X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité

M. Le Pen, C. Guéant, N.Sarkozy - La République survivra-t-elle à un nouveau fascisme universel ?

La rédaction

Par Christine Bierre, vice-présidente de Solidarité & Progrès


Un néo-conservatisme à faire pâlir George Bush, avec à la clé, la politique d’austérité budgétaire des années sombres du XXe siècle, le retour aux vieux démons de l’Occident romain, l’Islam en bouc émissaire d’une oligarchie transatlantique en déperdition et un néo-colonialisme débridé, voilà le nouveau visage de la barbarie qui pourrait emporter la France, tout comme le reste de l’Europe et le monde transatlantique, si nous ne faisons rien pour l’arrêter.

Cette vague, elle nous arrive du monde anglo-américain, des mêmes égouts d’où sont nés le néo-conservatisme et le Tea Party, ultime soubresaut de l’empire monétaire de la City de Londres et de Wall Street menacé d’extinction depuis le crash de 2007. Mais elle trouve en France un terreau de choix, dans une oligarchie décadente qui lui imprime sa propre marque, maurassienne, coloniale et pétainiste. Eric Dupin avait vu juste quand il mettait en garde en 2007 contre une nouvelle vague de néo-conservatisme avec un Nicolas Sarkozy aux confins des trois droites, la droite orléaniste, libérale, la droite autoritaire, bonapartiste, et la droite légitimiste/réactionnaire style Vichy.

Tactique électorale ou dérive vers une matrice impériale ?

C’est dans ce contexte qu’il faut voir la mue tout à fait délibérée de Claude Guéant. Nous avions accusé le nouveau ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy d’être devenu le Mr Hyde – la face inavouable – du Dr. Jekyll du célèbre roman de Robert Louis Stevenson, en raison de ses déclarations outrancières et répétées contre l’immigration musulmane en France. Depuis il a confirmé lui-même qu’il agit en tandem avec Nicolas Sarkozy. Selon Le Parisien du 8 avril, ce dernier aurait effectivement demandé à Claude Guéant de jouer le rôle du « méchant » afin de ramener à l’UMP les électeurs ayant fui massivement vers le Front national.

Face au choc que provoque, y compris dans la classe politique, cette transformation de celui qu’on surnommait le Cardinal, tellement ses façons de faire étaient onctueuses, en une version française de Geert Wilders, d’un Jimmie Akesson ou d’un Blocher, Claude Guéant, en bon serviteur de l’Etat, aurait déclaré en petit comité : « Je ne me soucie pas de mon image. (…) J’ai une feuille de route que je vais appliquer sans état d’âme. »

S’agit-il uniquement de tactique électorale, comme le prétend Nicolas Sarkozy, visant à épargner à la France l’avènement de « vrais populistes » comme dans le reste de l’Europe ?

Permettez-nous de douter de ces scénarios du moins pire. Nous sommes devant ce qui pourrait bien être la dernière phase d’une offensive visant à arracher les pages du gaullisme à notre livre d’histoire, et à nous faire replonger dans la matrice chauvine maurrassienne, dans la matrice coloniale dont les plaies de la guerre d’Algérie n’ont pas encore tout à fait cicatrisé, dans la matrice de la soumission à une synarchie financière et impériale contrôlée depuis la City de Londres et de Wall Street, mère nourricière du pétainisme.

La dévolution planifiée du gaullisme

Le profil de Patrick Buisson, ce très proche conseiller de Nicolas Sarkozy qui a su siphonner les voix du Front national pour assurer sa victoire en 2007, et qui a repris du galon depuis les déclarations tonitruantes de Sarkozy à Grenoble liant la criminalité à l’immigration, est tout à fait symbolique de cette tentative d’aggiornamento du gaullisme.

Patrick Buisson est porte-plume des courants les plus à droite de l’oligarchie nationale. Il a été directeur de la rédaction de Minute (1986 – 1987), du Crapouillot , puis de Valeurs actuelles ( propriété de Dassault ) qu’il dirigea pendant six ans, avant d’entrer à LCI , la chaîne tout info d’un proche de Sarkozy, Bouygues. Ses débuts à l’extrême droite démarrent tôt : il est élevé par son père dans le culte de Maurras et à 13 ans, au lycée, il refuse d’observer une minute de silence contre un attentat meurtrier de l’OAS. En 1984, il consacre un ouvrage à l’Algérie, O.A.S. : Histoire de la résistance française en Algérie , ouvrage rédigé avec Pascal Gauchon, ancien secrétaire général du Parti des forces nouvelles.

Ayant quitté LCI en 2007, il reçoit en cadeau de Martin Bouygues, selon un article que lui consacre Télérama en 2009, la direction de la chaîne Histoire de TF1 , une chaîne de type glauque . Animateur de l’émission Historiquement Show à Histoire, Michel Field ne nie pas une « sur-représentativité d’historiens conservateurs » , monarchistes, anticommunistes virulents et autres néoconservateurs, à cette chaîne. Exemple ce magazine animé par Field en décembre 2010, avec le sulfureux Eric Zemmour, qui portait sur le thème du PCF, le parti de Moscou , avec en invité spécial Stéphane Courtois. Ou ce débat sur la torture en Algérie où l’on met en exergue un FLN égorgeur et une armée française en position de bouc émissaire.

Quant à Buisson, il a d’autres talents, comme l’art de ramener le débat sur Vichy au moyen d’ouvrages où il s’étale sur la sexualité des Français à cette époque. Pour Buisson, dit Télérama , « La libido est "le révélateur maximal de cette période" »  et il serait intarissable sur « la France horizontale » qui couchait avec l’occupant, et la France femelle prise de « fureur utérine » pour l’occupant !

Pourtant, c’est bien à cet homme devant lequel il est pétri d’admiration que Sarkozy a remis la Légion d’honneur en 2007, déclarant qu’ « il y a très peu de personnes dont je puisse dire "si je suis là, c’est grâce à eux" ».

Une UMP lepénisée

Au niveau de l’UMP, c’est le collectif Droite populaire qui est le relais de l’offensive de Sarkozy et de Buisson sur le terrain. Lancé le 14 juillet 2010, il rassemble actuellement quarante-quatre députés UMP.

« Nous sommes des anarchistes de droite » , lance Lionel Lucas, à l’instar de Patrick Buisson qui lui aussi se définit ainsi. Animée par Thierry Mariani, Droite populaire a pour objectif de faire la chasse au vote du Front national, comme Mariani l’a fait pendant longtemps lorsqu’il était député du Vaucluse, en surfant sur les thèmes identitaires et sécuritaires. Il y a quelques semaines, des élus proches de Droite populaire déposaient au Sénat un amendement visant à éliminer l’automaticité avec laquelle les fils d’étrangers nés en France sont naturalisés Français à la majorité en vertu du droit du sol. Ailleurs, Eli Aboud, député UMP de Béziers, défend les couleurs de la laïcité contre le communautarisme en dénonçant, au sein de l’armée française en Afghanistan, la « crainte presque servile de la hiérarchie de déplaire à l’Islam ».

La Charte du collectif défend des valeurs tout à fait Travail, Famille, Patrie, avec une dose d’orthodoxie budgétaire qui porte la marque de la droite conservatrice et ultralibérale américaine, façon Newt Gingrich. Se voulant équilibrée et républicaine, comme Marine Le Pen, au nom de l’intérêt des « plus faibles » , cette charte sonne clairement le hallali contre la menace d’invasion et ses répercussions.

Dans son premier point, les signataires se déclarent fiers de la nation et de tous ses symboles : langue, histoire, hymne. Mais ils affirment « avec force » leur opposition « au communautarisme » , défendent « la laïcité contre l’intégrisme religieux » et exigent que « l’immigration soit contrôlée et maîtrisée » .

La Charte affirme ensuite son credo ultralibéral, « la liberté d’entreprendre, le travail, le mérite et l’effort », et prévient tout de suite que s’ils tiennent à la « solidarité avec les plus faibles » , ils ne céderont rien « à l’assistanat, aux abus, aux fraudes qui fragilisent le lien social et la solidarité nationale » . Une façon hypocrite de suggérer que l’autre est fatalement un parasite.

Sans surprise, le côté sécuritaire est affirmé avec vigueur avec des phrases choc du style, « ceux qui ne respectent pas les règles de la société et les valeurs de la république doivent être sanctionnés avec rigueur », une rigueur justifiée au nom du combat contre « un laxisme qui conduirait au désordre dont souffrent les plus faibles »

Mais le plus révélateur de l’origine des courants de fond qui agitent les eaux boueuses de ce nouveau fascisme à venir, apparaît clairement dans le point consacré à la gestion des finances publiques. Il est dit, en effet, que le collectif souhaite « un budget équilibré et aux dépenses maîtrisées » , ce qui revient à réduire les dépenses sociales et à brider les grands projets de développement, condamnant les êtres humains à un enfermement féodal.

L’océan transatlantique où nagent ces néo-néo conservateurs

Pourtant si le mot « France » est à la bouche de tous ces courants, ils sont tout sauf français ; la preuve, des mouvements populistes du même type secouent actuellement presque tous les pays européens et se retrouvent aussi aux Etats-Unis, chez les républicains.

Difficile de ne pas voir dans cette montée de l’extrême droite, un mouvement coordonné à l’échelle internationale, genre d’ultime sursaut vital d’une oligarchie financière transatlantique en déroute, ultime tentative de maintenir son hégémonie par la force.

Bien que tous ces populismes qui ont déboulé sur la scène politique ces dernières années – Geert Wilders, chef du PVV aux Pays-Bas, Jimmie Akesson, chef des Démocrates suédois, Christophe Blocher en Suisse, la Ligue du Nord en Italie, Marine Le Pen et leurs pendants aux Etats-Unis dans les Tea Party – aient leur propres particularités, plusieurs caractéristiques communes se dégagent.

D’abord une islamophobie affichée, remplaçant tous les anciens démons. Ensuite une méthode : la xénophobie et le rejet de l’autre avec le sourire, totalement décomplexé. Enfin et surtout, le côté conservateur et libéral-libertaire en économie : la valeur du mérite, la haine de l’assistanat, la rigueur pour assurer l’équilibre budgétaire. Marine Le Pen, diront certains, est différente car elle affiche des valeurs « sociales » et soutient l’idée d’un Etat protecteur. Disons que pour Marine Le Pen, un ministère offert par l’Etat fort en question, vaut bien à ce stade toutes les valeurs qu’on puisse évoquer, même les plus contradictoires.

C’est le voyage en Israël, en décembre 2010, d’une trentaine de dirigeants de la droite populiste, sous l’égide de la European Freedom Alliance, qui est le plus révélateur du rôle que jouent la finance anglo-américaine et ses alliés du Likoud et de la droite extrême israélienne dans cette explosion du populisme à l’échelle mondiale. Le fait d’avoir fait sauter le verrou de la diabolisation – l’antisémitisme – a permis aujourd’hui à toutes ces personnalités de jouer un rôle de premier plan, et notamment contre l’Islam et l’immigration !

La European Freedom Alliance est le bureau européen de l’American Freedom Alliance fondée par David Horowitz. Connu aux Etats-Unis comme les néo-conservateurs à la puissance mille, ce mouvement est voué à la défense des valeurs occidentales et contre la croissance des idéologies fascistes et des doctrines religieuses anti-occidentales. Il est à la pointe du combat contre l’Islam et connecté aux milieux les plus extrémistes israéliens. En juillet dernier, Geert Wilders, ancien « nègre » de l’ancien Commissaire européen Fritz Bolkestein, a créé l’International Freedom Alliance qui affiche les mêmes objectifs.

Les derniers soubresauts d’un Empire sont toujours les plus malodorants et ils peuvent être les plus dangereux s’ils ne sont pas balayés par un mouvement de grève de masse, de citoyens qui se lèvent avec un projet de progrès et d’avenir. Aux actes, citoyens !


Pour creuser :


Voir les 11 commentaires

  • guise • 18/04/2011 - 21:57

    Eh bien vlà du neuf chez S+P :

    Il fleure bon la social democratie cet article.
    S+P n’aurait il plus rien à se mettre sous la dent à gauche ?

    A quand le soutien à DSK.??

    Larouche est un nain comparé à Maurras et vous avez le culot de le mentionner par trois fois pour en faire votre nouveau démon.

    Mme Bierre, n’avez vous toujours pas trouvé mieux pour seule explication du monde, que l’opposition entre Platon et Aristote. ? Un peu court et ,hélas pour S+P, vous avez misé sur le mauvais cheval.

    • Jean • 19/04/2011 - 05:10

      ha ben encore un que ce texte dérange profondément.

      bah il est pas si creux que ça ce texte, finalement.
      loul !

      Je m’éclate quand je lis des commentaires comme le vôtre.
      Le fond est tellement creux et haineux qu’il en dit long le personnage qui le poste.

      Mme Bierre a misé sur le bon cheval ! A coup sur !
      Continuez ainsi Mme Bierre, ça dérange les truands, tellement que les voilà qui sortent du trou !

       :-)) :-)) :-))

    • bcb • 20/04/2011 - 20:20

      Je retire ce que j’ai dit, si cette article provoque une réaction aussi haineuse de la part de "monsieur le duc de Guise", c’est qu’il est approprié.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 19/04/2011 - 00:38

    Analyse fort intéressante.

    Et si tout cela tournait mal genre émeutes et compagnies...

    Alors not’sarko serait-il tenté d’appliquer l’article 16 de notre constitution ?

    Et alors Pschittttttttt !!!! plus d’élection présidentielle ...

    Et donc not’sarko reste à l’élysée !!!

    Répondre à ce message

  • Serge Mbella • 18/04/2011 - 21:58

    Ce texte met toutes les contradictions et les absurdités de la France et des USA. En même temps, il identifie la vraie France et la vraie Amérique des USA.
    Pourquoi De Gaulle a démissionné ? Il a tout fait pour lutter contre la perversion de la classe dirigeante francaise, il a lutté contre l’impérialisme financier en haussant sa voie au delà des frontières francaises pour la mêler aux volontés des peuples résistants de cette oligarchie. Il avait compris depuis 1945 cette profonde fourberie de la classe dirigeante francaise et avait pris le risque de tout claquer et de vivre un désert pendant douze ans. Il n’a jamais fuis la solitude mais il a toujours su tirer des profondes conclusions aux crises que subissaient la France.
    Roosevelt avait aussi connu des grands moments de solitude pendant sa maladie et avait su tirer de lui les forces résistantes à l’oligarchie financière en donnant aux USA un visage humain, libre et juste dans le monde entier.
    Ces deux pays, France et USA perdent leur véritable génie. Ils n’ont que des prostitués au pouvoir qui prostituent leurs identités propres.
    En effet, le génie de ces deux pays résident dans le pouvoir interventionniste de l’État et dans le caractère profond de ceux qui les menent. Des dirigeants qui ne se laissent pas embarquer dans le jeu des partis politiques mais qui sont profondément habités par une idée d’eux-mêmes et de leurs peuples respectifs.

    Répondre à ce message

  • edith • 17/04/2011 - 18:09

    Tout çà parce qu’ils sont impliqués dans le pillage du pays et que Marine Le Pen qui s’entoure de hauts fonctionnaires de bercy ,complote pour ses propres interêts .Tout ce beau monde se dit croyant ,mais ne compte pas nettoyer les ecuries çà pue trop ,alors on en rajoute une couche,nous sommes loin d’ERASME et de sa sagesse.Le dernier film d’horreur n’est pas encore sorti et il sera gratuit pour tout le monde ! Les americains eux si croyanr devraient peut être rentrer chez eux et changer leur systeme financier afin de donner un début d’exemple au monde c’est çà L’HISTOIRE !!!

    • pIC ET pUCE • 18/04/2011 - 10:21

      Les Américains déifient leur pays ce qui est très paradoxale puisque qu’un croyant, ne doit, en principe idolâtrer personne...Ils ont idolâtré leur drapeau, leur dollar, leur stars du show biz, la consommation perpétuelle, tout ce qui pouvait satisfaire leur instinct pavlovien...
      Dans cette foultitudes d’idôles, ils ont perdu l’essentiel : la recherche du bien être commun dans la justice...Et c’est précisément, cette " perte " qui va les mener à l’inéluctable effondrement collectif...

    Répondre à ce message

  • bcb • 17/04/2011 - 18:31

    Je suis dubitatif : bien que détestant cordialement mrs Sarkozy, Guéant, et Lepen, je ne vois ici qu’une logorrhée de superlatifs, "pétainiste, colonialiste, bonapartiste, maurrassien", etc...
    N’aurait-il pas été plus pertinent de faire des citation de ses grossiers personnages, un épluchage de leur programme, bref, d’argumenter ?
    Un militant S&P

    • Jean • 18/04/2011 - 01:23

      Vous ne pouvez pas être militant S&P. D’autant que l’épluchage ici même est régulier, tout autant que les arguments.
      Perfide et fourbe semblent avoir pignon sur rue ! :-))

    Répondre à ce message

  • militantSetP • 17/04/2011 - 18:27

    Est ce que le surnombre de superlatifs ne brouille t-il pas le message ?

    • Jean • 18/04/2011 - 01:21

      C’est votre commentaire qui brouille le message qui est pourtant très clair.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard