X Bienvenue,

À compter de juin 2018, notre site devient semi-payant.
Écrit et élaboré par nos militants, il reste en grande partie en accès libre, en particulier les prises de position du parti et de son président Jacques Cheminade. C’est notre chronique du jour, « Le monde en devenir », ainsi qu’un certain nombre de dossiers de fond, qui sont dorénavant payants.
Permettre le travail de recherche d’informations et garantir un contenu de qualité suppose évidemment de les rémunérer. Nous faisons le pari de votre curiosité envers des idées novatrices qui répondent aux défis de l’époque.

Découvrir les abonnements

Solidarité & progrès

Le parti du travail humainTel. 01 76 69 14 50

AccueilActualité
Brèves

Une candidate larouchiste au coeur de la bataille pour la NASA

La rédaction
JPEG - 117.6 ko

22 février 2010 (Nouvelle Solidarité) — Le 23 janvier, le président Barack Obama, obéissant en réalité aux exigences du directeur de l’agence du Budget, Peter Orszag, lui-même un valet de Wall Street, annonçait sa décision d’annuler le programme Constellation, lancé il y a six ans par son prédécesseur et qui prévoyait le retour des Américains sur la Lune en 2020, avant une expédition vers Mars. Or, Constellation devait offrir de nouveaux moyens pour aller dans l’espace, après le déclassement des navettes spatiales initialement prévu pour 2010.

En présentant ces nouvelles orientations, Charlie Bolden, l’administrateur de l’agence spatiale américaine (NASA), confirmait l’arrêt du développement des futurs lanceurs Ares 1 et Ares 5, ainsi que de la capsule habitable Orion, les trois éléments clés de Constellation. De plus, pour faire des économies, la NASA fera désormais appel à des sociétés privées pour transporter à moindre coût les astronautes dans l’espace. Ce matin, on apprend même qu’elle compte vendre les beaux restes de quelques navettes spatiales afin de trouver de l’argent…

Ainsi, ce peuple américain, si impatient de retrouver un peu de dignité après s’être débarrassé de la dynastie Bush, passe de la déception à la rage en découvrant chaque jour les choix calamiteux d’un président pourtant si souriant en apparence et si brillant en paroles.

JPEG - 56.9 ko

Hypnotisés par les promesses électorales d’un Obama qui jurait de relancer l’exploration spatiale, plusieurs astronautes n’avaient pas hésité à célébrer sa victoire en défilant en janvier 2009 sur Pennsylvanie Avenue à Washington, devant la Maison Blanche. On comprend mieux pourquoi le sentiment de trahison domine aujourd’hui.

Cependant, l’Amérique réagit et le 12 février, vingt-sept membres de la Chambre des représentants, toutes tendances confondues, ont adressé une lettre très ferme à Charlie Bolden. Bien sûr, ils représentent le Texas, la Californie, l’Alabama, la Floride et d’autres États directement concernés par des milliers d’emplois hautement qualifiés, mais ils captent le sentiment de tout le pays. Ils avertissent le patron de la NASA que le démantèlement du programme Constellation frôle l’illégalité.

Car aux Etats-Unis, c’est le président qui propose et c’est le Congrès qui décide, rappellent-ils. Par conséquent, l’arrêt des programmes et l’attribution des budgets alloués à Constellation à d’autres projets de la NASA, sans consultation et sans l’aval des élus, sont illégaux. « Comme vous le savez sans doute, l’ensemble des contrats nécessaires au maintien de programmes tels qu’Ares ou Orion, nécessite des engagements parfois 36 mois à l’avance. L’interruption de ces contrats peut donc légitimement être considérée comme la fin du programme », disent-ils. Les auteurs de la lettre somment ensuite Bolden d’envoyer au plus vite une circulaire à tous les directeurs des programmes de la NASA pour leur signifier qu’il n’y a ni arrêt ni gel du programme. Ils lui donnent jusqu’au 1er mars pour s’exécuter.

Pour le représentant républicain de Floride Bill Posey, « la décision unilatérale de l’Administration de résilier certains contrats du programme Constellation, sans l’aval du Congrès, est une violation directe du droit et des droits du Congrès ». Comme sur la réforme de la santé ou la question du déficit budgétaire, Obama choisit, à l’instar de ses lamentables prédécesseurs Cheney et Bush, de gouverner à coups de décrets et d’ordonnances. La représentante démocrate de l’Arizona, Gabrielle Giffords, dont le mari est un astronaute de la navette spatiale, estime pour sa part que faire appel à des sociétés privées pour transporter les astronautes pose un risque à la sécurité nationale. Thomas Buffenberger, le président du syndicat des travailleurs du secteur spatial (IAM), a vertement critiqué la décision d’Obama. Pour lui, la NASA a toujours été une formidable locomotive pour l’innovation scientifique et technologique et rien ne prouve que sa privatisation créera des milliers de nouveaux emplois. « Puisqu’il n’y a aucune preuve pour étayer ces affirmations [de l’Office of Management and Budget], nous sommes forcés d’assumer qu’il s’agit d’une foi aveugle dans les marchés privés ».

En France, si l’astronaute français Patrick Baudry a qualifié la décision d’Obama d’« épouvantable gâchis », Jean-Loup Chrétien estime bêtement que « le recours au privé est incontournable (…) S’il veut se développer, le spatial ne peut rester indéfiniment entre les mains des militaires ou des administrations ». Pour le PDG d’Arianespace, Jean-Yves Le Gall, qui rêve d’accéder à « un nouveau marché », il s’agit même « d’un retour au bon sens. Les lanceurs comme Atlas 5 de Boeing et le Delta 4 de Lockheed Martin ont fait la preuve de leur fiabilité. Il ne reste plus qu’à les "humaniser" pour leur permettre de transporter aussi un équipage. Tout cela peut se faire très vite et à moindre coût ».

Pour Lyndon LaRouche, la coupe est plus que pleine. Après avoir longtemps hésité, il estime aujourd’hui qu’autant Nixon méritait la destitution pour avoir décapité le programma Apollo, Obama, rien que pour sa politique de santé qui réduit les dépenses médicales au détriment des malades, mérite plus que jamais la destitution.

Dans cette ambiance électrique, les électeurs américains s’ouvrent de plus en plus au message de Kesha Rogers, candidate larouchiste aux primaires démocrates qui se tiendront le 1er mars dans le 22e district du Texas, où se trouve le siège de la NASA. Le 17 février, Kesha Rogers a planté une immense bannière à l’entrée d’une réunion organisée par le candidat républicain, qui tente de capter le ferment de « grève de masse » qui secoue les Etats-Unis. Prenant la parole dans la salle, une représentante larouchiste leur a lancé un défi en affirmant que défendre le programme Constellation, c’était fort bien mais totalement insuffisant à l’heure actuelle. A ce stade, on « ne peut sauver la NASA qu’en arrêtant le renflouement inconditionnel des banques ». Cette intervention a immédiatement changé la donne, la curiosité des participants se tournant alors vers Kesha Rogers.

Comme l’a commenté Jacques Villain, membre de l’Académie de l’air et de l’espace (France), « l’histoire retiendra que c’est un président démocrate qui a lancé la conquête de la Lune, mais que c’est un autre président démocrate qui y a mis fin ». Car sans une mission explicite en vue d’établir une base lunaire et, au-delà, martienne, à quoi serviront les longs séjours dans la Station spatiale internationale (International Space Station). Pour beaucoup d’astronautes, avec Obama, on ne retournera pas dans l’espace, « on n’ira nulle part ».


Vidéo de Kesha Rogers devant le centre de la NASA à Houston, Texas.

Article :
Lyndon LaRouche : L’impératif de l’exploration spatiale

Vidéo de la NASA : Constellation


Voir les 5 commentaires

  • Patrick Baudry • 23/02/2010 - 17:19

    Patrick Baudry a qualifié la décision d’Obama d’« épouvantable gâchis », Jean-Loup Chrétien estime bêtement que « le recours au privé est incontournable"
    Evidemment que c’est un gachis. Ca ne veut pas dire que c’est une mauvaise decision.
    Quant au fait que la reflexion de Jean Loup Chretien est bete, vous nous laisserez juge de cela.

    • ? • 23/02/2010 - 19:16

      Il me semble que les élus, partout, ne veulent plus servir de boucs émissaires : l’armée privatisée, le système de la maladie privatisé, la connaissance privatisée, l’exploration spaciale privatisée, la Cour Suprême US qui avalise les contributions du citoyen corporatif aux caisses électorales, la socialisation des dettes des banksters commerciaux blanchisserie des économies sous-terraines, bénédiction de l’Église pour le N.W.O., toutes ces flèches visent la même cible :fin avouée de l’illusion république démocratique. Tellement mieux articulé par Christine Bierre,Platon contre Aristote : la République contre l’Olygarchie, Solidarité & Progrès, 2007.

    • R.B • 25/02/2010 - 13:45

      Un "épouvantable gâchis" qui ne serait pas une mauvaise décision ? Je reste songeur. Oh, bien sûr, l’argent qui pourrait servir à poursuivre ces projets va très très certainement être employé pour une meilleure cause ! La bêtise approche à grand pas quoiqu’on s’en défende. Ou alors seconde alternative : un comportement lâche et démissionnaire assassin qui va nous faire croire sur un ton péremptoire que oui, c’est un fait il faut gâcher le spatial ? Si ce n’est pas par bêtise et par incompréhension des véritables tenants et aboutissants que l’on fait ce genre de commentaires sur le spatial, ce sont des termes bien plus graves qu’il faudrait employer. Le propos de J-L Chrétien est juste suiveur et sans intention. On se croit malin avec un discours d’ouverture, vers le privé, ça fait croire qu’on veut aller de l’avant et on se donne une bonne image. De toute façon, le privé a toujours largement coopéré à l’effort spatial en partenariat avec les agences spatiales. On veut nous faire croire qu’ils étaient exclus ? En revanche, une politique privée du spatial non merci. Quelle fadeur simplificatrice en tout cas que ce propos cité de J-L Chrétien, pour ne pas dire bête car pour se donner des airs, on doit rester nuancé n’oublions pas !

    Répondre à ce message

  • Bob Sinc • 23/02/2010 - 17:13

    Vous ecrivez :
    "Ce matin, on apprend même qu’elle compte vendre les beaux restes de quelques navettes spatiales afin de trouver de l’argent…"
    cela presage mal du reste de votre ecrit : cela fait deja plusieurs annees que la NASA a prevu de vendre les 3 navettes.
    Au moins ca leve un doute : vous n’etes pas specialiste du probleme, et par consequent vous faites plus dans l’emotionnel que dans le rationnel.

    • Bertrand Buisson • 23/02/2010 - 18:00

      Mais les experts n’ont pas le monopole de la raison, mon cher.

      En être rationnel que vous êtes, on est en droit d’attendre de vous un avis plus poussé et construit sur le sujet de cet article.

      Toutefois vous voilà déjà titulaire d’un bon point pour avoir déniché LE point de détail fondamental dans l’article.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Déplier les commentaires||Replier les commentaires
Cet article vous parle ? Rejoignez-nous !

Don rapide

Pour quoi se bat  ?

« Élever à la dignité d’homme tous les individus de l’espèce humaine » Lazare Carnot

Solidarité et progrès est le parti du travail humain. Nous voulons :
- que les capacités créatrices de chaque être humain soient libérées pour le bien commun ;
- que personne ne puisse être exploité ou abusé ;
- que les féodalités financières soient mises hors d’état de nuire.

Notre but est donc de vaincre la City, Wall Street et leurs complices européens. En menant :
Une politique internationale de détente, d’entente et de coopération entre peuples et nations, dont les Nouvelles Routes de la soie sont l’amorce. Comme on ne peut les bâtir sur le sable mouvant du système dollar actuel, construisons-les avec le ciment d’un nouveau système monétaire international, ce Nouveau Bretton Woods pour lequel nous nous battons avec nos alliés dans le monde.
Une politique de crédit public national finançant en priorité l’école, la production, l’hôpital et le laboratoire. Le nécessaire préalable pour libérer ce crédit est une moralisation de la vie bancaire (un Glass-Steagall contre les spéculateurs). Mettons-le en place, comme à la Libération !
La sortie de l’Union européenne, de l’euro et de l’OTAN, instruments de l’oligarchie financière. Associons-nous avec les autres pays d’Europe et du monde en vue de grands projets de développement mutuel : espace, essor de l’Afrique libérée du franc CFA, économie bleue, énergie de fusion, numérique, création d’emplois qualifiés.

La France doit donner l’exemple. Battons-nous donc ensemble, avec l’arme d’une culture de la découverte et du rire contre le respect qui n’est pas dû.

La politique de en vidéo

Animations réalisées lors de la campagne présidentielle Cheminade 2017.

» Voir le projet complet

en chiffres

La part des dons de personnes physiques dans les ressources financières de S&P.

Le nombre de candidats présentés par S&P lors de 116 campagnes électorales locales et nationales.

Fondation de Solidarité & progrès suite à la dénonciation du "cancer financier" par Jacques Cheminade.

La part allouée à S&P sur les 70 millions d’aide de l’Etat aux partis politiques.

Actions politiques et citoyennes entreprises (au minimum !) par S&P sur une année.

a vu juste sur...

La crise financière de 2008

Lors de sa campagne présidentielle de 1995, où Jacques Cheminade met en garde contre la spéculation insensée sur l’immobilier et les produits dérivés. Il publie ensuite son alternative au monétarisme dans l’ouvrage « Un plan de relance par le crédit productif public. »

La dérive néo-conservatrice de l’administration Obama

Ainsi que nos amis américains, nous avons dénoncé l’emprise du parti de la guerre sur l’administration Obama bien avant le scandale des écoutes illégales ou celui des assassinats "extra-judiciaires", y compris de citoyens américains.

La nature de la guerre en Syrie et le terrorisme

S&P a démasqué dès 2012 (vérifie) l’instrumentalisation des mouvances terroristes pour renverser certains régimes, dont la Syrie.

L’extrême-droite et néo-nazis en Ukraine

Dès le rejet du traité de libre association par le gouvernement ukrainien fin 2013, nous dénoncions le soutien insensé des occidentaux à des mouvances néo-nazies dans le but d’élargir l’OTAN aux frontières de la Russie.

La confiscation des dépôts bancaires ou "bail-in"

Bien avant janvier 2016 et l’application effective d’une directive européenne permettant de renflouer les banques avec l’argent des déposants, nous avons dénoncé dès 2013 cette logique confiscatoire et destructrice.

Le Tsunami financier qui vient

C’est vrai que beaucoup d’économistes en parlent, en tout cas bien plus qu’avant la crise de 2008 ! Et pourtant aucun ne défend la politique de crédit public démocratique qui nous permettrait d’éviter un choc économique sans précédent.

et la vraie Europe

La vraie question est la nécessité de mettre en place un nouvel ordre économique international fondé sur le développement mutuel, en partenariat avec la conception de la Nouvelle route de la soie que portent les BRICS.

L’Union européenne (UE) est devenue le cheval de Troie de la mondialisation financière, de la City et de Wall Street. L’euro en est le vice financier et l’OTAN le bras armé. C’est pourquoi il faut en sortir, mais pas pour faire un saut dans le vide.

Il faut refonder la vraie Europe, l’Europe des peuples, des patries et des
projets, la version du plan Fouchet de 1962 pour le XXIè siècle. Il ne s’agit pas de revenir en arrière mais de repartir de l’avant, avec une monnaie commune de référence porteuse de grands projets : ni monnaie unique servant l’oligarchie financière, ni deux monnaies qui ne seraient pas gérables.

Une vraie Europe ne peut se construire sans réelle participation citoyenne. Construisons une France et une Europe que serve réellement le progrès économique et social, contre tout dévoiement financier et géopolitique.

pour une écologie humaine

S&P promeut une écologie responsable et humaine, s’inspirant notamment des travaux de Vernadski sur la Biosphère et la Noosphère.

Nous condamnons les mouvements obscurantistes qui prônent un écologisme "Malthusien" (l’idéologie de Thomas Malthus) qui considèrent que les ressources de la planète sont limitées. Ces mouvements aboutissent fatalement à la conclusion inadmissible qu’il faut imposer une politique de dépopulation.

Ainsi, la première des ressources est pour nous la créativité humaine, la faculté qu’a l’Homme de comprendre et de transformer le monde qui l’entoure.

L’être humain a une responsabilité, et c’est pour cela qu’il faut sortir de la mondialisation prédatrice.

et l’énergie

Il est fou de vouloir sortir du nucléaire, qui est l’expression d’une découverte humaine. Cependant, il doit être réinventé pour en faire un nucléaire citoyen du XXIe siècle, qui nous donnera les moyens d’accueillir les générations futures.
Nous sommes pour la conception de réacteurs de IVe génération et la mise en place d’un programme de recherche accéléré vers la fusion thermonucléaire contrôlée.

Le nucléaire du futur n’est pas un mal nécessaire. Il doit impliquer une société plus juste, plus inclusive et plus responsable, sans quoi - comme toute autre découverte - il serait réduit à un instrument de domination.
Le nucléaire est, enfin, la "clé" de l’énergie nécessaire à la propulsion des voyages spatiaux, qui définissent l’étape prochaine de notre Histoire.

Défendre le travail humain, c’est rejeter totalement les logiques actuelles de rentabilité à court terme. Se battre pour le nucléaire, c’est se battre pour le fondement d’un monde élargi et plus juste.

est fier de déranger

Vous trouverez sur internet un lot défraîchi d’étiquettages en tous genres : S&P est qualifié de d’extrême-gauche, d’extrême-droite, financé par le KGB ou par un milliardaire américain (mais volant des vieilles dames), aux idées tour-à-tour farfelues et dangereuses, et bien évidemment adeptes de la théorie du complot !
Le tout visant à dissuader les citoyens de découvrir nos idées et notre engagement.

Mais derrière ces accusations vous avez d’incessantes manoeuvres politiques : rejet du compte de campagne de Jacques Cheminade en 1995, saisie de 170 000€ sur le remboursement de la campagne de 2012, et bien entendu une exposition médiatique réduite au minimum, ou la plus défavorable possible pendant les présidentielles !

Pour nos ennemis ou adversaires, il s’agit d’empêcher que soit comprise par le peuple une politique de crédit public démocratique, la seule arme qui nous permettrait de diriger la finance plutôt que d’être dirigée par elle.

Si S&P dérange, c’est parce que nos idées frappent l’oligarchie financière en plein coeur. Ce combat émancipateur est l’enjeu culturel de notre temps.

Participez à l'effort politique !

Adhérez à S&P, devenez éducateur et créateur de la Nation

Au cours de cette élection présidentielle nous avons entrouvert une porte, car nous avons été les seuls à poser les défis qui sont devant nous.

Nous rentrons dans un monde tout-à-fait instable, dangereux, et sans majorité politique.
Un monde qui peut rentrer en crise à tout moment, y compris avec un risque de guerre.

En adhérant à Solidarité & progrès, en apportant vos moyens financiers et humains, nous pourrons ensemble franchir le seuil de la porte et faire ce qui est nécessaire.
Aller vers un futur qui soit vivable, meilleur, plus juste.

Jacques Cheminade
Faire un don et adhérer plus tard