Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

12 décembre - Brexit, innovation et éolien au menu des Assises de l’économie de la mer à Brest Lire 12 décembre - 13 décembre, Clichy - L’urgence climatique est un leurre Lire 12 décembre - Ce sont nos vies Lire
AccueilActualité
Brèves

Le WWF exige la réduction de la population mondiale

La rédaction

4 novembre 2008 (LPAC) — Alors que la planète subit une chute drastique de la production de biens indispensables au maintien de sa population, le Fonds mondial pour la nature (anciennement World Wildlife Fund) a publié le 29 octobre son Rapport Planète vivante (Living Planet Report 2008), affirmant que, puisque « les besoins des hommes en nourriture, eau, énergie et matériaux » représentent la plus grande menace pour la biodiversité, la consommation humaine devrait être réduite d’au moins 30% — pour commencer.

Selon ce rapport, plus des trois quarts de la population mondiale vivent dans des pays dont la consommation dépasse leur bio-capacité (exprimée sous forme d’« empreinte écologique »). Les auteurs en viennent à demander la « réduction de la population, de la consommation individuelle et des ressources utilisées ou des déchets émis pour produire des biens et des services ». Pour la première fois, le WWF s’en prend même à la consommation d’eau.

Ce rapport, dont les recommandations, si elles étaient appliquées, conduiraient à la mort de centaines de milliers d’hommes, a été co-rédigé par des membres de la Société zoologique de Londres. A l’origine du WWF, on trouve le prince Bernard des Pays-Bas et son co-penseur, le Prince Philip d’Edimbourg, le prince consort de la Reine Elisabeth II d’Angleterre. Le prince Bernard était un membre des SS, qui, contraint de démissionner du parti en vue de sa fonction royale, signa sa lettre de démission par un « Heil Hitler ! ».

Le critère d’« empreinte écologique » dont se sert le WWF fut élaboré par une fondation britannique, l’Optimum Population Trust, qui fait ouvertement campagne pour réduire des deux tiers la population mondiale afin de la ramener à deux ou trois milliards d’individus.

Pour creuser le sujet : focus

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Soya • 05/12/2008 - 21:23

    Deux milliards de boeufs sur la planète pour apaiser les appétits carnivores de l’homme. Ça prend entre 7 et 10 kg de végétaux pour produire un kg de viande. C’est peux-être de ce côté qu’il faudrait regarder.

    Manger végé c’est tout simple.

    Le NOM accuse l’homme de tous les maux par les temps qui courent.

    • aurea • 19/04/2013 - 10:30

      Sauf que manger vetetarien n’est possible que pour les pays devellopés, dans les pays en voie de devellopement, manger vegetarien avec autant de variétés n’est pas possible, hors il n’y a que certains vegetaux qui ont des proteines, et toutes les peuplades de la terre ne mangent pas specialement des insectes pour avoir ces proteines.
      Mqnger vegan nest fesable que si on a une grande variété végétale, on en a la preuve en Europe du haut moyen age, Famines et malnutrition étaient legions, la cause a une diversité végétale très limitée.
      De plus, imaginez un instant ceci : pour nourrir un humain, il faut des la terre Arrable, vous allez faire comment pour nourrir 12 milliards d’humains si on continue comme cela ? Detruire ce qu’il reste de forêt pour avoir des terres ?
      Reflechissez, on detruit alentours de 500 especes vegetales et animales par an pour notre consommation, a cela se rajoute que on tue delibérément des animeaux, jugés trop nombreux (sanglier, daim, ect) parce qu’ils deviennent nuisible a l’environnement (et ne me faites pas rire : eux vivent vraiment en osmose naturelle), mais les humains, ho mon dieu, pas touche ?
      Faut vraiment etre des hypocrites debiles pour ne pas voir que si on continue, on va finir comme soleil vert ou Foetus party (je conseille les livres).

    Répondre à ce message

  • vili • 04/11/2008 - 18:13

    voir ZeitGeist 2 sur dailymotion.fr !!!

    • Nico • 06/11/2008 - 16:31

      j’ai commencé à regarder la vidéo Zeitgeist 2 sur dailymotion, je la trouve très intéressante (pour l’instant), pour ceux que ça interresse et qui ne sont pas au courant, il circule en ce moment sur le net une vidéo qui fait le buzz nommée "l’argent dette" (de paul grignon) dont la 1ere demi-heure est véritablement une perle de pédagogie. La 2ieme est beaucoup plus discutable puisqu’elle préconise l’arrêt de l’évolution de notre société, ce qui est évidement inacceptable, puisqu’une société qui ne progresse plus, s’éteint. néanmoins la 1ere demi-heure est vraiment très intéressante.

      Éventuellement elle pourrait peut-etre faire l’objet d’une brève sur S&P ?

    • Bertrand Buisson • 06/11/2008 - 16:51

      Je n’ai pas vu Zeitgeist2, mais apparemment il est plus intéressant que le 1 qui est franchement ésotérique et pessimiste.

      L’argent dette est séduisant, mais la vision de l’argent, a travers cette notion de dette, me semble en cohérence avec l’idée d’arrêter l’évolution. En effet, la dette est présenté comme quelque chose d’uniquement négatif. Aucune distinction n’est faite entre le bon argent et le mauvais argent. L’émission de crédit, si elle est publique et orienter vers l’équipement économique et humain, est très bon : C’est de la bonne dette.

    • Nico • 07/11/2008 - 12:00

      Tout à fait d’accord avec toi berbert, tout dépend qui émet la monnaie et a qui ça profite, c’est d’ailleurs pour ça que je disais que seulement la 1ere Demi-heure de la vidéo était intéressante, le reste c’est un peu n’importe quoi, mais cette vidéo à au moins l’avantage de présenter l’émission monétaire tel qu’elle est pratiqué actuellement (c’est à dire de la mauvaise façon) de façon simple et compréhensible par la population dans son ensemble, du moins il me semble que c’est beaucoup moins compliqué que la plupart des articles de S&P, qui certes présente la réalité, mais qui pour le citoyen lambda (qui est le plus touché par la crise) parait austère et incompréhensible la plupart du temps.

      Je crois dans le pouvoir de l’image, peut-être S&P devrait prendre un peu exemple sur ce qui se fait ailleurs, même si c’est peu fouillé. Il faut bien comprendre que sur le terrain les gens comme moi (qui adhèrent aux idées de S&P depuis plusieurs années) ont du mal à intéresser les gens aux articles austère.

      De même je trouve que le dernier tract est peu accessible aux non initiés, ont aurait très bien pu dire bêtement, "Voila c’est la crise que l’on annonce nous S&P depuis des années, vous avez peur pour vos économies, donc il faut bouger, aller voir le site, vous y trouver plein d’info vraies... etc et donner ensuite les solutions pour sortir de la m... " il me semble que si on veut atteindre un maximum de gens, il faut s’adapter à l’interlocuteur.

    • Delfin • 25/06/2011 - 13:10

      Merci pour ces informations, je vous souhaite une bonne continuation.

      casino en belgique

      decouvrez le meilleur casino sur internet en belgique.

    Répondre à ce message

  • J’aime mon pays • 17/12/2010 - 11:13

    Heureusement qu’il y a les guerres pour réduire la population mondiale.(Scandaleux)

    Répondre à ce message

  • populasse • 01/06/2010 - 17:46

    Scandaleux ! les populations se stabilisent naturellement quand les niveaux de vie augmentent, il n’y a aucune action à entreprendre sinon développer.

    De toute façon, estimer qu’une famille de 9 enfants polluent autant que 9 personnes seules est un scandale aussi.

    Les concepts de l’écologie anglosaxons ne veulent rien dire.

    Il faut sauver l’écologie de cette ornière intellectuelle.

    Répondre à ce message

  • Senec • 05/11/2008 - 11:50

    2,5 milliards de terriens en 1995 !
    6,5 milliards en 2008 !

    D’où vient la différence ?
    Voilà un sujet de réflexion.
    Il n’y a pas qu’une seule réponse, mais une évidence domine tout de même.

    • Christophe Paquien • 05/11/2008 - 12:17

      Des choux-fleurs ou des cigognes :-)

      Non, sérieusement :
      1.La population n’était pas de 2.5 milliards en 1995.
      2. Quelle est cette fameuse évidence ?

    • myan • 28/02/2009 - 09:23

      je crois qu’il y a une erreur...
      La différence est déjà assez grande !!
      5,6 milliards en 1995...

    • Barbatruc • 18/06/2009 - 21:07

      Je ne sais pas où vous avez pris vos chiffres, mais ils sont complètement faux !

      En 1995 il y avait 5,692 humains sur terre

      Votre chiffre de 2.5 , c’était en 1950.

      Voir ici :
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Population_mondiale

    Répondre à ce message

  • zone 51 • 28/05/2009 - 08:47

    J’arrive un peu à la bourre, mais je vais tout de même rajouter mon grain de sel. Pour faire opposition à la pensée que l’être humain est le summum de la création et qu’il convient de la protéger envers et contre tout, je tiens à dire que nous sommes un organisme destructeur au même titre que le cancer. Nous tuons l’hôte sur lequel nous nous sommes installé et par là même nous signons notre arrêt de mort. Je ne suis pas un SS et je suis opposé au principe de tout groupe dirigeant tel les illuminatis, mais force est de reconnaitre que l’espèce humaine est le plus grand danger pour la survie de la terre telle que nous la connaissons . L’abaissement de la population ne doit pas obligatoirement passer par une phase de destruction massive, une simple régulation des naissances remettrait les choses en ordre en 4 générations. 1 enfants par foyer et basta. mais allez expliquer ça à des gens qui ont le cerveau sous la ceinture. Le choix nous ne l’avons pas , si nous laissons passer notre chance de réguler nous même en êtres responsables, alors nous pouvons nous attendre au pire. Mais nous l’aurons cherché. NOUS SOMMES TOUS RESPONSABLES.

    Répondre à ce message

  • Ménélas • 04/11/2008 - 22:43

    Seuls les êtres humains sont capables de "penser" être en surnombre sur cette planète. Les virus, bien qu’ils soient bien plus nombreux que nous doivent se poser moins de questions existencialistes.
    Ce ne serait pas le prince Philippe d’Edimbourg qui révait d’être réincarné en virus mortel pour réduire le nombre d’habitants sur terre.
    Voilà qui est cohérent...

    • Varseng • 02/01/2009 - 18:49

      Voila une autre chose de cohérente.
      D’une, la réduction de la population n’a rien de nazi ou de criminel.
      Faut il rappeler que la doctrine nazi prend naissance dans l’idée que l’humanité est divisé en race ?
      En quoi la réduction de la population a un quelconque rapport avec le nazisme ?
      Nous somme d accords, aucun.
      De plus, l’idée criminel est également a écarté car la réduction de la population ce fera de toute façon par un contrôle des naissance et non par massacre des populations.
      Si pour vous l’idée d’empêcher la vie de venir est criminel, la plupart d’entre vous doivent donc être contre l’avortement et autre IVG, je me trompe ?

    Répondre à ce message

  • Belzebuth • 10/11/2008 - 18:07

    On détourne le sens des mots. Bio cela veut dire vie ou vivant. La planète dans son entier est une biosphère, une planète vivante.

    J’ai l’impression qu’ici on parle plus de mort que de vie. Le WWF devrait être plus clair (il ne le veut peut-être pas) et annoncer qu’il désire mesurer la "mortelle capacité" ou la disposition au suicide des hommes de cette planète.

    Répondre à ce message

  • Quintus • 04/11/2008 - 18:29

    J’approuve le WWF.Pourquoi ? Parce qu’il dit tout haut ce que la sournoiserie et la lâcheté humaine cache tout bas.
    Le but de l’élite est de faire consommer les 90% de la masse humaine traitée comme la vulgaire plèbe sous l’empire Romain et ce dès la naissance d’un enfant (les parents se reconnaîtrons).
    Avant d’être un Être Humain au sens le plus noble du terme, on est un code barre avec un cadi dans les mains et une carte de crédit entre les dents.

    En réduisant la population progressivement et il ne s’agit pas de commettre un génocide, l’homme y gagnera en qualité de vie et y retrouvera sa vrai dimension spirituelle que l’élite s’acharne à détruire depuis longtemps, tout comme l’environnement par la même occasion car cela va de pair.

    Qui sont donc les nazis ?? Ces hommes de l’ombre, ces princes succubes schizophrènes qui nous dirigent indirectement en ayant des plans bien tristes pour le biote terrestre ? Leurs suppôts malveillants tels des nains méchants au service du maître ou le WWF.
    Dites moi ?
    Il est affligeant de constater que des articles comme celui-ci et que vous cautionnez servent à des fins détournées cachant la vrai vision d’un avenir cohérent et plein de bon sens pour la planète, celui d’un monde à 2 ou 3 milliards d’hommes pas plus et encore que...
    Votre site et il n’est pas besoin de sortir des grandes écoles pour s’apercevoir du ton caractérisé de propagande et de manipulation de l’information qu’il recèle.

    • Christophe Paquien • 04/11/2008 - 21:22

      Et pourquoi pas commencer par toi ?

      Moi, je ne suis pas pour libérer la terre de ta personne.
      Je pense que tu es important puisque tu pourrais intervenir dans le monde pour le rendre meilleur.

      De plus, je pense que la crise va de fait sortir les gens de leurs habitudes consommatrices, les ramenant aux basics.

      Et comme je sais que tu n’es pas un koala, je pense que tu peux comprendre ce que je dis, tout comme les gens peuvent comprendre sans qu’on les y oblige, sinon, on va vers une dictature que tu peux affubler de n’importe quel adjectif que tu veux.

    • Quintus • 05/11/2008 - 09:12

      Absolument mon cher pourquoi ne pas commencer par moi.
      Je n’y ai jamais vu aucun inconvénient contrairement à la plupart d’entre vous qui vous accrochaient à la matière.
      Ma carcasse je ne la regrette pas.
      Pour que vive le reste des espèces et des règnes de la nature il faut que l’homme disparaisse.Point barre.
      Je ne me sens pas plus essentiel à la vie que cela.
      Même si je contribue à la préserver avec mes moyens et de toute mes forces contre une armée de néanderthal qui la détruise.
      L’homme est une erreur de casting dans l’évolution.
      Allez hop suivant. Faut pas s’inquiéter une autre espèce occupera notre niche biologique après notre départ.Et la terre s’en portera que mieux.

      Quand on voit l’état d’esprit de l’homo sapiens et que l’on observe quotidiennement ses exactions à tout les stades de la chaîne de la vie. On à peine à croire que cet homme là va se transformer en homo PACEM .C’est trop tard et c’est pas un OBAMA qui va changer cela.
      L’homme est un cancer.
      6 millirads, 7 milliards, 8,9, etc..jusqu’où ?? Des lapins.
      Alors oui Monsieur je met ma disparition avant tout le monde si ça peut vous débarrasser.
      Quoiqu’il en soit vous me suivrez par la suite.

    • Bertrand Buisson • 05/11/2008 - 12:32

      Quintus,

      Ce message a été validé mais pas les suivant : merci de ne pas poster 6 messages à la fois pour dire la même chose.

      Essayons de ne pas parasiter le fil de la discussion en multipliant les messages inutiles.

    • J.C. Simonin, Suisse • 05/11/2008 - 20:30

      Quelques chiffres pour la route ?
      Du temps de Jesus-Christ, le total de la population humaine se montait à quelque 600.000.000 d’individus.
      Le milliard d’individus a été atteint en 1850 environ
      Lorsque je fréquentais l’école primaire entre 1941 et 1946, j’ai appris que la population totale du globe était de quelque 2,25 milliards : une augmentaion de 130% en cent ans, malgré deux guerres qui ont fait au total quelque 70 millions de morts.
      Cinquante ans plus tard, la population mondiale a presque triplé par rapport à 1940.
      Je n’ai pas demandé à naître. Personne n’a jamais exigé de venir au monde. Mais étant donné que je suis de ce monde, je revendique pour moi, pour toute l’humanité vivante et même pour tus les êtres vivants de la nourriture, de l’eau, un environnement sain dans une société stable. Et si mes aïeux ne pouvaient me garantir ces droits élémentaires, ils n’avaient qu’à évter ma naissance.
      Incidemment, le taux de natalité dans tous les pays où ces droits sont appliqués est en dessous du seuil de reproduction. La population dans ces pays - Europe, Chine, Japon - décroîtrait sans une immigration massive. Une excellente chose.

    • gemi • 06/11/2008 - 11:08

      Je ne vois pas l’intérêt de la disparition de l’homme sur terre, pour que survive une terre meilleure, un paradis.
      En effet l’homme disparu ne pourrait en être témoin ni même en jouir.
      En revanche si certains sont près à laisser leur place pour que d’autres puissent vivre en harmonie avec les autres formes de vie qui existent.OK pour moi.

    Répondre à ce message

  • Gordon Brown • 05/11/2008 - 09:41

    Je me souviens en 1985, nous avions atteint le chiffre de 5 milliards de personnes, la WWF n’a rien mentionné, aujourd’hui nous sommes à 6.5 milliards, et c’est là qu’ils nous sortent cette hypothèse hallucinante. En plus en pleine crise sociale, c’est à croire que cette vénérable institution n’est qu’un nid de vipères masqué sous l’aspect attirant d’un gentil protecteur de la terre.
    en ce qui concerne les intentions, WWF n’a rien à envier à Hitler.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Si le monde est réduit aux seules énergies renouvelables, qui par leur faible densité et leur caractère intermittent permettent de produire beaucoup moins que les combustibles fossiles et le nucléaire, la capacité d’accueil de la Terre se réduira brutalement à un milliard d’êtres humains !

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard