Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

Les Allemands victimes de l’escroquerie des énergies renouvelables. Et nous ?

La rédaction

Une quarantaine de fournisseurs allemands ont déjà annoncé de fortes hausses des prix du gaz, de l’électricité et du fioul domestique pour l’automne. Cette décision est due avant tout à une modification de la loi sur les énergies renouvelables, qui garantit aux producteurs un certain prix par kwh d’énergie produite à partir de sources renouvelables, au dépens des autres formes. La charge supplémentaire moyenne pour un ménage de 4 personnes dépassera les 100 euros en 2013, soit près de 10 % de plus qu’en 2011. Au cours des 12 derniers mois, pas moins de 200 000 ménages ont vu leur alimentation énergétique suspendue, au moins temporairement, faute de pouvoir payer la facture.

Mais ce n’est là que le début. L’abandon total de l’énergie nucléaire n’est censé être compensé que par d’onéreux investissements dans des sources « renouvelables » inefficaces, y compris au moins 3000 kilomètres de nouvelles lignes de transmission, rendues nécessaires par la quasi impossibilité de stocker de l’électricité, produite de manière aléatoire par l’éolien et le solaire. La facture énergétique moyenne pour les ménages pourrait doubler dès 2020, et devenir inabordable pour les ménages les plus modestes et les petites entreprises industrielles (qui n’ont pas droit aux mêmes remises de prix que les grandes industries).

Globalement, cette politique pénalisera de plus en plus l’industrie allemande, qui paye déjà les prix les plus élevés en Europe. Le plus grand fournisseur, E.on, est particulièrement vulnérable, avec ses 40 % d’énergie d’origine nucléaire. Elle gère pour son propre compte six centrales nucléaires et cinq autres partiellement. Le revenu total issu du secteur nucléaire, qui s’élève aujourd’hui à plusieurs milliards d’euros par an, déclinera continuellement dans les prochaines années pour disparaître avec la fermeture de la dernière centrale en 2021.

Le passage à l’énergie renouvelable se fait à perte, et ne survit que parce qu’il est lourdement subventionné par le gouvernement et, via le prix de l’énergie, par le consommateur. Le coût net supplémentaire des renouvelables en Allemagne est évalué entre 18 et 20 milliards d’euros.

Le deuxième fournisseur d’électricité, RWE, a décidé de fermer complètement sa filière nucléaire et de ne plus construire de centrales nucléaires, même à l’extérieur de l’Allemagne. Il ne prévoit pas non plus de nouvelles centrales conventionnelles, car la politique du gouvernement rend le charbon et le gaz non compétitifs.

Par ailleurs, Südweststrom, un conglomérat d’une quarantaine de fournisseurs, vient d’annoncer l’annulation de la construction d’une nouvelle centrale à charbon de 1800 mégawatts, parce que l’investissement ne pourra pas être rentabilisé. L’obsession du gouvernement Merkel pour les énergies renouvelables, sans égal nulle part ailleurs ni en Europe ni dans le monde, est un désastre préprogrammé pour le pays.

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • DUPARC Georges-Louis • 24/07/2012 - 23:10

    Monsieur l’anonyme,
    Ddéfendre la poursuite du nucléaire et se déclarer pour sa reprise dans les pays qui l’abandonnent, est la même chose que préférer continuer à manger des céréales, des légumes et des fruits empoisonnés par les pesticides, parce que ça demande un effort de réflexion et de financement de nouvelles techniques pour installer une alternance qui ne porte plus gravement atteinte à la santé, comme c’est le cas aujourd’hui
    Par ailleurs, Les éoliennes et le voltaïque ne sont pas les seules énergies, à notre disposition.
    Qui a seulement entendu parler d’une super-éolienne qui fourni l’énergie de 500 des seules dont on nous parle, ces usines à gaz bruyantes et assistée au pétrole.
    Des énergies gratuites et infinies ont été découvertes depuis des décennies par des chercheurs,qui ont été baillonnés, persécutés, assassinés, et leur inventions cachées au public.
    Elles révolutionneraient radicalement tout, et très vite, mais on n’en parle pas, on le garde caché, même dans les milieux écolos, corrompus comme les autres.
    Notre terre est déjà devenu une bombe dont l’explosion est imminente.
    Nous sommes sous la menace de désastres naturels à cause du déséquilibre écologique provoqué par les hommes : Désertifications, séïsmes, tsunamis, inondations, tornades, montée des eaux des océans, etc...
    Einstein disait : "On dit que deux choses sont infinies ; l’Univers, et la bêtise humaine...mais pour l’Univers je ne suis pas sur."
    Alors vous voulez continuer le nucléaire !? Le désastre humain de fukushima, ne vous a pas suffit ?
    Mais, c’est vrai que vous n’y étiez pas et les effets ne sont pas visibles hors du pays martyrisé.
    C’est pour ça ! Vous n’aurez un cancer que d’ici 5 à 10 ans, et en plus, vous ne comprendrez même pas pourquoi.
    A moins que vous mourriez avant de la même bêtise, pour avoir traversé la rue sans regarder.
    Vous voulez garder cette énergie qui peut faire disparaître l’humanité de la surface de la terre...pour économiser quelques centimes sur une facture.
    Quelle cerveau supérieur ! Quelle capacité visionnaire !
    Il faut vraiment être aussi stupide qu’inconscient pour défendre un tel point de vue.
    Et ce n’est pas le Japon qui est moins bête que l’Allemagne, de redémarrer les centrales ! C’est par l’avidité sans honte que les criminels, qui auraient du être éxécutés essaient de recommencer à tirer profit de leur centrales.
    Car les pauvres japonais, qui ne sont en effet pas bêtes ont été 170.000 à descendre dans la rue pour ’y opposer. Donc en plus d’être des idiots, les auteurs de ces "articles ?" sont des menteurs !

    • Pic et Puce • 27/07/2012 - 22:08

      Et ces voitures électriques produites par GM et Toyota dans les années 90 et qui furent, sur ordre des lobby du pétrole, détruites. Elles donnaient entière satisfaction à leurs utilisateurs qui n’avaient d’ailleurs droit que de les louer, pas de les posséder. On ne parle plus trop des centrales nucléaires de 4ème génération qui utilisent le thorium qui produisent, paraît-il très peu de déchets.

    • Hébus • 30/07/2012 - 17:37

      « Des énergies gratuites et infinies ont été découvertes depuis des décennies par des chercheurs »
      Vous avez des exemples à donner ?

    Répondre à ce message

  • Proportion • 25/07/2012 - 17:44

    Duparc :

    Un peu de proportion serait de mise dans vos jugements à l’emporte pièce...

    Vous dites :
    « Alors vous voulez continuer le nucléaire !? Le désastre humain de fukushima, ne vous a pas suffit ? »

    D’abord, il semble que vous ayez manqué un « détail » important : à Fukushima, il ne s’est s’agit point d’une catastrophe nucléaire, mais d’une catastrophe NATURELLE (eh oui, la ’nature’ est loin d’être gentille gentille comme un bobo de la ville peut l’imaginer... après tout, il y a eu 5 disparitions de masses d’espèces vivantes sans que l’humain ni soit pour quoique se soit...) : ce fut un tsunami, équivalent de plusieurs bombes nucléaires. qui fit TOUS les morts, soit plus de 16 000 à Fukushima sont dus à cette catastrophe naturelle (et toutes les photos de destruction de la ville sont aussi dus à cette catastrophe naturelle).

    Combien de mort à cause des centrales nucléaires ? 0

    Tient, par comparaison, le tremblement de terre à Haïti a tué 300 000 personnes : combien ça coûte le non développement et la pauvreté ? Car dans un tremblement de terre équivalent à San Francisco, ce fut moins de 100 morts et une reconstruction, grâce aux moyens techniques disponibles très rapides (comme avoir accès à des pelles mécaniques ; électricité courante ; de pouvoir construire des édifices solides résistants aux tremblements de terre) sans le million de déplacés comme à Haïti : c’est un scandale, mais dans l’ordre des proportions, il semble que les anti-nucléaires qui prétendent être pour la vie ne se préoccupent jamais de cause de mort d’autant plus dangereuse que sont la pauvreté et le sous-développement qui rendent très fragiles les populations face aux catastrophes naturelles, aux épidémies, etc.

    Les niveaux de radiation ? Il y a un ’monitoring’ constant et déjà plusieurs zones sont sous les 20 mSV annuel, donc peuvent y retourner sans problème (il faut plus de 200 mSV annuel pour observer un quelconque effet ; mais par précaution, les mesures de sécurité sont toujours drastiques).

    Sur plus de 60 ans, le nucléaire, incluant Tchernobyl a causé moins de morts que la plupart des autres formes d’énergies par KWatt/heure produit : ainsi, où sont les écolos pour dénoncer et ’fêter’ annuellement l’hydroélectricité qui tua d’un seul coup plus que Tchernobyl quand le barrage Banquiao céda entrainent plus de 171 000 morts et la perte de maisons pour 11 millions de personnes ? Personne n’a peur irrationnellement, car on connait les causes de l’évènement et toutes les mesures sont prises pour pas que ça ne se répètent. De même, à chaque années, il y a des milliers de mineurs dans le charbon qui meurent et tout le monde s’en fou éperdument, les écolos en premier. Les campagnes contre le charbon sont toujours contre le CO2, et non contre les conditions souvent déplorables de sécurité dans les mines du Mexique à la Chine, voir même des USA.

    De même dans le nucléaire : au niveau technique, c’est même surprenant que toutes les centrales du site aient résistées à un tremblement de terre aussi fort ! C’est vraiment le Tsunami qui a achevé les centrales affectées (remarquer que les centrales plus hautes non pas eu le problème ; un simple mur en béton de quelques mètres plus haut aurait évité les problèmes dus à l’eau du tsunami).
    De plus, il s’agissait de vielle centrale n’ayant pas tous les capacités des nouvelles (comme un système de pompes vétustes ; avec le nouveau, il n’y aurait pas eu de problème de refroidir le réacteur). Donc, si vous étiez quelque peu rationnel, vous feriez une analyse approfondie des causes (et on peu le faire, eh oui, l’humain est capable de trouver les causes et effets), et avant de tout jeter à la poubelle, une énergie fascinante, car savez-vous d’où vient le surplus dans l’énergie nucléaire ? Einstein, qui eut horreur que vous le citiez à tord et à travers, a émis la fameuse formule suivante :
    E=MC2. Il y aune équivalence énergie-matière : donc lorsqu’il y a fission (et encore lors de la fusion), le poids totale de l’uranium 235 est plus élevé que le poids totale des produits de fissions : il a eu transformation de matière en énergie !!! C’est pourquoi la densité de l’énergie y est incroyablement plus élevé (ie C2 est la vitesse de lumière au carré ; donc même un micro gramme de matière contient énormément d’énergie !). 1g d’Uranium vaut 3 tonnes de charbon (3 000 000 de fois plus !).

    Mais pourquoi voulez-vous rester avec le type de centrale que nous avons actuellement ? Vous ne semblez pas nier que nous puissions faire de nouvelles découvertes et même mieux dans différents secteurs (comme l’éolien). Mais alors, pourquoi pensez-vous qu’il en serait autrement pour le nucléaire ? La techno Westinghouse est vielle et on peut, déjà, faire beaucoup mieux (mais il faut des pouvoirs publiques dignes de ce nom avec vision..) ; les réacteurs aux thorium, les réacteurs de 4e génération qui physiquement ne peuvent pas imploser, recyclage des peu de déchets que génèrent l’industrie (et oui, n’en déplaise aux anti-nucléaires professionnels, du fait de la très grande densité énergétique produite par le nucléaire, à production d’électricité équivalente, le nucléaire génèrent très peu de déchet et moins de déchets toxiques que l’industrie informatique par exemple ou chimique ; mais encore-là, les écolos,souvent mû par le malthusianisme, s’en foute : c’est qu’ils savent que le nucléaire, la fission, mais encore mieux la fusion, va contre leur vision simpliste d’un monde limité en ressource, en énergie ; ils voudraient que l’univers soit autant borné que leur petit esprit... )
    Bref, on serait fou de se priver d’un énergie naturelle (et oui, à quoi pensez-vous que carbure notre soleil et les étoiles, sinon à coup de fission et de fusion nucléaire ??).

    Pour votre énergie gratuite : tout ouie je suis, à défaut de pouvoir le faire techniquement, pouvez-vous au moins donner le principe physique ? Au dernière nouvelle, dans l’univers, l’énergie « gratuite », le mouvement perpétuelle n’existe pas.

    Répondre à ce message

  • Pic et Puce • 24/07/2012 - 21:04

    Il y a manifestement une volonté de " casser " l’Allemagne qui est le moteur de l’Europe tout comme l’abandon du Deutsch Mark fut un facteur de mise sous tutelle de ce pays par la finance anglo saxonne. Rappelons que toute émission de nouveaux Euros se fait par l’intermédiaire de la Banque fédérale américaine...

    Répondre à ce message

  • petite souris • 25/07/2012 - 00:06

    .... toujours pareil !!!!

    C’est le consommateur qui paye le prix fort
    Le consommateur qui n’a pas d’autre choix
    Ah ! si ! il peut râler ... mais depuis plusieurs décennies on lui a fait de la pédagogie-bourrage de crâne en le culpabilisant
    .... et maintenant qu’ il est à point il se fait saigner pardon plumer !

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Moins bête que l’Allemagne, le Japon s’apprête à redémarrer ses centrales nucléaires

13 juin 2012
Actualité
Moins bête que l’Allemagne, le Japon s’apprête à redémarrer ses centrales nucléaires

Sortir du nucléaire signifie désindustrialisation et dépopulation mondiale

10 juin 2011
Actualité
Sortir du nucléaire signifie désindustrialisation et dépopulation mondiale

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard