X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Libye : L’internationalisme des obus et des profits à nouveau à l’œuvre

La rédaction

« Ils n’ont pas vu, ils n’ont pas compris les grandes espérances qui travaillent les peuples. Ils ont été en retard sur le mouvement du monde. »

La cause profonde, texte de Jean Jaurès contre le Protectorat français sur le Maroc (1912)


Par Christine Bierre

25 mars 2011 (Nouvelle Solidarité) — Qui ne veut pas débarrasser la Libye de Mouammar Kadhafi ? Ce n’est pas uniquement le désert, mais le vice qui a creusé le visage de cet homme qui, pendant des années, a terrorisé non seulement la communauté internationale, mais sa propre population sans que le moindre espoir de progrès se profile pour elle à l’horizon.

Comment, dans ces conditions, ne pas venir à l’aide d’une opposition qui éclata spontanément, notamment à Benghazi, et qui n’avait pas les moyens de se défendre contre les armes et le guerrier redoutable qu’est le colonel Kadhafi ?

Pourtant, il y a quelque chose de particulièrement choquant à voir Nicolas Sarkozy, conseillé par Bernard-Henri Lévy, lui-même appuyé par un quarteron de néo-conservateurs français du type Glucksman, et David Cameron, prendre la tête de cette offensive salvatrice, présentée, de plus, à la sauce de patriotisme tapageur ! Tant de bonté de la part des pays qui ont pillé ces pays abondamment et qui les voient maintenant échapper à leur emprise, nous laisse, pour le moins, sceptiques.

Méditerranée : les zones franches de la France et du Royaume-Uni

Français et Anglais ont, en effet, joué un rôle de premier plan, avec l’Union européenne, dans le saccage des pays d’Afrique du Nord qui n’a laissé à ces populations d’autre choix que de se soulever en masse, par millions, pour assurer leur survie. Le FMI et la Banque mondiale avait relégué ces pays au rôle de zones de libre échange, où les entreprises étrangères pouvaient investir, importer de l’équipement et rapatrier leurs profits entièrement libres d’impôt, bénéficiant en même temps d’une force de travail à très bon marché et relativement éduquée.

Exemple de cette réalité, Mediapart rapporte que le 13 janvier, deux jours avant que Ben Ali ait été obligé de fuir son pays, Bolloré Africa Logistics, filiale du groupe de Vincent Bolloré spécialisée dans les transports et la gestion portuaire, annonçait avoir remporté la gestion portuaire de la zone franche libyenne de Misurata. Signe des bonnes relations qui existaient entre les amis de Nicolas Sarkozy et ces autocrates, c’est bien la première fois que la Libye a accepté que l’un de ses ports soit géré par un groupe privé étranger. Et l’on apprend que le gouvernement de Kadhafi avait de grands projets pour ce port dont « il voulait faire la porte d’entrée de la Libye, au détriment des ports de Tripoli et de Benghazi. Une zone franche est adossée au port et elle paraît alors appelée à se développer rapidement pour accueillir des entreprises étrangères. L’objectif est de rivaliser avec Malte, plaque tournante du commerce méditerranéen et paradis fiscal apprécié de beaucoup. »

Autre exemple pour enfoncer le clou. Le Parisien du 11 mars 2010 notait que les sociétés françaises se délocalisaient en masse au Maroc. Tout le CAC 40 y affluait : Axa, BNP-Paribas, Bull, Atos Origin, Ubisoft, Bouygues Télécom… « Le Maroc est la banlieue économique de la France », affirmait Mohammed El’Ouahdoudi, président de l’Association des centres d’appels et des services informatiques offshore du Maroc. « Plus 15 % en un an. (…) Pour les candidats à la délocalisation les avantages sont considérables. Smic horaire à moins d’un euro, semaine de 44 heures, faibles charges sociales, exonérations d’impôts… »

« Nous sommes 40 % moins chers qu’en France », explique pour sa part Youssef Chraibi, président de l’Association marocaine de la relation client.

Le rôle de l’Angleterre en Libye a été encore plus important. Nous avions rapporté dans notre dernier numéro, le rôle clé joué par Tony Blair dans la dédiabolisation de Kadhafi, la participation de l’équipe de Blair et de la London School of Economics dans le Fonds souverain libyen (Libyan investment authority) ainsi que les relations étroites avec Seif Kadhafi, l’un des fils du Colonel. Questionné sur un éventuel rôle de Seif dans le contrat obtenu par Bolloré avec la Misurata free zone, gérée par le fonds économique et social de développement libyen, le patron de Bolloré Africa Logistics a cependant rejeté catégoriquement tout accord avec Seif.

Les enjeux du Maghreb et du Machrek

Malheureusement, ce qui motive l’équipée militaire franco-britannique contre Kadhafi est la volonté de retrouver des positions dans la riche Libye qui détient les plus grandes réserves pétrolières de toute l’Afrique, ainsi que des réserves de gaz naturel non exploitées, et au cœur des évolutions futures au Maghreb et au Machrek.

Certains ont dénoncé l’incohérence de ces deux puissances qui se portent au secours de la révolution libyenne, mais ferment les yeux sur les massacres commis par les troupes saoudiennes déployées au Bahreïn et au Yémen, au secours des dictatures locales.

C’est oublier un peu vite qu’il n’y a pas meilleur allié des Britanniques et des factions américaines qu’ils dominent, que l’Arabie saoudite. La maison de Saoud a été créée et nourrie tout le long par les coloniaux britanniques. Résultat, elle est non seulement le premier partenaire du Royaume-Uni dans le monde arabe mais elle en est devenue le gendarme, appliquant les mêmes méthodes de diviser pour régner aux populations sunnites et chiites.

Plongés dans une crise existentielle par les révolutions en Tunisie et en Égypte, les Saoudiens sont venus à l’aide de la monarchie al-Khalifa de Bahreïn et du gouvernement du Yémen, déployant des milliers de soldats, nervis et assassins, et ciblant particulièrement les populations chiites, majoritaires dans ces deux pays, malgré les régimes sunnites. Outre le fait d’abriter une base militaire américaine, ce qui lui donne un statut stratégique, le Bahreïn a toujours été dans la zone d’influence britannique avec qui il a un accord de sécurité depuis le XIXe siècle.

Ainsi pendant que la nouvelle entente cordiale prend des positions auprès de l’opposition en Libye, l’Arabie saoudite déploie sa contre-révolution au Moyen-Orient.

Une coopération économique d’urgence

Face à ces ambitions affichées qui nous laissent un goût amer, nous devons, au contraire, nous battre pour établir avec ces peuples une coopération qui soit à la hauteur du meilleur de notre histoire. Elle doit commencer par mettre fin aux « zones franches », économiques et morales, car fondées sur l’idée contre-nature de l’exploitation de l’homme par l’homme. L’Union pour la Méditerranée doit être enterrée et remplacée par une organisation qui ouvre la porte à une collaboration économique au plus haut niveau.

Celle-ci doit être à l’image de la Renaissance arabe qui a apporté à l’Europe les lumières grecques au moment où celle-ci était encore en plein Moyen-âge. Une collaboration doit être établie au niveau de la recherche scientifique, des découvertes technologiques et des grands projets d’équipement de la nature, permettant aux jeunes des deux rives de la Méditerranée de retrouver un emploi qualifié dans le contexte d’une croissance réelle des nations de part et d’autre de la Méditerranée.

Cette collaboration doit aller au cœur des défis futurs de l’humanité : l’exploration spatiale pour nous donner l’accès à tout le système planétaire et pour maîtriser les relations entre le cosmos, le soleil et la terre, peut-être à l’origine de l’activité sismique et volcanique sur terre ; la maîtrise de l’atome ensuite pour ouvrir la voie à une énergie abondante et bon marché via les réacteurs sûrs de la IVe génération, et surtout la fusion nucléaire.

C’est seulement ainsi que nous pourrons accompagner ce nouveau « mouvement du monde » qui s’élève depuis le Maghreb et le Machrek, ces peuples qui veulent goûter aussi à une destinée meilleure et qui nous rappelleront ainsi, au passage, que nos sociétés ont eu, elles aussi, à d’autres époques, une âme et un idéal.


Pour creuser :

Voir les 4 commentaires

  • edith • 30/03/2011 - 10:35

    Bien sure la mafia est à l’oeuvre en libye et cela pourrait bien déboucher sur un clash des civilisations et c’est bien pour toutes ces raisons que les français ne sont pas allés voter. Vendre des centrales nucléaires à kadhafi était une folie car comme ben laden tout cela n’est qu’un conflit d’interet entre la même mafia internationale et les peuples regardent pétrifiés par la peur les croyant surpuissant . Ce ne sontque des pauvres types du même moule que les loubards de banlieue et il faut aider la rebellion à chasser les marchands du temple se sont encore une fois les peuples occidentaux qui doivent dicterla marche à suivre mais que font ils ? ils se regardent le trou du cul ! faire des enfants c’est facile mais le service après vente c’est zéro vous êtes des acteurs de la vie pas des spectateurrs au moins les magrhébins l’ont compris même si ce n’est pas parfait aidons les sans sarko obama et bolloré !!

    Répondre à ce message

  • thejoker • 30/03/2011 - 09:26

    Répondre à ce message

  • petite souris • 30/03/2011 - 01:29

    Article intéressant, certes,
    MAIS,
    Mais que diable allons nous faire à cette galère ?

    La France n’a pas à déclencher une guerre, encore moins cette guerre là !

    Kouffra oui ! mais ces bombardements non !

    Répondre à ce message

  • delbos • 29/03/2011 - 21:31

    10 jours pour réagir ! cela prouve au pire du désintérêt au mieux de la gêne...
    Gêne évidente à la lecture de cet article car en vous cachant derrière l’Histoire vous prenez position par défaut pour cette guerre et ses bombardements : le genre le plus infâme de guerre, qui fera certainement plus de victimes parmi la population qu’elle est sensée protéger, que la guerre civile en elle même !
    Guerre engagée comme toujours suite à une information, partielle, partiale et mensongère et dictée par BHL !
    Arrêt des bombardements et cessez-le-feu, contrôlé par l’ONU tel que l’a proposé l’UA et accepté l’autorité libyenne !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard