Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 décembre - Non à la « normalisation » (comprenez braquage) de la Caisse des dépôts ! Lire 14 décembre - Vidéo : François Gervais - l’urgence climatique est un leurre Lire 14 décembre - 15 décembre, Fontainebleau - Pour en finir avec la géopolitique. La reconstruction de la Syrie Lire
AccueilActualité
Brèves

Obama doit enfin lever le voile sur les attentats du 11 septembre

La rédaction

Par Jeffrey Steinberg

Executive Intelligence Review (EIR), Washington D.C.


Lyndon LaRouche a récemment suggéré que le président Obama honore une des promesses de sa campagne électorale de 2008, en déclassifiant enfin un chapitre du rapport d’enquête conjoint du Congrès sur les attaques du 11 septembre, détaillant le financement saoudien et autres soutiens à cette opération.

En tant que candidat présidentiel, Barack Obama avait promis de communiquer toutes les preuves et en février 2009, juste après son inauguration, le nouveau Président s’était même engagé auprès des familles victimes des attentats, à divulguer ces vingt-huit pages du rapport relatif au rôle joué par l’ambassadeur saoudien aux Etats-Unis, le Prince Bandar bin Sultan (un proche de la famille Bush), et d’autres membres de la famille royale saoudienne, dans le financement et le soutien aux pirates de l’air du 11 septembre, dont quinze ont été identifiés comme étant de nationalité saoudienne.

Le 24 juin 2009, Kristen Breitweiser, une activiste dont le mari a péri dans les attentats des tours jumelles, déclara au New York Times qu’Obama lui avait assuré qu’il déclasserait le document en question.

Obama a menti. Non seulement il n’a pas déclassifié ce chapitre de l’enquête co-dirigée par le sénateur démocrate de Floride Bob Graham et le républicain de l’Alabama Richard Shelby, mais le 29 mai 2009, cinq jours avant la visite présidentielle en Arabie saoudite, l’avocate générale des Etats-Unis de l’époque Elena Kagan, devenue entre-temps juge à la Cour suprême des Etats-Unis, a introduit, pour le compte de l’administration Obama, une procédure sur le bien fondé d’un arrêt de la Cour d’appel, stipulant que les familles des attentats du 11 septembre ne pouvaient pas poursuivre des fonctionnaires saoudiens ou des membres de la famille royale saoudienne, car ils bénéficient d’un statut d’immunité, reconnu par une loi fédérale américaine en 1976.

Le 29 mai, le jour où Kagan ouvrait sa procédure, les familles des victimes des attentats, à l’origine des poursuites contre le régime saoudien, ont diffusé une déclaration dévastatrice fustigeant le président Obama. « En ordonnant à la Cour de ne pas revenir sur les arrêts des cours inférieures, l’Administration Obama a pris position en faveur des princes saoudiens, contre des milliers de survivants des attentats du 11 septembre qui cherchent à établir les responsabilités et obtenir justice », pouvait-on y lire.

Le 3 juin, jour de l’arrivée d’Obama en Arabie saoudite, les familles publiaient une déclaration plus sévère encore : « La procédure entamée par l’Administration se moque de notre système judiciaire et porte un coup sévère au droit des citoyens de connaître les faits concernant qui a financé et soutenu le meurtre de 3000 innocents. Elle sape notre lutte contre le terrorisme et suggère aux sympathisants du terrorisme au niveau mondial qu’ils ont le feu vert pour envoyer de l’argent à Al-Qaida sans craindre d’avoir des comptes à rendre devant les tribunaux américains pour les atrocités qui en résultent. »

Le 29 juin 2009, la Cour suprême s’est rangée du côté d’Obama pour faire valoir l’arrêt de la Cour d’appel, sans commentaire écrit. La Cour d’appel (2e Circuit) avait rejeté les accusations à l’encontre de cinq membres de la famille royale saoudienne, y compris le Prince Turki al-Faisal al-Saud, chef du renseignement saoudien lors des attaques du 11 septembre 2001, en dépit des preuves exhaustives établissant que des membres de la famille royale et des agents du renseignement saoudien avaient apporté un soutien matériel et logistique aux attentats.

Les « 28 pages » en question

Bien qu’estampillé « top secret », certains éléments du fameux chapitre tiré du rapport conjoint du Congrès sur les attaques du 11 septembre ont filtré, notamment le fait que deux agents du renseignement saoudien, Osama Basnan et Omar Al-Bayoumi, ont apporté une aide financière et logistique à au moins deux des dix-neuf preneurs d’otages. A leur arrivée à l’aéroport international de Los Angeles pour le réveillon de l’année 2000, deux des terroristes, Nawaf Alhamzi et Khalid Almihdhar, étaient accueillis par Al-Bayoumi, qui leur offrit une forte somme d’argent en liquide, un appartement et des cartes d’affiliation à la sécurité sociale, ainsi que d’autres formes d’assistance financière. En outre, Al-Bayoumi les aida à s’inscrire dans une école de pilotage d’avion à Floride.

Basnan, l’autre officier du renseignement saoudien travaillant avec Al-Bayoumi pour assister les deux futurs preneurs d’otages lors de leur arrivée sur le territoire américain, n’était pas inconnu des services américains. Arrêté pour trafic de cocaïne, les charges contre lui avaient toutefois été abandonnées suite à une intervention directe d’un officiel, dont le nom reste inconnu de l’ambassade saoudienne à Washington.

Les enquêteurs de l’EIR, entre autres, ont pu confirmer que l’argent fourni à Basnan et Al-Bayoumi leur parvenait directement de l’ambassadeur saoudien de l’époque, le Prince Bandar, en transitant via un compte à la Riggs National Bank de Washington D.C. Ce compte servit également pour des dessous de table dans l’affaire « Al-Yamamah », un vaste commerce d’armes, livrées par la société britannique BAE Systems et payées par des livraisons de pétrole.

Certains financements en faveur d’au moins deux des terroristes provenaient de la femme du prince Bandar, la princesse Haifa, elle-même sœur de l’ancien chef du renseignement saoudien Al-Faisal. Entre avril 1998 et mai 2002, le prince Bandar et la princesse Haifa ont versé entre 51000 et 73000 dollars en chèques personnels et chèques de banque à Basnan et Al-Bayoumi. Ce dernier quitta les Etats-Unis peu avant les attaques du 11 septembre pour réapparaître brièvement à Londres.

Dans les jours suivant le 11 septembre, lors d’une descente à l’appartement d’Al-Bayoumi à Birmingham, en Angleterre, des agents de Scotland Yard ont découvert dans une cache secrète, des documents portant des noms et des numéros de téléphone d’officiels de l’ambassade saoudienne à Washington.

Le 8 septembre 2004, le sénateur Graham accorda un entretien à la revue Salon. Il y commentait son livre Intelligence Matters : la CIA, le FBI, l’Arabie saoudite et l’échec de la guerre contre la terreur. Dans cet entretien, il s’en prenait à la chape de plomb imposée par l’administration Bush pour étouffer le rôle éventuel du régime saoudien dans les attentats du 11 septembre.

En ce qui concerne les sections de son rapport supprimées par le président Bush, Graham précisa qu’« en gros, cela comprenait les détails sur les raisons pour lesquelles nous [les membres de la commission d’enquête] soupçonnions que le gouvernement saoudien et divers représentants des intérêts saoudiens avaient soutenu les preneurs d’otages et auraient pu les avoir tous soutenus. Ma conclusion personnelle était que les preuves du soutien officiel saoudien à au moins deux terroristes à San Diego étaient, comme le formulait un agent de la CIA, irrécusables. Cela nous a conduit à une autre question : pourquoi les Saoudiens auraient-ils fourni un tel degré d’assistance à deux des dix-neuf terroristes et pas aux autres ? Il n’y a eu aucune tentative sérieuse de répondre à cette question. »

Graham se plaignait que, outre son refus de publier la documentation sur les liens de Al-Bayoumi et Basnan avec les pirates de l’air du 11 septembre à San Diego, la Maison Blanche s’opposait également à ce que les enquêteurs du Congrès puissent interroger un informateur du FBI dont la maison avait été occupée par les deux terroristes à leur arrivée à San Diego.

Une question à deux milliards de dollars

Obama reprit à son compte la tentative de l’administration Bush d’étouffer le rôle clé du prince Bandar dans cette affaire. Si cette partie du rapport de la Commission conjointe d’enquête avait été déclassée, le rôle essentiel de Bandar aurait été soigneusement pris en considération. Et si le financement des pirates de l’air par Bandar avait été mis en évidence, c’est l’ensemble des accords « Al-Yamamah » entre les Britanniques et les Saoudiens qui aurait sauté.

Bien que différents organes de presse britannique, le Guardian en tête, aient superficiellement fait état des affaires de corruption et de commissions occultes dans l’affaire Al-Yamamah pétrole contre armes, personne, à part l’EIR de LaRouche, n’a mis en évidence le véritable objectif de ce contrat : la création d’une énorme « caisse noire » au service d’opérations sales et clandestines.

L’auteur britannique William Simpson, ancien camarade de promotion du prince Bandar à l’Académie royale britannique, a publié en 2006 une biographie semi-officielle de Bandar intitulée The Prince – The Secret Story of the World’s Most Intriguing Royal. Selon des sources dignes de foi, ce livre avait été commandité par Bandar pour convaincre le nouveau roi d’Arabie saoudite Abdallah de le nommer conseiller national à la sécurité. Si Bandar fut effectivement nommé à ce poste, le livre révèle quelques détails fort embarrassants sur le rôle du prince dans le programme Al-Yamamah et les conclusions qu’on peut en tirer concernant les attentats du 11 septembre.

Simpson écrit : « Bien que Al-Yamamah représente une façon pour le moins non conventionnelle de faire du business, ses retombées très lucratives sont les sous-produits d’un objectif entièrement politique : un objectif politique saoudien et un objective politique britannique. Al-Yamamah est, d’abord et avant tout, un contrat politique. Négocié en pleine Guerre froide, la nature des accords a permis aux Saoudiens d’acheter des armes partout dans le monde pour lutter contre le communisme. On retrouve l’argent d’Al-Yamamah dans l’achat clandestin de matériel de guerre russe utilisé pour chasser les troupes de Kadhafi du Tchad. On retrouve également la trace de cet argent dans des achats d’armes en Egypte et d’autres pays, livrées ensuite aux Moudjahiddins en Afghanistan pour combattre les forces de l’occupant soviétique. »

Simpson a cependant oublié d’aborder les attaques du 11 septembre. Osama ben Laden faisait partie du projet anglo-saoudien des Moudjahiddins afghans, financé via Al-Yamamah, et des témoignages oculaires, répertoriés dans les archives de la CIA, montrent que, aussi tardivement qu’en 1998, Al-Qaida recevait des millions de dollars en liquide de différents canaux de la famille royale saoudienne.

Il n’est pas faux de dire que la tentative d’étouffer les enquêtes sur le 11 septembre a constitué le plus vaste blanchiment de crimes contre le peuple américain, depuis la dissimulation organisée par la Commission Warren pour étouffer l’enquête sur l’assassinat du président John F. Kennedy en 1963.

C’est cette conspiration criminelle que le président Obama a endossée et ralliée en s’opposant à la publication de ces 28 pages retentissantes, ainsi que par les autres manœuvres auxquelles, en collusion avec les partenaires britanniques d’Al-Yamamah, il s’est livré pour dissimuler la main de la famille royale saoudienne dans les attentats du 11 septembre.

Le crime d’Obama

« Dix ans après les attaques du 11 septembre, souligne LaRouche, le président Obama continue à étouffer cette affaire, suivant la politique décidée par le président George W. Bush au moment des faits. Nous savons que le président Bush était motivé par la volonté de dissimuler les crimes des proches amis de son père au sein de la famille royale britannique. Je soupçonne le président Obama d’agir directement sous les ordres de Londres, puisque le décorticage du rôle du prince Bandar et d’autres membres de la famille royale dans les attentats du 11 septembre conduirait inévitablement à mettre en lumière la « caisse noire » des accords Al-Yamamah, impliquée dans le financement des opérations clandestines et de guerre irrégulière à l’échelle globale depuis le milieu des années 1980. »

LPAC VIDEO (EN) sur le même sujet de Jeffrey Steinberg

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • smith • 25/07/2011 - 17:19

    C’est un peu n’importe quoi, ca manque cruellement de rigueur et de sens critique.
    je dirais que des gens plus serieux ont deja fait le travail et les responsables des attentats ne sont surement pas à chercher en Arabie. Autant accuser l’Iran ou le Vietnam tien..lol.
    pour ceux qui ont le temps de chercher je recommande de voir ailleurs car cette article est une veritable fausse piste.
    Une lecture plus coherante consiste à dire que les US changent de politique envers l’arabie saoudite et que d’allier vassal completement soumise, l’Arabie devient la cible des sionistes pour des raisons que l’on ne peut pas etaler ici. Mais Malheureusement, E&R ne sait pas que les sionistes existent. Pour E&R il n y a que des britaniques lol ! avec plus de couilles l’on finira certainement par mieux voir les choses.

    Répondre à ce message

  • petite souris • 25/07/2011 - 13:31

    Je soupçonne le président Obama d’agir directement sous les ordres de Londres, puisque le décorticage du rôle du prince Bandar et d’autres membres de la famille royale dans les attentats du 11 septembre conduirait inévitablement à mettre en lumière la « caisse noire » des accords Al-Yamamah, impliquée dans le financement des opérations clandestines et de guerre irrégulière à l’échelle globale depuis le milieu des années 1980.

    Politique ! Pouvoir ! Corruption ! Collusion ! Manipulation ! Contre-vérité ! Mensonge ! Hypocrisie !

    Que de crimes commis pour ces toutes petites choses .......

    Honneur ! Dignité ! Respect de la personne ! Force d’âme !
    Vite au secours !

    Revenez dans le discours de nozélites !!!

    .... enfin, aidez-nous surtout à les renverser et à les remplacer ....

    Faut vite en changer !!!

    • ID naze • 25/07/2011 - 16:40

      Ave.
      Avec le net,les gens de mon èspèce en aprènent beaucoup sur la morale des dieux :-D
      Bye.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Le système BAE livre ses secrets : le prince Bandar et les attentats du 11 septembre

18 juin 2007
Brèves
Le système BAE livre ses secrets : le prince Bandar et les attentats du 11 septembre

Attentats du 11 septembre 2001 : le voile se lève

20 juillet 2009
Brèves
Attentats du 11 septembre 2001 : le voile se lève

Mort de ben Laden : Les véritables commanditaires du 11 septembre courent toujours

3 mai 2011
Brèves
Mort de ben Laden : Les véritables commanditaires du 11 septembre courent toujours

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard