X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

La politique étrangère de Bush sévèrement critiquée

La rédaction

La conférence du Conseil national des relations américano-arabes (National Council on US-Arab Relations - NCEtats-UnisR), qui s’est déroulée à Washington les 30 et 31 octobre, a été le théâtre d’une discussion franche et ouverte sur l’échec retentissant de la politique américaine au Moyen-Orient. Parmi les 300 participants, la délégation saoudienne comptait trois membres du Majliss Ach-Choura (le nouveau Conseil national consultatif qui fonctionne comme un quasi parlement), le prince Turki Al-Fayçal (nouvel ambassadeur saoudien à Washington) et plusieurs dirigeants du monde des affaires.

Quatre anciens ambassadeurs américains en Arabie saoudite figuraient parmi les conférenciers, dont Chas Freeman, à qui revint l’honneur du dernier discours. Il a saisi l’occasion pour dénoncer le gouvernement américain, l’accusant d’avoir provoqué la catastrophe mondiale qui risque de condamner la civilisation. Les trois autres ambassadeurs, Robert Jordan, Walter Cutler et Wyche Fowler (ancien sénateur démocrate de Géorgie), ont tous estimé que l’administration Bush avait torpillé un bon demi-siècle de relations avec l’Arabie saoudite et les pays du golfe Persique. Ils ont également dénoncé la psychose répandue par le gouvernement depuis les attentats du 9 septembre 2001.

Dans ce contexte, signalons les déclarations de l’ambassadeur Al-Fayçal et de Mme Nahed Taher, la première femme saoudienne à diriger une banque arabe. Le prince a mis de côté le discours qu’il avait préparé pour se lancer dans des remarques impromptues, précisant que l’Arabie saoudite rejetterait tout échéancier de « démocratisation » dicté par les Etats-Unis et répondant à des spécifications occidentales. On nous a confié que l’ambassadeur était furieux d’apprendre que les médias américains avaient choisi de passer sous silence la création du Conseil consultatif, chargé de veiller à la succession royale - un pas de géant vers une monarchie constitutionnelle.

Le Prince fit remarquer que les Américains étaient entrés en Irak sans y être invités, mais qu’ils auraient intérêt à ne pas en repartir de la même manière. Il vaudrait mieux, dit-il, consulter les Irakiens et leurs voisins avant d’entreprendre toute nouvelle manoeuvre maladroite et unilatérale. Pour ce qui est de la crise Israël-Palestine, le Prince a été tout aussi franc : les Etats-Unis devraient donner l’exemple et mettre en oeuvre la feuille de route prévoyant la création de deux Etats. Il ne reste plus rien à régler, déclara-t-il, il suffit de respecter l’accord qui a déjà été conclu.

Quant à Mme Taher, elle ne voit aucune raison de maintenir le lien entre le riyal et le dollar américain, puisqu’à l’avenir, le plus gros des exportations pétrolières saoudiennes ira à destination de pays comme la Chine et l’Inde.

Au deuxième jour de la conférence, les spécialistes Anthony Cordesman, Kenneth Katzman et Chas Freeman ont tous attaqué la politique de l’administration Bush, mettant en garde contre les nouvelles guerres qui se profilent à l’horizon comme conséquence de cette politique. Selon eux, il existe un risque réel de guérilla contre les Etats-Unis et Israël à l’échelle mondiale. Le Dr Joseph Moynihan, vice-président régional de Northrop Grumman, basé dans les Emirats, a estimé que les manoeuvres effectuées dans le cadre de la « Proliferation Security Initiative » dans le golfe Persique, sont un rideau de fumée derrière lequel se prépare un incident de type golfe du Tonkin, suivi d’une attaque américaine contre l’Iran.

L’exercice naval en question, impliquant les Etats-Unis et 24 autres pays, a eu lieu le 30 octobre dernier à une trentaine de kilomètres au large des eaux territoriales iraniennes. La cible, selon M. Moynihan, était l’Iran. Bien que des exercices d’inter-opérabilité entre les Etats-Unis et les pays du Conseil de coopération du Golfe ne soient pas exceptionnelles, ce dernier exercice n’avait rien à voir avec l’interception de contrebandiers. « Ciblé » et « tout à fait opérationnel », selon lui, il était destiné à envoyer un message à Téhéran.

Chas Freeman conclut la conférence en ces termes : Quel genre de pays envahirait une autre nation, la détruirait, y mettrait le feu, puis partirait pour laisser son peuple périr carbonisé ou asphyxié dans les flammes ? Freeman rapporta que l’un de ses amis, membre de l’Iraq Study Group, avait récemment déclaré en cercle restreint que les Etats-Unis se trouvent face à une possible catastrophe de dimension mondiale, à cause de ce qui se passe en Irak. Freeman craint que le gouvernement Bush n’applique la même approche à d’autres pays, comme l’Iran. Le désastre militaire qui attend les Etats-Unis au tournant dit-il, serait pire que ce que les Américains ont essuyé au Vietnam.

Selon Freeman, les voisins de l’Irak ne devraient pas permettre à Washington de prendre d’autres mesures - y compris le retrait de leurs forces - sans les consulter. En effet, c’est maintenant qu’il faut exercer les pressions, estime-t-il, car les Etats-Unis vont inéluctablement devoir quitter l’Irak - dans le court terme - en raison du désastre militaire asymétrique provoqué par la guérilla.

Comme bien d’autres, il estime que l’incapacité d’Israël de réaliser la paix avec les Palestiniens et les pays arabes est la principale cause de la radicalisation du monde islamique. Israël sait très bien faire la guerre, mais pas la paix, et les Etats-Unis n’ont rien fait pour la forcer à revenir à la table de négociations. On assiste à un « cycle interminable » de violence et de sang versé, qui fait que la haine se renforce et que chaque nouvelle génération arabe déteste Israël plus que la précédente. Il y a cinq ans, les Etats-Unis ont commencé à payer en sang versé le prix de ce cycle de terreur et continuent de le payer chaque jour sur le théâtre irakien.

Selon Chas Freeman, la proposition de paix présentée par le roi Abdoullah et adoptée à Beyrouth en 2002 offre un cadre approprié pour instaurer un respect mutuel, mais sans une attitude sérieuse et déterminée de la part du gouvernement et des juifs américains, la politique de Washington au Moyen-Orient continuera à se discréditer.

Si les Etats-Unis veulent absolument faire la sourde oreille devant nos amis et associés du Conseil de coopération du Golfe, il ne faut pas s’étonner, dit M. Freeman, de voir convertir cette amitié en mépris, « nous ne pourrons ni gérer ni surmonter la suite de désastres que nous avons nous-mêmes provoquée, ni développer une nouvelle politique plus adéquate. Nous allons payer (....) et très cher, pour cet échec. Il faut éviter un tel dénouement ».

M. Freeman fut le seul orateur à être ovationné. D’ailleurs, le responsable saoudien qui le présenta au public déclara que sans croire à la « réincarnation », il voyait « l’un des Pères fondateurs de la République américaine parmi nous aujourd’hui ».

Le général Odom propose une stratégie de sortie de l’Irak

Dans une tribune libre parue dans le Los Angeles Times du 31 octobre, le lieutenant-général William Odom (cr) estimait que « nous pourrions conduire le Moyen-Orient à la paix - mais seulement si nous cessons de refuser de faire le nécessaire ». Selon lui, les Etats-Unis « ont bouleversé l’équilibre du Moyen-Orient en envahissant l’Irak. Le rétablir nécessite des initiatives audacieuses, dont la première doit être de partir au pas de course ("cutting and running"). Seul le retrait total de toutes les troupes américaines - d’ici six mois et sans réserve aucune - permettrait de sortir de la paralysie qui entrave notre diplomatie. Les plus grands obstacles (...) sont les inhibitions psychologiques de nos dirigeants et du public. »

Selon le général Odom, le public doit rejeter les illusions que lui fournit le gouvernement Bush au sujet de l’Irak. « Il n’est plus possible d’éviter la réalité. Les Etats-Unis sont bien incapables d’empêcher la violence sectaire sanglante en Irak, l’influence croissante de l’Iran dans toute la région, l’extension probable du conflit sunnite-chiite aux Etats arabes voisins, l’arrivée au pouvoir éventuelle de Muqtada Sadr (...) ou d’un autre dirigeant anti-américain à Bagdad. (....) Ces réalités empirent chaque jour que nos troupes restent en Irak. »

Le général propose donc « quatre grandes initiatives ». D’abord, « les Etats-Unis doivent reconnaître qu’ils ont créé une débâcle, ne peuvent stabiliser la région tous seuls et doivent donner aux autres voix au chapitre. » Cette aide doit venir de l’Europe, du Japon, de la Chine et de l’Inde. Ensuite, il faut créer un forum diplomatique pour les voisins de l’Irak, y compris l’Iran. Troisièmement, « les Etats-Unis doivent coopérer de manière informelle avec l’Iran dans les domaines d’intérêt mutuel. » Aucune autre approche ne permettrait « d’améliorer davantage notre position au Moyen-Orient. » Par conséquent, il faut « abandonner nos objections au programme d’armement nucléaire iranien ». Et quatrièmement, « il faut faire des progrès réels sur le dossier palestinien, comme fondement de la paix au Moyen-Orient ».

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard