Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Ouf ! Obama risque d’échouer sur sa réforme de la santé

La rédaction

25 juillet 2009 (Nouvelle Solidarité) — Réformer un système de santé inéquitable et surfacturé, voilà l’une des raisons pour lesquelles le peuple américain a choisi Barack Obama comme président des Etats-Unis. Le programme paraissait plus que séduisant : élargir la couverture médicale aux 47 millions d’Américains qui en sont dépourvus ; imposer des règles pour combattre les abus des assurances privées ; réduire le coût des soins (pas toujours optimal) pour les rendre abordables pour chacun, « maîtriser les dépenses » grâce à une politique de prévention à l’égard des maladies chroniques et à l’ouverture du marché américain aux médicaments génériques. Avant les élections, le site internet du candidat estimait que pour financer cette réforme, il ne faudrait que 50 à 65 milliards de dollars, somme que l’on pouvait facilement trouver en revenant sur les réductions d’impôts accordées par Bush aux Américains gagnant plus de 250000 dollars par an. La suite a tourné au cauchemar.

Une fois élu, Obama a choisi de trahir ses promesses. Au lieu de profiter de sa période de grâce pour faire adopter un système d’assurance maladie universelle, comme le réclament Lyndon LaRouche et l’aile progressiste du Parti démocrate, Obama, otage complaisant d’un quarteron d’économistes « comportementalistes » (Summers, Orszag, etc.) qui verrouillent la Maison Blanche, a mis les assurances privées au centre de son dispositif, ces fameuses HMO’s qui décident, sur la base de critères purement financiers, quels soins seront dispensés aux malades. Les comportementalistes ne sont que le cheval de Troie de Wall Street, dont les grandes firmes détiennent précisément ces HMO.

Et Obama fait du Jospin, en pire. Ce dernier, tout en se prétendant anti-Blair un jour, n’affirmait-il pas que « le marché est efficace, mais injuste », jusqu’à se soumettre tous les jours à ses prétentions.

Deux idées illustrent la trahison d’Obama et le portent à adopter une logique d’élimination des « vies inutiles ».

La première, c’est le concept d’une « bourse aux assurances maladie ». On n’imposera rien à personne ; ceux qui veulent une assurance privée et peuvent se la payer le feront, ceux qui ne le peuvent pas pourront bénéficier d’une assurance maladie offerte par l’Etat. L’on évoque une « saine concurrence » qui fera « baisser les prix », alors qu’en fait, on favorise les malades riches, les sociétés d’assurance et les laboratoires pharmaceutiques, en refusant aux malades démunis les soins minimums, avec un triage systématique vis-à-vis de ceux affectés de maladies chroniques « trop coûteuses ».

La deuxième idée folle, c’est que pour rassurer les marchés, Obama s’est engagé à ce que sa réforme « n’aggrave en aucune façon le déficit budgétaire », la couverture accordée à tous étant « compensée » par la baisse des soins pour certains. Cette double préoccupation d’assurer un équilibre ne peut être accueillie que par un immense et tragique éclat de rire. En effet, l’inspecteur général du TARP (plan de sauvetage des banques) vient de faire savoir que ce programme en faveur des spéculateurs pourrait coûter jusqu’à 23700 milliards de dollars (et non les 700 milliards annoncés) ! En somme, on sauve les établissements financiers et on diminue les soins aux malades, sous prétexte de fatalité économique dans le premier cas – il faut sauver les banques pour le salut de l’économie – et de nécessité pragmatique pour le second : après avoir sauvé les banques, il ne faut tout de même pas trop dépenser pour les êtres humains !

L’équipe des conseillers de la Maison Blanche annonce alors, sur la base d’études statistiques tronquées, qu’il suffit de dégraisser Medicaid (l’assurance maladie publique pour les plus démunis) et Medicare, destiné aux personnes âgées. Selon eux, 30% des dépenses ne sont pas médicalement « justifiées » et consistent parfois à prolonger « inutilement », et à grands frais, des vies humaines ! C’est cette logique déshumanisante que dénonce Lyndon LaRouche. Elle dégage en effet un parfum des années trente, celui du fameux programme d’euthanasie Tiergarten 4 d’Adolf Hitler, adopté en 1939 pour financer la guerre.

Cependant, si la logique choisie par Obama pose un énorme problème, beaucoup de ceux qui combattent sa réforme s’appuient, eux aussi, sur une vision du monde fondée non sur une production élargie, mais sur l’allocation de ressources rares. L’opposition républicaine a beau jeu de clamer que cette dépense risque de finir par le rationnement des soins et des hausses d’impôts pour les contribuables. Cité dans la presse, le sénateur républicain John Voinovich le formule ainsi : « Pourquoi Obama baisse-t-il dans les sondages ? Eh bien, les gens se disent : Nous, on est dans la merde et ce type vient nous parler d’une réforme de la santé… Tout le monde sait que cela pèsera sur la feuille d’impôts. Et en plus, il veut rajouter à cela la taxe carbone qui pèsera sur nos factures de gaz et d’électricité... Les gens se demandent alors : ces types de Washington, ils sont devenus cinglés ou quoi ? »

Parmi les praticiens et hospitaliers, initialement assez favorables à la réforme Obama, c’est également la levée de boucliers contre un mode de gestion managériale qu’on cherche à leur imposer. La Medicare Payment Advisory Commission (MedPAC), une superstructure administrative chargée de restreindre les dépenses dans la santé, sera directement installée à la Maison Blanche. En réalité, Obama, qui réclame une « MedPAC dopée aux hormones », ne fait que reprendreun projet de l’Adminstration Bush-Cheney. Chip Kahn, le président de la Fédération hospitalière, a déclaré qu’il s’agit d’accorder un pouvoir immense à des gens non élus pour une question très sensible. L’association des ostéopathes menace de retirer son soutien si de tels pouvoirs soient attribués aux nouvelles agences chargées d’imposer coûte que coûte la « maîtrise des dépenses ».

Une élue démocrate de l’Etat de New York, Betsy McCaughey, qui préside actuellement le Comité pour la lutte contre les maladies infectieuses, a vertement critiqué le projet. Les réformes « aboutiront à réduire l’accès au soins et mettront les personnes âgées sous des pressions inacceptables. On les incite à écourter leur fin de vie et on condamne la génération du babyboom à des années pénibles. L’Office en charge du budget du Congrès reconnaît que seulement 1% des coupes dans Medicare proviendront de la réduction des abus et de la fraude. L’attaque contre les seniors est apparue lorsqu’on a voté le plan de relance. Attaché à ce plan se trouve une loi accordant un financement conséquent aux recherches sur "l’efficacité comparée des soins", un mot code signifiant la réduction des soins en fonction de l’âge des patients (…) En Angleterre, cette équation aboutit à priver de soins des personnes âgées. » Mme McCaughey note également que le conseiller médical d’Obama, Peter Orszag, a sommé le Congrès de transférer sa gestion de Medicare à une agence spécialement créée dans ce but au sein de l’Exécutif. Si cette réforme « restreint l’accès aux traitements et aux spécialistes, elle fera tout pour orienter les seniors vers le testament biologique et l’interruption de leurs soins et de leur alimentation… » Déjà, précisa-t-elle, dans l’Etat de l’Oregon, « on prive les cancéreux des soins permettant de prolonger leur vie et on leur offre à la place le choix d’un suicide médicalement assisté ».

Un groupe important d’élus démocrates progressistes des Etats [state legislators] vient de publier un appel contre la réforme. Ils affirment : « Nous ne devons pas laisser l’histoire se répéter. L’économiste Lyndon LaRouche a dénoncé ces politiques comme étant Nazies et nous soutenons cette condamnation. Il n’est pas trop tard pour empêcher cette réforme. Mais nous devons agir tout de suite. Il existe d’excellentes politiques de rechange. M. LaRouche a demandé d’annuler la politique des HMO imposée par Nixon. Il a également souligné la nécessité de retourner à l’approche rooseveltienne de la loi Hill-Burton [de carte hospitalière] adoptée en 1946. Par cette loi, l’Etat assume sa responsabilité en garantissant la construction et le fonctionnement des hôpitaux. En plus, le démocrate du Michigan John Conyers, soutenu par 84 représentants,a soumis un projet de loi "Medicare for all" proposant d’étendre le Medicare afin de garantir une assurance maladie à l’ensemble des citoyens américains tout en éliminant les HMOs. Nous saluons cette approche d’ensemble et appelons à sa mise en place ».

Contesté par le monde médical et sous attaque des républicains, Obama l’est tout autant de l’aile centriste du Parti démocrate, les Blue Dog Democrats (bleus, car s’affichant « fiscalement responsables »), comme de son aile progressiste (Dennis Kucinich, John Conyers, etc.), qui se sent trahie par les promesses du candidat en faveur d’une assurance maladie pour tous. D’autres démocrates, qui doivent se présenter devant les électeurs dès 2010, préféreraient utiliser l’argent pour un nouveau « plan de relance », car la situation sociale est intenable. Alors que le taux de chômage atteint 9,5%, 48 des 50 Etats flirtent avec la banqueroute et sont contraints à un amaigrissement généralisé. Le citoyen lambda voit alors apparaître un Président hésitant qui, par sa complaisance vis-à-vis des établissements financiers, se condamne fatalement à trahir ses promesses. D’après les sondages, de nombreux républicains sont donnés gagnants l’année prochaine.

A ce jour, il est probable qu’aucun texte final ne sera adopté avant les vacances et Obama lui-même annonce maintenant vouloir conclure si possible avant la fin de l’année. Espérons que son échec le fasse réfléchir.

En exigeant aujourd’hui sa destitution (impeachment), Lyndon LaRouche veut lui faire comprendre la gravité de ce qu’il fait et créer l’environnement permettant de contrecarrer ses propres tendances, celles d’un Narcisse capricieux et arriviste. Face aux conséquences de ses actes, il doit être mis devant le choix de se soumettre ou de partir.

Voir les 3 commentaires

  • jonsnow • 07/08/2009 - 20:56

    les propos que vous citez entre guillemets nécessitent des liens, ou des indications, permettant de remonter à leur source directe. Ces propos sont suffisamment graves pour que nous puissions aller en vérifier l’authenticité par nous-memes. Vos articles, bien que répétitifs sur certains sujets, n’en seront que légitimés.

    ps : sources autres que "solidarité et progres" j’entends.

    Répondre à ce message

  • Corto • 29/07/2009 - 11:06

    Bonjour,
    nous avons également ce problème en France. Notre cher Sarko n’est-il pas en train de nous concocter en petit système privé de santé au cœur duquel nous trouvons…son frère. On comprend mieux son attachement à la réforme de santé. Grâce à eux, leur porte monnaie va aller encore mieux. Merci qui ?

    Répondre à ce message

  • Fleurdelyse • 25/07/2009 - 17:10

    Capricieux et arriviste, je n’en suis pas certaine. OTAGE de Wall Street et compagnie, oui, ça, c’est plus que possible. Peut-être était-il réellement plein de bonnes intentions en arrivant au pouvoir, mais la RÉALITÉ lui aurait sauté dessus toutes dents dehors. Et quand j’écris OTAGE, je devrais plutôt écrire OTAGES. Ce n’est pas pour rien qu’on tient absolument à faire élire un président ayant femme et enfantS...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard