X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Une action en justice intentée contre Rumsfeld pour torture

La rédaction

Le 1er mars, deux organisations de droits de l’homme américaines, l’ACLU (American Civil Liberties Union) et Human Right First, ont déposé une plainte contre le secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld, au nom de huit personnes (quatre Afghans et quatre Irakiens), qui ont été torturées par des soldats américains agissant sous l’autorité de leur ministre de tutelle.

Un aspect crucial de cette action a cependant été passé sous silence par l’ensemble des journaux américains, en dehors de l’Executive Intelligence Review : le fait que deux officiers de haut rang se sont associés à la plainte déposée par les organisations de droits de l’homme. Il s’agit du vice-amiral (cr) John Hutson, ancien avocat général de la Marine, et du général (cr) James Cullen, ancien juge des Cours d’appel militaires. Leur décision constitue un signe de plus de la répugnance qu’inspire la politique de George W. Bush dans les rangs des forces armées. S’y est joint aussi Bill Lann LEE, ancien directeur de la division des droits civiques du Département de la Justice pendant l’administration Clinton.

Les sévices et autres traitements cruels (passages à tabac violents, lacérations au couteau, simulacres d’exécution, humiliations et agressions sexuelles, maintien forcé dans des positions extrêmement douloureuses, privation sensorielle sévère) ont été commis dans des lieux de détention en Afghanistan et en Irak entre juin 2003 et juin 2004. Ces dates sont donc postérieures aux premiers rapports et plaintes concernant les exactions à l’égard de prisonniers, ceux concernant Guantanamo remontant à décembre 2002.

Le dossier de l’accusation décrit la chaîne de commandement à travers laquelle Donald Rumsfeld a dirigé et contrôlé cette politique de sévices, relayé le plus souvent par son adjoint pour le renseignement, Stephen Cambone, et le général Geoffrey Miller, le commandant de Guantanamo qui fut envoyé en Irak en août-septembre 2003 afin d’y importer les méthodes d’interrogatoire appliquées à Guantanamo. Miller donnait des ordres et des directives au général Ricardo Sanchez, commandant en chef en Irak, et à deux commandants de la prison d’Abou Ghraib, la générale Janis Karpinski et le colonel Thomas Pappas.

Lors d’une conférence de presse présentant leur action, les porte-parole des organisations de droits de l’homme ont souligné que la plainte en question n’était pas dirigée contre l’Armée ou le Pentagone en tant que tels, mais contre les responsables situés au sommet de la chaîne de commandement.

Dans sa déclaration à la conférence de presse, l’amiral John D. Hutson a insisté sur l’importance de la responsabilité du commandement. En vertu de la Constitution des Etats-Unis, rappela-t-il, les forces armées sont soumises au contrôle de civils, et non pas seulement à un système d’état-major. Cependant, dit-il, confier la responsabilité à des civils n’est pas une garantie de succès. Donald Rumsfeld, par exemple, a manqué à son devoir en permettant à des soldats d’enfreindre les normes élevées que l’on est en droit d’attendre des forces armées américaines. Pour lui, ce ne sont pas seulement des ordres directs qui sont transmis le long de la chaîne de commandement, mais aussi des attitudes : « Concernant les détenus, l’attitude au sommet était qu’on n’avait affaire qu’à des terroristes, plus que méprisables et hors-la-loi, qui pouvaient donc être traités de manière inhumaine. Nos efforts pour obtenir des renseignements ont vicié deux cents ans d’histoire. Peu importaient les obligations internationales, ou la moralité ou l’humanité. Nous pouvions perdre notre âme pourvu que nous obtenions de l’information, quelle que soit sa fiabilité.

« Cette attitude est tombée comme une pierre du haut de la chaîne de commandement, et nous avons eu Abou Ghraib et ses suites. Le respect de soi de l’Armée et du pays en a été diminué. Notre réputation internationale sera ternie pendant des générations. Enfin, la non intervention et la mauvaise intervention du ministre Rumsfeld ont mis en péril l’effort de guerre ainsi que nos troupes . »

Hutson reconnut que, pour lui personnellement, la décision n’avait pas été facile. Mais il en va de la défense nationale, du rôle que les Etats-Unis ont traditionnellement joué dans le monde, du respect et de l’image de soi, et de la protection de nos troupes. Cette plainte « est une tentative de remettre ce pays sur la voie que nos pères fondateurs avaient tracée ».

Le général James Cullen demande des comptes à Rumsfeld

En réponse à une question de l’EIR, le brigadier-général James Cullen (cr) a expliqué pourquoi il s’associe à la plainte contre le ministre de la Défense Rumsfeld et comment ses collègues dans les forces armées ont réagi à son engagement, ainsi qu’à son appel antérieur à la création d’une commission d’enquête indépendante et à son opposition à la nomination d’Alberto Gonzalez comme ministre de la Justice.

« La décision d’intenter cette action contre M. Rumsfeld a été motivée par un sens de frustration profonde. Les politiques de M. Rumsfeld ont miné les principes essentiels sur lesquels ont toujours reposé les valeurs et l’entraînement militaires. Ses politiques écartent l’expérience militaire accumulée au cours de plusieurs décennies en matière de techniques d’interrogatoire correctes. Ses politiques nous ont conduits à mépriser les dispositions prévues dans les Conventions de Genève pour la classification et le traitement des personnes détenues par nos forces. Les détenus sont traités comme s’ils étaient des criminels avant même que leur statut ait été déterminé de manière tant soit peu satisfaisante, en conformité avec les Conventions de Genève.

« M. Rumsfeld a autorisé l’utilisation de techniques ayant mené directement à des actes qui constituent de graves violations des Conventions de Genève. Celles-ci ont servi à protéger notre militaire au cours de guerres régulières et de guerres de guérilla. (...) La direction myope et arrogante de M. Rumsfeld a gravement compromis les mesures de protection sur lesquelles comptaient nos prisonniers de guerre et nos civils pris dans des zones de guerre.

« Nous avons demandé la mise sur pied d’une commission indépendante, en dehors du Département de la Défense, pour enquêter sur les actes de torture, de traitement inhumain et autres exactions à l’égard des détenus dans des établissements soumis au contrôle de M. Rumsfeld. Les genres d’exactions pratiquées comportent des similitudes si frappantes qu’il ne peut s’agir de coïncidences. Il n’y a eu aucun effort pour enquêter sur ces méfaits, de manière indépendante du contrôle de M. Rumsfeld. Suite à des litiges et des fuites organisés antérieurement par des personnes scandalisées par les directives de M. Rumsfeld, on a pris connaissance de mémos qu’il avait émis, autorisant des techniques d’interrogatoire auparavant bannies par le militaire. Il a refusé de reconnaître certains droits fondamentaux des détenus jusqu’à ce que la Cour suprême ait jugé que ses notions de pouvoir exécutif, c’est-à-dire son pouvoir de détenir indéfiniment, violait certains principes fondamentaux de la Constitution.

« Le commandement et la direction portent des responsabilités distinctes. Si des doutes subsistaient quant à la portée des responsabilités de la direction, ils furent écartés par des décisions prises par les cours de justice après la Deuxième Guerre mondiale. Il ne suffit plus que le dirigeant prétende : "Je n’ai pas commis d’acte criminel", ou "je n’en ai pas donné personnellement l’ordre". C’est M. Rumsfeld qui a mis en œuvre des politiques ayant facilité des actes ignobles (...). Un dirigeant a la responsabilité de prendre des mesures conséquentes pour mettre fin aux violations graves du droit international dans les établissements et les zones sous son contrôle, notamment les violations dues à ses propres politiques. Quelques propos prononcés en public, en vue de limiter les dégâts, ne suffisent pas.

« Après la Deuxième Guerre mondiale, nous avons demandé des comptes au général Yamashita pour les graves violations du droit international commises par ses forces, même si les circonstances laissaient des doutes sur son contrôle de ses troupes et ses communications avec elles. (...)

« Après le massacre de My Lai [Vietnam], les conclusions de la Commission Peers ont renforcé ces leçons. Parmi elles, l’approche culturelle créée par les mesures instaurées par le secrétaire à la Défense de l’époque, Robert McNamara, pour évaluer le succès de la guerre. Le "syndrome du décompte des cadavres", découlant de la fixation sur le "succès" quantitatif, joua un rôle significatif dans les circonstances ayant mené au massacre de My Lai. La déshumanisation de l’ennemi fut également mentionnée par le général Peers comme facteur contribuant à rendre prévisibles des crimes de guerre.

« La déshumanisation et l’humiliation de détenus dans le cadre des politiques de M. Rumsfeld auraient dû nous inciter à amplifier les mises en garde lancées il y a trois décennies par le général Peers. (...) Nous estimons que l’honneur des forces armées est en jeu. Nous devons à tous ceux qui portent encore l’uniforme et continuent à servir leur pays honorablement d’intenter cette action. Les politiques de M. Rumsfeld ont terni les états de service de nos forces en matière d’adhésion au droit et de respect des droits de l’homme. Nous voulons effacer cette souillure. »

Le général Cullen a précisé que de nombreux officers d’active et de réserve l’avaients remercié en privé pour son courage.

Écrire un commentaire

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard