Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

20 novembre - 28 novembre, Forcalquier (04) - L’association « Médiation 04 » vous invite à une conférence de Jacques Cheminade Lire 20 novembre - Dévitaliser les communes comme une dent que l’on veut arracher Lire 19 novembre - Pourquoi S&P soutient les infirmières et infirmiers Lire
AccueilActualité
Communiqués

La vérité qui dérange Al Gore et le GIEC :
le registre historique du CO2 expose la fraude du réchauffement global

La rédaction

Le dossier historique sur la concentration atmosphérique de dioxide de carbone, sur lequel s’appuie le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) dans ses campagnes, est frauduleux.

GIF - 62.8 ko
Mesures historiques du CO2 (courbe supérieure) et mesures concoctées à partir de carottages de glace, cherchant à valider la thèse selon laquelle l’augmentation de CO2 dans l’atmosphère serait due à l’activité humaine

Le dossier élaboré par le GIEC tente de prouver que les concentrations en CO2 ont augmenté de manière constante au fur et à mesure des progrès de la civilisation humaine. En revanche, les travaux de Beck confirment de multiples enquêtes antérieures, montrant par là même que le GIEC n’a retenu que les données qui lui convenaient pour tenter de prouver qu’il faut arrêter tout développement industriel et revenir à l’ère pré-automobile, ou bien se résoudre à subir une chaleur écrasante et la fonte des calottes polaires. En fait, le traité de Kyoto sur la réduction des gaz à effet de serre repose sur une fraude scientifique en contradiction avec les lois de l’univers.

Le professeur Ernst-Georg Beck, de Freibourg im Breisgau (Allemagne) vient de démontrer que le GIEC a concocté et réarrangé le registre des mesures de CO2 d’avant 1957, pour l’aligner sur celles prises sur des carottages de glace récemment remontées, négligeant ainsi totalement plus de 90 000 mesures directes et précises relevées par des méthodes chimiques entre 1857 et 1957.[1]

Le professeur Beck passe en revue 175 essais scientifiques, avant de conclure que les « pères » de la théorie actuelle des gaz à effet de serre, Guy Stewart Callendar et Charles David Keeling, (ce dernier étant l’une des références préférées de l’ex vice-président américain Al Gore) ont délibéremment choisi d’ignorer des mesures soignées, systématiques, prises par de grands noms de la chimie, dont plusieurs lauréats du Prix Nobel.

Ces chimistes ont démontré que dans le passé, par exemple au cours de la période 1936-1944, la concentration atmosphérique de CO2 surpassait celle d’aujourd’hui, et représentait 393.0 à 454.7 ppm. Avec un taux d’erreur d’environ 3 %, des mesures de 375.00 furent prises en 1885 (Hempel à Dresde), 390.0 en 1866 (Gorup à Erlangen), et de 416.0 en 1857 et 1858 (von Gilm à Innsbruck). Fait curieux, tandis que l’augmentation du CO2 des années 40 correspond à une période de températures moyennes plus élevées, le professeur Beck et autres ont démontré que le réchauffement a précédé une plus forte concentration de CO2.

Les données trouvées par le professeur Beck viennent essentiellement de l’hémisphère nord, de l’Alaska jusqu’à Poona en Inde, en passant par l’Europe. Presque toutes les mesures ont été relevées en milieu rural ou en périphérie des villes, dans des lieux non-contaminés par l’industrie, à une hauteur d’environ deux mètres au-dessus du sol. Les méthodes chimiques ont un taux d’erreur maximal de 3 %, et dans les meilleurs cas, de seulement 1 %.
Inversement, les mesures prises sur des carottages de glace montrent une augmentation assez continue du taux de CO2, ce qui correspond de manière fort pratique avec l’idée préconçue selon laquelle l’activité industrielle en serait le coupable. Selon l’associé du professeur Beck, le Dr. Zbigniew Jaworoswki, ancien directeur du service de surveillance de la radiation en Pologne, les inclusions gazeuses dans les carottes de glace ne sont pas des témoins historiques fiables de concentrations atmosphériques.[2]

A bon entendeur, salut !

Selon la théorie des gaz à effet de serre, l’augmentation de la concentration atmosphérique de CO2 causée par l’activité humaine - par exemple, la combustion de carburants fossiles, aurait la même fonction que le verre d’une serre : empêcher la réémission des rayons solaires reçus à la surface de la terre vers l’espace. Bien qu’un tel effet existe, la dioxide de carbone est assez insignifiant parmi les différents gaz à effet de serre, dont il ne représente tout au plus que 2 ou 3 %.

C’est la vapeur d’eau qui est le gaz à effet de serre le plus significatif. Mais l’eau, sous forme de nuages, peut aussi faire baisser les températures en réfléchissant les rayons solaires lors de leur entrée dans l’atmosphère. En fin de compte, l’action conjointe d’un grand nombre de facteurs est très complexe, à tel point que tenter d’établir une corrélation entre la température globale et les concentrations en CO2 revient à tenter de prédire la valeur d’un fond spéculatif (hedge fund) en contemplant les phases lunaires.

Il a fallu tout un arsenal de mensonges ultra-sophistiqués pour « prouver » qu’une telle corrélation puisse exister. Néanmoins les fraudeurs ont été pris à leur jeu - grâce, en quelque sorte, au Cardinal Nicholas de Cuse. En effet, de Cuse avait proposé, au XVème siècle, dans le chapitre « De Staticis » de son ouvrage De Idiota Mente, de peser une plante et sa terre, avant et après la croissance. Un chercheur flamand, Jan Baptist van Helmont (c’est à lui que nous devons le terme « gaz »), s’y exerça et découvrit, vers 1620, que le changement de poids de la terre dans laquelle poussait un saule pleureur, lequel avait en l’espace de cinq ans poussé jusqu’à peser 169 livres, ne représentait que quelques onces. Mais van Helmont s’était trompé lorsqu’il avait conclu que la masse de la plante ne provenait que de l’eau qui lui avait été donnée.

Deux siècles plus tard, et grâce aux travaux révolutionnaires de Lavoisier, suivi de Gay-Lussac, Avogadro, Gerhardt et autres au début du XIXème siècle, l’on comprit que pratiquement toute la masse de la plante, ainsi que sa colonne vertébrale, provient de l’air, qui est invisible et semble ne rien peser, et plus particulièrement, d’un élément appelé dioxide de carbone.
Le fait de pouvoir peser sur une balance deux gaz invisibles et en comparer le poids respectif permit aux chercheurs de déterminer leurs poids atomiques, puis de percer le secret de l’atome et de la cellule.
Les menteurs attitrés du GIEC doivent aujourd’hui amèrement regretter que subsiste encore le témoignage historique constitué par les dossiers de mesure de concentration de CO2 dans l’atmosphère, soigneusement dressés par les chimistes depuis l’instant où l’on élabora, au début du XIXème siècle, la théorie de la photosynthèse.


[1] Voir l’article de M. Beck.

[2] Voir « Ice Core Data Show No Carbon Dioxide Increase », sur le site du magazine 21st Century Science and Technology.

Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard