X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Mise à mort de la Belgique : que recherche le bourreau ?


Par Karel Vereycken, Agora Erasmus


Le cartel bancaire du groupe Inter-Alpha ne cache pas sa prédilection pour l’éclatement des Etats souverains, derniers obstacles à sa politique de « fascisme financier ». Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les équipes de Churchill avaient élaboré divers plans de cantonalisation pour l’Europe de l’après-guerre, le plus extrême étant celui formulé par l’idéologue autrichien Léopold Kohr dans son livre La dissolution des nations. Cependant, même les options « modérées », telles que le « Fédéralisme européen » ou « l’Europe des régions » de Denis de Rougemont, furent battues en brèche par l’action de Gaulle et d’Adenauer. Aujourd’hui, avec la crise financière systémique, et faute d’hommes d’Etat dignes de ce nom, toutes ces options ont été réactivées.

C’est de ce point de vue qu’il faut considérer le cas de la Belgique, véritable laboratoire pour l’UE de demain. Comme nous l’avons documenté depuis 2005, la banque KBC, l’une des six banques à l’origine du groupe Inter-Alpha et qui est contrôlée depuis 1938 par la dynastie des Collins d’Anvers, n’est pas étrangère à la montée du séparatisme flamand.

Plus proche de nous, en 1979, Luc Wauters, alors PDG de la banque, avait commandé une étude secrète sur la dissolution de la Belgique. Suite à l’adoption du traité de Maastricht en 1992, la tentation séparatiste s’emballe au sein de l’UE.

S’inspirant de l’idéologue britannique Cyril Northcote Parkinson, le magnat europhile de la bière hollandaise Freddy Heineken publie la même année une carte de l’« Eurotopia », composée de soixante-quinze mini États de population égale (cinq à dix millions d’habitants chacun), seule configuration permettant, d’après Heineken, de construire une « Europe unie ».

En 2000, lors de la mise en circulation de l’euro, cette thèse fut reprise par des économistes du Massachusetts Institute for Technology (MIT), Alberto Alesina et Enrico Spolaore, deux élèves du « père de l’euro » Robert Mundell, qui affirment dans leur livre La taille des nations (2003) que « l’intégration économique » favorise d’office « la désintégration politique ».

En Belgique, le livre fit un tabac auprès de la mouvance séparatiste, confortée dans ses convictions. Il devint également la « bible » du think-tank patronal flamand In de Warande, qui publia en 2005 son manifeste pour une « Une Flandre indépendante en Europe ». Son président n’est autre que Rémi Vermeiren, l’ancien PDG de la banque KBC. Johan van Gompel, l’économiste de la branche Asset Management de KBC, en fait lui aussi partie, de même que Jacques Stockx, le directeur des études de KBC qui avait dirigé en 1979 l’étude secrète sur la dissolution… Imprégnés d’une vision monétariste comptable, ils comptent appliquer à la Belgique les méthodes coûts-bénéfices habituellement en vigueur dans les entreprises commerciales.

Dans cette logique, tout bon gestionnaire doit maximaliser les profits à court terme et réduire les dépenses. De là, il n’y a plus qu’un pas à franchir pour larguer non seulement les chômeurs bruxellois et wallons « surprotégés », mais également pour exiger la fin du système de retraites par répartition ou des dépenses de santé qui creusent les déficits.

Cette politique semble en flagrante contradiction avec la Constitution belge, qui, dans son article 7 bis, Titre 1er bis, spécifie que « Dans l’exercice de leurs compétences respectives, l’Etat fédéral, les communautés et les régions poursuivent les objectifs d’un développement durable, dans ses dimensions sociale, économique et environnementale, en tenant compte de la solidarité entre les générations ».

Si jusqu’ici cette officine néo-conservatrice de KBC évoluait en marge de la société belge, la victoire écrasante du parti séparatiste flamand Nieuw-Vlaamse Alliantie (N-VA), lors du scrutin du 13 juin, a brutalement changé la donne. En effet, un des membres importants d’In de Warande, l’économiste anversois Jan Jambon, dirige désormais le groupe parlementaire de ce parti et apparaît comme le principal conseiller économique de son dirigeant Bart de Wever, un historien qui clame qu’entre la Flandre et l’Europe, « la Belgique s’évaporera », un peu comme Fortis, la plus grande banque du pays, s’est évaporée dans l’escarcelle de BNP-Paribas…

Le fantasme d’un divorce à l’amiable entre Flamands, Bruxellois, Germanophones et Wallons à l’horizon d’une dizaine d’années, risque de s’évanouir devant un obstacle majeur, et non des moindres, dans une crise qui pose la question de la survie même de l’euro et d’une explosion hyperinflationniste de tout le système : la dette publique.

Conformément au vœu élégamment formulé par l’hebdomadaire londonien The Economist, le 6 septembre 2007, le gestionnaire de fortune londonien Bedlam Asset Management a publié, fin juin, un rapport intitulé Au revoir Flanonie (contraction de Flandre et de Wallonie). Si ce rapport estime que la dissolution du pays est d’ores et déjà un fait accompli, il met en garde contre le risque majeur d’un défaut de paiement sur la dette souveraine, qui surviendrait dès la fin 2012. « Le problème désormais, comme pour les couples qui divorcent, est de savoir comment partager les biens, ou plus précisément, dans le cas de la Belgique, sa dette souveraine. »

Les négociations sur la réforme institutionnelle entre séparatistes et socialistes, en cours depuis le scrutin fédéral du 13 juin, en vue d’accorder une plus grande « autonomie » aux régions, impliquent en effet le transfert aux régions de la compétence régalienne de l’Etat belge à lever des impôts. Cependant, comme le souligne l’économiste flamand Paul de Grauwe dans le quotidien flamand De Morgen, en pareil cas, lesdites régions doivent également reprendre une part des 400 milliards d’euros de dette nationale. D’après le rapport de Bedlam, « la dette nationale devrait probablement être divisée suivant un rapport de 35/65 : 35% pour les Flamands, 65% pour les Wallons ». D’où le fait que « la Wallonie, relativement pauvre, ne pourrait tout simplement pas assumer les près de 260 milliards d’euros de dette nationale », tandis que « la Flandre plus riche émergerait avec un excédent budgétaire ».

En conséquence, pour bien gérer cette expérience de laboratoire, le rapport incite les autres pays à réagir très vite, dès que la nation belge « se décomposera ». Pour les Britanniques, « une solution » devrait rapidement être trouvée pour savoir si la Wallonie deviendra un Etat client de la France ou sera absorbée au sein d’une « France plus grande », et si la Flandre restera seule ou rejoindra la Hollande. Si cette question n’est pas rapidement réglée, alors que l’enjeu de la dette est clair, la menace d’insolvabilité devient réelle.

Ce message fut reçu cinq sur cinq par notre secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, Pierre Lellouche, qui convoqua en juillet des ambassadeurs, des journalistes et autres experts réputés pour bien connaître la politique belge, à une réunion secrète pour plancher sur le sujet.

Sur son site le Causeur, l’ancien journaliste du Monde Luc Rosenzweig suggère que « l’indifférence affichée par les autorités françaises à ce qui se passe en Belgique n’est que de façade. On se prépare en coulisses à l’éclatement du pays, et l’on passe en revue les divers scénarios qui vont du maintien vaille que vaille d’une confédération entre les deux parties du pays, à la montée en puissance, en Wallonie au moins, d’un courant "rattachiste", ne voyant d’autre solution pour l’avenir de la province qu’une intégration à la République française. Les "experts" réunis par Lellouche divergeaient sur le tempo, mais s’accordaient à penser que l’accession de la Flandre à l’indépendance était inéluctable ».

Vraisemblablement peu au fait des forces financières qui manipulent en coulisses les poussées séparatistes, Nicolas Dupont-Aignan a même déclaré que « maintenir une fiction de Belgique nous conduirait à un divorce violent, à la yougoslave, là où une séparation paisible à la tchécoslovaque est possible. Il est donc du devoir de la France de prouver qu’un autre modèle est possible en accueillant les Wallons et Bruxellois, s’ils le souhaitent, au sein de la République ».

L’oligarchie, pour sa part, n’a qu’une seule inquiétude : celle de voir se déclencher une réaction en chaîne non souhaitée, mettant son pouvoir en péril. A contrario, si elle parvient à gérer la dissolution de la Belgique sans provoquer l’explosion du système mondial, la décomposition de l’Espagne (Catalogne), de l’Italie (Padanie), du Royaume-Uni (Écosse) et éventuellement de la France (Euskadi) deviendra immédiatement la prochaine étape à l’ordre du jour.

Nos solutions :


Pour creuser le sujet :

Voir les 3 commentaires

  • pegasous • 02/10/2010 - 14:31

    BJR .. POM POM POM .. la Belgique s’en va .. le roi des Belges maintenu a grands peines sur le trone ( ruineux pour le peuple) depuis 30 ans va en sortir ENRICHI car il a deja place ses ""pieces" sur le grand echiquier "gagnant" construit par et POUR les Monarchies hereditaires qui ont trop souvent ruinees leurs peuples ( nous devrions plutot parle la d’esclaves a leur merci !)

    Que sera demain ? les vues de M Larouche seront peut-etre mises en place ( cela serait deja un grand progres ).. d’autres opportunités in envisageables (actuellement) pourraient voir le jour.. Qui sait ?
    l Humanite a deja vecu tant et tant de mesaventures mais s’en est toujours sortie metamorphosee..
    soyons dans l esperance de jours meilleurs a venir ( soit apres quelques deconfitures necessaires car les etres au pouvoir actuellement refusent de quitter leur egemonie ! mais .. ) la Vie future sera plus proche de l’Etre humain enfin re-habilite

    Répondre à ce message

  • yoananda • 02/10/2010 - 03:13

    Mais en quoi le régionalisme est une problème au juste ?

    Répondre à ce message

  • petite souris • 01/10/2010 - 00:46

    ... quand on pense que Pierre Lellouche et Nicolas Dupont Aignan se disent gaulistes !!! on hallucine grave !!! comme ils veulent exister dans le paysage médiatico-politique, ils sont prête à tous les à peu près ...

    Ils seront donc balayées par la vague de la résistance et du renouveau qu’ils auraient dû servir !

    Qu’en pense le roi des Belges ???

    La mise à mort de la Belgique est un non-sens ainsi que celle de l’Irlande. Deux façons différentes d’action pour un résultat identique.

    Le silence assourdissant de nos politiques et médias à ce sujet est assez éloquent et ne présage rien de bon.

    Que les peuples résistent, se révoltent pour envisager un avenir plus humain.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard