Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Massacre de Winnenden : Helga Zepp-LaRouche avait raison, banissons les jeux vidéo violents !

La rédaction

12 mars 2009 (Nouvelle Solidarité) — Le massacre perpétré par un jeune allemand à Winnenden (Bade-Würtenberg), tuant quinze personnes et en blessant d’autres, révèle une fois de plus le rôle néfaste des jeux vidéo violents, comme Helga Zepp-LaRouche n’a cessé de le souligner depuis février 2002.

Hier, Tim Kretschmer, un jeune de 17 ans a froidement abattu 9 élèves et trois professeurs de son ancienne école avant de prendre la fuite. Après une courte chasse à l’homme, où il tua trois autres personnes, le meurtrier a été abattu ou s’est donné la mort.

Bien sur, le jeune avait eu des notes décevantes à l’école et fut même surnommé le « looser ». Bien sur, son père, un entrepreneur aisé possédait un petit arsenal d’une quinzaine d’armes à feu.

Cependant, des neufs élèves abattus, dont huit filles, presque tous sont mort d’une balle en pleine tête. Cette « performance » est habituellement réservée à des tireurs d’élite bien entraînés ou des adolescents ayant passé de longues heures à s’initier aux jeux vidéo « point and shoot ».

Ce massacre s’inscrit dans une longue liste de massacres quasi-rituels « commémorant » celui de la Columbine High School du 20 avril 1999. Eric Harris, un des jeunes meurtriers, était un admirateur d’Adolf Hitler et le 20 avril s’avère être le jour anniversaire du Führer allemand.

Depuis lors, plusieurs jeunes ont tenté de dépasser le « record » de Columbine, notamment à l’Université Virginia Tech (16 avril 2007) et à Ehrfurt en Allemagne, le 26 avril 2002.

Aujourd’hui, à part ceux qui affirment que « c’est incompréhensible », une véritable réflexion est en cours sur la manière d’endiguer ce fléau. D’après l’agence Deutsche Welle, le ministre de l’Intérieur Joachim Herrmann (CSU) a demandé l’interdiction de certains jeux ultra-violents, car il est établi que Tim Kretschmer était un grand joueur de Counterstrike, un des jeux les plus extrême dans le domaine.

A lire : Appel d’Helga Zepp-LaRouche pour l’interdiction des jeux vidéo violents (2007)

Pour creuser le sujet : focus

Voir les 18 commentaires

  • Yörgle • 12/03/2009 - 17:03

    Je cite Sebastian Roché, sociologue au CNRS (rien que ça).
    "La personne voit comment faire, elle imite le scripe. Mais ce ne sont pas les jeux vidéo qui créent les déséquilibres de la personnalité qui caractérisent les auteurs de ce type d’actes".
    Toi auteur de ce misérable "article", auras peut-être l’outrecuidance de contredire un sociologue avec tes réflexions de comptoir ? J’en ris d’avance.

    Et puis une réflexion en passant, partant du principe faut interdire Flight Simulator à la vente si on ne veut pas voir se reproduire un 9/11.

    • Bertrand Buisson • 14/03/2009 - 09:38

      C’est pas parce qu’un mec a un diplôme qu’il a raison sur tout. Regarde sur le rechauffement climatique : y’a des dizaines de milliers de scientifiques qui ne sont scientifiquement pas d’accord avec cette théorie. On peut avoir un diplome et utiliser une méthode de pensée et d’analyse éronée ou limitée.

      Après, dans ce cas précis, tout n’est pas la faute des jeux vidéos, mais il faut quand même chercher à s’expliquer pourquoi on a de plus en plus de jeunes kamikazes depuis une dizaine d’année, comment ils peuvent en arriver à une telle déshumanisation et comment acquièrent-ils une telle précision au tir qui est caractéristique de toutes les tueries, sans pour autant s’être entraîné avec de vrai armes (ce cas faisant exception puisque ce jeune allemand s’entrainait au tir avec son père) ? Imagine l’impact de ces jeux sur un jeune isolé et exclu, qui va en faire "son univers"...pas étonnant qu’il choisisse la tuerie plutôt qu’un simple suicide.

      Après, moi je trouve ça fous qu’il y ait des milliards de dollars de générés et des millions d’heures de cerveau disponibles passées sur ces jeux de massacre, de "cold-killer" ou on apprend, répétitivement et sans sourciller, à tuer et détruire. Les jeunes n’ont plus du tout d’identité et se font formater sans sourciller.

      Si les jeux vidéos étaient un loisir anodin, il n’y aura pas autant d’addiction et de fascination.

    • Byrhon • 13/04/2009 - 06:42

      Je joue à des jeux dit "violent" depuis quelque temps, depuis Wolfenstein 3D à Call of Duty 4 en passant pas CS. Je fais de l’airsoft avec des réplique d’armes tirant des billes en plastique et enfin, je suis inscrit à un club de tir dernièrement.
      Je ne vois pas comment un jeux vidéo permetrais de viser avec une arme tel qu’un 9mm ! Moi même j’ai du mal à viser correctement une cible à 25m...
      Pour le maniement d’arme, il suffit de regarder n’importe quel film (de merde) dont les USA nous inonde etc...
      Enfin, n’oubliez pas que si on considère que le coupable joue aux jeux vidéo "violent" et qu’il parle "sms" sur son portable ça ne fait toujours que quelques millions de suspects.

    Répondre à ce message

  • Paul • 27/03/2009 - 12:40

    Je trouve ça révoltant que l’on mette en parallèle les jeux-vidéos et les meurtres commis par le jeune homme.

    En effet, on ne peut pas établir une corrélation sérieuse entre ses actions, probablement dûes aux faits qu’il n’était pas accepté dans son milieu scolaire ("fut même surnommé le « looser »") et un jeu de tir auquel on joue avec une manette ou une souris d’ordinateur.

    Encore un article fait par des ignorants.

    Répondre à ce message

  • POYO • 20/03/2009 - 19:08

    Bien sûr, la faute aux jeux vidéos "violents", surtout pas au père qui laisse des armes à feu "à disposition" dans sa maison.

    Hors, vous nous qualifiez "d’accros du joypad". C’est un manque de respect. Il vaut mieux être accro aux jeux vidéos qu’à l’extasy.

    Enfin, vous n’avez pas l’air de savoir de quoi vous parlez.

    Répondre à ce message

  • BCB • 16/03/2009 - 16:48

    Si les jeux videos violents sont si inoffensifs que cela, on se demande pourquoi ils sont utilisé pour désinhiber les recrues de l’Armée américaine. En effet, l’acte de tuer n’est pas un réflexe naturel pour l’être humain, il faut donc le "conditionner pour qu’il le devienne. Mais bon, tout comme certaine industries(ex:tabac), les concepteurs de jeux nieront jusqu’au bout cette nocivité. (Voir, à ce sujet, l’interview du professeur David Grossman sur ce site)

    Répondre à ce message

  • Tom • 16/03/2009 - 15:04

    A l’auteur de l’article :

    Alors la , les bras m’en tombent...

    Vous avez réussi l’exploit de faire perdre toute crédibilité à ce site avec un seul article.

    GG comme on dit (mais bon ca vous ne comprenez pas hein...)

    J’ai retenu cette phrase somptueuse de Depardieu dans le film "les valseuses" : "on ne peut pas savoir quand on a pas essayé"

    Vous n’avez visiblement jamais essayé, et vous permettez de juger les jeux videos sans les connaître.

    Répondre à ce message

  • d • 15/03/2009 - 16:07

    Les jeux vidéos dits violents ne sont pas une méthode pour apprendre à tirer et à tuer,mais ils déshumanisent le joueur et peuvent à la longue lui faire confondre réalité et virtuel ! et cela quelque soit le jeu.
    Cependant, toute la société est, depuis quelques décennies, déshumanisante : les médias les politiques les grands capitaines d’industrie, enfin tout ceux qui placent l’argent et les apparences au dessus de toute loi humaine, morale voire même légale.

    Répondre à ce message

  • Pelomar • 14/03/2009 - 03:04

    Ah ah, je suis fan de ce passage :

    "Cependant, des neufs élèves abattus, dont huit filles, presque tous sont mort d’une balle en pleine tête. Cette « performance » est habituellement réservée à des tireurs d’élite bien entraînés ou des adolescents ayant passé de longues heures à s’initier aux jeux vidéo « point and shoot »."

    Ah ben oui, si il tirait aussi bien c’est pas du tout parce que son père etait membre d’un club de tir qu’il frequentait lui meme assidument.
    Non, c’est parce qu’il jouait a Counter-Strike.

    Quelqun peut m’expliquer comment counter-strike pour permettre a n’importe qui de devenir un tireur d’elite ?
    Le recul, le bruit, le calibre de l’arme, des tonnes de facteurs qui font que tirer dans un jeu vidéo N’A RIEN A VOIR avec tirer "en vrai".

    Tant de désinformation, c’est pitoyable.

    Répondre à ce message

  • fuzz • 13/03/2009 - 15:25

    Suite :

    D’ailleurs moi qui était amateur fut un temps de film gore, et bien je n’arrive pas a regarder un film comme Saw 3, j’ai coupé juste quand le gars se coupe le pied en tapant dessus avec une dalle de porcelaine.
    Je tiens a vous dire que cela est du conditionnement pur et dur, comment peut ton apprécier regarder une scène pareille, y’a réellement un malaise.

    Mais je connais plein de développeurs de jeux vidéo dans mon entourage et se ne sont pas des gens qui font des jeux spécialement pour faire naitre des psychopathes en série, mais juste de passionnés pour ce qu’il font et cherche chacun leur propre univers.
    En fait pour faire plus simple le Jeux vidéo c’est Le Reflet de notre société tout comme nos films.
    Alors si il n’y a plus de Jeux vidéos, ont aura autre chose dans le même genre.

    Donc madame Larouche arrêtez les raccourci facile..

    après il faut savoir que les éditeurs ont des recommandation et le développeur doit aménager selon la politique de l’éditeur, un peut a la manières des grands éditorialistes de principaux médias.

    Répondre à ce message

  • fuzz • 13/03/2009 - 15:24

    Qui accusé ? les développeurs de jeux vidéos ?
    encore des gens comme moi et vous qui s’inspire la réalité telle qu’elle est à l’état brut.
    le Mind control est a chercher ailleurs que dans les jeux vidéos, ce n’ai pas ce que j’appellerai du véritable conditionnement, quoique les jeux de réflexions ou d’amélioration soit disant cérébrale, le sont eux, en plus il faut evolué et donc perdre encore du temps pour ne pas voir la société dans son ensemble, et réfléchir pource rendre compte qu’il existe bel et bien des solutions, mais plutot pour son confort individuelle quasi virtuel.
    Bref il faut un conditionnement avantque le jeu vidéo te retire completement ton humanité, c’est peut être dans certains cas l’une des dernieres pièce de la pyramide sanglante
    mais on ne peut pas oublier tout ce qui précède et affirmer c’est la faute au jeu vidéo.
    certain sont parents ici, imaginer un de vos fils est dans une histoire ou il y a mort d’homme, et que la police fait la perquisition et cherche a expliquer le actes de chacun, trouvent 1 seul jeu "violent" (gta) et même un film hollywoodien violent(tueurs nés, saw,..)
    il serait peut être immédiatement jugé parce qu’il possède l’un de ces jeux ou films.

    suite voir commentaire suivant :

    Répondre à ce message

  • leguminator • 13/03/2009 - 13:38

    Quel article minable !

    Interdire les jeux vidéos "violents" sous prétexte que le jeune qui a commis le massacre jouait à Counter Strike : c’est d’un sophisme absolu... Perso j’ai joué à ce jeu et bien d’autres sans jamais avoir massacré qui ou quoi que ce soit dans la vraie vie :)

    Si on part sur un raisonnement comme celui-ci, on pourrait très bien tirer les conclusions suivantes de ce drame :

    * ce jeune allais aux toilettes tous les jours : il faut interdire l’accès aux WC

    * il respirait de l’air avec ses poumons : il faut supprimer l’air ou bien lui arracher les poumons

    * etc, etc...

    Par ailleurs, la violence était déjà présente dans notre société bien avant la démocratisation des jeux vidéos : il suffit d’aller au cinéma voir une super production hollywoodienne, regarder le journal télévisé, ou même tout simplement se promener dans la rue au milieu des gens pressés qui n’ont pas le temps de regarder devant eux ni même de laisser traverser les piétons.
    Nos sociétés occidentales "civilisées" feraient mieux d’avoir le courage et l’honnêteté de regarder leurs problèmes en face.

    A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard