Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Les médias au secours du GIEC ! Mais où est la France d’antan ?

La rédaction

17 février 2010 (Nouvelle Solidarité) - Depuis quelques temps, alors que les coups pleuvent de tous côtés contre le mythe du réchauffement climatique érigé en monument indéboulonnable, on voit un certain nombre de médias se porter au secours de la statue qui tombe, essayant de vendre un projet de réforme du GIEC, ultime tentative de sauver cette institution qu’on devrait laisser mourir.

A l’image de la Une de Libération de ce jour, avec sa manchette « Réchauffement : Les sceptiques attaquent », suivie d’un dossier de trois pages à l’intérieur. Là, dans son éditorial, Laurent Joffrin fustige les experts du GIEC, les incite à se réformer, à être plus démocrates, à faire plus de place en leur sein aux critiques, quitte à les réfuter.

Mais le message est on ne peut plus clair : il faut sauver le soldat GIEC, face à la « série d’erreurs partielles, d’approximations et d’occultations de données (certes explicables) [qui] ont apporté une eau plus ou moins limpide au moulin des climato-sceptiques », et sauver ainsi le mythe du réchauffement climatique. Bien que rapportant la série noire des prévisions du GIEC, le dossier de Libé prends soin d’ajouter qu’elles « ne remettent pas en cause le changement climatique », en tant que tel.

Et il fait presque pleurer dans les chaumières, donnant la parole à ceux qui avaient auparavant imposé une dictature de fer et qui aujourd’hui, geignent, tel cet expert britannique, selon qui les attaques « alimentent la presse anglaise qui s’embrase tous les jours », ou Laurence Toubiana, patronne de l’Institut de développement durable et des relations internationales, qui clame que c’est « sous la pression politique et médiatique », que les scientifiques du GIEC, « ont dû simplifier leur message plutôt que d’analyser leur incertitude ». Mais ne limitons pas nos piques à Libération ; Le Monde a fait bien pire !

Nul doute que cette tentative de sauvetage d’un GIEC qui coule, est plus forte en France qu’ailleurs. Car c’est ici que l’élite, toutes tendances confondues, depuis l’extrême gauche à l’extrême droite, s’est fourvoyée jusqu’aux chevilles dans cette fraude montée pourtant par son ennemi héréditaire, l’Empire britannique.

Rien de plus comique, que de voir ces politiques français qui se piquent d’individualisme, s’agenouiller au grand complet – depuis le NPA et le Front de Gauche, jusqu’au Front national, en passant évidemment sur tous les autres — devant l’autel du réchauffement climatique, réclamant en chœur avec Nicolas Sarkozy, Dany Cohn-Bendit et autres Martine Aubry, une gouvernance supranationale mondiale avec des mesures contraignantes pour retourner vers l’âge de pierre. Ainsi au moment où ils se tâtent tous pour savoir s’il faut interdire ou non le voile, ils se voilent tous la face, devant cette immense fraude montée par les héritiers de Malthus des deux côtés de l’Atlantique, les mêmes qui font de juteuses affaires sur le développement durable et la croissance verte !

Du côté des politiques on est aussi surpris par l’inexistence de la réaction face à l’évidence de la fraude. A quand l’exercice de rétropédalage ? Deux mois après le Climategate et après la faillite du Sommet de Copenhague où les pays en développement ont déclaré leur indépendance face à la décadence occidentale, aucun mea culpa, aucun signe sur les sites Internet des partis politiques de la nécessaire remise en cause révolutionnaire des erreurs passées. Même la direction du Parti communiste chinois avait fait à l’époque son aggiornamento après les folies de la Révolution culturelle, alors qu’ici, tels des disques rayés, les politiques continuent à chanter les mêmes rengaines du GIEC.

Allons, un petit effort ! Pensons à François Villon. Mais où est passé la France des grands savants d’antan, celle qui a été bâtie par les Pasteur, les Carnot et les Paul Langevin ? Où sont passés les journalistes indépendants d’antan, ceux qui refusaient de cirer les pompes ? Au moment où cet ordre financier s’effondre, seuls deux choix s’offrent à nous : reprendre notre liberté, notre tradition de progrès, et notre exception, ou nous mettre à brouter dans les campagnes, comme les Anglais et leurs proches aux Etats-Unis, l’ont toujours comploté.


Lire aussi :


Voir les 9 commentaires

  • Senec • 20/02/2010 - 10:27

    Il est incontestable que la faute vient des médias. La surmédiatisation actuelle est une cause d’annonces stupides et incohérentes.
    Trop de perroquets et trop de paroles répétées sans réfléchir en pensant seulement à son look et aux vacances prochaines ! Un tas de connards qui gagnent leur vie en disant des âneries et cela ne les dérange pas du tout !
    De même, beaucoup de gens n’entendent plus rien. C’est ce qui explique le manque de réaction. Un monde stupide est en marche !

    Répondre à ce message

  • laupi • 20/02/2010 - 11:58

    Les Elitistes Français, de Gauche comme de Droite, semblent ’rouler’ pour le NWO. Notre pays, comme les USA, est depuis longtemps (au moins depuis 1789) manipulé par l’élite secrète des Francs-Maçons, dont le Mondialisme est connu. La Révolution s’était parée du drapeau des droits de l’homme, et aboutit à la Terreur, à la guillotine, et au génocide des Vendéens...puis au Bonapartisme, despote éclairé qui saigna la France à blanc.

    L’Express avait fait une page de couverture en Mars 2009 ’Les Francs-maçons au coeur de l’Etat’ - Hasard ?

    Tout est résumé dans cet Extrait de l’article de S&P :

    "Car c’est ici que l’élite, toutes tendances confondues, depuis l’extrême gauche à l’extrême droite, s’est fourvoyée jusqu’aux chevilles dans cette fraude montée pourtant par son ennemi héréditaire, l’Empire britannique."

    "Rien de plus comique, que de voir ces politiques français qui se piquent d’individualisme, s’agenouiller au grand complet – depuis le NPA et le Front de Gauche, jusqu’au Front national, en passant évidemment sur tous les autres — devant l’autel du réchauffement climatique, réclamant en chœur avec Nicolas Sarkozy, Dany Cohn-Bendit et autres Martine Aubry, une gouvernance supranationale mondiale avec des mesures contraignantes pour retourner vers l’âge de pierre."

    Répondre à ce message

  • jmppf • 19/02/2010 - 22:42

    Encore quarante jours et Ninive sera détruite.
    Ninive était une ville divinement grande, il fallait trois jours pour la traverser. C’était une ville prospère. On vivait bien à Ninive mais voilà que des pisse-froid commençaient à s’en inquiéter. Leur gourou Jonas allait criant : "Encore quarante jours et Ninive sera détruite". Il fallait faire pénitence. La population s’affolait. Si c’est la fin à quoi bon travailler ? La nouvelle parvint au roi de Ninive. Il s’inquiéta lui aussi car si la production baissait les impôts n’allaient pas rentrer. Alors il décida de prendre le tain en marche. L’on fit par décret du Roi et de ses Grands, cette proclamation : "Hommes et bêtes, gros et petit bétail, ne goûteront point, ne mangeront point et ne boiront pas d’eau". Cette mesure ne pouvait s’appliquer bien longtemps. Mais quand les excités eurent le gosier sec ils se calmèrent. Ninive ne fut pas détruite et Jonas en eut un grand dépit.
    Le même phénomène se reproduit aujourd’hui. Notre Roi lui aussi et ses Grands ont choisi de sauter dans le train en marche. Ils ne vont pas nous couper l’eau mais nous coller la taxe carbone.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 17/02/2010 - 20:13

    La France ?

    Ah ! oui !

    Je me souviens !!

    Une eurozone décrétée par le Groupement des Intelligences Européennes Charismatiques, le GIEC donc !

    • jean • 19/02/2010 - 14:00

      La vérité, c’est qu’on va vers un refroidissement et que ce changement climatique n’est pas causé par l’activité de l’homme, mais dû aux changements cosmiques en cours dans notre système solaire ( alignement avec le centre de la galaxie.)

      On ferait mieux de résoudre le problème de pollution et trouver des nouvelles énergies propres et en grande quantité, parce qu’on va être confronté à un refroidissement intense à partir de 2012. Il nous faudra une grande quantité d’énergie propre et bon marché pour nous chauffer. C’est la survie de l’humanité qui est en jeu.

    Répondre à ce message

  • bonard guillaume amiens • 18/02/2010 - 21:43

    vous exagerez sur votre post lorsque vous declarez que le front national s agenouille devant l autel du rechauffement climatique c’est même absolument faux ! Le front national conteste le rechauffement climatique par l’activité humaine et soutient même le fait inverse celui du refroidissement sans pourtant indiqué non plus qu il serait lié a l activité humaine. voila je me suis permis de corriger les inexactitudes !

    Répondre à ce message

  • Michel Rebelo, Montréal (Canada) • 17/02/2010 - 23:19

    Et voilà !

    Plein la gueule !

    Le gros bon sens triomphe toujours un jour ou l’autre.

    En fait, il fallait être un peu naif ou limiter en connaissance et en intérêt scientifique pour croire via des études validées (par le GIEC - Wow !) que la minuscule contribuation en CO2 de l’homme peut influer sur la température globale de la terre et que la terre n’a pas connu de fluctuation de température notable dans le dernier mille ans.

    Tout ça est un peu la faute aux médias puisque les citoyens curieux et ayant une pensée scientifique savaient que le supposé consensus prétendu par le GIEC ne pouvait être véritable d’un point vue scientifique. En fait,ça ne tenait pas vraiment la route. C’est pour cela qu’ils ont même changés la ritournelle de "réchauffement climatique" à "changements climatiques" pour être sûr d’être gagnants (refroidissement ou réchauffement ça sera la faute è l’humain).

    Dire que personne n’a souligne le fait que la production de CO2 par l’humain a explosé de 1945 - 1979 est que la température globale n’a pas bougé et même descendue durant cette période.

    Nous pourrons bientôt nous concentrer sur les vrais problèmes environnementaux (déforestation, eaux usées, pollution urbaine, pluies acides, etc.)

    En attendant la dissolution du GIEC et les poursuites probables contre ses dirigeants (ce sont les champions des conflit d’intérêts).

    Répondre à ce message

  • jipebe29 • 18/02/2010 - 02:19

    Les medias français, de même que nos politiques et nos ecologistes intégristes,ont été particulièrement navrants dans cette affaire de RCA (Réchauffement Climatique Anthropogénique). Aucun sens critique, attaques "ad hominem" à l’encontre de Vincent Courtillot, omerta et désinformation (je crois que Borloo, France 5, YAB et NH détiennent la palme en ce domaine).

    Que disait le climatologue Marcel Leroux ?
    Marcel Leroux, éminent climatologue français mondialement reconnu, prématurément disparu, disait ceci : "Le CO2 ? Oui, si son taux augmente, cela sera bon pour la végétation" et : "l’histoire du climat terrestre nous montre que tout changement climatique a été suivi d’un changement du taux de CO2, avec un retard de 800 ans à 4.000 ans. Je ne vois pas pourquoi cela changerait de nos jours, et cette histoire de réchauffement climatique ayant pour origine le CO2 est une ânerie". (source : vidéo disponible sur le site DailyMotion -entrer Marcel Leroux)

    Et que voit-on : des XGates (HimalayaGate,MalariaGate, AmazonGate, AntarticGate, NederlandGate, AfricaGate) et un superbe PachauriGate.....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard