X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Jacques Delpla : remercions le peuple grec pour avoir voté contre l’austérité !

La rédaction

23 mai 2012 (Nouvelle Solidarité) – Dans un commentaire publié aujourd’hui dans le quotidien Les Echos, l’économiste libéral Jacques Delpla, conseiller-senior chez BNP-Paribas et membre du Conseil d’analyse économique, remercie le peuple grec pour avoir voté en faveur du parti de la gauche radicale Syriza et son projet de réorganisation ordonnée de la dette.

Delpla résume la situation ainsi : « Les pays du sud de l’euro ne peuvent pas simultanément renoncer à l’inflation généralisée pour réduire leur dette, renoncer à la dévaluation pour restaurer leur compétitivité et renoncer au défaut sur leurs dettes. L’un des pôles de cette trinité doit céder. L’inflation généralisée est impossible - interdite par le traité de l’Union européenne et la BCE. Dévaluer signifierait sortir pour toujours de l’euro (à éviter). Ne reste que le défaut, la restructuration des dettes publiques et privées. »

Or, explique-t-il, les dirigeants européens ont imposé aux pays les plus fragilisés, « à l’exception de la Grèce », une politique d’austérité mais sans consentir à une restructuration de la dette, par peur de contagion. (Rappelons que la dette grecque a été effectivement rabaissée d’un tiers environ, mais ceci est trop peu et est arrivé surtout trop tard, car l’austérité avait déjà fait ses ravages.)

Soulignant de manière frontale l’échec fracassant de cette stratégie, « seul les dirigeants des années 1930 ont fait pire », constate-t-il. Delpla affirme qu’il faut « remercier les électeurs grecs » qui précipitent « les choix et les prises de conscience (...) En mettant les néocommunistes du parti Syriza en position de gouverner, ils forcent l’Europe à reformer les options disponibles ».

Syriza menace « d’un défaut sur l’ensemble de la dette publique tout en restant dans l’euro. C’est chaotique mais mais intelligent de leur part ».

Car, poursuit Delpla, jamais « jamais la BCE ni la Commission européenne, ni l’Allemagne ne pousseraient la Grèce vers la faillite complète, au collapsus et la famine complète ».

Pour cette partie du monde bancaire, qui veut toujours sauver l’euro, Syriza représente la dernière chance d’une restructuration ordonnée de la dette : « Un moratoire de dix ans, et une restructuration sur 30 à 50 ans... » (il ne parle pas de manière explicite d’annuler la partie illégitime), c’est-à-dire « le seul moyen de restaurer la croissance, l’emploi et l’espoir de ces populations : restructurer le passé pour préparer l’avenir. Faire défaut sur le passé pour sauver les jeunes et leur avenir. Se délivrer de dettes qui menacent de les noyer dans un scénario noir des années 1930. »

Cet article signale néanmoins le début d’une prise de conscience de la gravité de la situation pour une partie des élites françaises.

Voir les 6 commentaires

  • Marina Niki • 26/05/2012 - 11:50

    This is the answer of the Greek people to the mocks and insults of Mrs. Christine Lagarde in The Guardian (27/5/12) against Greece and the people of Greece. You know nothing about Greece Mrs. Lagarde and certainly you cannot imagine how quickly Greece that is extremely rich in resources and people who work hard can overcome the crisis that you and your colleagues in IMF, EC, and ECB have designed and sustain. Shame on you Mrs. Lagarde ! And, despite your mocks and insults we still welcome you to Greece to see by yourself : http://www.youtube.com/watch?v=ppJW01LeRrk

    Répondre à ce message

  • EDITH • 24/05/2012 - 18:20

    Je dois dire que dans le monde les lois liberticides se font dans le chaos des manifestants qui à mon avis n’ont pas pris les leçons et qui veulent prendre la place du vizir —la lutte des classes serait-elle de retour sans la sagesse qui va avec ?... Je le crois bien tellement le virtuel est en train de jouer avec les gens qui ne comprennent pas où est la liberté et baignant dans ce contexte ce banquier s’amuse bien. Je le vois en discutant avec une nana du P.O.I (le parti de Schivardi), elle ne parle que des patrons et pas du système bancaire que je m’efforce de lui expliquer. La bête est de retour pour un laps de temps très court.Le glass-steagall se fera car il est divin !

    Répondre à ce message

  • petite souris • 24/05/2012 - 13:56

    Ce n’est qu’un début j’espère ...

    Tout vient à point à qui sait attendre Clément Marot

    Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage La Fontaine
    http://www.lafontaine.net/lesFables/afficheFable.php?id=34

    • Buzz • 24/05/2012 - 18:01

      Je suis d’accord avec celà Edith : perso. je n’ai pas suivi Jacques Cheminade au 2nd tour et j’ai voté Sarkozy... J’en suis pas fier, mais je n’arrives pas à voter blanc et voter Hollande qui veut démanteller nos centrales nucléaires, j’y arrives pas plus : désolé !

      Franchement, quand je vois "l’audace" (c’est ironique) du gouvernement sur la question des euro-obligations :

      "Pour nous, c’est une idée forte, mais on ne peut pas l’imposer, on va en parler" a expliqué Pierre Moscovici, nouveau ministre de l’Économie et des Finances. "Il ne s’agit pas d’isoler Angela Merkel, rien ne se fera sans le respect. Il s’agit de trouver un modus vivendi, un accord qui prenne en considération les intérêts de tout le monde" continue Najat Vallaud-Belkacem, la porte-parole du gouvernement. Et bien avec ce type de position audacieuse, je ne suis pas certain que les grecs se sentiront "respectés" !

      En fait, ce n’est pas grave (c’est encore ironique) parceque on a trouvé (temporairement) une autre solution : Moody’s nous conserve notre triple A alors après tout pour le moment pas de panique, on peut encore presser un peu le citron sans se faire piquer !

      Jacques Cheminade disait que les euro-obligations allaient servir à déguiser "le père et sans doute aussi la mère Ubu en dames patronnesses"... On peut encore attendre un peu car le "vol douteux" (sic) du triple A français a été prolongé pour "respecter" madame Merkel...

      Oui, on peut encore attendre un peu pour les euro-obligations : plus c’est gros plus ça passe (on va encore me traiter de théoricien du complot) !

      Faut-dire qu’après les euro-obligations, il va bien falloir trouver quelque chose d’autre pour tondre l’oeuf ! Mais, ne vous inquiétez pas (c’est encore ironique mais un peu plus cynique encore !) : vous êtes pauvres mais vous pouvez payer longtemps ! La question c’est sur combien de générations ?

    Répondre à ce message

  • EDITH • 24/05/2012 - 16:03

    "Jamais LA BCE ,LA COMMISSION EUROPEENE ET L’ALLEMAGNE NE POUSSERAIENT LA GRECE A LA FAMINE COMPLETE " Alors c’est faux complétement faux il y a un an et demi la commission a ordonné aux grecs de moins produire et d’exporter le plus possible.Ils veulent sauver leur système qu’ils savent terminé et ont l’intention de faire tomber le plus de monde possible avec eux Je ne crois pas du tout aux bonnes intentions de ces messieurs surtout la Bnp est la banque Française la plus mafieuse , si ils étaient intellectuellement honnête ,constatant la misère croissante depuis des années ils auraient changé mais il n’en est rien tout est fait intentionnellement avec une façade de belles paroles.Hollande continue la même politique que ses predecesseurs mais lui c’est par manque de discernement il est très bête. Ne vient il pas de refuser de recevoir Jacques Genereux ,sous pretexte de protocole ,alors qu’il est plein de connaissances ,de bon sens et qu’il est loin d’être un terroriste.Nous ne pouvons pas faire une révolution industrielle avec des gens qui se disent socialiste (hollande ) et qui ne comprennent rien à l’economie socialiste !

    Répondre à ce message

  • EDITH • 24/05/2012 - 16:19

    De toutes façons il y a belle lurette que nous nous sommes fourvoyés.Nous sommes là pour spiritualiser la matière et ce n’est pas en produisant des deodorants ,des mines ,des bombes ou en faisant travailler les gens dans des usines à la chaîne ,la logan en Roumanie est produite quasiment à la main sans robots,que nous pourrons redresser l’économie.Et pendant que ces messieurs iront jouer au golf en plein désert à OUARZAZATE nous fabriquerons comme des esclaves que l’on epuisent pour eviter les révoltes à part épidermique.La spiritualisation des outils de production n’a jamais était mise en place même du temps des trente glorieuses il est temps de changer tout cela les patrons et les banquiers vont ils vouloir se détacher de ce qu’ils ne possédent pas ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard