Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

14 novembre - L’Institut Schiller lance son nouveau dossier sur les Nouvelles Routes de la soie Lire 14 novembre - Helga Zepp-LaRouche : Les Nouvelles Routes de la soie, c’est maintenant ou jamais ! Lire 14 novembre - Jacques Cheminade : L’esprit du Tianxia et la France Lire
AccueilActualité

Un problème vital pour les Etats-Unis : Le Mexique sous le joug des cartels

Le Mexique est au bord de l’abîme et pourrait devenir un narco-Etat dans les dix ans à venir.

Général Barry McCaffrey

La situation dramatique dans laquelle se trouve le Mexique n’est pas une tragédie lointaine. La communauté internationale doit considérer le Mexique, tout comme l’Afghanistan d’ailleurs, comme le champ de bataille décisif sur lequel se gagnera ou non la guerre à la drogue.

Contrairement aux a priori de la philosophie libérale largement répandue de par chez nous, la drogue n’est pas une simple question de société qui se limiterait à un débat sur la liberté ou l’interdiction d’en consommer. Derrière le produit fini il y a un trafic, des trafiquants et une puissance financière dont les intérêts sont directement antagonistes de ceux des Etats et des Républiques.

Le trafic de drogue, une menace existentielle

Depuis le paysan pauvre du tiers-monde contraint de cultiver l’opium, la marijuana ou la coca, jusqu’à l’adolescent consommateur qui ne voit pas d’autre alternative à une société sans avenir ni vision que de se droguer, en passant par le petit trafiquant qui a le choix entre pauvreté, exclusion et trafic, la drogue est avant tout un fléau social aux conséquences humaines dévastatrices.

Les cartels de la drogue, dont les revenus annuels mondiaux estimés entre 500 et 1000 milliards de dollars sont entièrement intégrés au système financier international par le biais de la finance off-shore et de la dérégulation bancaire, représentent une puissance financière qui alimente non seulement la corruption des institutions politiques et de sécurité publiques, mais aussi le crime organisé, les guérillas et les nébuleuses terroristes.

Cette force armée et financière, qui va bien au-delà des cartels eux-mêmes, est une menace pour l’existence même des nations et de la vie civilisée, comme le régime nazi a pu l’être, sous une forme différente, en son temps.

Le cas du Mexique révèle que la guerre a déjà commencé.

La terreur règne

« Dans les huit prochaines années, la guerre violente des cartels de la drogue pourrait submerger les institutions de l’Etat et établir un contrôle de fait sur tout le nord du Mexique ». C’est ce qu’écrit le général Barry McCaffrey, ancien chef de la lutte anti-drogue sous la présidence de Bill Clinton, dans un rapport remis en décembre 2008 à l’Académie militaire de West Point. [1]

En 2008, la guerre des cartels mexicains a fait plus de 4000 morts, dont plus de 500 policiers et militaires dont les corps décapités sont fréquemment exposés sur les places publiques pour dissuader la population de résister. Le 5 novembre dernier, le ministre de l’Intérieur, Juan Camilo Mourino, et l’ancien procureur général en charge de la lutte anti-drogue, Jose Luis Santiago Vasconcelos, deux hommes clés dans la contre-offensive lancée par le président Calderon, ont été tués dans l’explosion « accidentelle » de leur avion. Plus de 6000 personnes (selon les déclarations faites à la police) ont été kidnappées ces douze derniers mois. La terreur règne.

Annuellement, les cartels mexicains produisent quelque 10 000 tonnes de marijuana pour un revenu excédant les 25 milliards de dollars. De quoi constituer de véritables armées.

A l’exception de l’armée et des divisions spéciales de la police fédérale, les forces de l’ordre mexicaines sont sous-équipées pour faire face aux cartels. Le général McCaffrey explique dans son rapport que les saisies d’armes « sont au niveau de ce que l’on saisirait en temps de guerre ». Les cartels disposent des équipements les plus modernes : jumelles de vision nocturne, intercepteurs électroniques, appareils de cryptage, sous-marins, hélicoptères, avions, lance-roquettes, roquettes anti-char, mines, mitrailleuses lourdes, fusils de sniper, grenades et lance-grenades lourds. Et chaque jour, ce sont 2000 armes de contrebande qui entrent au Mexique depuis les Etats-Unis.

Ce climat de terreur combiné à la puissance financière des cartels permet de corrompre de nombreux officiels, au niveau local comme national. Récemment, six haut fonctionnaires de la Justice et le directeur local d’Interpol ont été inculpés.

Le lobby international de la drogue

A peine la guerre à la drogue évoquée par l’appel de Barry McCaffrey, les principales têtes mexicaines du lobby international de la légalisation, financé par le « spéculateur-philanthrope » (sic) George Soros, ont contre-attaqué.

Dans une interview à Frontera di Tijuana, Ruben Aguilar, porte-parole de l’ancien Président Vicente Fox, a appelé le gouvernement à cesser de se battre et à passer des accords secrets avec les cartels (respect de leurs voies d’acheminement, de leurs marchés, de leurs zones d’influence) pour obtenir la paix.

Mais apparemment, les autorités ne semblent pas prêtes à céder à ce chantage, puisque le président Calderon s’est vivement insurgé contre le principe d’une négociation avec des organisations criminelles qu’il a qualifiées d’« ennemis du Mexique ». Et pour le député Jorge Manuel del Rio Virgen, président de la Commission judiciaire, cette proposition « est plus qu’une simple façon de gouvernement, c’est un crime », demandant au procureur général qu’une enquête soit immédiatement ouverte pour savoir si Fox et Aguilar ont eu recours à de telles négociations.

Dès la publication de son rapport, Barry McCaffrey, qui avait dénoncé nommément Soros lorsqu’il était en poste sous Clinton, a été immédiatement attaqué par Jorge Castaneda, l’ancien ministre des Affaires étrangères de Fox et actuel membre du conseil d’administration de l’ONG Human Right Watch de Soros. Castaneda a hérité de ce poste en 2003, après avoir organisé une conférence sur la légalisation dans son ministère, en présence d’un des principaux hommes de main de Soros dans la lutte pour la légalisation, le président du Drug Policy Alliance, Ethan Nadelmann. Dans sa tribune publiée le 7 janvier par le quotidien mexicain Reforma, Castaneda émet des soupçons sur les motivations de McCaffrey et sur son rapport, « pas nécessairement vrai » (!)

L’appel de McCaffrey et de LaRouche

Dans son rapport, qui fait grand bruit dans les institutions à Washington, McCaffrey appelle la nouvelle administration américaine à engager tous les moyens nécessaires dans cette guerre à la drogue, dans un partenariat « d’égal à égal » avec le Mexique.
C’est une question de « sécurité nationale » pour les Etats-Unis, destination finale de la drogue mexicaine, de ne pas laisser son voisin à l’abandon. McCaffrey critique George Bush et son administration pour ne pas avoir prêté attention à la situation mexicaine, trop occupés par leurs guerres préventives sur d’autres continents.

L’administration Bush-Cheney porte une part de responsabilité dans ce qui arrive au Mexique : son initiative Merida pour la coopération sur la sécurité s’est limitée à 400 millions de dollars et elle a constamment diminué le budget du National Drug Intelligence Center (NDIC), l’agence anti-drogue du département de la Justice. Dans son rapport de décembre 2008, le NDIC révélait que les cartels mexicains étaient directement présents dans 230 villes des Etats-Unis !
Il est donc dans l’intérêt des Etats-Unis de se battre pour l’intérêt du Mexique. Et les autorités mexicaines, qui n’ont pas abandonné le combat contre les cartels, attendent des Etats-Unis qu’ils fassent cesser la contrebande d’armes qui fournit aux cartels 90% de leurs armes de guerre.

« Qu’on le veuille ou non, nous allons devoir nous battre contre la drogue », a prévenu Lyndon LaRouche le 15 janvier, mais ça ne marchera pas si nous ne le faisons pas à travers le développement économique » En effet, ruiné par les accords de libre-échange nord-américain, le Mexique est frappé de plein fouet par la crise alimentaire. Seul un quart des terres arables mexicaines sont irriguées et le nord du pays souffre d’un grave déficit en eau alors que le sud est régulièrement victime d’inondations mais ne dispose pas, lui, de grands espaces cultivables.

Le Comité d’action politique de LaRouche (LPAC) et le LaRouche Youth Movement (LYM) au Mexique, qui promeuvent des deux côtés de la frontière une politique d’éradication de la production de drogue grâce aux technologies spatiales et militaires, sont pleinement engagés à faire du PLHINO mexicain (Plan hydraulique nord-ouest), que de plus en plus d’élus locaux appellent de leurs vœux, et du projet NAWAPA nord-américain (Alliance nord-américaine pour l’eau et l’énergie), [2], l’entreprise commune de leurs deux pays pour relancer une dynamique de développement physique de l’économie, dans le long terme, assurant que les Mexicains puissent vivre de leur travail, dans leur pays, avec les meilleures technologies existantes et en toute sécurité.

JPEG - 89.2 ko
Le NAWAPA est un ensemble de barrages, canaux, tunnels et pompes, permettant d’acheminer les gigantesques ressources en eau douce d’Alaska et du grand nord canadien vers les Etats arides de l’ouest américain et jusqu’au nord du Mexique.
Le PLHINO, ainsi que le PLHIGON, captent l’eau des montagnes de l’ouest et du sud mexicain pour l’acheminer vers les régions arables du Nord.

[2voir le documentaire sur le site du LaRouche PAC (en anglais) http://www.larouchepac.com/node/9257

Un message, un commentaire ?


form pet message commentaire
Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

  • Victor • 27/01/2009 - 22:15

    Le probleme de la drogue est une question d’argent.

    Il faut priver des narcotraficants l’argent.

    La lutte antidrogue va echouer de la meme facon qui avait echoue la lutte contre l’alcool aux Etats Unis avec son interdiction.

    La Suisse, il y a un mois, a permis aux drogues de prendre leur dose a l’Hopital gratuitement.

    Voila la solution.

    Répondre à ce message

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Vous souhaitez aider ? Adhérer, faire un virement mensuel, participer à un stand militant ? Prenez contact avec nous.

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard