X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Bèves

Grands projets : Le Passage africain, un projet révolutionnaire

La rédaction

par Hussein Askary

Cet article s’appuie sur une étude préliminaire (aucune étude de faisabilité n’étant encore réalisée) présentée par l’ingénieur égyptien Aiman Rsheed dans les mois suivant la révolution égyptienne de janvier 2011. Le document original est en arabe, et certaines parties ont été traduites en anglais par l’auteur, afin d’être utilisées dans cet article.

Né en 1964, Rsheed fait partie de la génération égyptienne indépendante du colonialisme britannique, sous la Présidence de Gamal Abdul Nasser ; c’est cette génération qui vient de se révolter contre l’injustice sociale et politique brutale imposée sur l’Egypte et le reste de l’Afrique par le FMI et la Banque mondiale, avec le soutien de l’UE et des Etats-Unis, par le biais du régime d’Hosni Moubarak.

JPEG - 75.6 ko
Carte 1
Il s’agit de faire de Sidi Barrani un grand port sur la Méditerranée et de le relier avec l’intérieur du continent africain, avec l’Europe (via un tunnel sous Gibraltar) et avec le Proche Orient, chaque fois grâce à des lignes de transport rapides.

Le projet Africa Pass (Passage africain) (Figure 1) prouve qu’un grand potentiel humain existe dans cette ancienne, mais jeune, nation. Rappelons que l’Egypte compte aujourd’hui plus de 470.000 ingénieurs. Chaque année, 20.000 diplômés s’ajoutent à cette armée d’ingénieurs. 80 millions de citoyens y vivent sur une étroite parcelle de terre située sur les rives et le delta du Nil. Africa Pass ouvrira le désert de l’Ouest du pays au développement et au peuplement ; il révolutionnera les économies des nations d’Afrique du Nord et subsaharienne, ainsi que les relations au sein du continent et avec l’Europe, via la Méditerranée.

Rsheed a présenté en février 2012 une ébauche du projet au bureau du Premier ministre Kamal Al-Ganzouri. Recevant le soutien de milliers d’ingénieurs, de professeurs d’universités et du public en général, il est invité sur de nombreuses chaînes de la télévision nationale pour présenter son projet face à une nation brûlant de trouver une solution à la profonde pauvreté et à l’injustice sociale, oppressant toujours le peuple malgré la chute du régime de Moubarak. Le FMI espère faire son retour en Égypte, mais un solide mouvement de résistance empêche les dirigeants du pays de faire des compromis.

Aiman Rsheed a servi en tant que colonel au sein des Forces armées égyptiennes, notamment dans l’aviation, se spécialisant dans l’ingénierie, les secours aux sinistrés et la planification. Libéré du service militaire en 2008, il termine son professorat en ingénierie mécanique à l’Université Ain Shams. Il a aussi étudié à l’Institut des forces aériennes, travaillant comme ingénieur en chef de la planification et de la maintenance. Il reçoit son diplôme scientifique en 1986 au Collège technique militaire.

Rsheed est actuellement candidat à la direction de l’Union des ingénieurs égyptiens, dont il voit les 470.000 membres comme l’armée qui soutiendra et réalisera ce mégaprojet. Rsheed est politiquement indépendant et n’est membre d’aucun parti politique. Il travaille aujourd’hui au Caire, en tant que directeur de la planification pour l’entreprise Misr Training and Technical Consultation.

Résumé du projet

Africa Pass comprendra deux composantes majeures :

A. Le transport

La première étape implique la construction d’un important port ultramoderne à Sidi Barrani, dans le nord-ouest de l’Egypte, près de la frontière avec la Libye ; ce port sera relié aux nations des Grands lacs (Rwanda, Burundi, République démocratique du Congo, République centrafricaine, Soudan et Soudan du Sud) grâce à des trains à grande vitesse (TGV) et des autoroutes modernes (Carte 1).

La seconde étape consistera à réaliser une connexion avec la Somalie et l’Ethiopie.

La troisième reliera l’Egypte à l’Asie par un tunnel sous le canal de Suez, et par un pont via l’île de Tiran dans le Sud du Golfe d’Aqaba, liant le Sud du Sinaï à l’Arabie saoudite. La quatrième engagera la construction d’un réseau de lignes à grande vitesse (LGV) jusqu’au détroit de Gibraltar, reliant l’Afrique du nord à l’Europe par le tunnel de Gibraltar.

En ce qui concerne l’Egypte, il est prévu de construire cinq grandes villes, à 250 km l’une de l’autre, sur des terres aujourd’hui presque entièrement désertiques. Cela aidera à soulager les villes actuelles de la pression démographique, et fera s’épanouir à nouveau la vie et l’activité dans le désert, grâce au canal qui apportera l’eau depuis le Congo (voir plus bas).

D’après l’étude, la construction du port de Sidi Barrani, créant un centre industriel moderne et un centre de manutention de conteneurs dans la Méditerranée, avec un aéroport international, est la partie du projet la plus facile à réaliser.

La grande zone industrielle et la zone touristique, qui se développeront avec le port, attireront les entreprises, les travailleurs qualifiés et les investisseurs, elles apporteront immédiatement des emplois à de nombreux égyptiens, aujourd’hui sous-employés.

B. L’eau :

Le plus impressionnant projet hydraulique d’Africa Pass est similaire au projet Transaqua qui vise à revigorer le bassin du lac Tchad.

JPEG - 60.7 ko
Carte 2
C’est la conjonction des réseaux de transport rapides et le projet de canal de cette carte qui doit permettre la création de plusieurs nouvelles villes.

Un canal, large de 40 mètres, profond de 15 mètres et long d’environ 3800 kilomètres, s’étendra depuis les hauts plateaux de l’est du Congo, où le fleuve Congo prend sa source, vers le nord au travers de la République centrafricaine, du Sud-Soudan et du Soudan, jusqu’en Égypte, où l’apport en eau douce permettra de réalimenter la dépression de Qattara, à l’ouest du Caire (Carte 2).

Sept centrales hydro-énergétiques récupéreront cette énergie hydraulique, depuis les 1500 mètres au-dessus du niveau de la mer dans le Sud du pays, jusqu’à la dépression de Qattara, à 80 mètres sous le niveau de la mer. L’étude ne précise pas si ce canal sera navigable, mais il est évident que le fret y serait transporté plus facilement et à moindre coût, comparé au transport ferroviaire ou routier qui d’ailleurs seront construit parallèlement au canal. Des lignes de communication électriques et électroniques accompagneront également Africa Pass afin de rendre possible, sur toute la longueur, le développement de l’agriculture et de centres urbains. Des pipelines pourront s’ajouter au corridor, permettant aux pays enclavés d’exporter leur pétrole.

Rien que dans la région bordant la dépression de Qattara, des millions d’hectares de terres agricoles seront créés, affranchissant ainsi l’Égypte des importations de biens alimentaires dont il dépend aujourd’hui. Le lac d’eau douce Qattara et les terres vertes qui l’entoureront auront d’importants effets hydrologiques, modifiant le climat dans le désert et augmentant le cycle hydrologique de la région avec davantage de chute d’eau, ce qui fera reculer le désert.

Les objectifs du projet :

  1. Le développement de neuf nations d’Afrique autour de véritables projets de développement économique.
  2. Transformer l’Égypte et les autres pays inclus dans le projet en centres industriels attractifs pour le travail, au lieu de zones sinistrées repoussant la main d’œuvre.
  3. Ouvrir une porte à l’exportation de biens agricoles des nations de la région des Grands Lacs, qui sont actuellement gaspillés à cause du manque de stockage et de moyens de transports rapides et bon marchés. On estime qu’il faudra deux jours pour transporter les biens depuis leur lieu d’origine jusqu’à la Méditerranée, grâce aux TGV et au port de Sidi Barrani. Ce projet ouvrira de nouveaux secteurs pour l’agriculture dans des régions restées inertes et isolées, tel l’énorme potentiel de productions bovine et laitière du Soudan. Cela aura également pour effet d’éliminer la famine dans de nombreuses régions d’Afrique, et tout particulièrement dans la corne de l’Afrique.
  4. Redistribuer la population, surtout en Egypte, un pays où 95% de la population se concentre dans le delta du Nil (5% du territoire), vers de nouvelles villes et villages, dans un nouvel environnement fertile, aspirant à la croissance.
  5. Rétablir l’Egypte dans son rôle de leader, et de connexion avec l’Afrique, en s’appuyant sur la nouvelle coopération économique et diplomatique lancée par le nouveau gouvernement et par le ministère des Affaires étrangères, suite à la révolution de 2011. Ce projet pourra largement aider les initiatives visant à résoudre les conflits entre les nations de la région, notamment au Soudan ; il contribuera au développement du Darfour et ouvrira la coopération avec le Tchad, désormais impliqué dans le conflit au Darfour.
  6. Développer les ressources hydrauliques de tous les pays participant au projet, en assurant ainsi la production de grandes quantités d’énergie hydroélectrique. En Egypte, Africa Pass sera complémentaire du nouveau projet pour la vallée du Nil, qui part du canal Toshki dans le Sud, près d’Assouan, et remonte vers le Nord parallèlement au Nil, ouvrant de nouveaux centres agro-industriels dans le désert. Le Dr. Farouk Al-Baz, un scientifique égypto-américain et ancien expert de la NASA, est l’un des pionniers de ce projet, qu’il appelle « le Corridor de développement ». Africa Pass créera ainsi une troisième vallée du Nil, mais avec des connexions régionales et internationales.
  7. L’exploitation de millions d’hectares de terre agricole autour de la dépression Qattara et la production d’énergie.

Rsheed a demandé au gouvernement égyptien, c’est-à-dire au Premier ministre, d’organiser une conférence de cinq jours permettant d’exposer l’idée du projet dans toute son ampleur, avec la participation d’experts provenant de différents ministères du gouvernement, de manière à lui donner un caractère de mobilisation nationale.

Il a également invité à ce que le ministre des Affaires étrangères engage immédiatement les négociations et organise des conférences avec les autres nations bénéficiant du projet. Rsheed suggère que l’Union des ingénieurs égyptiens soit désignée comme consultant officiel pour le projet, afin qu’il puisse bénéficier de ses capacités locales. D’après lui, la construction du port de Sidi Barrani et de la zone industrielle qui y sera liée devrait être lancée immédiatement en tant que premier jet, quel que soit le destin du reste du projet Africa Pass, afin de donner un exemple du grand potentiel existant dans ce pays et de ce qu’il permettrait de faire.

Alors que les données techniques spécifiques et les difficultés topographiques ne seront évaluées et surmontées que lorsque les différents ministères auront réalisé les études de faisabilité, la conception et l’intention générale apportées par Rsheed sont sensées et réalisables.

Il existe certains problèmes dans l’étude, comme la question du financement où apparaît un manque de connaissance et de confiance envers un système de crédit public, en raison des nombreuses années passées sous l’influence des politiques du FMI et des régimes corrompus. Toutefois, ce projet pourra largement être intégré dans la solution que le mouvement de l’économiste américain Lyndon LaRouche défend à l’échelle internationale, pour sortir de la crise provoquée par l’effondrement financier et économique général.

En outre, il subsiste des incompréhensions et des illusions vis-à-vis de la pertinence de l’énergie solaire en Afrique. Le projet Désertec de construction de panneaux solaires, une escroquerie financière et scientifique imposée par l’Allemagne, l’UE et leurs partenaires en Afrique du Nord, est présenté positivement dans le rapport. Nous avons déjà présenté un argumentaire clair dans nos publications pour le réfuter.

Comme le réalisent la plupart des Africains, il n’existe pas d’alternatives à l’énergie nucléaire pour le développement de l’Afrique. Les subventions apportées au Maroc par l’UE pour développer l’énergie solaire, à très petite échelle, visent ainsi à reporter sa décision de se lancer dans le nucléaire, tout en « lavant le cerveau » des Européens qui croient à cet utopisme vert.

Le projet de l’Egypte visant à construire quatre centrales électronucléaires pour 2025, afin de produire 4 gigawatts d’électricité, n’est pas mort avec le régime de Moubarak.

Le 13 février 2011, le Premier ministre par intérim Ahmed Shafiq a ainsi réaffirmé que ces projets ne seraient pas affectés par les développements politiques en cours. Le 16 janvier 2012, l’actuel Premier ministre Kamal al-Ganzouri a informé les ministres que le gouvernement compte maintenir le projet de construire la première centrale électronucléaire. Son site se trouve à Dabaa, dans le gouvernorat de Marsa-Matruh sur la côte méditerranéenne, proche du lieu où Africa Pass prévoit de construire le port de Sidi Barrani et sa zone industrielle.

Toutes les principales entreprises japonaises, russes, chinoises, françaises, américaines et sud-coréennes ont manifesté un intérêt pour ce projet. Les appels d’offre sont censés être lancés dès cette année, mais ils attendent l’établissement d’un nouveau gouvernement suite à l’élection présidentielle.

Il est important, alors que le combat continue pour un nouveau système économique international plus juste, basé sur le respect de la souveraineté des Etats-nations, que les Européens réalisent l’immense potentiel humain et naturel qui existe en Afrique, à travers les yeux de patriotes africains si passionnément créatifs comme Aiman Rsheed.

Bâtir le pont au-dessus de la fracture physique autant que socio-économique dépendra de la réalisation du type d’idée et d’aspiration que ce rapport présente.


Voir les 2 commentaires

  • Oracle • 22/07/2012 - 05:16

    Projet interessant. En fevrier 2012 au Forum sur le Partenariat Public Prive organise aux Nations Unies par la Commission Economique Europeenne, la delegation du Nigeria avait presente un projet similaire.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 21/07/2012 - 16:08

    Projets de développement en Espagne, en Italie, en Allemagne, en Afrique ...........

    Génial !

    on attend les autres ....

    mais surtout que nozélites arrêtent de dire que rien n’est possible ........... et qu’ils agissent
    au lieu de surveiller leurzegos et leur couvertures médiatiques ..... feraient mieux de vouloir rester dans l’histoire pour le bien commun et assurer la paix par le développement mutuel

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard