X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Russie : Londres tente une OPA sur la politique du Président Medvedev

La rédaction

Par Rachel Douglas, Executive Intelligence Review


Le même groupe qui, dans les années 90, avait démoli l’économie russe en lui appliquant les recettes d’un monétarisme radical venant de Londres, tente actuellement de prendre le contrôle de la politique de « modernisation et d’innovation » lancée par le Président russe, Dmitri Medvedev, en mai 2009.

Cette politique, dont les priorités sont très intéressantes par ailleurs – améliorer l’efficacité énergétique, moderniser le programme nucléaire, développer les technologies de l’espace en mettant l’accent sur les télécommunications et développer un secteur pharmaceutique et d’équipement de diagnostic médical – risque d’être gâchée par l’activisme de ce groupe dont la figure centrale est l’ultralibéral Anatoli Tchoubaïs, chargé du développement des nouvelles technologies de la communication au sein de ce programme.
Il s’agit bel et bien du même Tchoubaïs qui, en tant que « jeune réformateur » au sein de la présidence de Boris Eltsine dans les années 90, avait organisé la grande braderie de l’industrie russe. Ecarté du cabinet après la débâcle financière de 1998, il s’est depuis totalement relooké. Se faisant volontiers l’avocat des conceptions de l’« empire libéral », qu’il défend ouvertement dans ses écrits, il se présente comme expert en gestion d’entreprises et intermédiaire incontournable de l’industrie high-tech et de la recherche de niches lucratives pour les produits russes sur les marchés.

Au cours d’une discussion avec Vladimir Poutine, le 2 février dernier, portant sur les opérations de Rosnano, l’entreprise de nanotechnologies qu’il dirige, son lyrisme en faveur de ce qu’il appela des « secteurs entiers qui n’avaient jamais existé auparavant et qui naissent désormais devant nos yeux » – comme la production de batteries solaires – a été tel que Poutine s’est permis de le recadrer, lui demandant de s’intéresser plutôt « à notre propre économie et à nos besoins actuels » dans « des domaines très importants tels que les nouveaux matériaux et la microélectronique ».

Dans l’équipe de Tchoubaïs, on retrouve aujourd’hui les membres de la clique qui avait pris le contrôle du gouvernement russe fin 1991, tels le bras droit de feu Egor Gaïdar, Vladimir Mau, devenu aujourd’hui recteur de l’Académie de l’économie nationale du gouvernement russe. Tous avaient été formés au monétarisme pur et dur par la Société du Mont-Pèlerin. Pour comprendre comment ce groupe fut recruté par l’Institut des affaires économiques de Lord Harris, durant l’ère de la Perestroïka de Gorbatchev à la fin des années 80, et comment ils furent endoctrinés dans les pratiques monétaristes les plus infâmes au cours de séminaires organisés en Hongrie, en Grande-Bretagne, à Harvard et à l’Université de Chicago, nous conseillons à nos lecteurs de relire l’article paru dans l’Executive Intelligence Review du 6 septembre 1996, intitulé « Les amis de l’IRI en Russie ».

Tout un groupe de représentants de haut niveau de l’Etat russe, parmi lesquels Alexeï Koudrine, le ministre des Finances dont les fréquentes consultations à la City de Londres et les appels « en faveur d’un système de Maastricht global » sont bien connus, marche désormais à la baguette de Tchoubaïs.
La campagne pour « la modernisation et l’innovation », lancée par Dmitri Medvedev avec la création de sa Commission pour la modernisation et le développement technologique de l’économie russe, a provoqué un débat salutaire sur tous les aspects de la politique économique du pays. Les réunions de la Commission portant sur l’énergie nucléaire, qui se sont tenues à l’Institut Kurchatov de l’Académie des sciences et au laboratoire national des armements à Sarov, ont porté sur une perspective intéressante pour le secteur de l’énergie nucléaire. Au programme, non seulement les nécessaires améliorations à apporter aux réacteurs à eau pressurisés VVER, mais surtout la nécessité d’accélérer l’évolution vers la technologie des surgénérateurs, puis, dans une phase ultérieure, vers l’énergie de fusion thermonucléaire.
Lorsqu’on en vient aux technologies de la communication, cependant, la clique de Tchoubaïs est en train d’introduire des niveaux d’irrationalité sans précédent, redonnant vie à des orientations politiques qui ont totalement failli en Occident et qui pourraient faire dérailler toute perspective réelle de modernisation industrielle de la Russie.

Depuis quelques semaines, sous l’influence de Tchoubaïs, des assistants du Kremlin tels que Sergeï Narychkine et Vladislav Sourkov ont lancé l’idée de « créer une Silicon Valley à la Russe », feignant d’ignorer ce qu’est devenu ce fameux district de Californie après l’explosion de la bulle internet en 2000, suivie de celle de l’immobilier en 2007. La Silicon Valley est aujourd’hui une zone sinistrée, jalonnée à perte de vue d’immeubles de bureaux déserts et de grosses villas, les McMansions, saisies depuis le début de la crise, où l’on croise aussi dans les rues d’anciennes personnalités clochardisées par la crise.
A les en croire, la Russie aurait besoin de petites entreprises innovantes comme celles que l’on retrouve autour de l’Université de Stanford et du Massachussets Institut of Technology (MIT). La compagnie de Tchoubaïs, Rosnano, a été placée à la tête de ce projet.

Les 25-26 janvier 2010, Tchoubaïs et Sourkov ont fait une visite presque furtive au MIT, pour participer à des séminaires sur « l’expérience du MIT dans le soutien et la promotion à l’innovation ». Il n’y a eu aucune couverture médiatique aux Etats-Unis et un seul article est paru en Russie. Pourtant, une bonne partie du gouvernement russe et de la bureaucratie du Kremlin était du voyage, dont le premier des Premiers ministres adjoints, Igor Chouvalov, le ministre des Finances, Alexeï Koudrine, le deuxième Premier ministre adjoint, Sergueï Sobyanine, la ministre de l’Economie, Elvira Nabioullina, le secrétaire adjoint du Kremlin et conseiller économique, Ardaki Dvorkovich, le PDG de la banque d’épargne Sberbank, German Gref, Vladimir Mau, ainsi que le PDG de la société russe Venture Company, Igor Agamirzian. Le thème principal des séminaires était, comme l’a souligné un responsable du département américain du Commerce, « la commercialisation de la technologie et le transfert vers le marché des innovations sortant du laboratoire ».

Le 11 février, Dmitri Medvedev organisa dans la ville sibérienne de Tomsk une session de la Commission sur la modernisation, consacrée au rôle du secteur privé dans ce processus. Tchoubaïs et Koudrine avaient été chargés d’inaugurer cette conférence, qui rassemblait une trentaine de hauts représentants de l’Etat ainsi que des PDG d’entreprises. Pour l’essentiel, ils ont donné « un briefing » sur les conférences du MIT. Tchoubaïs souligna que la réussite ne serait au rendez-vous que lorsque « le marché » déciderait qu’une start-up est « une compagnie viable d’innovation ». Au cours d’une intervention, Medvedev confirma lui-même ce que Larouche a qualifié de « la plus grande erreur » récemment commise par le gouvernement russe : le fait d’affaiblir le rôle de l’Académie des sciences. Medvedev déclara que la liste des technologies « de rupture » qui serait soumise par l’Académie des sciences devrait être approuvée et, a-t-il ajouté, « avec tout le respect que je dois à l’Académie des sciences, ça ne serait pas une mauvaise idée qu’elle le soit par le monde des affaires ».


Pour creuser le sujet :


Voir le commentaire

  • petite souris • 09/03/2010 - 14:04

    J’espère que la vieille amitié franco-russe permettra la paix par le développement mutuel, et que les russes fiers de leur indépendance ne céderont pas aux pressions françaises concernant l’Iran.

    Il est temps que Sarkozy ait le courage et la force de rompre avec ceux qui l’"ont fait" pour la France dont il est le président.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard