X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Articles variés

Les loups de la finance dévorant la santé

Le rachat de neuf cliniques en Lorraine, Champagne-Ardennes, Ile-de-France et Gers, par Vitalia, un groupe contrôlé par Blackstone, l’un des plus gros fonds d’investissement américains, a réveillé les craintes des professionnels de la santé sur une possible mainmise des financiers sur ce secteur d’excellence en France.

Ces fonds sont en effet connus dans le milieu comme des « démanteleurs d’entreprises, professionnels et brutaux », comme le déclare celui qui est en passe de quitter la présidence de la Générale de santé, David Bour, accusé par ses nouveaux dirigeants de vouloir mener une politique d’expansion trop ambitieuse... Les conséquences de l’arrivée des fonds spéculatifs sur les hôpitaux américains devraient permettre aux Français de se faire une idée de la qualité des soins qui seront desservis à une « clientèle » fragilisée économiquement. Le but recherché est la prise de contrôle des secteurs rentables de la santé. Les autres secteurs (trop peu attractifs) resteront à la charge de l’Etat, ou seront impitoyablement démantelés.

Le déferlement de ces fonds spéculatifs n’aura pas que des conséquences économiques sur notre pays. A la tête de Blackstone, le fonds qui contrôle Vitalia, on trouve le banquier d’affaires Peter G. Peterson, qui a débuté sa carrière comme secrétaire au Commerce de l’administration Nixon (1972-73), à l’époque où George Schulz était lui-même secrétaire au Trésor. Peterson fut l’un des premiers, avec George Schulz, à tirer les conséquences économiques du vieillissement démographique pour les retraites.

Augusto Pinochet fut l’un de leurs principaux interlocuteurs dans la mise en place d’une privatisation des retraites qui a privé de toute pension la plupart des Chiliens aux revenus modestes. Dès le début des années 80, on le retrouve aussi dans la galaxie de Kissinger Associates fondée par l’ancien secrétaire d’Etat américain, Henry Kissinger, comme un bureau de renseignement privé. Peterson est partisan d’une réduction des déficits publics, par l’abandon de l’indexation sur les salaires des prestations de la Sécurité sociale, au profit d’une indexation sur le taux d’inflation et de l’instauration d’une épargne obligatoire, d’une rationalisation des dépenses médicales et d’un relèvement du paiement à l’acte par le patient. Peterson écrit aussi régulièrement dans la revue Foreign Affairs du Conseil des relations étrangères à New York.

Sur les marchés, Blackstone est le n°1 mondial des « achats à effet de levier » (en anglais LBO, leveraged buyout), à hauteur de 41 362 milliards de dollars. Pour accaparer des pans entiers de la santé comme ils l’ont fait dans le secteur de l’entreprise, ils ont joué, jusqu’à ce jour, sur la faiblesse des taux d’intérêt en recourant à un endettement systématique. La technique la plus utilisée est celle du LBO : un investisseur avance une somme modique (1/3 du prix au plus) et finance le reste par un emprunt auprès d’une banque. C’est à l’entreprise achetée de rembourser la dette contractée en diminuant ses charges salariales, immobilières et matérielles ; autrement dit, en virant ses employés, en vendant ses murs, en supprimant une bonne part de sa maintenance (Voir ici). « Nous pouvons aujourd’hui racheter des entreprises de taille importante... et pourquoi pas des entreprises du CAC 4O », argue Lionel Assant, responsable des activités françaises du fonds américain Blackstone. Le marché du Private equity est passé en France de 1 milliard d’euros par an à plus de 8 milliards en 10 ans. Sur l’ensemble, la part de LBO a augmenté de 50 à 80 % (Ernst & Young, Association française des investisseurs en capitaux). Rappelons qu’Euronext vient de fusionner avec le New York Stock Exchange début 2007. Les loups sont donc entrés dans Paris.

Le système de protection français

Mais, l’entrée de capitaux étrangers dans ce secteur ne pourra battre son plein qu’à condition que l’Etat français accepte une modification radicale de la législation actuelle. Pour cela, il faut remettre en cause la loi du 31 décembre 1990 sur les sociétés d’exercice libéral. Par exemple, le capital social d’une société d’exercice libéral (SEL) exploitant un laboratoire d’analyses médicales doit être détenu pour plus de 50 % par des professionnels exerçant au sein de la société. De plus, l’article 11 du décret du 17 juin 1992 interdit l’entrée dans le capital à plus de 25 %, de personnes extérieures aux professions de santé et l’article 10 du même décret interdit à des personnes physiques et morales de détenir des participations dans plus de deux SEL (Le quotidien du médecin, 20 février 2007).

La France a fait jusqu’à ce jour figure d’exception en Europe puisque la plupart des pays de l’Union n’ont pas de réglementation limitant la participation de capitaux extérieurs à la profession. L’exercice de la liberté d’établissement (art. 43 du traité de Rome) n’est pas encore pleinement entré en vigueur en France.

C’est pour casser ces protections que le 11 janvier 2005, une plainte a été déposée devant la Commission de Bruxelles, demandant à la France de justifier l’interdiction faite à des personnes extérieures aux professions de santé de détenir plus de 25 % des capitaux d’une SEL et le fait que les associés ne puissent participer à plus de deux sociétés de ce type. Le 5 avril 2006, la Commission européenne a mis la France en demeure de justifier l’application de la réglementation et de la législation protectionniste sur divers secteurs de la santé, notamment les laboratoires d’analyse médicale. Les plaignants sont les grands groupes financiers internationaux. Tout en brisant les lois éthiques et professionnelles, ceux-ci visent à prendre le contrôle des entreprises de santé dans une logique uniquement comptable et financière, au détriment des usagers.

Inquiet, l’Ordre des médecins français a écrit au ministre de la Santé, Xavier Bertrand, l’avertissant du danger à modifier la législation actuelle. Les professionnels dénoncent une volonté de prise en main de pans entiers de la santé par des fonds spéculatifs : spécialités à plateaux techniques, laboratoires médicaux, cliniques, pharmacies... Si la position de Bruxelles est entérinée par le gouvernement, ceci « mettrait toutes les structures libérales de soins à la merci de groupes financiers et sonnerait le glas de la médecine libérale » (Le quotidien du médecin).

Les prédateurs

Parmi les charognards financiers à l’affût, on trouve Unilabs, Labco, KKR, Blackstone, la Générale de santé. L’exemple de cette dernière montre à quel point les structures de soins privées sont devenues la proie des financiers et deviennent elles-mêmes, à leur tour, prédateurs. La Générale de santé représente aujourd’hui 16 % des hôpitaux et cliniques privées dans le pays, et 9 % de l’ensemble des hôpitaux et cliniques (publiques et privées). En août dernier, le fonds d’investissement basé aux îles Caïman, Amber Master Fund, a acquis 20 % du capital du groupe français de cliniques. Début mars, le financier italien Antonino Ligresti, soutenu par Mediobanca, augmentait son capital de 25 à 60 % et annonçait une OPA sur l’ensemble du capital. Parmi les actionnaires de la Générale de santé, Cinven, ABN Amro Holding NV, le groupe de la Caisse d’Epargne en France, la Caisse des Dépôts et Consignations, Generali assurances, Vivendi, tous ayant des fonds d’investissement particulièrement actifs.

C’est certain, pour faire de réels bénéfices rien ne vaut la privatisation, si l’on en juge par les propos d’ouverture du site officiel de la Générale de santé : « L’hospitalisation publique connaît de réelles difficultés et voit sa capacité de soin diminuer. Des listes d’attente commencent à se constituer dans certaines spécialités médicales. La nécessité d’un pôle fort et structurant au sein de l’hospitalisation française est donc une opportunité réelle pour la Générale de santé. En outre, la question du coût du système de santé public aboutira nécessairement, à moyen terme, à ce que les tâches de plus en plus nombreuses soient confiées au secteur privé hospitalier. En effet, à qualité et à complexité de traitement égal, celui-ci représente des coûts notoirement inférieurs, selon l’Assurance maladie elle-même. Dans ce contexte, Générale de santé est évidemment l’acteur le mieux placé pour assurer des missions correspondant à un vrai besoin de la population ».

Face à cette situation, ce n’est pas un Nicolas Sarkozy qui déclarait le 21 février 2007 au Parisien : « Notre idée, c’est que les premiers euros de soins de santé de l’année ne seront pas remboursés. Combien ? 15 euros ? 25 euros ? On verra. », ni un François Bayrou dont le programme se limite à une cure d’austérité pour payer la dette en trois ans, qui organiseront la protection de notre système de santé. Jacques Cheminade, candidat à l’élection présidentielle interdit de parrainages par le « système », proclame au contraire, dans son Projet présidentiel, le rôle de l’Etat comme « garant » de la santé. « Il doit rejeter une "nouvelle gouvernance de la santé", en empêchant que les lobbies de la mondialisation financière n’accaparent un secteur économique jusque-là contrôlé par la puissance publique. Cela signifie que les établissements de santé ne soient pas engagés dans une logique financière incompatible avec l’intérêt collectif. Pour exprimer concrètement cet engagement, je ferai supprimer le forfait de 18 euros sur les actes médicaux lourds, qui met à la charge du patient ce qui a été détourné par l’Etat, ainsi que la contribution d’1 euro aggravant les coûts pour les malades et touchant davantage les pauvres. A titre de comparaison, ces 18 et 1 euros représentent une entrée annuelle d’environ 200 millions d’euros pour la sécurité sociale, alors que l’Etat, pour pouvoir exonérer de charges sociales les bas salaires, lui en vole 20,1 milliards ! »

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard