Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

21 janvier - Comment le pillage des classes moyennes a été organisé Lire 20 janvier - Jean Jaurès : pourquoi il faut nationaliser la Banque de France Lire 18 janvier - Vidéo : Le KRACH que Macron ne veut pas voir Lire
AccueilActualité
Brèves

Le LYM démasque le culte du prince Philip à Essen

La rédaction

par Cédric Gougeon

« Ce dont nous avons besoin de la part de scientifiques, ce sont d’estimations, présentées avec suffisamment de conservatisme et de plausibilité (...) pour nous permettre de commencer à ériger un système d’avertissements artificiels, qui agisse de manière comparable aux instincts des animaux qui s’enfuient avant l’ouragan. »

Ces propos ont été tenus par l’anthropologue Margaret Mead en 1975, lors de la conférence sur le Climat en Caroline du Nord.

Quarante-quatre ans plus tard, le jour du quatre-vingt-huitième anniversaire du Prince Philip, ils auraient pu être cités en introduction à la conférence du 8 au 10 juin, organisée par l’Institut des sciences culturelles (KIW) à Essen, en Allemagne, sur le thème « La grande transformation : le changement climatique en tant que changement culturel ».

Au cours de ces trois jours de guerre psychologique, l’on vanta l’utilité des sciences comportementales appliquées et d’une dictature mondiale pour faire accepter la désindustrialisation et une réduction drastique de la population, le tout pour le bien de la planète, évidemment.

En effet, le titre d’une des principales sessions parle de lui-même : « Les sociétés démocratiques peuvent-elles faire face aux effets de changements graves du climat global, ou des régimes autoritaires seraient-ils mieux à même de mettre en oeuvre les mesures nécessaires ? »

Cela vous étonne ? Vous choque ?

Et pourtant... Depuis des années, l’organisation de Lyndon LaRouche explique que le mouvement « vert » et le « réchauffement climatique » qui lui sert actuellement de cheval de Troie, n’ont jamais eu pour but d’assurer une planète plus accueillante pour ses habitants, mais plutôt, comme le prince Philip d’Angleterre se ferait un plaisir de le confirmer, pour réduire drastiquement la population mondiale, de son niveau actuel de 6,7 milliards à quelque 2 milliards.

C’est bien dans ce but que l’oligarchie financière internationale a créé le mouvement, à partir du WWF fondé par ce même prince consort et par le prince Bernhard des Pays Bas, un ancien membre du parti nazi.

Fort heureusement, le déroulement de la conférence du KWI fut perturbé par l’intervention du LYM (Mouvement des jeunes de LaRouche), qui diffusait un tract sur l’« arnaque du réchauffement climatique » et les visées génocidaires qu’elle cache, ainsi qu’un article dénonçant en particulier le rôle de Tony Blair, ouvrant ainsi le débat.

Pour donner une idée du sophisme ambiant, la première session du dernier jour a entendu les professeurs Harald Welzer du KWI et Andreas Ernst, de l’université de Kassel, au sujet du lien entre « savoir » et « agir », qui décrivaient froidement le comportement humain dans différentes situations.

Lorsque le premier intervenant, un scientifique, demanda à M. Welzer ce qui le différenciait du groupe pseudo-religieux qu’il venait de décrire, celui-ci répondit qu’il ne faisait qu’interpréter les données : puisque la conférence reposait sur l’axiome selon lequel le réchauffement anthropogène est réel, son rôle consistait uniquement à étudier les moyens de réconcilier savoir et action.

Quant au professeur Ernst, lorsqu’un membre du LYM dénonça les intentions génocidaires du prince Philip et Cie, il avoua que la réduction démographique devrait faire l’objet d’accords internationaux. Il est vrai que quelques semaines auparavant, un conseiller de Gordon Brown en matière écologique, Jonathan Porritt, avait appelé à réduire de moitié la population britannique !

Un climatologue allemand, qui rappelait que 40% des Allemands ne croient toujours pas au changement climatique causé par l’homme, en raison, selon lui, du manque d’information, fut rappelé à l’ordre par le directeur du KWI Claus Leggewie. Ce dernier l’accusa de prendre part à la manipulation politique, par le simple fait de mentionner le grand nombre de « clima-sceptiques ».

Pour citer un dernier exemple, un scientifique intervint pour reprocher à un orateur de vouloir semer la panique sur la montée du niveau des mers, qui est un « phénomène naturel ». Et lorsqu’on parle de la calotte glaciaire, « dont la température est de moins 45 degrés celsius, il est idiot de prétendre que plusieurs degrés feront une différence ». Sur ce, l’anthropologue interpellé reconnut : « Je suis désolé, je ne suis pas un scientifique. Je ne suis pas compétent pour répondre à cette question. »

La fin de la démocratie ?

De toute évidence, les « avertissements artificiels » et le catastrophisme relayés par les médias ne convainquent pas tout le monde, et pas assez vite, ce qui, pour certains, serait la preuve que la politique voulue ne pourra être mise en oeuvre dans le cadre d’un processus démocratique. D’où le thème de la quatrième session de la journée : « Les sociétés démocratiques peuvent-elles faire face aux effets de changements graves du climat global, ou des régimes autoritaires seraient-ils mieux à même de mettre en oeuvre les mesures nécessaires ? »

Pour contrer l’effet dérangeant des documents distribués par le LYM, le professeur Leggewie se crut obligé de préciser, avant même l’ouverture de la session, que « nous avons besoin de plus de démocratie ».

Lorsqu’un jeune larouchiste dénonça la folie de poser une question aussi suspecte, il expliqua sans sourciller que les changements et les décisions nécessaires pour faire face au réchauffement climatique devraient être appliqués dans les dix prochaines années, échéance qu’un processus démocratique ne pourrait jamais respecter. En dépit des propos délibérément confus, cet aveu déstabilisa beaucoup de gens, les amenant à s’interroger sur l’intention des organisateurs de l’événement. Prenant le micro, un journaliste environnementaliste exprima ses craintes de voir s’installer une dictature mondiale sous prétexte du réchauffement global, tandis que d’autres évoquaient, en privé, Le meilleur des mondes de Huxley.

Le premier orateur de cette funeste session fut le Professeur David Held, co-directeur du Centre pour l’étude d’une gouvernance globale, à la London School of Economics. C’est un expert du « cosmopolitanisme » (qui se veut un terme plus rassurant pour « gouvernement mondial »). Quand un membre du LYM lui posa une question, en marge de la session, sur les implications génocidaires des politiques sur le réchauffement climatique, il avoua que la réduction démographique était implicitement présente dans toutes les discussions, citant la Chine comme exemple de contrôle démographique.

Les participants purent également entendre Anthony Giddens, un proche collaborateur du professeur Held et mentor de Tony Blair (également l’architecte de l’idéologie de la Troisième Voie), dans la dernière session, consacrée au « Pont transatlantique ». John Podesta, président du Center for American Progress, et William Antholis, directeur de la Brookings Institution de Washington, exprimèrent l’espoir de voir reculer le sentiment de souveraineté nationale aux Etats-Unis, pour que l’administration Obama puisse prendre la tête de la campagne contre le réchauffement climatique.

Les remarques de conclusion du professeur Claus Leggewie sont éloquentes : « Pour la première fois dans l’histoire humaine, les gens se rassemblent et examinent quelque chose qu’ils ne voient pas, ne sentent pas, ne goûtent pas, qui les affecte maintenant. Le parallèle que nous pouvons tracer, de manière laïque, est l’intérêt pour l’avenir après la vie. Nous avons les églises de la religion du changement climatique, avec nos prêtres, comme nous les avons entendus, et la peur du Jour du jugement dernier. »

A lire : Le réchauffement climatique d’Al Gore, instrument d’un nouvel l’impérialisme environnemental

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • dra • 01/07/2009 - 19:23

    Idée : que ceux qui sont pour une diminution de la population de moitié commencent par montrer l’exemple et appliquer cela dans leur propre famille !!!

    • Nico • 13/07/2009 - 12:22

      Oui DRA tout a fait d’accord !

      J’ai discuté pendant quelques jours sur le forum de l’association "démographie responsable" qui prone la dénatalité et le retour à 3 milliard d’etre humain, et bizarrement lorsque j’ai soumis cette idée, j’ai été banni ;)
      Apparement ils n’aiment pas trop que l’on traduise en langage simple leur propositions !

    Répondre à ce message

  • NAULLAY • 07/07/2009 - 17:48

    MODÉRATION : NAULLAY, nous avons bien compris que vous dénoncez "le nouvel ordre mondial" et les intérêts financiers qui y sont associés. Nous vous prions de bien vouloir affiner vos remarques en vous concentrant sur le sujet de la brève. Merci.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard