. Ni le Président Medvedev, ni Vladimir Poutine ne répéteront les prétendus exploits de Gorbatchev. Nous, les Russes, sommes allergiques à ce genre d’homme politique. »


>>> Noël : notre mobilisation internationale contre la guerre qui rôde

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • caryopse • 02/01/2012 - 22:15

    On se croirait encore en guerre froide. Que ce point de vue soit pertinent ou non il n’en reste pas moins que Poutine et Medvedev bafouent la démocratie, ce qui est un véritable problème. Gorbatchev appartient à l’histoire et a fait son temps, pourquoi s’attarder là-dessus ? On ressasse les mêmes choses dans vos articles, ça fait trop théorie du complot et trop peu analyse géopolitique pertinente.

    Répondre à ce message

  • rémi • 28/12/2011 - 03:47

    et si un changement de dirigeant en russie permettait d’aller s’occuper du nucleaire en iran sans s’attirer le veto ou les foudres de la russie ... comme ca plus de 3eme guerre mondiale !!
    parcequ il va quand meme falloir regler le probleme des dirigeants iraniens , on va pas attendre qu ils balancent une bombe ces fous

    • ? • 31/12/2011 - 12:47

      mon pauvre remi reveille toi !!! l iran-chine-russie-syrie sont l axe de la resistance contre l axe du mondialisme usa-france-gb-israel

    Répondre à ce message

  • Cluzel • 27/12/2011 - 23:07

    Tout le monde se souvient de la manière des Anglais et des Américains pour dénoncer le vote des présidentielles en Iran, comme dit le proverbe, les chiens, aboie la caravane passe.
    Poutine connaîtra les mêmes réactions, cet homme de l’ex-KGB est rodé, les personnes qui ont manifesté n’ont pas de vrais leaders, le risque est pris, les missiles Lars 24 ont repris du service se sont des missiles qu’aucun système n’arrête.
    L’Amérique en aidant ces Russes à manifester les met en danger de mort.

    Répondre à ce message

  • bibi • 28/12/2011 - 02:04

    Merci pour cet article, continuez le combat de l’Information !

    Répondre à ce message

  • petite souris • 27/12/2011 - 00:57

    Merci pour cet excellent article.
    Ce qui prouve une fois de plus, si tant est que ce soit encore nécessaire, que Lyndon LaRouche ainsi que Jacques ont raison de nommer et de dénoncer sans cesse la perfidie de cet empire financier britannique et des marionnettes-chefs-d’état qui agissent contre le développement des pays et des peuples.....

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Obama, Gorbatchev et Albright ont orchestré le clash Clinton-Poutine

11 décembre 2011
Brèves
Obama, Gorbatchev et Albright ont orchestré le clash Clinton-Poutine

Printemps russe ? Comment Gorbatchev veut couler la Russie une deuxième fois

10 décembre 2011
Brèves
Printemps russe ? Comment Gorbatchev veut couler la Russie une deuxième fois

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard