Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire 16 novembre - L’Afrique, la Chine de demain ? Lire 16 novembre - Sacha Lin-Jung : L’amitié France-Chine et les Nouvelles Routes de la soie Lire
AccueilActualité

La France associe la Russie à la recherche d’une solution au conflit syrien

La rédaction

1er juin 2012 (Nouvelle Solidarité) – Le Président russe Vladimir Poutine, après un passage par Minsk puis une rencontre avec la Chancelière allemande Angela Merkel, a dîné hier soir avec le Président François Hollande.

D’après TF1, c’est la diplomatie française qui, devant le constat que Poutine n’assisterait ni au sommet du G-8 du 18 mai, ni au sommet de l’OTAN à Chicago, a pris initiative de ce tête-à-tête important.

Même si François Hollande avait déclaré la semaine dernière qu’une intervention militaire en Syrie pouvait être envisagée, il avait immédiatement précisé qu’une telle intervention n’aurait jamais lieu sans un mandat précis dans ce sens de l’ONU, sachant évidemment que la Chine autant que la Russie s’opposeraient à un tel mandat.

Les néo-cons français ont immédiatement tenu à faire monter la pression sur Hollande. L’inévitable Bernard Henri Lévy, s’est même fendu d’une tribune dans Le Point, pour tenter de forcer François Hollande à avaliser une intervention de type « Kosovo » en Syrie, c’est-à-dire des frappes aériennes hors du plan de Koffi Annan et hors du cadre de l’ONU comme l’a suggéré l’ambassadrice américaine aux Nations unies Susan Rice.

Poutine avait pris soin de réitérer, avant son départ de Moscou, sa détermination à s’opposer à tout mandat de l’ONU pour une intervention militaire contre la Syrie, une position soutenue par Angela Merkel, qui a qualifié le rôle de la Russie en Syrie de constructif. En dépit de la rhétorique, Hollande semble vouloir continuer la politique française d’une forte alliance avec la Russie.

Le Figaro publie un entretien avec Haytam Manna, un dirigeant du Comité national de coordination pour le changement démocratique, un groupe de 13 partis essentiellement de gauche et d’activistes politiques indépendants constituant la deuxième force d’opposition syrienne.

Ce Comité tente de convaincre le gouvernement syrien de la nécessité d’un changement et d’un dialogue avec l’opposition, et espère organiser une « transition sûre et pacifique, d’un état de despotisme vers la démocratie », sans qu’une intervention militaire de l’extérieur ne soit nécessaire.

Chose intéressante, Manna revient à peine d’un voyage à Moscou, qui espère garder la Syrie comme allié stratégique fiable, tout en reconnaissant que la famille al-Assad n’est pas éternelle et en restant ouvert à l’idée d’une réforme des services de renseignement syriens.

La Russie a 1200 experts civils et militaires sur place et 50 000 russes ont des liens de parenté en Syrie. Manna a rencontré Victor Bogdanov, un proche de Poutine qui a vécu 9 ans à Damas et qui connaît presque tous les leaders de l’opposition.

On peut espérer que la France et la Russie conjuguent leurs efforts pour combattre le fondamentalisme musulman instrumentalisé et promu par certaines pétromonarchies du Golfe.

Manna explique que « Moscou ne veut pas que la Syrie tombe entre les mains du Conseil national syrien (le principal groupe d’opposition, NDLR), c’est-à-dire, pour eux, de la Turquie, des Frères musulmans et de leurs parrains du Golfe. Pour nous, opposition, la solution ne peut venir que d’un rapprochement américano-russe, appuyé par les Européens. L’éloignement de la Russie, préconisé jusqu’à maintenant par la Turquie, le Qatar et certains pays européens, a retardé toute solution. Nous espérons que cela change. »

Manna espère que le soutien au Plan Annan sera maintenu, que le nombre d’observateurs sera accru et qu’ils seront mieux équipés pour devenir une force de paix capable d’accroître la pression sur Bashar el-Assad tout en soutenant la population.

Selon plusieurs médias, Paris cherche à harmoniser sa position avec celle de la Russie en vue d’un scénario du type Yémen, où le dictateur serait amené à quitter le pouvoir en échange d’une garantie d’immunité, permettant une transition vers une situation (relativement) plus stable. Alors que jusqu’ici le Qatar et la Turquie refusaient d’associer la Russie à toute recherche d’une solution au conflit syrien, Paris semble ouverte à une telle perspective.

Malgré les divergences affichées, le président russe a fait montre de courtoisie à l’égard de son hôte, l’invitant à son tour dans la capitale russe où François Hollande a décidé de se rendre.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • jérôme • 04/06/2012 - 11:16

    cela reste assez flou. L’ambassadrice de Syrie à bien été déclarée personæ non-grata en France par le gouvernement de François Hollande.

    • Francois • 05/06/2012 - 11:32

      Oui, elle l’a été, mais comme elle est aussi la représentante de la Syrie á l’Unesco, elle ne peut pas etre virée. meme chose en Belgique oú l’ambassadeur représente aussi la Syrie á l’UE.
      Tout était préparé avant le massacre d’Houla, tous les ambassadeurs virés du jour au lendemain dans les pays dits démocratiques Européens, tout cela sans preuve de la participation du gouvernement de Bachar El Assad.

    Répondre à ce message

  • Francois • 04/06/2012 - 10:00

    Et si la grande majorité des Syriens étaient derriere Bachar El Assad ? Comme la grande majorité des Libyens étaient derriere Kadafi ? Nous, Occidentaux, sommes prets á detruire des populations entieres (regardez les dizaines/centaines de milliers de Libyens que nous avons tués á Tripoli)sur des mensonges que nous ont relayés BHL et l’OTAN.
    Nous devons aider El Assad á sauver son pays en arretant notre politique de "va-t’en-guerre" et en demandant au Qatar et á l’Arabie Séoudite d’arréter d’armer et de payer des mercenaires qui détruisent ce pays fabuleux qu’est la Syrie !!!

    • Bertrand Buisson • 04/06/2012 - 10:05

      C’est pas parce que les autres en face son méchant que Assad est gentil !
      Le seul et véritable enjeu est d’empêcher une guerre régionale qui pourrait déraper...

    • Francois • 04/06/2012 - 10:33

      Bertrand,
      Je suis allé 8 fois en Syrie en 10 ans, á Alep, Homs, Hana et évidemment Damas. J’y ai rencontré beaucoup de monde dont certains sont devenus des amis. Je suis fondamentalement convaincu que la tres grande majorité des Syriens est derriere Bachat El Assad et que cette "guerre civile" a été completement fabriquée par certains pays du Golfe et Occidentaux pour renverser Bachar El Assad, avec l’assentiment et la servilité des médias et politiciens Francais.
      Un exemple tout simple : pourquoi tous les médias "main stream" prennent pour argent comptant l’OSDH, organisme Anglais géré par les Freres Musulmans et ne contactent jamais SANA (média officiel Syrien)ni l’ambassade Syrien en France ni les milliers de Francais qui habitent en Syrie ?

    • Edith • 04/06/2012 - 18:05

      Je crois cher Bertrand que tu as tout faux ,sans t’en rendre compte tu es dans la pensée de l’empire Anglo-Américain ,car le Assad actuel n’est pas son père et Bhl est une crapule.De plus les armes sont fabriquées par les Américains retraités. Ils est temps de désarmer cette planète ,du moins nucléairement ,mines anti personnel bombes à refraction et surtout de renationnaliser l’essentiel mais comme au pays de l’oncle Sam ,que vous aimez temps ,tout est pourri ,ils le savent donc ils ont décidé de suicider le monde ,La sagesse des hommes politiques ,des financiers et des grands patrons n’est pas de mise.

    Répondre à ce message

  • Francois • 04/06/2012 - 10:07

    Je voudrais revenir sur le massacre de Houla.
    Les résultats du rapport préliminaire publié par la commission d’établissement des faits sur le massacre d’al-Houla (banlieue de Homs), ont révélé que les victimes dudit massacre étaient toutes membres de familles qui avaient refusé de porter des armes contre l’Etat et de se soumettre à la volonté des terroristes qui les sommaient à sortir dans des manifestation.
    Comment le gouvernement Francais peut-il prendre ce pretexte pour saquer l’ambassadrice Syrienne en France alors que le gouvernement Syrien est innocent de ce massacre ? Quelles informations secretes aurait le gouvernement Francais et que 90% des pays du monde n’auraient pas et qui confirmeraient la culpabilité de Bachar El Assad ?

    Répondre à ce message

  • thejoker • 02/06/2012 - 15:01

    pas si sûr que Hollande est pris la mesure de sa fonction
    j’ai peur que sa posture ne soit un amalgame des intérêts représentés par les différentes factions autour de lui.
    mais sans prôner et surtout ouvrir le dialogue entre les peuples et les confessions, il est difficile de construire la paix.
    Esperons que Hollande s’aura s’élever à la carrure d’homme d’Etat comme l’a démontré Poutine

    Répondre à ce message

  • petite souris • 02/06/2012 - 19:46

    Une politique des tout petits pas ...
    Mieux que la guerre mais c’est urgent

    ...enfin jusqu’en novembre !!!
    Après l’élection du président américain tout ira très vite car d’ici là les verrous financiers auront sautés !!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard