X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Articles variés

Les Britanniques et l’opium afghan

La rédaction

par Ramtanu Maitra, EIR

Début février, l’Independent de Londres révélait que le Royaume Uni était en train d’utiliser ses 7700 soldats déployés dans la province de Helmand pour entraîner 2000 « militants » afghans, généralement connus en Occident sous le nom de « talibans ». Les Britanniques ont prétendu que le but de cette opération, menée dans cette région du sud de l’Afghanistan dominée par les Pachtounes, était « d’infiltrer » l’ennemi et de « chercher des renseignements » sur l’arsenal des extrémistes talibans.

Ce petit jeu colonial, mis en oeuvre dans cette province productrice d’opium, a été déjoué, au moins temporairement, lorsque des officiers du Directoire national de sécurité afghan, entraînés par le KGB, ont saisi une barrette de mémoire au cours d’une descente dans une fête de diplomates internationaux qui visitaient Helmand.

A la même époque, Kaboul s’en prit violemment aux Britanniques, les accusant de dialoguer avec les Talibans sans l’accord du président Hamid Karzaï, rappelant à cette occasion que dans un discours aux Communes le 12 décembre, le Premier ministre Gordon Brown avait assuré que le Royaume Uni ne négocierait pas avec les talibans. « Notre objectif est de vaincre la révolte en isolant et éliminant ses dirigeants. Nous n’ouvrirons pas de négociations avec ces gens-là ». Les Britanniques tentèrent alors de se couvrir en insistant sur le fait que le bureau de Karzaï était au courant de ces opérations.

Le plus surprenant, cependant, fut le silence de Washington et des autres capitales de l’OTAN en Europe. A Washington, où l’administration Bush considère Londres comme son complice le plus fiable dans le crime, la consigne est d’ignorer ces « perfidies » anglaises. Les partenaires européens de l’OTAN ont, quant à eux, décidé de fermer les yeux afin d’éviter le conflit avec leurs « alliés » anglo-américains et leur opération en Afghanistan, tout en refusant de déployer leurs soldats dans les zones les plus exposées.

Cette stratégie européenne revient à sauter dans l’eau, comme Gribouille, pour éviter d’être mouillé par la pluie. Sans vouloir l’admettre, ils savent bien que les Afghans les considèrent comme des occupants au même titre que les Anglo-Américains. En d’autres termes, bien que toutes les forces d’occupation jurent vouloir renforcer et stabiliser le président Karzaï, ils ont choisi d’ignorer cette tentative évidente de miner l’autorité de Kaboul, menée non pas par les talibans mais par les alliés de Kaboul.

Les agents du MI6 portaient des badges de l’ONU et de l’UE

En réalité, l’essentiel de cette histoire avait été éventé le 26 décembre dernier, lorsque deux agents du MI6 anglais, travaillant sous l’égide de l’Union européenne et de l’ONU, ont été expulsés d’Afghanistan. L’un d’eux, l’anglais Michael Semple, un proche de l’ambassadeur britannique, sir Sherard Cowper Coles, était responsable de la mission de l’UE en Afghanistan. Le second, Mervin Patterson, lui-même irlandais, était le numéro 3 de l’ONU sur place. Son secrétaire général, Ban Ki Moon, qui doit beaucoup de sa position présente aux Américains et aux Anglais, préféra donner l’impression que tout ceci n’était qu’un « vaste malentendu » et que lorsque l’ONU pourrait discuter avec Kaboul de toute cette affaire, ces deux « diplomates de haut niveau » pourraient reprendre leur travail.

Mais Karzaï a détecté le complot tramé par Londres. Fin décembre, l’Independent citait le brigadier Andrew Mackay, un officier britannique en poste dans la province de Helmand, qui, dans un briefing destiné à ses officiers le 30 octobre, leur déclara : « La longue coopération de la Grande-Bretagne avec l’Afghanistan a montré que c’est en contribuant à la formation d’alliances tribales que nous sommes entrés dans ce pays. De même, c’est en formant des alliances tribales qui apporteront leur soutien au gouvernement d’Afghanistan que nous pourrons le quitter. Tout ce que nous ferons devra se concentrer sur notre capacité à influencer la population de Helmand afin de pouvoir maintenir, emporter et même gagner leur soutien ».

La diplomatie de Karzaï

Ce que Karzaï a compris est très différent des rapports fournis par MacKay. Pour commencer, ces rapports lui ont appris que le camp d’entraînement faisait partie des projets britanniques pour utiliser des talibans modérés - les Community Defense Volunteers (Volontaires pour la défense de la communauté) - contre les rebelles toujours actifs. Selon ces rapports, « le camp devait fournir un entraînement militaire à 1800 talibans et à 200 commandants de faible niveau ».

Il devait être construit à l’extérieur de Musa Oala, à Helmand, sous couvert de reconstruction et en utilisant l’argent destiné à ce but. La barrette de mémoire a révélé un plan en trois phases, appelé « Programme de l’Union européenne pour bâtir la paix », dont la troisième phase incluait un entraînement militaire. L’Union européenne prétend que le programme n’existe pas et qu’il n’est pas financé par elle. Les responsables du gouvernement afghan affirment, eux, qu’il a été financé par les Britanniques. Les diplomates du Royaume Uni, de l’ONU, les représentants occidentaux et les responsables afghans ont tous confirmé les grandes lignes du plan et s’accordent à dire qu’il a été entièrement rédigé par les Britanniques. Mais, selon l’Independent, ils refusent tous de lui reconnaître une existence officielle.

Un responsable afghan a déclaré à l’Independent que « lorsqu’ils [les deux agents du MI6, ndlr] ont été arrêtés, les Britanniques ont prétendu que le ministère de l’Intérieur et le Conseil national de sécurité étaient au courant, alors qu’ il n’en était rien. C’est pourquoi le président était si furieux. » La colère de Karzaï a explosé en public au Forum économique de Davos où, selon le London Times, il déclara en coulisses qu’il n’aurait pas dû écouter les responsables britanniques et américains lorsqu’ils lui demandèrent d’éliminer les forces de sécurité qui étaient en place dans la province de Helmand à leur arrivée. « Les Américains aussi bien que les Britanniques m’avaient assuré qu’ils savaient ce qu’ils faisaient, et j’ai commis l’erreur de les écouter ».

Quelques jours auparavant, Karzaï avait repoussé un effort conjoint des Britanniques et des Américains, soutenu par Ban Ki Moon, pour l’amener à nommer Paddy Ashdown en tant qu’envoyé spécial en Afghanistan. Selon le Asia Times, Karzaï craignait qu’Ashdown, fidèle à la réputation qu’il s’est faite dans les Balkans, ne se comporte en vice-roi colonial aux ordres de Londres. Conscient que les agences et organisations occidentales opérant en Afghanistan ne sont pas assez coordonnées, Karzaï veut cependant éviter la création d’un « commandement unifié » qui, sous la direction d’Ashdown, pourrait constituer un contre-pouvoir à son autorité.

Que font les Britanniques à Helmand ?

La réponse n’est pas difficile à trouver pour ceux qui connaissent bien le modus operandi britannique. La vérité est bien plus vicieuse, plus sanguinaire même, que celle décrite par le brigadier Mackay. Après un effort mitigé qui dure depuis près de 74 mois, l’administration Bush en est venue à réaliser qu’il est impossible d’apprivoiser les Afghans. Washington se rend désormais compte, sans pour autant l’admettre, qu’il est impossible de rester ami avec le Pakistan tout en appuyant le gouvernement de Kaboul, soutenu par l’Alliance du Nord. Le pashtoune Hamid Karzaï n’a le soutien ni du Pakistan, ni de la majorité de cette communauté installée de part et d’autre de la frontière pakistano-afghane.

Pour Washington, la seule option est donc d’obtenir que Karzaï soit accepté par les Pashtounes. En d’autres termes, il s’agit d’ouvrir un dialogue entre Karzaï et les talibans. Des négociations de ce type étaient effectivement en cours, mais le processus est compliqué du fait que les militants pashtounes n’acceptent pas la présence de troupes étrangères dans leur pays, quel que soit le scénario proposé.

Pendant que se déroulait ce processus complexe, la Grande-Bretagne a voulu avoir ses « propres » talibans, différents de ceux contrôlés par Karzaï et Washington. L’objectif était de former ces militants et de les utiliser pour prendre le contrôle de Kaboul, quitte à capturer et, éventuellement, tuer Hamid Karzaï. Ces talibans pachtounes seraient sous contrôle britannique, tandis que Karzaï est sous contrôle américain. S’emparer de Kaboul alors que le Pakistan est poussé au bord de l’explosion par des Pachtounes manoeuvrés depuis l’étranger, donnerait à la Grande-Bretagne la direction des opérations.

Le deuxième objectif de Londres était de mettre la main sur une part importante du butin provenant de l’opium produit en Afghanistan et dans la province d’Helmand en particulier. Ainsi, à la fin du XVIIIème siècle, la Compagnie britannique des Indes orientales avait aidé le Royaume Uni à éponger son déficit commercial gigantesque avec la dynastie chinoise Qing, en imposant un monopole britannique sur le commerce d’opium dans la province indienne du Bengale. En 2007, Helmand a produit 53% des 8200 tonnes d’opium afghan. En 2008, la production devrait encore augmenter, faisant toujours plus de victimes mais constituant une manne pour les banques britanniques en grande difficulté depuis la crise de subprimes.

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

La City et Wall-Street fomentent la guerre pour éviter la refonte des institutions financières. Il nous faut changer la donne afin d’empêcher que la situation dégénère en catastrophe nucléaire.

En savoir plus

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard