Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 novembre - 17 novembre : A la juste colère des gilets jaunes Lire 14 novembre - Jacques Cheminade : L’esprit du Tianxia et la France Lire 14 novembre - L’Institut Schiller lance son nouveau dossier sur les Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilActualité
Brèves

Grippe A (H1N1) : la France prépare la fermeture des écoles

La rédaction

13 août 2009 (Nouvelle Solidarité) – Face à la grippe, « en cas de pandémie totale, si les circonstances l’exigent, nous nous tiendrons prêts à fermer les établissements », a affirmé mercredi le Ministre de l’Education nationale Luc Chatel, dans un entretien accordé au Figaro.

Bien que l’ensemble de la presse internationale présente ceci comme une décision ferme du gouvernement français, il ne semble pas s’agir de fermetures préventives au vrai sens du terme, mais d’un pilotage à vue. Certains évoquent le chiffre de trois malades dans un établissement comme seuil à partir duquel le préfet pourrait procéder à sa fermeture, en concertation avec les autorités de l’Education et le directeur de l’établissement, et après examen de la situation épidémiologique locale et nationale,

Dans cette hypothèse, les écoles opteront pour l’enseignement à distance, dès les rentrées scolaires de fin août et début septembre, via des émissions de radio, de télévision et via Internet. L’expérience du passé démontre que les vacances d’hiver ont souvent été un « coupe-feu » efficace contre la transmission de la grippe saisonnière.

Le 29 juillet, Les Echos notait qu’en réalité, « la difficulté vient du fait que les pouvoirs publics doivent apporter des réponses à deux problématiques en partie distinctes. (…) La logique, par exemple, recommanderait de fermer des écoles. Mais le gouvernement, lui, doit également prendre en compte une autre dimension : le risque -difficilement évaluable- que ce type de décision ferait peser sur l’économie. A l’inverse, il ne souhaite pas voir une partie du pays désorganisée à l’automne parce que des millions et des millions de personnes seraient atteintes par la grippe A/H1N1, fut-elle bénigne. »

En clair : la logique commanderait de fermer les écoles, mais la faillite du système financier ne le permet pas ! Le cul assis entre deux chaises, on se résout à gérer la pandémie en flux tendu, sans prendre les mesures qui seraient réellement efficaces. Rappelons que la plupart des études concluant à l’efficacité des fermetures préventives des établissements scolaires, posent la condition qu’on y procède avant que l’épidémie n’ait le temps de se développer.

La position ambiguë du gouvernement ne semble d’ailleurs nullement satisfaire les épidémiologistes. Rappelons qu’avec l’arrivée tardive de quantités limitées de vaccins, c’est essentiellement des mesures de santé publique qui permettront de protéger les populations et limiter les dégâts.

Interrogé par Libération, Alain Fisch, chef de service au CHU de Villeneuve-Saint-Georges et président de l’Institut des études épidémiologiques et prophylactiques, n’a pas mis sa langue dans sa poche : « Je crois que les gens n’ont pas bien compris l’ampleur de la situation. Deux cas de figures s’imposent. Soit le virus mute, – et il a des chances de muter –, il devient virulent cet hiver, et nous allons droit vers une catastrophe. Ce scénario annoncerait une mortalité assez forte, les décès se compteraient en centaines de milliers en France. Soit le virus ne mute pas, mais sa contagiosité est telle qu’il infectera des millions de personnes. Dans les deux cas, l’hiver prochain s’annonce chaotique, car le pic de l’épidémie est une évidence. Si 1% des malades se présente dans les hôpitaux, ces derniers seront saturés par la surpopulation de patients. La fermeture des écoles n’est pas à mettre au conditionnel, elle est inéluctable. Si le ministre Luc Chatel comprend bien la situation, il faudra fermer bien plus que les écoles. Tous les lieux publics, métros, théâtres, cinémas, pourraient être arrêtés quelques temps pour éviter au virus de se propager dans tous les endroits de très haute promiscuité. Ces mesures serviraient à ralentir la progression épidémique. Il faut avant tout essayer de maîtriser sa propagation. La situation serait très critique si tout le monde attrapait la grippe en même temps. C’est en tout cas la première fois que l’on devra gérer un problème de la sorte. »

Dans une tentative de ridiculiser l’approche « catastrophiste » de la France, le Financial Times avertit qu’une « fermeture prolongée de toutes les écoles pourrait avoir un coût économique considérable si les parents se voient obligés de rester à la maison pour s’occuper des enfants. Ces fermetures représenteront une contrainte supplémentaire pour les services de santé, puisque les enfants du personnel médical seront eux aussi tenus de rester à la maison. » Le quotidien financier britannique est malgré tout obligé de reconnaître qu’une « étude récente publiée dans la revue médicale The Lancet, estime qu’une fermeture prolongée des écoles, décidée dès la phase précoce de l’épidémie, , peut alléger la charge pesant sur les hôpitaux ».

D’après le bulletin de l’European Center for Disease Control [Agence européenne de veille sanitaire] de hier, 873 nouveaux cas de grippe A (H1N1) ont été signalés au sein de l’U.E. dans les dernières 24 heures, dont 445 en Allemagne et 245 en France. L’agence dénombre 219681 cas au niveau mondial, et 1882 décès.

Vidéo : Non au triage humain : population et santé publique

Article : Grippe A(H1N1):faut-il retarder les rentrées scolaires ?

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • thejoker • 19/08/2009 - 18:57

    le 9 mars sanofi avait anticipé la pandemie :

    "
    La nouvelle usine de sanofi pasteur au Mexique sera construite selon les standards permettant à sanofi pasteur de basculer aisément de la production de vaccin contre la grippe saisonnière à celle de vaccin contre la grippe pandémique, dans l’éventualité où une pandémie de grippe humaine vienne à être déclarée et une fois la souche de virus grippal pandémique identifiée par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
    "
    http://www.sanofi-aventis.com/presse/communiques/2009/ppc_24324.asp

    bizarre non ??????

    Répondre à ce message

  • iissaabelle • 14/08/2009 - 20:17

    Le professeur de médecine et député UMP Bernard Debré affirme que la grippe A (H1N1) "n’est pas dangereuse" et que la mobilisation contre la pandémie "ne sert qu’à nous faire peur", dans une interview, parue dimanche 26 juillet dans le Journal du Dimanche. "Cette grippe n’est pas dangereuse. On s’est rendu compte qu’elle était peut-être même un peu moins dangereuse que la grippe saisonnière. Alors maintenant, il faut siffler la fin de la partie !", déclare M. Debré.

    • Karel Vereycken • 14/08/2009 - 23:04

      Le professeur Debré pensait être ministre de la santé à la place de Bachelot (qui n’est que pharmacienne)...

      Voir la brève sur ce site : "Le professeur Debré s’aligne sur les thèses britanniques"

      Quand à la grippe, c’est une maladie mortelle, peut-être pas pour vous, mais notamment pour un certain nombre d’immunodéprimés. Réfléchissez ! Une grippe qui se répand en plein été et touche pour les trois quarts des cas des jeunes de moins de 29 ans, n’est pas une grippette comme d’hab !

      Renseignez-vous sur ce site en tapant H1N1 dans le moteur de recherche.

      Au boulot !

    • antoine • 16/08/2009 - 10:15

      mais calmons-nous !
      Il est dit que la grippe saisonnière tue aussi, et savez-vous combien de personnes l’ont attrapée l’hiver dernier en France ? 2 800 000.
      Oui il y a des décès, et il y a aussi des décès avec la grippe H1N1, les personnes fragiles doivent dès maintenant prendre des précautions, mais ce n’est pas la peine d’affoler des millions de gens pour ça, surtout que l’objectif caché est de nous faire tous vacciner, même (et surtout) les gens en bonne santé pour ainsi fragiliser leur organisme.
      Lisez, mais lisez donc le lien que je vous met et réfléchissez !

      et de grâce arrêtez de dire que ce sont des théories conspirationistes, du moment que ce sont des médecins qui l’affirment il faut ouvrir les yeux, et ne pas croire la désinfo étalée dans nos journaux !

    Répondre à ce message

  • petite souris • 14/08/2009 - 22:47

    Bon une fois que les écoles, lycées, universités, métros, théâtres, cinémas,et autres lieux publics comme les trains, les centres de sécu, de la CAF, la poste, les ministères les mairies et les préfectures seront fermés, on fait quoi ?

    Il y aura peut-être un ralentissement de la progression épidémique, mais les transports de nourriture, les superettes, les restaurants, les plombiers et les électriciens, les dépaneurs d’assenceur, ils vont faire quoi ?

    Tout le monde va rester chez soi pendant 40 jours !!! à partir de quand ?
    et si la contamination se fait par étape, on met le pays entier à l’arrêt absolu ?

    Il faut commencer dès maintenant !!!

    Pardon, le ridicule n’a jamais tué, lui.

    Répondre à ce message

  • Koby • 13/08/2009 - 23:27

    Sympa comme ça l’État n’aura pas besoin de payer les fonctionnaires de l’éducation nationale. Dans cette petite crise "déjà passé" :) chaque économie a l’air bonne à faire que ce soit au détriment de la santé ou de l’éducation. les entreprises dégraissent pourquoi pas l’État. Les fonctionnaires y ont ils pensé ?

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard