X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Syndrome grec : les émeutes qui cachent le krach (II)

Dans sa livraison du 13 décembre 2008 le quotidien The Independant dévoile la vision britannique du « Syndrome grec » qui hante plusieurs pays d’Europe tels la France, l’Espagne, l’Italie, mais d’autres aussi.

Comme un clin d’oeil au livre de H.G. Wells The shape of things to come [La forme des choses à venir], qui anticipe la mise en place d’une dictature mondiale, l’article adopte ce titre interrogateur : Are Greek riots a taste of things to come ? [Les émeutes grecques, sont-elles un avant-goût des choses à venir]. Si jusqu’ici les médias affirmaient sans équivoque que le système bancaire grec se portait à merveille, le quotidien relève que « les évènements de cette semaine pourraient être appelés les premières émeutes du resserrement du crédit ».

Comme nous l’avons déjà rapporté, les privatisations sauvages tant du système de santé que du régime des retraites grecques, ont créé une situation de grogne sociale généralisée, mais légitime.

Plus d’une semaine avant l’éclatement des violentes émeutes pour lesquelles la mort du jeune Alexis Grigoroupoulos a servi d’étincelle, les médecins, les infirmières et le personnel médical, qui manifestaient devant les ministères pour obtenir le paiement de leurs salaires, furent violemment matraqués.

Aristotelia Peloni, journaliste au grand quotidien proche de la gauche Ta Nea souligne que, d’après tous les témoins oculaires, l’adolescent fut froidement abattu par un policier et non pas lors d’une altercation. La réalité de la provocation est confirmée par le rapport des légistes, prouvant que la balle provenait d’un tir direct et non pas d’un ricochet. Le policier fut d’ailleurs immédiatement inculpé pour « homicide volontaire » et « utilisation illégale » de son arme de service.

Le syndicat de la police de Grèce déclare son embarras : « Plus de 70% des policiers ne devraient même pas porter d’arme », affirme un membre du syndicat. « La plupart d’entre eux ont des problèmes psychologiques et il n’existe que cinq psychologues pour 50 000 policiers. Certains sont dépendants des jeux vidéos et adorent appuyer sur la gâchette ».

Cependant, beaucoup d’observateurs continuent à s’interroger sur la rapidité étonnante avec laquelle les émeutes ont suivi la mort de ce jeune. Dans un entretien du 11 décembre avec Polska Times, Ioannis Michaletos, un spécialiste grec du renseignement, affirme qu’il a fallu moins de 20 minutes pour faire descendre les gens dans la rue.

La mort du jeune, abattu à 21h03, fut annoncée sur Indymedia dès 21h30, accompagnée de mots d’ordre du type « vengeance pour le mort » et « tous dans la rue ». Ainsi, les émeutes étaient déjà énormes à 22h. La télévision grecque et les medias locaux, d’après des informations invérifiables, n’auraient appris la mort du jeune que quand les émeutiers les ont appelé en direct des rues d’Athènes !

Ensuite, les émeutes se sont répandues d’une façon quasiment instantanée à l’ensemble du pays. Dès le lendemain, près d’une cinquantaine de villes subissaient des batailles de rue et des groupes d’émeutiers allaient de ville en ville pour allumer des conflits. A Kozani, un groupe d’émeutiers d’Athènes avait loué un hôtel en soirée et démarra les émeutes dès l’aube.

Selon Michaletos, la police grecque s’attendait à des émeutes pour la période de Noël depuis août 2008. Des activistes étrangers ont afflué pour donner un coup de main, dont certains provenant d’ONG internationales. Michelotis affirme que si les Allemands fournissent l’essentiel de la main d’œuvre et que les Britanniques ont joué un rôle important dans la formation des « mouvements anti-fascistes » d’Athènes, on ne peut pas exclure l’implication active d’éléments plus ou moins privatisés de certains services de renseignement, y compris américain. Il pense également que le fait que la Grèce ait conclu des contrats intéressant avec la Russie, la Chine et la France dans le domaine énergétique peut conduire l’Arabie Saoudite à agiter certains réseaux pour déstabiliser le pays, situé au carrefour des Balkans.

Pour sa part, l’Independant souligne la similitude, en termes de chômage des jeunes, entre la Grèce (22% pour les 15-24 ans) et d’autres pays européens ayant une tradition de protestation populaire, en particulier la France, l’Italie et l’Espagne. « Le tag ‘L’insurrection qui vient’ (en référence au livre écrit par Julien Coupat et Benjamin Rosoux faisant l’éloge des actes de sabotage), apparu sur le consulat grec à Bordeaux est un avertissement très clair aux autres dirigeant européens » car « les économistes de pays ayant un chômage de jeunes aussi élevé, tels que l’Espagne et l’Italie, avertissent qu’ils doivent se préparer à des troubles ».

Le 20 décembre, l’Indépendant détaille comment le « Syndrome grec » gagne l’Europe : « Quand un étudiant grec éternue ou se fait arroser de gaz lacrymogène, les jeunes descendent dans la rue en France et maintenant en Suède. Hier, des jeunes cagoulés ont jetés deux bombes incendiaires sur l’Institut français d’Athènes. Les vitres ont été cassées mais le bâtiment ne fut pas trop endommagé. Ensuite des jeunes ont taggé deux slogans sur les murs. L’un disait : ‘Etincelle à Athènes, incendie à Paris, c’est l’insurrection qui vient’, tandis que l’autre affirmait : ‘France, Grèce, soulèvement partout’ ».

Mardi soir en Suède, à Malmö, une centaine de jeunes a caillassé la police et allumé les poubelles pour protester contre la fermeture d’une mosquée. Comme en Grèce, la police suédoise pense que des casseurs ont cherché délibérément à « criminaliser » une contestation légitime.*

L’Independant examine ensuite ce que peuvent avoir en commun les étudiants grecs, les lycéens français et les jeunes suédois : « Les protestations ont des caractéristiques communes : un mépris pour les institutions gouvernementales et le monde des affaires, aggravé par l’effondrement du système bancaire provoqué par leur cupidité ; une alliance large, pas forcément confortable entre des jeunes étudiants blancs de gauche et des jeunes d’origine étrangère de la deuxième génération ; tous se pensent comme faisant parti de la ‘génération sacrifiée’, celle des ‘600 euros’ ».

En France, dit l’auteur, « trois facteurs supplémentaires : une hostilité envers le capitalisme et la globalisation et le malaise persistant qui règne dans les banlieues des villes françaises. Après que Sarkozy eut reporté sa réforme de l’éducation, les étudiants furent encore plus nombreux qu’auparavant. Les étudiants interrogés dans les rues de Paris ne veulent rien savoir. Le président Sarkozy n’y peut rien, disent-ils. Il agit ‘sous les ordres de Bruxelles et de Washington’ pensent-ils. Pour eux, le vrai motif des coupes dans l’éducation c’est ‘le renflouement des banques’. »

Un poème manuscrit, Nous voulons un monde meilleur, distribué lors de l’enterrement d’Alexis Grigoropoulos à Athènes, révèle l’état de révolte et de désespoir de la jeunesse pour la génération qui l’a précédée : « Souvenez-vous, vous aussi avez été jeune ; maintenant vous courez derrière l’argent, vous ne vous souciez que des belles vitrines, vous êtes devenu gros’ (…) ‘Vous avez oublié ! Nous attendions votre soutien ; on espérait que cela vous aurez intéressé, que vous auriez été capable de nous redonner notre fierté’ (…) ‘En vain ! Vous vivez de fausses vies, vous baissez la tête, vous avez baissé le pantalon et vous attendez le jour de votre mort’ (…) ‘Où sont les parents ? Où sont les artistes ? Pourquoi n’êtes vous pas venu nous protéger ?’ ‘Post Scriptum : ne nous lancez pas de gaz lacrymogène, on pleure tout seul.’ »


Note :

*Le 11 décembre, Michaletos, affirme de façon surprenante que 30% des émeutiers d’Athènes étaient de jeunes étrangers vivant en Grèce (où, hélas, le droit du sang prévaut). Cela contraste avec le profil d’Alexis Grigoropoulos, issu des classes plutôt aisées. Pour sa part, la police grecque dénonce également la participation de ce qu’elle appelle « des étrangers clandestins ».

Cependant, ce qui inquiète, c’est que Michaletos, ait pu affirmer, dès le 11 décembre, que les émeutes d’Athènes n’étaient qu’une « répétition générale » et que l’élément "islamique", marginal pour l’instant, sera bientôt au cœur des émeutes. Par la suite, suivent une série de provocations, comme l’affaire de la mosquée de Malmö en Suède du 15 décembre, ou encore l’incendie criminel contre la mosquée de St-Priest près de Lyon en France le 20 décembre…

Voir le commentaire

  • dra • 22/12/2008 - 18:01

    Merci !
    Je me sens moins seule.
    Cet article remarquablement documenté rejoint ma pensée intuitive et sans référence.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard