X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

L’administration Bush comparée au régime nazi

La rédaction

Deux grands experts juridiques américains ont récemment fait des déclarations extraordinaires, comparant les pratiques de l’administration Bush à celles du régime de l’Allemagne nazie.

Le 13 janvier, Scott Horton, un responsable de l’Association du Barreau de New York, a accordé une interview à notre confrère américain, Executive Intelligence Review, dans laquelle il relève des similitudes entre les arguments entendus à la Maison-Blanche aujourd’hui et ceux défendus par les avocats du régime nazi. Selon lui, en s’en tenant aux critères du Tribunal de Nuremberg, Donald Rumsfeld et d’autres membres du gouvernement pourraient être poursuivis pour crimes de guerre.

Il trace un parallèle entre le raisonnement du juriste nazi Carl Schmitt et ceux qui prétendent aujourd’hui que le Président des Etats-Unis dispose de pouvoirs illimités en temps de guerre, qui le dispensent de respecter les traités internationaux et les lois américaines. Si l’on devait traduire ce concept en allemand, note-t-il, cela donnerait le « Führerprinzip », terme utilisé par les nazis pour désigner un régime entièrement basé sur la volonté du Führer, Hitler.

Nous assistons aujourd’hui, déplore-t-il, « à la réapparition, à grande échelle, d’idées qui étaient en grande partie bannies de la doctrine juridique depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale ».

On le voit dans le dangereux virage amorcé par Alberto Gonzales, alors conseiller juridique de la Maison-Blanche et actuellement pressenti au poste de ministre de la Justice, et par David Addington, le conseiller de Dick Cheney. Mais ils sont contestés, a compris par les militaires. De même, à l’époque nazie, un cercle d’avocats et d’autres membres de l’armée allemande s’était élevé contre l’abrogation des Conventions de Genève et de La Haye par le régime. Ce fut ainsi le cas d’Helmuth von Moltke.

Lors des procès de Nuremberg contre des officiers de la Wehrmacht accusés de crimes de guerre, rappelle Horton, le maréchal Wilhelm Keitel tenta de justifier certains ordres qu’il avait donnés en prétendant que les commandos alliés capturés derrière les lignes de l’ennemi étaient des terroristes et non des prisonniers de guerre, que l’Union soviétique n’était pas signataire des Conventions de Genève, que les Soviétiques étaient eux aussi des terroristes, etc. On songe bien sûr aux prétendus « combattants illégaux » qui sont détenus en toute illégalité à Guantanamo et dans d’autres prisons militaires américaines.

Le maréchal Keitel prétendit aussi qu’il n’était pas responsable de la conduite de ses subordonnés. Le Tribunal rejeta les arguments de la défense et le condamna à la peine capitale, citant en particulier le fait qu’il avait qualifié les Conventions de Genève d’« obsolètes ». « Il fut exécuté en 1946 », dit Horton, mais « de toute évidence, ses idées ne sont pas mortes ».

A Nuremberg, les défendeurs plaidèrent également qu’il n’y avait aucun lien entre les politiques qu’ils avaient discutées et les pratiques sur le terrain, mais le tribunal « est resté insensible à ces arguments », poursuit Horton. Les juges estimèrent que si la ligne de conduite arrêtée au plus haut niveau se traduisait par de tels faits sur le front, la responsabilité en incombait aux politiques. Même en l’absence de document signé donnant des ordres spécifiques, les supérieurs étaient tenus, positivement, d’assurer le respect des conventions. En vertu du principe de « la responsabilité du ministre », en cas de violations répétées sur le front, le ministre en est tenu pour comptable. « Et par comptable, je ne veux pas dire qu’il se mette devant les caméras en disant : « Je suis responsable », pour échapper ensuite à toute sanction. Non, je veux dire la peine de mort . »

Telle fut la position adoptée par les Etats-Unis à Nuremberg et réaffirmée devant les Tribunaux pénaux internationaux pour la Yougoslavie et le Rwanda. « Maintenant, avec le président George W. Bush, on semble avoir oublié tout cela. La règle semble être : faire de quelques soldats des boucs émissaires, en épargnant tous les officiers supérieurs. » C’est « la répudiation des règles de Nuremberg ».

En conclusion, Scott Horton note que, dans son tristement célèbre mémorandum du 25 janvier 2002, Alberto Gonzalez « semble particulièrement motivé par une crainte : celle de voir des membres du gouvernement poursuivis pour crimes de guerre. Au vu de ce qui s’est passé, il paraît certain que son inquiétude est bien fondée . »

L’interview complète a été publiée dans EIR Online du 18 janvier et dans le numéro du 28 janvier du magazine EIR.

Fritz Stern, un éminent historien américain dont la famille avait fui l’Allemagne nazie en 1938, a déclaré dans un discours que les cérémonies en l’honneur de l’élection présidentielle américaine « renforcent mes craintes quant à l’avenir immédiat du pays qui nous a sauvés, nous a instruits et nous a tant donné. » Stern note le contraste entre Hitler, « qui prêchait la peur pour l’exploiter », et la devise de Roosevelt selon laquelle que « la seule chose dont nous devons avoir peur est la peur elle-même ». Malgré certains « éléments désagréables » aux Etats-Unis à l’époque, le message principal de Roosevelt était une affirmation enthousiaste de la réforme et du progrès.

L’essor du national-socialisme « n’était ni inévitable, ni accidentel » et il est important de comprendre qu’on aurait pu l’arrêter, dit-il. L’une des raisons pour lesquelles tant d’Allemands ont adhéré à l’idéologie nationale-socialiste, c’est qu’Hitler était « un brillant manipulateur populiste qui insistait et croyait probablement que la Providence l’avait choisi comme le sauveur de l’Allemagne, qu’il était l’instrument de la providence, un dirigeant chargé de mener à bien une mission divine. Certains reconnurent le danger moral consistant à confondre religion et politique, mais ils furent bien plus nombreux à être séduits. Ce fut la transfiguration pseudo-religieuse de la politique qui assura en grande partie son succès, notamment dans les régions protestantes ». Par exemple, dans son premier discours à la radio après avoir pris le pouvoir, Hitler déclara : « Le gouvernement national préservera et défendra les principes de base sur lesquels notre nation a été bâtie. Il considère le christianisme comme la fondation de notre moralité nationale et la famille comme la base de la vie nationale . »

Le 20 janvier, le Frankfurter Allgemeine Zeitung a publié une interview avec Stern dans laquelle il dit que lorsqu’il a vu les images télévisées de l’arrivée de Bush sur le porte-avions en Irak, « il m’est venu spontanément à l’esprit : la politique américaine subit une "Leni-Reifenstahlisation" », en référence au metteur en scène et propagandiste d’Hitler. L’historien voit l’émergence aux Etats-Unis d’« un nouveau type d’autoritarisme - un système plutocratique fondamentaliste chrétien, basé sur la secret, l’intimidation et les mensonges ».

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard