Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

19 novembre - Pourquoi S&P soutient les infirmières et infirmiers Lire 18 novembre - S&P sur le terrain :
l’hebdo du 19 novembre Lire
16 novembre - Jacques Cheminade soutient les gilets jaunes (vidéo) Lire
AccueilActualité
Les principes qu’il nous faut considérer

Offrir une nouvelle vie à notre société

Par Lyndon H. LaRouche, Jr.
6 juillet 2012

La nouvelle crise économique

En ce 4 juillet 2012, les cercles politiques du monde entier ont été choqués par le message envoyé par certaines personnalités anglaises très respectées, relayé par la presse londonienne.

Ces déclarations révèlent que certains cercles au cœur des principaux médias de cet empire financier ont décidé de liquider les banques britanniques faisant nominalement partie des plus riches du monde, afin d’épargner à la Grande-Bretagne et aux Etats-Unis une terrible catastrophe. Un appel à une coopération entre les deux pays sur cette question spécifique a été lancé.

Les opposants à cette approche, parmi les principaux milieux financiers internationaux, ont tenté d’apparaître imperturbables face à ces déclarations qui annoncent de facto leur propre plongeon vers une extinction politique assurée, tels les dinosaures du XXIe siècle.

Certains se demanderont peut-être quelles en seront les conséquences sur les chances électorales du président Barack Obama et de son rival Mitt Romney.

Un petit ange serait-il descendu apporter le message implacable de la justice divine à l’oreille de Wall Street et de nos deux candidats ? Un conseil : à ce stade, ne vous inquiétez pas du sort de Romney ni de celui d’Obama. Si ces nouvelles fraîches en provenance de Londres ne s’appuyaient fermement sur des faits, comme c’est le cas, il en serait autrement. Depuis lundi, le glas a sonné pour celles que l’on considérait comme les banques et les institutions spéculatives les plus puissantes du monde transatlantique.

Soyons lucides. Ces institutions financières n’ont cessé de dériver vers un état généralisé de quasi-banqueroute depuis l’abrogation de la loi Glass-Steagall aux Etats-Unis.

La communauté transatlantique a commencé à en subir les conséquences au cours du deuxième semestre de l’année 2008, lorsque la grande escroquerie du « renflouement » a été lancée.

L’abrogation de la loi Glass-Steagall (par la loi Gramm-Leach-Bliley du 12 novembre 1999) a entraîné les économies des Etats-Unis et des pays d’Europe occidentale et centrale dans une désintégration continue, jusqu’à l’effondrement général de la zone transatlantique de 2007-2012.

L’appel lancé par ces prestigieux cercles du Royaume-Uni en faveur d’un Glass-Steagall est courageux et pleinement justifié, de mon point de vue d’économiste et d’homme d’Etat.

Mon autorité en la matière, par rapport aux principaux économistes des Etats-Unis et du monde entier, s’est construite depuis le succès de ma première prévision économique d’août 1956, où j’avais prévu la plus grave récession de l’après-guerre pour la période de fin février-début mars 1957. [1]

A ce propos, on remarquera que la plupart de ceux que l’on considère à juste titre comme des économistes réputés ont généralement persisté à s’appuyer sur une méthode incompétente de prévision statistique, se basant sur les effets passés, plutôt que sur le futur réel, comme je l’ai fait en 1956.

Les défenseurs d’une réforme urgente et nécessaire, en Angleterre, ont proposé d’engager avec les Etats-Unis une coopération afin de reprendre le contrôle sur la situation. Il s’agit d’un changement radical dans les conditions post-1999, qui ont fait dériver les Etats-Unis eux-mêmes, mais également la Grande-Bretagne, vers une crise bien plus grave qu’une simple dépression : l’effondrement économique général d’une société se trouvant déjà dans un état avancé de décomposition. Je recommande au gouvernement américain de s’adresser aux citoyens britanniques compétents en vue de coopérer sur cette question.

Ma recommandation implique certaines conditions : premièrement, que cette coopération soit conforme à la proposition énoncée par les cercles britanniques. Deuxièmement, que l’on s’engage à partager les bénéfices d’un intérêt mutuel, en s’inspirant de l’héritage de nos ancêtres, ceux que je tiens dans la plus haute estime, comme les pères fondateurs [des Etats-Unis] ayant rompu tout lien avec une Grande-Bretagne impérialiste, dans le cadre du Traité de paix de Paris de février 1763, comme John Quincy Adams avec sa haute vision de la diplomatie, ou comme Franklin D. Roosevelt et le type de coopération qu’il mit en œuvre lors de sa présidence.

L’idée est que le parti britannique participe à une déclaration de principe en faveur de l’intérêt mutuel de l’humanité. Pour cela, je pense que les deux nations devraient s’engager rapidement dans le dialogue.

En qui avoir confiance ?

Nous avons de solides raisons d’accorder notre confiance aux Anglais qui sont à l’origine de ces propositions faites aux citoyens des Etats-Unis.

Tout d’abord, l’espèce humaine se trouve désormais dans un contexte planétaire où il n’est plus envisageable de s’engager dans de nouveaux conflits internationaux qui revêtiraient la forme d’une guerre thermonucléaire, voire pire (ce qui pourrait arriver bientôt). Nous avons largement dépassé le stade où de tels moyens peuvent être utilisés, même dans les circonstances d’un conflit justifié.

Ce principe a été démontré de façon remarquable par l’intervention des chefs d’état-major américains. Si l’urgence d’une coopération générale au nom d’un intérêt mutuel est aujourd’hui plus criante que jamais, une telle vision de confiance mutuelle requiert certaines conditions spécifiques préalables. Les récentes relations avec la Russie, sur cette question, se sont avérées excellentes, et il y a toutes raisons de croire qu’une entente avec les Etats-Unis serait souhaitable dans l’intérêt naturel de chacune de ces deux nations.

En réalité, le grand danger vient des politiques plus ou moins programmées de réduction des capacités scientifiques, entre autres, nécessaires au progrès des conditions de vie de chaque être humain de cette planète. Ce progrès est obtenu grâce à un vecteur technologique et scientifique, à la recherche de niveaux de densité de flux énergétiques toujours plus élevés, permettant une production toujours plus élevée par tête et par kilomètre carré de surface habitable.

L’histoire des espèces vivantes sur la planète (et implicitement au-delà) démontre que la capacité ne serait-ce que de maintenir leur niveau d’existence, repose sur un accroissement continu de la densité de flux énergétique dans leurs conditions d’existence.

A ce propos, il faut dire que les schémas utilisés par les défenseurs de la fumeuse « seconde loi de la thermodynamique » sont contraires aux connaissances les plus compétentes que nous ayons des processus vivants.

Cette loi, établie au XIXe siècle, n’est que le fruit des visions impérialistes et oligarchiques britanniques, alors que des critères scientifiques compétents la contredisent. Il s’agit là des vestiges de l’idéologie oligarchique.

La notion d’« environnement », aussi bien sur Terre qu’au-delà, dans le système solaire, montre, sur le long terme, une nécessaire tendance à l’augmentation de la « densité de flux énergétique », dans l’existence de l’espèce humaine en particulier. L’entrée de l’humanité dans une phase où elle est amenée à porter son attention sur les phénomènes se produisant au-delà de la Terre, exige que nous considérions plus particulièrement les changements climatiques au sein du système solaire et au-delà.

Alors que nous sommes déjà en train de dépasser la fission nucléaire, allant vers des ordres supérieurs comme la fusion thermonucléaire et les réactions de matière-antimatière, l’augmentation de la densité de flux énergétique, essentielle à la continuation de l’existence de l’homme sur cette planète, doit devenir le nouvel étalon pour mesurer la santé de la société humaine.

Nous devons reconnaître que dans certains cas, des cultures dites « traditionnelles » rejettent l’importance d’un modèle de progrès culturel tiré par un vecteur scientifique. Ce type de croyance représente une grave erreur et peut potentiellement conduire toute une civilisation à un comportement suicidaire.

Bien sûr, nous devons gérer les problèmes des relations sociales ainsi définies, mais nous ne devons jamais nous autoriser à croire que les peuples ayant une telle culture incarnent une expression valable de la loi de l’espèce humaine. Leur existence dépend du soutien que leur fournit l’espèce humaine.

Le principe général est donc la nécessaire augmentation, en accélération constante, de la densité de flux énergétique générée et utilisée par la société humaine, pour son propre bien.

A ce propos, je me dois d’aborder un aspect auquel on accorde habituellement peu d’attention, mais qui est fondamental pour la capacité de l’espèce humaine à s’assurer un futur.

Il s’agit du rôle joué par le principe de la métaphore dans les fonctions les plus essentielles au progrès de l’esprit. Il faut dire qu’à l’inverse, la dégradation délibérée de la culture populaire, telle que l’a promue le Congrès pour la Liberté de la Culture à partir de 1950, a entraîné une telle dégénérescence intellectuelle et morale que les individus de ce début de XXIe siècle apparaissent comme des handicapés culturels, comparés à leurs ancêtres. Cette tendance est directement liée au long déclin de la productivité par être humain, survenu depuis la mort du président Franklin Roosevelt, et en particulier depuis l’assassinat du président John F. Kennedy.

La perte de la transmission de l’art de la composition artistique classique – dont le principe de la métaphore est caractéristique – transmis jadis comme un héritage d’une génération à l’autre, a engendré des monstres au sein même des générations les plus cultivées d’une nation ; cela représente la plus grande menace pour l’existence de l’espèce humaine. La progression constante du développement intellectuel de l’humanité est la condition pour assurer un progrès durable.

Pour un mordu du principe de la métaphore comme moi, cette tendance au déclin culturel que nous avons vécu au cours du XXe siècle jusqu’en ce début du XXIe – du grand-père au petit-fils en passant par le fils – représente une terrible expérience.

Etre humain signifie que l’on découvre sa propre participation au progrès, dans des circonstances relevant des vrais pouvoirs de la pensée humaine, qui résident au sein du principe de la métaphore. Comme la grande science, le grand art repose sur les progrès réalisés grâce à des moyens semblables à la métaphore, comme l’a fait Johannes Kepler avec son « hypothèse vicaire ». C’est ainsi que j’en suis venu à reconnaître la valeur des conseils scientifiques donnés par Wolfgang Koehler à Max Planck, à propos de l’auto-organisation de la mémoire et des processus mentaux de l’esprit humain.

La Grande-Bretagne et les Etats-Unis

Depuis que je me suis immergé profondément dans les travaux de Filippo Brunelleschi et de Nicolas de Cues, ma conception est que nous devons comprendre le développement du rôle étendu joué par l’Europe dans toutes ses colonies d’Amérique, à partir de l’influence directe de Cues dans la préparation des voyages d’exploration initiés par la civilisation européenne, de l’autre côté de l’Atlantique.

Les développements spécifiques intervenus dans la colonie de la Baie du Massachusetts, sous le leadership des Winthrops et des Mathers, sont les plus représentatifs de cette entreprise. La suppression par Guillaume d’Orange de la quasi-autonomie de cette colonie contribua à répandre l’influence des Winthrops et des Mathers en Nouvelle-Angleterre et en Virginie, à travers le rôle de Benjamin Franklin.

L’étendue géographique de mes propres ancêtres, depuis la colonie du Massachusetts jusqu’en Ohio, est typique des liens culturels que l’on peut tracer à partir du début du XVIIe siècle jusqu’à l’établissement des Etats-Unis en tant que Nation continentale, grâce à l’œuvre du président John Quincy Adams, puis de son protégé Abraham Lincoln, qui joua un rôle clé pour empêcher la destruction des Etats-Unis dans la guerre civile.

Il est fondamental de découvrir ses propres racines culturelles, que ce soit agréable ou non.

Résumons :

La grave erreur inhérente à l’inculture dans laquelle baignent aujourd’hui les Américains, comme d’autres, est l’idée que la mort est comme un mur séparant l’individu de son histoire. On ne devrait pas considérer la mort comme une descente vers le néant. Il devrait être agréable pour chacun de savourer à l’avance quel sera le résultat de son existence une fois terminée.

Quelle qu’en soit la forme, l’existence de cet « à venir » auquel nous devons allégeance dépend du développement au sein de, et par-delà, la nouvelle génération (plus que notre propre descendance).

L’essentiel n’est pas seulement l’héritage légué, il se situe surtout dans la qualité de développement des héritiers, ou au moins d’une partie d’entre eux. A mon âge, gardant en mémoire mes grands-parents nés dans les années 1860, et avec le regard que porte un enfant sur un ancêtre ayant vécu dans une époque reculée, je porte avec moi plus d’un siècle et demi de personnalités familières, comme autant d’éléments biologiquement connus d’une lignée.

On trouve un avantage certain, avec les responsabilités qui en découlent, à porter son attention au tissu immortel qui lie la masse des identités personnelles déterminant le « moi et ma famille » au sein du processus de développement de la culture. Dans le meilleur des cas, la connaissance familiale remonte jusqu’aux grandes pyramides, jusqu’aux vérités encore inconnues de la guerre de Troie.

Le point que je soulève ici, et qui est important au regard des questions se posant implicitement dans votre esprit, a une signification rigoureuse précise, que les nouvelles fraîches en provenance de Londres mettent en lumière.

L’essence de la vie se situe pour moi dans ce qui fut, dans le sens de ce qui fut, aussi bien que dans mon engagement pour le futur de l’humanité, au-delà de l’existence bornée du « moi » en tant que personne, et de mes amis et ma famille qui nous ont déjà quittés. Il s’agit de notre participation à ce que l’on considère comme digne de perdurer parmi ceux qui viennent après nous.

Le point crucial est que, l’espérance de vie de notre espèce s’allongeant (peut-être), nos esprits étendent leur pouvoir intellectuel aux missions plus vastes que le progrès scientifique et d’autres types de progrès ouvrent à nos appétits intellectuels. L’identité biologique se réduit au fur et à mesure que l’expérience de la puissance de l’esprit humain transforme en géants ceux qui auparavant n’étaient que de pauvres ignorants.

Nous pouvons ainsi pressentir un temps à venir, où l’expérience d’un voyage d’une semaine au moyen de la fusion thermonucléaire transformera les citoyens terriens en maîtres ingénieurs de l’espace proche. Il ne s’agit pas seulement de voyager vers un lieu étrange, mais d’élever l’ensemble de notre espèce à la grandeur de la mission qui nous a été léguée.

Ainsi, nous devons considérer notre siècle aussi bien du point de vue de l’étendue d’une vie que du point de vue des changements au sein de l’ensemble du système solaire, auxquels nous allons prendre part, certainement intellectuellement, et probablement par expérience personnelle.


[1Cette profonde dépression de 1957-1961 s’est temporairement arrêtée au début de la courte administration du président John F. Kennedy, avant que l’entrée en guerre des Etats-Unis en Indochine ne fasse basculer l’économie dans une longue période de déclin systémique.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • petite souris • 11/07/2012 - 00:06

    La perte de la transmission de l’art de la composition artistique classique – dont le principe de la métaphore est caractéristique – transmis jadis comme un héritage d’une génération à l’autre, a engendré des monstres au sein même des générations les plus cultivées d’une nation ; cela représente la plus grande menace pour l’existence de l’espèce humaine. La progression constante du développement intellectuel de l’humanité est la condition pour assurer un progrès durable.

    Ceci devrait suffire à faire réfléchir nozélites .... si tant est que la réflexion soit encore un possible pour eux !!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

LaRouche : changement de cap à Londres ; l’opportunité unique dans une vie.

6 juillet 2012
Analyses
LaRouche : changement de cap à Londres ; l’opportunité unique dans une vie.

Le Financial Times de Londres confirme son offensive pour Glass-Steagall

9 juillet 2012
Actualité
Le Financial Times de Londres confirme son offensive pour Glass-Steagall

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard